Accueil  >  Vitamines  >  Pollution de l’air :...
24-07-2017

Pollution de l’air : les atouts d’une association de vitamine E et d’oméga 3

Pollution Vitamines Acides Gras Comme nous l’évoquions déjà en mai dernier, les pics de pollution atmosphérique se multiplient. En 2014, l’Organisation Mondiale de la Santé estimait qu’au moins 90% de la population mondiale vivait dans un environnement pollué, une zone dans laquelle les normes de la qualité de l’air n’étaient pas respectées1. Quel constat feraient les scientifiques aujourd’hui en 2017 ? Au grand dam des chercheurs qui s’efforcent de limiter la pollution de l’air, celle-ci est en croissance nette ces dernières années. C’est dans ce contexte alarmant que des chercheurs viennent de faire une découverte prometteuse pour protéger notre santé. Découvrez les résultats encourageants de cette étude.

Une association d’agents protecteurs contre la pollution aux microparticules

La pollution atmosphérique expose nos organismes à des particules, que l’on décrit souvent comme des microparticules ou des particules fines en raison de leur taille. Néanmoins, malgré leur petite taille, ces particules sont connues pour provoquer des dommages au sein de l’organisme et augmenter le risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires1. C’est pour lutter contre les effets néfastes de ces particules que des chercheurs ont évalué les effets d’une association de vitamine E et d’oméga 32. Très étudiées ces dernières années, ces molécules sont reconnues pour leurs effets thérapeutiques à titre préventif et curatif. La vitamine E présente un puissant pouvoir antioxydant qui permet de s’opposer aux dommages causés par les radicaux libres, des espèces réactives dont la production peut être induite par l’exposition aux microparticules. Les acides gras oméga 3 sont également connus pour leurs effets protecteurs, notamment en prévention des maladies cardiovasculaires.

Les effets protecteurs d’une supplémentation en vitamine E et en oméga 3

Compte-tenu des effets protecteurs de la vitamine E et des oméga 3, les chercheurs ont souhaité évaluer l’intérêt d’une supplémentation nutritionnelle. Pour cela, les chercheurs ont réalisé plusieurs analyses sur quatre groupes de rats :
  • - 1er groupe, considéré comme le groupe contrôle, non supplémenté ;
  • - 2ème groupe supplémenté en vitamine E ;
  • -3ème groupe supplémenté en acides gras oméga 3 ;
  • - 4ème groupe supplémenté en vitamine E et en oméga 3.
Pour évaluer les effets protecteurs de ces suppléments, les quatre groupes ont été exposés à une quantité identique en microparticules. Les chercheurs ont évalué différents paramètres dont :
  • - les phénomènes inflammatoires en mesurant l’expression de cytokines pro-inflammatoires (TNF-α, IL-1β et IL-6) au sein du sérum et des tissus cardiaques ;
  • - la génération de radicaux libres en relevant le taux d’un marqueur biologique du stress oxydatif : le malondialdéhyde (MDA) ;
  • - l’activité antioxydante en analysant les niveaux de deux enzymes antioxydantes : la superoxyde dismutase et la glutathion peroxydase ;
  • - les lésions cardiaques en examinant l’état du coeur des rats.
Verdict ? Ces différentes analyses ont révélé des résultats positifs pour lutter contre les effets néfastes des microparticules. En comparaison au groupe contrôle, les trois groupes de rats supplémentés présentaient moins de lésions cardiaques. Chez ces rats, les chercheurs ont également constaté une augmentation de l’activité antioxydante et une diminution des inflammations. Ces effets bénéfiques étaient encore plus importants chez les rats recevant une supplémentation simultanée en vitamine E et en oméga 3.

Cette étude confirme l’intérêt thérapeutique et les effets protecteurs de la vitamine E et des acides gras oméga 3. Face à la pollution de l’air, ces molécules naturelles permettent de s’opposer aux dommages causés par les microparticules. Une supplémentation en vitamine E et en acides gras oméga 3 a révélé plusieurs effets protecteurs, notamment contre les radicaux libres induits par l’exposition élevée aux microparticules. > Sources : 1. Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Qualité de l’air ambiant et santé, Aide-mémoire N°313, Septembre 2016. 2. Xihao Dua, et al., Combined effects of vitamin E and omega-3 fatty acids on protecting ambient PM2.5-induced cardiovascular injury in rats, Chemosphere, Volume 173, April 2017, Pages 14–21.
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Gamma E Tocopherols

Puissant mélange d’antioxydants

www.supersmart.com
Super Omega 3 - 500 mg

EPA et DHA : un des produits les plus naturels, les plus purs, les plus puissants et les plus stables du marché

www.supersmart.com
A découvrir aussi
28-06-2017
Nutrition : comment bien nourrir son cerveau...
Véritable centre de contrôle de notre système nerveux central, notre cerveau doit traiter quotidiennement des millions d’informations. Face à ce flux permanent de données, cet...
Lire plus
22-02-2017
Lutter contre la constipation chronique et garder...
A l’époque de Louis XIV, grand constipé devant l’éternel, les médecins qui le suivaient avaient pris pour habitude de lui demander « Comment allez-vous ?...
Lire plus
13-02-2018
Vitamine C : Linus Pauling avait-il raison...
Feriez-vous confiance à un homme qui a reçu deux prix Nobel dans deux catégories différentes au cours de sa vie ? Il est fort probable...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer