Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires
Accueil
  >  
Antioxydants
  >  
Des baies au puissant...

Des baies au puissant pouvoir antioxydant


baies antioxydantes Les extraits d'airelles ou bleuets du Canada, de fraises, de canneberges, de myrtilles, de baies de sureau et de framboises sont riches en anthocyanines, des pigments de la famille des flavonoïdes ayant un puissant pouvoir antioxydant. On retrouve ces six extraits dans un supplément nutritionnel appelé Optiberry®. Des études ont montré son pouvoir antioxydant ainsi que ses propriétés anticancérigènes et antiangiogéniques.

Les anthocyanines sont des composants courants des fruits et des légumes et, en particulier, des baies, auxquelles ils donnent leur pigmentation et servent d'antioxydants naturels. Des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses montrent que les baies riches en anthocyanes possèdent de nombreux effets bénéfiques potentiels pour la santé et exercent une action protectrice. Elles semblent notamment avoir des activités antioxydantes et antiangiogéniques. Les anthocyanes aident également à maintenir l'intégrité de l'ADN, servent d'agents anti-inflammatoire et antimutagénique, et apportent une protection cardio-vasculaire en maintenant la perméabilité vasculaire.
Les anthocyanines diffèrent des autres flavonoïdes naturels par l'éventail des couleurs qui peuvent en être dérivées. Ils ont également un puissant pouvoir antioxydant. Une étude constate ainsi que, sur 150 flavonoïdes, ce sont eux qui ont la plus forte capacité antioxydante, et les place notamment sur ce plan devant les proanthocyanidines oligomériques (OPCs).

Des preuves expérimentales indiquent que certains anthocyanes ont des propriétés anti-inflammatoires ; des rapports suggèrent que l'administration d'anthocyanes par voie orale peut être bénéfique dans le traitement du diabète et des ulcères, et qu'ils pourraient exercer des activités antivirales et antibactériennes.

De puissants antioxydants

Des effets bénéfiques pour la santé des extraits de baies sont attribués en grande partie à leurs propriétés antioxydantes. Celles-ci peuvent être mesurées en utilisant toute une variété de standards comme la capacité d'absorbance de l'oxygène radicalaire (ORAC).
Une étude a évalué l'efficacité antioxydante et l'absence de risque cellulaire de 20 mélanges différents d'airelle, de sureau, de canneberge, de framboise et de fraise. Toutes les combinaisons ont été testées et Optiberry® a fait preuve de la plus forte activité antioxydante déterminée par ORAC. Son efficacité était supérieure à celle de toutes les autres combinaisons testées1.

Pour évaluer in vivo les propriétés antioxydantes d'Optiberry®, des animaux déficients en vitamine E ont été exposés à un système d'oxygène hyperbarique pour induire une oxydation. Chez les animaux ayant reçu de l'Optiberry® pendant 8 semaines avant d'être exposés à l'oxygène hyperbarique, le glutathion a été protégé dans leurs poumons et leur foie. De plus, nourrir les animaux avec de l'Optiberry® deux semaines avant de les exposer à l'oxygène hyperbarique les protégeait d'une oxydation de l'organisme par rapport aux animaux témoins2.

Une activité anticarcinogénétique et antiangiogénique

Des études épidémiologiques confirment que ceux qui consomment beaucoup de boissons et d'aliments riches en polyphénols ont un plus faible risque de cancer. Les baies peuvent agir individuellement ou en synergie pour prévenir la carcinogenèse.
Six échantillons d'extraits de baies et un mélange de ces six extraits ont été étudiés pour évaluer leurs propriétés antioxydantes et antiangiogéniques. Les six échantillons ont inhibé l'expression du facteur de croissance vasculaire endothéliale, un marqueur de l'angiogenèse. Optiberry®, le mélange d'extraits de six baies, a démontré une efficacité supérieure3.
Des chercheurs de l'université d'État de l'Ohio à Columbus, ont observé que le bleuet du Canada et un mélange de baies (Optiberry®), in vivo, prévenaient l'angiogenèse en inhibant l'infiltration des macrophages dans un hémangiome4. (L'infiltration des macrophages stimule l'angiogenèse et favorise les métastases.) Chez des souris traitées avec Optiberry®, les cellules de l'endothélium montraient une capacité réduite à former l'hémangiome et la croissance de la tumeur était diminuée de 50 % par rapport à des animaux recevant des cellules non traitées5.
On a montré que des composants de la canneberge inhibent la cancérogenèse sur des lignées cellulaires de cancer du sein6 ou de la prostate7. On a également observé que des extraits d'airelle et d'aronia, in vitro, prévenaient la cancérogenèse du côlon8 tandis que des extraits de fraise et d'airelle inhibaient la mutagenèse sur des lignées cellulaires de cancer du sein ou du col de l'utérus9.

Une action antibactérienne

Des baies ont montré leur capacité à cibler les infections. On a ainsi mis en évidence le fait que la canneberge affaiblit l'infection à Helicobacter pylori et inhibe l'adhésion du virus de la grippe. Dans une étude in vitro, on a également mis en lumière que la canneberge affecte des souches de bactérie Listeria et que la framboise et la mûre avaient une action sur l'inhibition de bactéries gram-positif et gram-négatif.
Individuellement, plusieurs extraits de baies, framboise, fraise, canneberge, sureau, airelle et myrtille, ainsi que des mélanges d'extraits, ont montré leur capacité à inhiber de façon significative la croissance d'Helicobacter pylori associés ou non à de la clarithromycine. Le traitement classique de l'infection à Helicobacter pylori est constitué par l'association de certains antibiotiques et d'agents antiacides. L'une des principales raisons de l'échec de ce traitement conventionnel est la résistance croissante à des antibiotiques comme la clarithromycine
Dans cette étude, des suspensions diluées de cellules provenant de cultures d'Helicobacter pylori ont été incubées avec différentes concentrations de fraise, de framboise, de canneberge, de sureau, d'airelle, de myrtille ou du mélange Optiberry®. Des échantillons dilués de chacune de ces mixtures ont été à nouveau mis en culture et le nombre de colonies d'Helicobacter pylori déterminé. Des séries de suspensions diluées de cellules avec des extraits de baies ont également été exposées à de la clarithromycine, puis mises en culture. La quantification des colonies d'Helicobacter pylori a montré que tous les extraits inhibaient de façon significative H. pylori par rapport aux témoins. Les extraits ont également augmenté la sensibilité des bactéries à la clarithromycine, le mélange Optiberry® montrant l'effet le plus puissant et à la plus faible concentration testée10.

Protection des vaisseaux sanguins

La capacité des anthocyanines à protéger les gros et petits vaisseaux sanguins des lésions oxydatives dérive de tout un éventail d'effets allant jusqu'à l'atténuation des lésions provoquées par des niveaux élevés de sucre sanguin dans les microvaisseaux, responsables de complications chez les diabétiques.
Au cours de l'inflammation, des enzymes endommagent le tissu conjonctif dans les capillaires, provoquant l'infiltration de sang dans les tissus environnants. Des oxydants sont alors libérés et viennent endommager les parois des vaisseaux sanguins. Les anthocyanines exercent un effet protecteur de différentes façons. En premier lieu, ils neutralisent les enzymes responsables de la destruction du tissu conjonctif. Ensuite, leur capacité antioxydante empêche les oxydants d'endommager les protéines des parois des vaisseaux sanguins. Des expériences sur animaux ont montré qu'une supplémentation avec des anthocyanes prévenait l'inflammation et les lésions des vaisseaux sanguins qui en découlent11.

Luttent contre l'athérosclérose

La capacité des anthocyanines à contrer les oxydants en fait des combattants musclés contre l'athérosclérose. Avant tout, ils préviennent une étape clé de l'athérogenèse, celle de l'oxydation des LDL. Dans des études in vitro, des extraits de myrtille, mêmes en quantité très faible, protégeaient efficacement les LDL de l'oxydation. Des chercheurs américains ont constaté que l'extrait de myrtille était un antioxydant plus puissant que la vitamine C. Dans une étude portant sur des femmes ayant un retard de croissance intra-utérine (qui se manifeste par un ralentissement de la croissance fœtale), la prise d'anthocyanines a fait diminuer en deux mois les niveaux de LDL oxydés de 1,04 mU/ml à 726, tandis que ces niveaux augmentaient dans le groupe témoin.
Ensuite, les anthocyanines protègent l'intégrité des cellules endothéliales qui tapissent les parois des vaisseaux sanguins. Une étude réalisée à la Tufts University, à Boston, a constaté que les anthocyanines de baies de sureau étaient rapidement intégrés dans les membranes des cellules endothéliales où ils prévenaient l'oxydation.
De plus, les anthocyanines détendent les vaisseaux sanguins. Des chercheurs français ont traité les aortes d'animaux avec de la norépinéphrine qui contracte les vaisseaux sanguins. La présence de delphinidine, un anthocyanidine, a détendu l'aorte de 89 %, alors qu'un autre anthocyanidine n'avait aucun effet.
On a montré que la capacité anti-inflammatoire des anthocyanines aidait à amenuiser les réactions allergiques. Dans une étude, des chercheurs bulgares ont donné à des animaux de l'histamine et de la sérotonine qui provoquaient des réactions allergiques et augmentaient la capillarité des vaisseaux sanguins. Les animaux ont été supplémentés avec différents flavonoïdes. Les anthocyanes ont montré l'effet anti-inflammatoire le plus puissant de tous les flavonoïdes testés.

Prévention de certaines complications du diabète

Les lésions provoquées par des niveaux élevés de sucre sanguin sur les microvaisseaux sont responsables de la plupart des complications du diabète. Les protéines de collagènes deviennent alors liées à des sucres avec pour résultats des anomalies dans le collagène des vaisseaux sanguins. Dans une étude allemande, 12 patients diabétiques adultes ont pris quotidiennement pendant deux mois 600 mg d'anthocyanines. À la fin de l'étude, la production de collagène anormal avait significativement diminué12.
Une des plus sérieuses complications du diabète est la rétinopathie, qui peut aboutir à la cécité. Elle se produit lorsque l'organisme essaie de réparer les capillaires endommagés poreux et qu'il le fait par une surproduction de protéines anormales. En premier lieu, les anthocyanines luttent contre la porosité des capillaires tout en prévenant la prolifération de protéines anormales. Dans une étude italienne, 30 des 40 sujets avec une rétinopathie ont montré des améliorations significatives après la prise quotidienne pendant plusieurs semaines de 120 mg d'anthocyanines. Aucune amélioration ne s'est manifestée chez les témoins13.

Une action protectrice sur le cerveau

Concernant le cerveau, une grande attention a été portée aux airelles dont on a montré l'effet préventif sur le déclin cérébral, des lésions induites par un accident vasculaire cérébral, et une action protectrice sur l'hippocampe contre des lésions cérébrales14. Des chercheurs de l'université de Tufts ont constaté que l'administration d'airelles à des rats âgés stimulait le fonctionnement de leur mémoire et le ramenait au niveau de celui de jeunes animaux. Elle diminuait également les niveaux des marqueurs du stress oxydatif.



1. Yasmin T. et al., Antioxidant capacity and safety of various anthocyanin berry extract formulations, Research Communications in Pharmacology & Toxicology, 8: IV, 25-33, 2003.
2. Bagchi M. et al., Safety and efficacy of a novel anthocyanin-rich multiple berry extract in vivo models, Annual Meeting of the Society of Toxicology, vol 4, March 2005, N S-1, Abs. 1393.
3. Roy S. et al., Antiangiogenic property of edible berries, Free Radical Research, 2002, 36: 1023-1031.
4. Atalay M. et al., Anti-angiogenic property of edible berry in a model of hemangioma, FEBS Lett., 2003, 544, 1-3: 252-7.
5. Bagchi D. et al., Anti-angiogenic, antioxidant and anticarcinogenic properties of a novel anthocyanin-rich berry extract formula, Biochemistry (oscow), 2004, 69: 75-80.
6. Ferguson P.J. et al., A flavonoid fraction from cranberry extract inhibits proliferation of human tumor cell lines, J. Nutr., 2004, 134, 6: 1529-35.
7. Seeram N.P. et al., Total cranberry extract versus its phytochemical constituents: antiproliferative and synergistiv effects against human tumor cell lines, J. Agri. Food Chem., 2004, 52, 9;2512-7.
8. Zhao C. et al., Effects of commercial anthocyanin-rich extract on colonic cancer and nontumorigenic cell growth, J. Agric. Food Chem., 2004, 52, 20: 6122-8.
9. Wedge D.E. et al., Anticarcinogenic activity of strawberry, blueberry and raspberry extracts to breast and cervical cancer cells, J. Med. Food, 2001, 4, 1:49-51.
10. Chatterjee A. et al., Inhibition of Helicobacter pylori in vitro by various berry extracts, with enhanced susceptibility to clarithromycin, Mol. Cell. Biochem., 2004, 265, 1-2: 19-26.
11. Bertuglia S. et al., Effect of vaccinium myrtillus anthocyanosides on ischemia reperfusion injury in hamster cheek pouch microcirculation, Pharmacol. Res., 1995, 31(3/4): 183-7.
12. Boniface R., Effect of anthocyanins on human connective tissue metabolism in the human, Klin. Montsble Augenheilkd, 1996 Dec, 209(6): 368-77.
13. Perossini M., Diabetic and hypertensive retinopathy therapy with vaccinium myrtillus antocyanosides, Metabolism, 2000 Jul, 49(7): 880-5.
14. De Revera et al., The effect of antioxidants in the senescent auditory cortex, Neurobiol. Aging, June 9, 2005. Wang Y. et al., Dietary supplementation with blueberry, spinach or spirulina reduces ischemic brain damage, Exp. Neurol., 2005, 193, 1:75-84. Galli R.L. et al., Blueberry supplemented diet reverse decline in hippocampal HSP70 neuroprotection, Neurobiol. Aging, April 30, 2005.

Commander les nutriments évoqués dans cet article
® 1997-2016 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés