Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires
Accueil
  >  
Foie
  >  
Les incroyables vertus polyvalentes...

Les incroyables vertus polyvalentes du curcuma (2/2)


CurcumaEn Inde, le curcuma est utilisé pour traiter toute une variété d'indispositions incluant des problèmes gastro-intestinaux, des troubles inflammatoires, des maux de tête, des infections ou des rhumes. C’est aux curcuminoïdes du curcuma, et en particulier à la curcumine, que l’on doit ses multiples effets bénéfiques sur l’ensemble de l’organisme. De l’amélioration de la fonction digestive en passant par le soutien des processus de détoxifications hépatiques, sans oublier ses puissants effets anti-inflammatoires articulaires, les extraits standardisés de curcuma longa ont toute leur place dans votre pharmacie naturelle!

Contre les troubles digestifs

Une étude en double aveugle, réalisée en Thaïlande, a comparé les effets de 500 mg de curcumine administrés quatre fois par jour à ceux d'un placebo. Au total, 116 personnes ont été enrôlées dans l'étude. Après 7 jours de traitement, 87% des personnes du groupe "curcumine" ont constaté une disparition partielle ou totale des symptômes de dyspepsie contre 53% dans le groupe placebo1. Dans ce cas, les suppléments de curcuma peuvent être pris pendant les repas, seuls, ou en association avec des enzymes digestives prises au début de chaque repas.

Dans la détoxication hépatique et les maladies du foie liées à l’alcool

Lors d’une étude, quatre groupes d'animaux ont été traités pendant un mois : l'un a reçu de l'huile de poisson et de l'éthanol (PE), le second de l'huile de poisson et du dextrose (PD), le troisième et le quatrième (PE) et (PD) avec de la curcumine.
Les chercheurs ont constaté que les rats nourris avec PE avaient un "foie gras", nécrosé et enflammé. Mais le traitement avec la curcumine prévenait la nécrose et l'inflammation induites par l'alcool. Le degré de graisse hépatique a également diminué chez les rats recevant de la curcumine et il n'y a eu aucune indication de lésions hépatiques dans ces deux groupes. Selon les chercheurs, cette étude a montré pour la première fois que la curcumine prévient la maladie hépatique alcoolique.
La curcumine préviendrait ainsi les pathologies du foie liées à l’alcool, au moins en partie, en inhibant la peroxydation des lipides et en activant le facteur nucléaire Kappa-B (NF-KB), impliqué dans un grand nombre de tissus sensibles à l'alcool.

Au cours d'une autre investigation, des chercheurs ont découvert que la curcumine diminuait le stress oxydatif induit par du trichloréthylène dans le foie de souris. Ses effets bénéfiques semblaient liés à sa capacité à freiner l'augmentation des niveaux cellulaires de peroxysome, un composant associé à l'utilisation de l'oxygène par les cellules2, et à stimuler la synthèse du glutathion3.

Dans ces indications, les suppléments de curcuma peuvent parfaitement complémentariser l’action de la SAM-e ou encore celle du Desmodium et de la Silymarine.

Pour équilibrer le bilan lipidique

Depuis plusieurs années, les capacités de la curcumine à diminuer les niveaux de cholestérol sont largement étudiées. En effet, elle réduit les niveaux de cholestérol en interférant sur son absorption intestinale, en accélérant la mobilisation du cholestérol périphérique et tissulaire vers le foie et en augmentant son élimination par les sels biliaires.
Une étude indienne a montré que chez 10 volontaires prenant de la curcumine, les niveaux de HDL ont augmenté de 29% en seulement 7 jours. Dans le même temps, le cholestérol total diminuait de 11,6% et la peroxydation lipidique était réduite de 33%4.

Les suppléments de curcuma trouvent donc toute leur place pour limiter le cholestérol total et augmenter le HDL-cholestérol, avec la levure de riz rouge (Red Yeast Rice Extract), le policosanol ou le Sytrinol™.

L'oxydation du LDL-cholestérol joue également un rôle important dans le développement de l'athérosclérose. Des chercheurs ont rapportés que la curcumine, in vivo, avait non seulement la capacité de diminuer les taux de cholestérol total et de LDL-cholestérol mais également qu’elle peut exercer un effet protecteur dans la prévention de la lipoperoxydation des membranes sub-cellulaires4.
En Espagne, des médecins ont donné à 18 lapins une alimentation riche en cholestérol pour induire une athérosclérose. Ils les ont ensuite divisés en trois groupes : le premier a reçu 1,66 mg de curcumine par kilo de poids, le second 3,2 mg et le troisième a servi de groupe témoin. Après 7 semaines, les chercheurs ont constaté que dans le groupe nourri avec la dose la plus faible de curcumine, la sensibilité des LDL à l'oxydation avait diminué et que les deux groupes supplémentés avaient de plus faibles niveaux de cholestérol5.

Une puissante action anti-inflammatoire
… Au niveau cardiovasculaire

Une méta-analyse6, incluant un total de près de 350 personnes a examiné les effets des curcuminoïdes sur les taux de C-réactive protéine (CRP) des participants. La CRP est un marqueur essentiel de l’inflammation et un facteur de risque important dans les maladies cardiovasculaires et l’athérosclérose.
Selon l’analyse des résultats des différents essais cliniques, comparativement au groupe recevant le placebo, la supplémentation en curcuminoïdes est associée à une réduction significative des niveaux de CRP dans les études réalisées sur un minimum de quatre semaines. Les mécanismes impliqués seraient la suppression de la production et de la libération de cytokines pro-inflammatoires.

Associer des suppléments de tocotriénols avec des extraits standardisés de curcuma permettrait une double action synergique et efficace contre l’athérosclérose.

…Au niveau articulaire

Une étude préliminaire chez des sujets souffrant de polyarthrite rhumatoïde a montré que la curcumine réduisait l'inflammation et certains symptômes comme la douleur et la raideur7.
La curcumine est capable de bloquer à la fois les voies de la Cox-2 et celles de la Lox dans l'inflammation en modulant directement le métabolisme de l'acide arachidonique. Elle a également la capacité d'inhiber l'activation d'un facteur de transcription, le NF-kB, un puissant inducteur de l'inflammation chronique8.
Les propriétés anti-inflammatoires de la curcumine ont été étudiées dans une étude en double aveugle sur 49 patients ayant une polyarthrite rhumatoïde. Un groupe a reçu 1 200 mg par jour de curcumine pendant 5 à 6 semaines tandis que l'autre recevait de la phénylbutazone (300 mg/jour), un médicament anti-inflammatoire. Des améliorations significatives ont été observées dans les deux groupes, avec une diminution des raideurs matinales, une augmentation de la durée de marche et de l'apparition de la fatigue et une amélioration de l'enflure des articulations comparable dans les deux groupes9.

Les personnes souffrant d'arthrite pourraient soulager efficacement leurs douleurs en prenant des suppléments de curcuma avec de la glucosamine, de la chondroïtine et des suppléments de MSM.

Une arme antioxydante pour le cerveau

L'organisme humain possède certains gènes qui régulent l'activité antioxydante. Un de ces gènes, héméoxygénase-1 (HO-1), est supposé défendre les cellules du cerveau exposées aux attaques radicalaires. Dans de précédentes études, la curcumine, dans des cellules de rat, encourageait fortement l'expression et l'activité de HO-1, indiquant que ce composé pouvait aider à enrayer les effets de l'oxydation.

Des chercheurs ont donc examiné les effets neuroprotecteurs de la curcumine et sa capacité à provoquer la réponse de HO-1 dans des cultures de neurones de l'hippocampe. Le traitement par la curcumine a eu pour résultat une augmentation de l'expression de HO-1 ainsi qu'une expression plus importante des enzymes antioxydantes. La pré-incubation des cellules dans la curcumine augmentait la résistance des cellules aux lésions oxydatives. Selon les chercheurs, la curcumine pourrait être utilisée dans un but thérapeutique comme un puissant inducteur de HO-1 qui pourrait protéger les cellules du cerveau contre les lésions oxydatives10.

Dans une autre étude, des rats ont été traités avec de la streptozotocine pour induire dans leur cerveau des lésions oxydatives, utilisées comme modèle expérimental de démence. Les animaux ont ensuite reçu 80 mg par kg de curcumine ou un placebo pendant 3 semaines. Après deux semaines de traitement avec la streptozotocine, les rats ont montré des déficits cognitifs significatifs. Les performances des animaux ayant reçu de la curcumine ont été significativement améliorées par rapport à celles des animaux témoins. De plus, les marqueurs de stress oxydatif des animaux supplémentés ont nettement diminué. La curcumine a également augmenté les niveaux du glutathion et des enzymes responsables de sa régénération dans des régions spécifiques du cerveau incluant l'hippocampe et le cortex cérébral. De plus, elle a accru l'activité de l'acétyltransférase choline, une enzyme importante pour la synthèse de l'acétylcholine. Des niveaux réduits d'acétylcholine sont supposés jouer un rôle dans la maladie d'Alzheimer11.

Dans ce domaine, il peut être souhaitable d’associer aux extraits de curcuma des molécules efficaces qui viendront compléter ses effets comme la phosphatidylsérine, l’huperzine A ou encore la vinpocétine.

Une protection contre Alzheimer

L'accumulation dans le cerveau des protéines bêta-amyloïdes est l'une des caractéristiques de la maladie d'Alzheimer. La bêta-amyloïde est en fait, une protéine mal formée. Les macrophages sont habituellement capables d'identifier ces protéines mal formées, de les engloutir et de les détruire. Mais, pour des raisons non encore totalement identifiées, ils ne parviennent pas à reconnaître la bêta-amyloïde et donc à l'éliminer.
Travaillant sur des souris de laboratoire dont l'alimentation avait été enrichie en curcumine, des chercheurs ont observé que ce nutriment était capable de réduire les dépôts de cette protéine dans le cerveau et d’augmenter leur élimination. Le fait que la curcumine traverse aisément la barrière hémato-encéphalique et se lie directement aux plaques joue certainement un rôle important dans sa capacité à les éliminer12.
De plus, lorsqu'ils ont ajouté de faibles doses de curcumine à des protéines humaines bêta-amyloïdes dans des tubes à essais, ils ont constaté que la curcumine empêchait les protéines de s'agréger et bloquait la formation de fibres d'amyloïde qui constituent les plaques.
Ces résultats suggérent que la curcumine pourrait être capable à la fois de "traiter" la maladie d'Alzheimer et de diminuer le risque de développer cette maladie13.
D’autres études sont venues conforter ces résultats puisque des chercheurs ont testé l'activité antiamyloïde de macrophages prélevés sur des patients atteints de maladie d'Alzheimer. Après incubation en laboratoire avec de la curcumine, l'absorption de la bêta-amyloïde par les macrophages de la moitié des sujets a été significativement augmentée. Les curcuminoïdes renforcent la liaison des macrophages aux bêta-amyloïdes et la vitamine D pourrait stimuler l'absorption de la bêta-amyloïde par les macrophages chez la plupart des patients14.
La curcumine pourrait ainsi exercer un effet protecteur contre le développement de la maladie d'Alzheimer, et pourrait peut-être même aider à inverser le processus de la maladie une fois qu'elle est apparue15.

La prise de curcuma peut s’avérer encore plus efficace si elle est associée avec celle de PQQ (Pyrroloquinoline quinone) et de Co-enzyme Q10.

Des bienfaits en cas d’insuffisance cardiaque

L'insuffisance cardiaque se produit lorsque le cœur ne peut plus pomper efficacement du sang. Elle peut conduire à une hypertrophie du muscle cardiaque qui s'accompagne de symptômes tels que la fatigue et des enflures.
Des chercheurs japonais ont testé la curcumine sur deux modèles d'insuffisance cardiaque : une maladie cardiaque associée à une pression sanguine élevée chez des rats sensibles au sel et sur des rats chez lesquels un infarctus du myocarde avait été induit chirurgicalement. Dans les deux cas, la curcumine a prévenu l'augmentation de l'épaisseur de la paroi du muscle cardiaque induite par l'insuffisance cardiaque. Les chercheurs ont attribué le mécanisme de la curcumine à l'inhibition d'une enzyme, la p300 HAT (histone acétyltransférase).
Dans une seconde étude, une équipe canadienne décrit l'utilisation de la curcumine sur un modèle de souris atteint d'insuffisance cardiaque et sur des cultures de fibroblastes et de cellules cardiaques de rats. La curcumine a permis de prévenir l'hypertrophie du muscle cardiaque et d'aider à l'inverser chez les animaux supplémentés, même lorsque le traitement a débuté deux semaines après l'induction de l'insuffisance cardiaque. Ils ont également observé que la curcumine empêchait l'activité de la p300 HAT16.

En cas d’insuffisance cardiaque, il ne faut pas hésiter à prendre en synergie des extraits de curcumine et des suppléments de taurine et d’astragaloside IV.

Des vertus contre le diabète

Dans une étude, des chercheurs ont utilisé des souris mâles nourries avec une alimentation riche en graisses pour induire une obésité et des souris femelles obèses déficientes en leptine. Des souris normales minces, nourries avec une alimentation pauvre en graisses, ont été utilisées comme témoins. Les animaux ont été répartis en deux groupes ; ils ont reçu pendant 5 semaines une alimentation enrichie ou non avec une forte dose de curcumine.
Selon les résultats des tests de tolérance au glucose, à l'insuline et la glycémie, les souris ayant reçu une forte dose de curcumine avaient moins de risque de développer un diabète. De plus, elles ont subi une petite perte de poids et de masse grasse, même lorsque leur consommation de calories était identique ou supérieure à celle des animaux ne recevant pas de curcumine. Les souris obèses ayant reçu de la curcumine avaient également moins d'inflammation dans le foie et les tissus graisseux que les animaux n'en n’ayant pas absorbé.
L'inflammation jouerait un rôle dans le déclenchement du diabète et de l'obésité, et les chercheurs suggèrent que la curcumine aide à prévenir le diabète en réduisant l'inflammation qui se produit dans l'obésité.
Ainsi, la curcumine pourrait non seulement améliorer la sensibilité à l’insuline des muscles et du foie mais également limiter certains effets néfastes de l'obésité en réduisant le nombre et l'activité des cytokines inflammatoires produites par les cellules immunitaires des tissus graisseux qui peuvent endommager les îlots du pancréas producteurs d'insuline17.

Pour améliorer la sensibilité des cellules à l’insuline, il est généralement recommandé d’associer les extraits de curcuma à la berbérine qui joue également un rôle clef dans la prévention et le traitement naturel de cette pathologie.

Une aide pour lutter contre les pathologies ophtalmiques
…L'uvéite antérieure chronique

Il s’agit d’une inflammation de la paroi vasculaire de l'œil et plus particulièrement de la région comprenant l'iris. 375 mg de curcumine trois fois par jours ont été administrés par voie orale pendant 12 semaines à 53 patients ayant une uvéite antérieure chronique. Après 12 semaines de traitement, les symptômes étaient améliorés chez 90% des patients ayant terminé l'étude.
Dans une autre étude, 32 patients souffrant de cette pathologie ont été divisés en deux groupes. L'un a reçu simplement de la curcumine, l'autre une combinaison de curcumine et d'un traitement antituberculeux. Etonnamment, tous les patients traités avec la seule curcumine ont constaté une amélioration contre 86% de ceux ayant reçu le traitement combiné. Les chercheurs ont conclu que la curcumine était aussi efficace qu'une corticothérapie, seul traitement chronique actuellement disponible pour traiter l'uvéite antérieure chronique. Ils ont ajouté que l'absence d'effets secondaires de la curcumine était son plus grand avantage par rapport aux corticostéroïdes18.

…La cataracte

Une étude menée sur des rats et des lapins a montré que la curcumine inhibait efficacement la formation de la cataracte chimiquement induite, même à de faibles doses19. Une autre étude effectuée sur des rats, pendant 14 jours a également démontré que chez ceux supplémentés avec de la curcumine, les cristallins étaient beaucoup plus résistants à l'opacification induite que ne l'étaient les cristallins des animaux témoins20.

Une supplémentation en lutéine et zéaxanthine protège du développement et de la progression de la cataracte et peut donc parfaitement agir en synergie avec les extraits de curcuma standardisés en curcumine.

---------------------------------------

1-Thamlikitkul V. et al. J Med Assoc Thai. 1989;72:613-620
2-Motterlini R. et al., Curcumin, an antioxidant and anti-inflammatory agent, induces heme oxygenase-1 and protect endothelial cells against oxidative stress, Free Radic. Biol. Med., 2000 Apr 15, 28(8):1303-12.
3-Dickinson D.A. et al., Curcumin alters EpRE and AP-1 binding complexes and elevates glutamate-cysteine ligase gene expression, Faseb J., 2003, 17(3):473-475
4-Indian Journal of Physiologie, 1992
5-Ramirez-Tortosa MC et al. Oral administration of a turmeric extract inhibits LDL oxidation and has hypocholesterolemic effects in rabbits with experimental atherosclerosis. Atherosclerosis, 1999 Dec:; 147(2):374-8
6-Sahebkar A. Are Curcuminoids Effective C-Reactive Protein-Lowering Agents in Clinical Practice? Evidence from a Meta-Analysis. Phytother Res. 2013 Aug 7. doi: 10.1002/ptr.5045
7-Deodhar SD et al. Ind J Med Res 1980; 71: 632-4
8-Yeh C.H. et al., Inhibition of NF-kB activation with curcumin attenuates plasma inflammatory cytokines surge and cadiomyocytic apoptose following cardiac ischemia/reperfusion, J. Durg. Res., 2005 May 1, 125(1):109-16
9-Deodhar S.D. et al., Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin, Indian J. Med. Res., 1980, 71:632-4.
10-Experimental Biology Conference, Washington DC, April 17-21, 2004
11-Eur. Neuropsychopharmacol., 2009 Mar 27, published on-line ahead of print
12-Yang F. et al., Curcumin inhibits formation of amyloid beta oligomers and fibrils, binds plaques and reduces amyloid in vivo, J. Biol. Chem., 2005 Feb 18, 2280(7):5892-901.
13-Journal of Biological Chemistry, online Dec 7, 2004
14-Journal of Alzheimer's Disease, vol. 3, 703-717, doi:10.3233/JAD-2009-1080
15-Zhang L. et al., Curcuminoids enhance amyloid beta uptake by macrophages of Alzheimer's disease patients, J. Alzheimer Dis., Sep, 10(1):1-7
16-Journal of Clinical Investigation, March 2008 issue available on line, doi: 10.1172 / JCI32865 et 10.1172 / JCI33160
17-90th annual meeting of the Endocrine Society, San Francisco, June 15 to 18 2008
18-lal B et al. Efficacy of curcumine in the management of chronic anterior uveitis. Phytother res 1999 Jun; 13 (4): 318-22
19-Awasthi S et al. Curcumin protect against 4-hydroxy-2-trans-nonenal-induced cataract formation in rat lenses. Am J Clin Nutr 1996 Nov; 64(5): 761-6
20-Pandya U et al. Dietary curcumin prevents occular toxucity of naphtalene in rat. Toxicol Lett 2000 June 5;115 (3) ;195-204

Commander les nutriments évoqués dans cet article
Recherche
Thèmes
® 1997-2016 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés