Accueil  >  Gastro-Intestinal  >  Système immunitaire : une...
21-09-2017

Système immunitaire : une nouvelle découverte sur la flore intestinale

Système immunitaire flore intestinale Assurant la défense de l’organisme face à de nombreux germes pathogènes, le système immunitaire est complexe. Pour distinguer le soi du non-soi, il fait intervenir de nombreuses cellules dont les plus connues sont les globules blancs, aussi nommés leucocytes. Parmi ces cellules immunitaires, des leucocytes bien spécifiques ont été découverts par les chercheurs au niveau de l’intestin : les lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+. D’après une étude parue en août 2017 dans la revue Science1, l’action de ces cellules immunitaires serait fortement dépendante de la flore intestinale, et plus exactement d’une souche de probiotiques présente au niveau de l’intestin : Lactobacillus reuteri. Faisons le point pour mieux comprendre cette découverte et le lien entre le système immunitaire et la flore intestinale.

Une nouvelle classe de cellules immunitaires dans l’intestin

Depuis plusieurs dizaines d’années, le système immunitaire intestinal fait l’objet de nombreuses études scientifiques. Celles-ci ont mené à plusieurs découvertes majeures dont l’identification et la compréhension du rôle de la flore intestinale, un ensemble de micro-organismes co-habitant au niveau de l’intestin. Il est désormais reconnu que l’équilibre du microbiote intestinal joue un rôle clé dans le système immunitaire intestinal, comme le rappelle notre article : « Une bombe dans vos intestins ». Ces dernières années, une autre découverte sur le système immunitaire intestinal est passée plus inaperçue. Les chercheurs ont identifié une nouvelle classe de cellules immunitaires : les lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+.

Un rôle clé dans le processus de tolérance

Situées au niveau de l’épithélium de l’intestin grêle, les lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+ interviendraient dans le processus de tolérance, un mécanisme très étudié en immunologie. Et pour cause puisque c’est ce processus qui permet de tolérer les cellules du soi, c’est-à-dire d’éviter de détruire les cellules saines de l’organisme. Néanmoins, il arrive que cette tolérance s’applique également à des agents pathogènes. Pour éviter ce phénomène, plusieurs chercheurs se sont intéressés au rôle joué par les lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+ dans ce processus de tolérance. 2

L’importance de la flore bactérienne intestinale

En s’intéressant à l’action des lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+, les chercheurs ont constaté que ces cellules seraient issues d’une différenciation de lymphocytes T CD4+. Néanmoins, ce processus se produirait uniquement en présence de certaines bactéries. En effet, des chercheurs ont observé l’absence de lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+ chez des souris ne présentant aucun germe bactérien au niveau de l’intestin. En approfondissant ce résultat, une équipe de recherche américaine a remarqué que le processus de différenciation ne se produit qu’en présence d’une souche de probiotiques spécifique : Lactobacillus reuteri. Connue pour ses bienfaits digestifs et cardiovasculaires, cette souche bactérienne permettrait d’activer de façon indirecte la différenciation des lymphocytes T CD4+ en lymphocytes intra-épithéliaux CD4+CD8αα+. D’après les chercheurs, les lactobacilles Lactobacillus reuteri induiraient la production de substances dérivées à partir de tryptophane alimentaire. Ce sont ensuite ces dérivés spécifiques qui activeraient des récepteurs au niveau des lymphocytes T CD4+ intestinaux. Par un phénomène de régulation négative, cela aurait pour conséquence une différenciation de ces cellules immunitaires en lymphocytes CD4+CD8αα+.

Ces nouvelles découvertes viennent confirmer le rôle et l’importance de la souche de probiotiques Lactobacillus reuteri dans le système immunitaire intestinal. Elle serait impliquée dans le processus de tolérance, en activant de façon indirecte la différenciation des lymphocytes T CD4+ en lymphocytes CD4+CD8αα+. D’après les chercheurs, cette différenciation nécessiterait la présence de tryptophane, un acide aminé connu pour être le précurseur de plusieurs molécules au sein de l’organisme. Un apport adéquat en Lactobacillus reuteri et en tryptophane pourrait ainsi présenter un fort intérêt pour renforcer le système immunitaire intestinal.



> Sources :
1. L. Cervantes-Barragan et al., Lactobacillus reuteri induces gut intraepithelial CD4+CD8αα+ T cells, Science, 25 Août 2017, Volume 357, N°6353, Pages 806-810.
2. G. Malamut, et al., Lymphocytes intra-épithéliaux : impact en gastroentérologie, John Libbey Eurotext, Mai 2012, Volume 19, N°5.
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Lactobacillus reuteri

Un probiotique de nouvelle génération au service de la santé cardio-vasculaire

www.supersmart.com
L-Tryptophan 500 mg

Un complément de L-tryptophane pour faciliter l’entrée dans les différentes phases du sommeil

www.supersmart.com
A découvrir aussi
19-11-2018
Une bombe dans vos intestins
Un tube digestif mal entretenu, peuplé de bactéries et de champignons opportunistes et pathogènes (en particulier Candida albicans ), pollué par des aliments mal digérés,...
Lire plus
19-09-2016
Les probiotiques, de nombreux effets préventifs et...
Les résultats cliniques publiés depuis une quinzaine d'années soulignent les multiples effets bénéfiques des probiotiques. Ils semblent avoir des effets préventifs et curatifs, notamment dans...
Lire plus
14-03-2017
Dermatite atopique : l’intérêt des prébiotiques et...
Entre 30% et 40% de la population mondiale serait touchée par une allergie. Aux origines multiples, celle-ci peut se manifester sous différentes formes telles qu’une...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer