Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires
Accueil
  >  
Ayurveda
  >  
Le shilajit, un remède...

Le shilajit, un remède ayurvédique reconnu


shiliajit
Pendant des siècles, les praticiens de médecine traditionnelle des régions lointaines de l'Himalaya ont proclamé que le shilajit pouvait stopper le processus du vieillissement et induire une revitalisation. Des textes sacrés sanskrits vieux de plus de 3 000 ans y font déjà référence et le décrivent comme un destructeur de faiblesse. Le shilajit a été prescrit pendant des centaines d'années pour soulager de nombreux problèmes de santé. Aujourd'hui, c'est un puissant outil de la médecine ayurvédique ; la recherche scientifique contemporaine confirme nombre de ses propriétés.

Dans sa forme naturelle, le shilajit est une substance bitumineuse que l'on trouve dans les régions de l'Himalaya. À la saison chaude, il suinte des rochers, sous la forme d'un exsudat. Principalement constitué d'humus, des résidus organiques ayant perdu leur structure originelle, il est particulièrement riche en acides fulviques qui agissent comme transporteurs de molécules. Il contient également des dibenzo-alpha-pyrones associés à des triterpènes et des lipides phénoliques.

Des transporteurs de molécules

Le plus grand nombre d'études sur les acides fulviques a été réalisé en relation avec les plantes. Leur rôle est ainsi de transporter les minéraux et les nutriments du sol vers les plantes.
Les acides fulviques sont des électrolytes organiques naturels capables d'équilibrer et de stimuler les propriétés biologiques. Ils interviennent à tous les stades du métabolisme cellulaire. Ils restaurent l'équilibre électrique des cellules endommagées, neutralisent les toxines et peuvent éliminer des aliments empoisonnés en quelques minutes. Selon les besoins d'une cellule pour son équilibre, ils peuvent lui donner ou lui prendre un électron. Face à des radicaux libres avec des électrons non appariés positifs ou négatifs, ils fournissent une charge équivalente et opposée pour les neutraliser. Ce sont des chélateurs efficaces des ions minéraux comme des métaux lourds. Ils exercent également une action stimulante sur la phosphorylation et la production d'énergie. Transporteurs de molécules, les acides fulviques améliorent l'assimilation des nutriments et leur passage à travers les membranes cellulaires. À la fin des années 1980, différents groupes de recherche ont commencé à prendre au sérieux les revendications du pouvoir médicinal du shilajit et à travailler à leur évaluation.

Une activité nootropique et anxiolytique

Des investigations sur une possible activité adaptogène du shilajit ont fait émerger certaines caractéristiques suggérant qu'il pourrait avoir une activité nootropique et anxiolytique. Une équipe de chercheurs a alors étudié ces deux actions du shilajit sur des rats albinos. Ils ont également examiné dans le cerveau des animaux les modifications des monoamines et de leurs métabolites pour expliquer les effets pharmacologiques constatés. Les résultats ont indiqué que le shilajit pouvait être considéré comme ayant une activité nootropique et anxio-lytique significative. Le shilajit a facilité la mémorisation de l'apprentissage acquis. D'autres travaux ont montré qu'il avait davantage d'effet sur l'apprentissage et la mémoire après l'induction de déficits de mémorisation par une sous-alimentation ou un appauvrissement de l'environnement. Son activité anxiolytique pouvait être qualitativement comparée à celle du diazépam. Les études neurochimiques ont montré que le shilajit induisait dans le cerveau des animaux une diminution du renouvellement du 5-HTP associée à une augmentation de l'activité dopaminergique expliquant son action. D'autres investigations sont cependant nécessaires pour confirmer cette action nootropique et anxiolytique1.

Stimulation de la fonction cognitive

Le shilajit est utilisé par la médecine ayurvédique pour atténuer des déficits du fonctionnement cérébral, incluant l'amnésie chez des patients en gériatrie. Une étude a été réalisée pour évaluer si les effets de stimulation de la mémoire d'un extrait de Withania somnifera et du shilajit étaient dus à des altérations neurochimiques de systèmes spécifiques de neurotransmetteurs.

Les résultats suggèrent que les deux extraits de Withania somnifera et de shilajit augmentaient la capacité des récepteurs acétylcholine de type muscarinique, expliquant ainsi en partie leurs effets stimulants sur la cognition et la mémoire2.

Prévention et le traitement du diabète

Le shilajit est largement utilisé par la médecine ayurvédique pour traiter différentes maladies. Depuis des centaines d'années, les populations vivant dans les villages isolés de l'Himalaya et des régions alentour utilisent le shilajit seul ou associé à d'autres remèdes végétaux pour prévenir et combattre les problèmes liés au diabète. Des chercheurs ont pris un sérieux intérêt à déterminer si les revendications concernant les effets antidiabétiques du shilajit avaient une valeur scientifique. Des études ont effectivement fait état d'actions antidiabétiques du shilajit3, 4. L'une d'entre elles suggérait qu'un traitement de longue durée avec du shilajit augmente le nombre de cellules bêta du pancréas, les cellules productrices d'insuline, ce qui pourrait avoir pour résultat une meilleure sensibilité de ces cellules avec une sécrétion rapide de grandes quantités d'insuline en réponse à une hyperglycémie. Les chercheurs ont également démontré que la fraction d'acides fulviques du shilajit ainsi que d'autres composants humiques étaient responsables de l'activité antidiabétique du shilajit. Le Dr Bhattacharya a reconnu que les acides fulviques prévenaient et combattaient avec succès les lésions radicalaires sur les cellules bêta du pancréas. Ces lésions étant largement reconnues comme responsables du développement du diabète.

Une autre étude s'est donné comme objectif d'évaluer l'effet du shilajit sur le glucose sanguin et le profil lipidique de rats euglycémiques avec un diabète induit par de l'alloxane. Une combinaison de glibenclamide et de shilajit a entraîné une diminution significative du glucose sanguin, plus importante que celle produite par n'importe quel médicament utilisé seul. De plus, le shilajit a eu des effets bénéfiques sur le profil lipidique des animaux diabétiques. Les chercheurs en ont conclu que le shilajit pourrait offrir une nouvelle et prometteuse approche dans la gestion à long terme du diabète.

Produisant chez l'animal une amélioration du contrôle de la glycémie en même temps que du profil lipidique, il leur semblait intéressant de l'essayer cliniquement, seul ou associé à des médicaments antidiabétiques5.

Des effets spermatogéniques et ovogéniques

L'effet du shilajit sur la spermatogenèse et l'ovogenèse a été étudié sur des rats mâles et femelles. Dans ce but, il a été administré par voie orale à des animaux âgés de 7 semaines pendant une période de 6 semaines. À la fin du traitement, chez les animaux mâles, le nombre de spermatozoïdes dans les testicules et les épididymes était significativement plus important dans les rats supplémentés que chez les animaux témoins.

Chez les femelles, l'effet du shilajit a été évalué par l'activité d'ovulation induite. Après 5 jours, une ovulation a été induite chez 7 des 9 rats dans le groupe supplémenté et chez 3 des 9 animaux témoins. Les chercheurs, au vu de ces résultats, ont estimé que le shilajit avait un effet spermatogénique et ovogénique chez les rats matures7.


1. Jaiswal A.K. et al., Effects of shilajit on memory, anxiety and brain monoamines in rats, Indian Journal of Pharmacology, 1992, 24: 12-17.
2. Schliebs R. et al., Systemic administration of defined extracts from Withania somnifera and shilajit differentially affects cholinergic but not glutamatergic and GABAergic markers in rats brain, Neurochem. Int., 1997 Feb, 30(2): 181-90.
3. Gupta S.S., Effect of shilajit, Ficus bengalensis & ant pituitary extract on glucose tolerance in rats, Indian J. Med. Res., 1966, 54: 354-66.
4. Bhattacharya S.K. et al., Shilajit attenuates streptozotocin induced DM & decrease in pancreatic islet superoxide dismutase activity in rats, Phytoter. Res., 1999, 9: 41-4.
5. Trivedi N.A. et al., Effect of shilajit on blood glucose and lipid profile in alloxan-induced diabetic rats, Indian J. Pharmacol., December 2004, vol. 36, issue 6, 373-376.
6. Nidhi S. et al., Modulation of oxidative and antioxidative status in diabetes by asphaltum panjabinum, Diabetes Care, 2003, 26: 2469-2470.
7. Park J.S. et al., The spermatogenic ans ovogenic effects of chronically administered shilajit to rats, J. Ethnopharmacol., 2006 Apr 18, e-pub ahead of print.
Télécharger le pdf contenant cet article

Commander le nutriment évoqué dans cet article
® 1997-2016 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés