Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires
Accueil
  >  
Veinotoniques
  >  
Limiter les sensations de...

Limiter les sensations de jambes lourdes par les plantes


jambes lourdes Dès les premières chaleurs, ça recommence : les jambes et les chevilles gonflent et des douleurs survenant dans la journée s’intensifient le soir. Pour contrer ce mauvais retour veineux très invalidant, il existe des substances naturelles extraites des plantes qui permettent de le contrecarrer très efficacement.

En premier lieu, il est impératif de revoir le contenu des assiettes en mettant à l’honneur des aliments qui regorgent de polyphénols protecteurs des veines et qui, dans le même temps, fournissent des fibres, essentielles à un transit intestinal optimal. En effet, on sait désormais qu’un mauvais transit a tendance à bloquer le retour veineux. Les fruits et légumes colorés, les jus de fruits rouges et les divers thés sont donc à consommer quotidiennement, et même plusieurs fois par jour.

Ensuite, il est impératif, dès les premiers symptômes, voire en prévention, de se supplémenter quotidiennement pendant toute la saison des fortes chaleurs ou lors de stations debout prolongées.

Les plantes et nutriments au service du retour veineux

Traditionnellement, le marron d’inde (Horse chestnut) est utilisé pour réduire les veines variqueuses, l’insuffisance veineuse chronique et les oedèmes des jambes. L’escine que cette plante contient réduit le diamètre et le nombre des pores des membranes capillaires, permettant de diminuer les fuites de fluide dans les tissus environnants. La circulation du sang dans les veines est alors améliorée et le gonflement des petits vaisseaux des jambes s’amenuise. Ce veinotonique serait même 600 fois plus puissant que la rutine, qui peut d’ailleurs lui être adjointe afin d’augmenter son efficacité.

La Centella asiatica, aussi nommée Gotu kola, est également une plante traditionnellement reconnue dans cette indication au sein des principales pharmacopées (chinoise, indienne, allemande, britannique). De nombreuses études réalisées avec des extraits standardisés en asiaticosides et en madécassosides ont démontré son efficacité sur le fonctionnement du retour veineux, ainsi que sur sa capacité à faciliter la synthèse de collagène, une protéine de structure essentielle aux parois des veines.

Le Ginkgo biloba, reconnu pour ses effets sur la mémoire et le déclin cognitif lié à l’âge, améliore également la circulation sanguine, augmente le tonus veineux et diminue la perméabilité capillaire. La prise d’un extrait de Ginkgo, standardisé en ginkgolides, va donc soulager durablement les sensations désagréables au niveau des membres inférieurs.

Les sensations de jambes lourdes, de gonflements des pieds, des chevilles et des mollets, peuvent aussi être limitées par l’utilisation d’un extrait d’Opuntia ficus indica (figuier de barbarie), standardisé en bétalaïnes et en indicaxanthines. Ses propriétés diurétiques facilitent le drainage des toxines, réduisent la sensibilité des membres inférieurs tout en préservant la balance en minéraux.

D’autres synergies de plantes ou d’extraits de plantes sont aussi efficaces pour renforcer les parois capillaires et améliorer le retour veineux :
    - La rutine extraite de l’arbrisseau Ruta graveolens et sa forme plus active la troxérutine (extraite du Sophora japonica) sont deux flavonoïdes essentiels à une bonne circulation du sang dans les vaisseaux et les capillaires, ainsi qu’à un bon retour veineux. Ils réduisent également la perméabilité capillaire et sont vasoprotecteurs.
    - Les anthocyanidines et proanthocyanidines extraits des myrtilles, de l’écorce de pin maritime et des pépins de raisins agissent sur la perméabilité et la fragilité des capillaires sanguins.
    - La quercétine, également rattachée à la famille des flavonoïdes et extraite du Sophora japonica modifie la synthèse des eicosanoïdes et assure une libre circulation sanguine. Sa proche cousine, la taxifoline extraite du mélèze sibérien, améliore aussi très efficacement la microcirculation au niveau des capillaires et diminue la viscosité du sang.
    - Et enfin, la diosmine et l’hespéridine, qui sont aussi des flavonoïdes, renforcent l’élasticité et le tonus veineux.
En complément de ces flavonoïdes, il est possible d’adjoindre un supplément d’Ubiquinol, qui protège non seulement les artères mais également les veines, couplé ou non aux tocotriénols, les proches cousins des tocophérols, qui pénètrent beaucoup plus facilement au travers des membranes cellulaires et aident à maintenir des veines souples et saines.

Des substances indispensables au système lymphatique

Les troubles circulatoires sont à la fois d’origine veineuse et lymphatique. Un dysfonctionnement au niveau de la lymphe - incluant des mauvais drainages et retours des protéines du liquide interstitiel - est impliqué dans le développement des oedèmes dont le lymphœdème qui associe une forte teneur en protéines, une inflammation chronique et une fibrose des tissus. La cause principale ? Une augmentation de la filtration capillaire et une insuffisance de la résorption veineuse et lymphatique.
D’après de multiples études animales et humaines, la prise de plantes riches en coumarines, flavonoïdes et terpénoïdes s’avère d’une grande efficacité dans le traitement symptomatique de ces troubles veino-lymphatique. Parmi elles, reconnu depuis l’antiquité, le mélilot (Melilotus officinalis) est doué de telles propriétés veinotoniques, antioedémateuses et vasculoprotectrices. Les coumarines qu’il contient, des composés naturels de la famille des benzopyrènes, sont renommées pour leur capacité à favoriser une circulation sanguine fluide et stimuler le flux lymphatique.
L’incroyable efficacité de l’extrait standardisé de mélilot est reliée à ses différents mécanismes d’action :
    - Il augmente le drainage du fluide lymphatique en stimulant directement les vaisseaux lymphatiques ;
    - Il augmente la phagocytose et la protéolyse via les macrophages ;
    - Il améliore la qualité et la rapidité du retour veineux ;
    - Et enfin, il protège les capillaires.
Pour réduire les lymphoedèmes au niveau des jambes et améliorer la microcirculation et l’oxygénation des tissus, la prise d’un un extrait de bois de chêne français, plus connu sous le nom de ROBUVIT®, s’est également avéré aussi très efficace. Ses effets sur l’amélioration de la fonction lymphatique sont vraisemblablement attribués à ses nombreux composés flavonoïques : acide gallique, acide ellagique, castalagine, vescalagine, et surtout des Roburines (A, B, C, D, E,).

En plus des recommandations d’hygiène de vie (douches froides sur les jambes, matelas surélevé, bas de contention, port de vêtements peu serrés, gel veinotonique…), ces plantes et ces extraits de plantes constituent donc des armes puissantes contre les jambes lourdes et enflées durant toute la saison estivale.

Commander les nutriments évoqués dans cet article
Recherche
Thèmes
® 1997-2016 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés