Accueil  >  Minéraux  >  Les minéraux, indispensables à...
01-06-2009

Les minéraux, indispensables à de nombreux processus vitaux de l'organisme

Les minéraux jouent un rôle crucial dans de nombreuses fonctions vitales. Une supplémentation avec une formule multiminérale revêt donc une importance particulière pour la santé, à condition qu'elle soit équilibrée et que les minéraux qui la composent aient une bonne biodisponibilité.

Minéraux

En chimie, un minéral est simplement un élément inorganique (non vivant) que l'on trouve dans la nature. En nutrition, le terme « minéral » est utilisé pour classifier des éléments nutritionnels indispensables aux processus de vie. Les minéraux sont des éléments naturels, d'origine ni animale ni végétale.

Une histoire qui remonte au XIXe siècle

La découverte de l'importance des minéraux dans la nutrition a commencé au xixe siècle avec l'analyse chimique d'éléments dans des échantillons biologiques et la démonstration que certains d'entre eux étaient essentiels pour la croissance de micro-organismes, comme le zinc pour l'Aspergillus niger1.
Des investigations2 cliniques chez des femmes ayant une une chlorose (une forme d'anémie) et des expériences de privation de fer chez des chiens ont montré pour la première fois que des déficiences nutritionnelles et/ou un déficit en un élément trace (le fer) de l'organisme provoquaient une maladie spécifique (anémie par déficience en fer)3. À la lumière des connaissances et des pratiques médicales de l'époque, ces découvertes étaient révolutionnaires.
Des vétérinaires et des spécialistes des plantes ont montré que des sols et des plantes pauvres en éléments traces spécifiques, tels le cobalt, le cuivre, le sélénium ou le zinc, et des déséquilibres dans certains éléments traces, comme le manganèse et le cuivre ou le zinc et le cuivre, pouvaient causer des maladies. Leurs découvertes ont aidé les scientifiques cliniciens à reconnaître les fonctions des éléments trace chez l'homme et l'effet d'excès ou de déficiences sur la santé de l'homme.
Ainsi, il a été mis en évidence que le passage d'une souche non virulente du coxsackievirus B3 (CVB3/0) chez des souris déficientes en sélénium ou en vitamine E provoquait un changement dans la structure du génome du virus, le rendant identique à la souche virulente CVB3/03 en dehors d'un nucléotide et qu'il était devenu cardio-virulent chez des souris normales. Ainsi, l'alimentation de l'hôte affecte le virus lui-même4.
Un article scientifique a résumé les recherches de ces trente dernières années, établissant que l'iode était indispensable au développement du cerveau et montrant qu'une supplémentation de la mère avec de l'iode au cours de la grossesse prévenait le crétinisme. L'association entre le goitre et le crétinisme était connue depuis le milieu du xixe siècle et la prévention du goitre par l'iode depuis le début du siècle dernier. En dépit de ces connaissances, des déficiences en iode continuent d'être une cause majeure de morbidité dans des régions où les sols sont pauvres en iode5.
Des observations 6 sur les cent dernières années soulignent le rôle du zinc pour le cerveau. Les effets néfastes de déficiences en zinc sur le fonctionnement cérébral d'animaux de laboratoire et chez l'homme ont été révélés. De récentes recherches ont montré qu'enrichir l'alimentation en zinc a un effet bénéfique sur la cognition, lorsque cet enrichissement est fait en parallèle avec une supplémentation avec d'autres micronutriments.

Les minéraux indispensables à de nombreux processus

Les minéraux sont nécessaires au bon fonctionnement de nombreux processus de l'organisme, incluant la contraction des muscles, le transport de l'oxygène, la conduction des impulsions nerveuses, l'équilibre acide/base du sang, le maintien de l'apport hydrique, la coagulation du sang, un fonctionnement immunitaire convenable ou un rythme cardiaque normal. De nombreux minéraux sont utilisés comme blocs de construction pour des tissus tels les os, les dents ou les muscles. De plus, certains minéraux sont d'importants composants ou activateurs de plusieurs enzymes et hormones. Les minéraux ne fournissent pas de source d'énergie calorique mais sont par contre essentiels pour le bon fonctionnement des enzymes métaboliques qui, à leur tour, sont indispensables aux voies métaboliques de l'énergie. En fait, les enzymes ne peuvent fonctionner en l'absence de minéraux. Certains minéraux contrôlent d'importants processus biologiques, notamment en facilitant la liaison de molécules à des sites récepteurs sur des membranes cellulaires, en altérant la structure ou la nature ionique des membranes pour empêcher ou permettre que certaines molécules entrent ou sortent d'une cellule et en induisant l'expression de gènes pour former des protéines impliquées dans les processus de la vie.

déchaussement


Les minéraux sont excrétés de l'organisme dans la sueur, les selles ou les urines, et doivent être remplacés quotidiennement. Un apport inadéquat en minéraux est associé à un large éventail de maladies incluant l'anémie, l'hypertension, le diabète, le cancer, le déchaussement des dents ou l'ostéoporose.

La biodisponibilité des minéraux est inégale

La biodisponibilité d'un ingrédient, d'un supplément nutritionnel définit la portion du nutriment ou de l'ingrédient bioactif qui va être absorbée par le système gastro-intestinal pour être utilisée ou stockée dans l'organisme, ou le degré d'utilisation d'un nutriment au niveau cellulaire. Après être passés à travers la paroi intestinale, les ingrédients entrent dans la circulation sanguine et trouvent leur chemin vers leur organe ou système organique cible où ils doivent aller exercer leurs missions spécifiques pour soutenir la santé. En général, la plupart des minéraux sont faiblement absorbés et, de plus, certains composants de l'alimentation peuvent inhiber leur absorption.
La première fonction du système digestif est de décomposer les aliments que nous absorbons en différents composants nutritionnels indispensables au maintien de la santé. Ce processus débute dans la bouche où l'amylase salivaire initie la dégradation des amidons. Il se poursuit dans l'environnement acide de l'estomac où l'acide chlorhydrique et les enzymes gastriques commencent la décomposition des protéines (et dans un degré très limité celle des hydrates de carbone). Après une période d'une à quatre heures, selon la combinaison des aliments absorbés, l'action péristaltique pousse le chyme hors de l'estomac dans l'intestin grêle où la bile et les différentes enzymes pancréatiques complètent le processus de digestion. C'est dans la portion haute de l'intestin grêle que tous les minéraux sont finalement absorbés.
Les minéraux pris sous forme de sels minéraux sont absorbés dans leur forme ionique. Les minéraux existant sous forme d'anions, négativement chargés, tel le bore ou le sélénium, sont généralement absorbés librement et complètement par le système gastro-intestinal. Les minéraux existant sous forme de cations, chargés positivement, sont plus difficilement absorbés.
Les minéraux sont libérés des aliments sous l'action de l'acide chlorhydrique et des enzymes gastriques dans l'estomac. Une fois libre, le minéral qui transporte une charge électrique positive va s'attacher lui-même à un transporteur fortement chargé négativement, créant ainsi une liaison trop forte pour être brisée dans l'estomac, ou passer dans l'intestin comme un ion minéral sans attache, chargé positivement.
Lorsque le premier cas se produit, le minéral fortement lié à son transporteur traverse l'intestin sans que le processus de sa digestion ne se poursuive. En d'autres mots, sous cette forme, un minéral a peu d'intérêt pour l'organisme.
D'un autre côté, un minéral libre positivement chargé ne peut être assimilé dans l'intestin grêle que si sa charge est réduite à zéro. Les villosités intestinales (des projections comme de courts filaments qui tapissent la paroi intestinale et à travers lesquelles se fait l'absorption de la plupart des vitamines et des minéraux) sont chargées négativement. Il se crée une attraction entre elles et l'ion minéral chargé positivement, le cation. Cette attraction est si forte que les cations métalliques vont adhérer aux villosités intestinales sans être absorbés dans la circulation sanguine. La charge positive du cation peut être neutralisée en l'entourant d'une protéine de liaison aux villosités intestinales. C'est un processus lent : comme l'intestin ne peut assimiler qu'une petite quantité en un temps donné, la plupart des minéraux vont passer ce site récepteur avant que la neutralisation ne se fasse ; une grande partie des minéraux ingérés n'est ainsi jamais absorbée.

Les formes chélatées ont une meilleure biodisponibilité

On appelle chélateur une substance formée de molécules qui se lient étroitement à des atomes de métal (des minéraux) et les force à aller là où il va lui-même. Les chélateurs aident les minéraux dans leur voyage dans l'organisme. En fait, les chélates renforcent le passage des minéraux à travers la paroi intestinale dans le sang, les tissus et les cellules, accroissant ainsi la biodisponibilité minérale totale. Ils permettent à de plus grandes quantités de minéraux de pénétrer dans la circulation sanguine. Le processus de chélation se produit aussi naturellement dans le système gastro-intestinal avec l'aide d'acides aminés libres.
Des sels minéraux, tels le gluconate de potassium, le citrate de magnésium ou le citrate de molybdène, peuvent être reliés à deux charges opposées. La portion minérale (potassium, magnésium ou molybdène) a une charge positive et le transporteur du minéral une charge négative. Le minéral et son transporteur tiennent ensemble par l'attraction de leurs charges opposées, une attraction qui conduit à une charge électrique nulle. Si cette attraction électrochimique est assez forte pour maintenir ensemble les deux composants dans l'environnement acide de l'estomac, une quantité suffisante peut passer dans l'intestin grêle et être absorbée par les villosités intestinales. Cependant, ce n'est pas toujours le cas.. Les charges du minéral et de son transporteur sont relativement faibles, tout comme l'est l'attraction entre eux. Cette liaison sera donc facilement brisée par les enzymes digestives : le minéral positivement chargé, une fois libéré de son transporteur, suivra le processus de digestion précédemment décrit. Dans certains cas, ces types de composants minéraux ne permettent qu'à une quantité très limitée du minéral d'être absorbée.

Existe-t-il un agent chélateur idéal ?

Un agent chélateur idéal devrait :


chélateur• fournir une liaison suffisamment forte pour maintenir ensemble le minéral et le chélateur pendant sa traversée de l'estomac mais pas assez pour rendre l'ion minéral indisponible à l'absorption ;
• permettre la création d'un chélate minéral avec une charge électrique nulle pour que l'ion minéral encastré dedans puisse être attiré par les villosités intestinales à un degré suffisant pour permettre son assimilation dans la circulation sanguine.
Les minéraux chélatés sont des minéraux, tels le zinc, le magnésium ou le calcium, qui sont entourés par des acides aminés liés dans une forme stable au minéral. Dans le processus naturel de digestion de l'organisme, les acides aminés sont utilisés pour chélater naturellement les minéraux et faciliter leur transport à travers la paroi intestinale.


La glycine ou le picolinate ?

GlycineLa première question à se poser est de savoir de quelle façon ces ligands affectent la biodisponibilité du minéral. Parce que la glycine est métabolisée par l'organisme après son absorption et que le picolinate ne l'est pas, la glycine devrait être plus performante dans le métabolisme. Le fait que, dans l'organisme, la glycine est utilisée nutritionnellement et que le picolinate est traité comme un produit inutile est également important.
Les études regardant l'efficacité des picolinates comme ligand chélateur du zinc ont montré que les picolinates n'augmentent pas l'absorption du zinc par rapport à d'autres formes, comme le citrate ou le sulfate. Les picolinates augmentent même tellement l'excrétion des suppléments de zinc et du zinc endogène qu'ils en réduisent leur rétention par les tissus chez des animaux nourris avec du picolinate de zinc. La question du picolinate versus glycine est un exemple important, non seulement pour la biodisponibilité, mais aussi pour la fonctionnalité nutritionnelle.
L'utilisation de picolinate comme agent chélateur avec le zinc donne un bon exemple entre un simple chélate et un chélate nutritionnellement fonctionnel. C'est la raison pour laquelle, pour le zinc, les picolinates constituent de bons agents chélateurs, parce qu'ils rendent le zinc très absorbable dans l'organisme, mais ils ne sont pas nutritionnellement fonctionnels parce qu'ils favorisent l'excrétion (et non l'utilisation) du zinc une fois qu'il est dans l'organisme.
La glycine, par contre, a d'importantes fonctions métaboliques dans l'organisme. La recherche soutient son utilisation comme un agent chélateur sans danger et nutritionnellement fonctionnel. La glycine aide à préserver la masse musculaire. C'est un composant essentiel dans la synthèse de la créatine, elle aide à prévenir les lésions hépatiques dues à l'abus d'alcool et la formation d'ulcères. La glycine joue également un rôle important dans le système nerveux central, le système immunitaire, la production d'énergie et le maintien en bonne santé de la prostate.
Un grand nombre de minéraux sont disponibles sous forme de picolinate. C'est notamment le cas du chrome qui a été largement étudié. Le picolinate de chrome est notamment utilisé pour renforcer les performances des athlètes. Le picolinate est une des formes de chrome avec l'activité biologique la plus efficace.

La Bioperine® renforce l'absorption des minéraux

La Bioperine® est un extrait de pipérine pure obtenu du fruit du poivre noir. Des études ont montré que la Bioperine® augmente la biodisponibilité de différents nutriments en renforçant leur absorption. C'est entre autres le cas des minéraux. Ainsi, l'absorption du sélénium, sous forme de sélénométhionine, est augmentée de 30 % par la Bioperine®.

Sulfate de vanadium

Le vanadium pris avec l'alimentation a une absorption intestinale inférieure à 5 %. Selon une étude de pharmacocinétique, la biodisponibilité du sulfate de vanadium après administration par gavage oral de 7,5 mg et 15 mg par kg de poids à des rats males Wistar a été estimée à 16,8 et 12,5 %.
Vanadium
Le vanadium est utilisé en supplémentation pour améliorer le contrôle du sucre sanguin, pour augmenter la force musculaire et dans le traitement de l'ostéoporose. On a effectivement observé que, chez la souris, le vanadium se dépose dans les os. Des bodybuilders prennent du vanadium en espérant qu'il augmente la force et la masse musculaire en raison du rôle anabolisant de l'insuline. Plusieurs études ont montré qu'une supplémentation en vanadium améliorait le contrôle du glucose sanguin, diminuant la glycémie à jeun chez des sujets ayant un diabète de type II7.



Le magnésium, cofacteur de près de 300 réactions enzymatiques

Biodisponibilité du citrate de magnésium

Une étude a comparé in vitro la solubilité et in vivo l'absorption gastro-intestinale de l'oxyde de magnésium et du citrate de magnésium. Elle a mis en évidence le fait que le citrate de magnésium a une meilleure solubilité et une plus grande biodisponibilité que l'oxyde de magnésium8.


Magnésium


Le magnésium agit comme cofacteur de près de 300 réactions enzymatiques. Le magnésium est indispensable à toutes les réactions impliquant l'ATP, la molécule de l'énergie9. Les muscles squelettiques et cardiaques utilisent de grandes quantités d'ATP. L'énergie pour la contraction des muscles est libérée lorsqu'une liaison phosphate de l'ATP est brisée, une réaction qui produit de l'ADP. Le phosphate est redonné à l'ADP pour reformer de l'ATP. L'ATP nourrit également les pompes à calcium cellulaires qui permettent aux muscles de se relâcher. Parce qu'il participe à ces processus contrôlés par l'ATP, le magnésium est d'importance vitale pour les contractions et le relâchement musculaires. En régulant le flux de sodium, de potassium et de calcium, le magnésium régule le fonctionnement des nerfs et des muscles10.
L'importance du magnésium pour la santé du coeur est largement reconnue. Le coeur est le seul muscle à générer sa propre impulsion électrique. À travers son influence sur le système de conduction électrique du coeur, le magnésium est essentiel à la régularité de ses battements. Le magnésium semble également aider le coeur à résister aux effets du stress systémique. Des déficiences en magnésium aggravent les lésions cardiaques dues à un stress systémique causé par une infection ou un traumatisme ; une supplémentation en magnésium protège le coeur du stress11. Chez des femmes âgées, le magnésium participe au maintien de la densité minérale osseuse.

L'iode, un constituant d'une hormone thyroïdienne

IodeChez l'animal et chez l'homme, l'iode est un constituant d'une hormone thyroïde, la thyroxine - ou T4 - qui, après sa conversion en triiodothyronine - ou T3 - agit comme régulateur de la croissance et du développement. Elle réagit pour cela avec des récepteurs cellulaires pour produire de l'énergie et activer ou inhiber la synthèse de protéines spécifiques.
L'importance nutritionnelle de l'iode a commencé à être reconnue dans les années 1920, lorsque l'on a découvert qu'il prévenait l'apparition d'un goitre et qu'une augmentation de la consommation d'iode était associée à une diminution du crétinisme endémique, un arrêt du développement physique et mental provoqué par l'absence de glande thyroïde.
L'iodure, un anion, est rapidement et pratiquement totalement absorbé de l'estomac et du système digestif supérieur. Les autres formes d'iode sont transformées dans le système gastro-intestinal en iodure et complètement absorbées.

Le silicium indispensable à la santé de la peau et des os

Le silicium est un minéral trace essentiel à la santé de la peau et des os. Il favorise la formation du collagène, nécessaire à la solidité et au développement sain des tissus épithéliaux et conjonctifs.
SiliciumDes travaux scientifiques ont montré qu'une supplémentation de deux à trois semaines en silicium rend les ongles plus brillants et moins fragiles. D'autres indiquent que le silicium semble freiner la chute des cheveux et favoriser leur repousse.
Le silicium joue un rôle important dans la régulation de la minéralisation osseuse. Il semble intervenir dans l'ostéoporose, en particulier, en inhibant l'activité des ostéoclastes et en stimulant celle des ostéoblastes.
Dans l'os mature, la concentration en silicium diminue, devient pratiquement indétectable et des dépôts de calcium et de phosphore se forment de façon simultanée. Le silicium semble agir comme un facteur régulateur des dépôts de calcium et de phosphore dans les tissus osseux.
Des études animales indiquent qu'une supplémentation en silicium réduit le nombre des ostéoclastes prévenant ainsi partiellement la résorption et la perte osseuses. Il semble également augmenter le nombre des ostéoblastes12.

Le potassium, partenaire du sodium dans le potentiel membranaire

Le potassium est le principal ion chargé positivement, un cation, dans le liquide à l'intérieur des cellules, tandis que le sodium est le principal cation dans le liquide à l'extérieur des cellules. Les concentrations en potassium sont près de trente fois plus élevées à l'intérieur qu'à l'extérieur des cellules, alors que celles du sodium sont plus de dix fois plus faibles à l'intérieur qu'à l'extérieur des cellules. Les différences de concentration entre le potassium et le sodium de part et d'autre de la membrane cellulaire créent un gradient électrique appelé le potentiel membranaire. Le potentiel membranaire d'une cellule est maintenu par des pompes à ions, en particulier les pompes à sodium, les pompes à potassium-ATPase. Ces pompes utilisent l'ATP pour pomper le sodium hors des cellules en échange du potassium. Une large proportion d'énergie (20 à 40 %) est consacrée au maintien du gradient sodium/potassium, indiquant l'importance vitale de cette fonction13.

Un grand nombre d'études a montré que des groupes ayant une consommation de potassium relativement élevée avaient une plus faible pression sanguine que ceux en consommant peu14. Plusieurs études ont montré un lien positif entre la consommation de potassium et la densité minérale osseuse chez des femmes péri-ménopausées ou ménopausées et chez des hommes âgés15. Plusieurs études indiquent qu'un accroissement de la consommation de potassium est associé à une diminution du risque d'accident vasculaire cérébral16.

Potassium


Le bore freine les pertes en magnésium et en calcium

Le bore renforce la capacité de l'organisme à utiliser le calcium, le magnésium et la vitamine D. Il semble également aider le fonctionnement cérébral et la reconnaissance. Il semble prévenir la perte de calcium et de magnésium dans les urines et pourrait aider à diminuer les douleurs menstruelles en augmentant les niveaux d'eostradiol.
BoreUne étude a montré qu'une consommation insuffisante en bore déprime le calcium ionisé plasmatique et la calcitonine, tout en élevant le calcium total plasmatique et l'excrétion urinaire de calcium.
Chez des femmes ménopausées ayant une ostéoporose, une insuffisance de bore et/ou de magnésium provoque des modifications osseuses : lorsque l'apport en bore et en magnésium est insuffisant, la perte osseuse est accélérée17.
Le bore joue également un rôle dans la santé hormonale : un essai clinique a montré que les niveaux de 17-bêta-estradiol et de testostérone augmentent de façon significative chez des femmes ménopausées consommant 3 mg par jour de bore pendant sept semaines. La rétention du calcium est également augmentée18.
Un des aspects intéressants des bénéfices nutritionnels du bore est son effet positif sur le cerveau et le système nerveux central. Une consommation inadéquate de bore peut contribuer à un manque d'énergie, de capacité à rester concentré et vigilant. Une étude en double aveugle, randomisée et contrôlée contre placebo, a évalué les effets du bore sur la vigilance d'étudiants en période d'examens. Ils ont reçu pendant trois mois quotidiennement 3 mg de bore ou un placebo. La supplémentation a nettement amélioré la vigilance des étudiants. Ces résultats s'expliquent par le fait qu'un apport inadéquat en bore ralentit l'activité de certaines régions du cerveau associées à la vigilance19.

La vitamine D3, indispensable à l'absorption du calcium

Le calcium est absorbé dans la lumière intestinale par deux mécanismes distincts20.
Une absorption active, transcellulaire se produit seulement dans le duodénum lorsque la consommation de calcium est faible. Ce processus implique l'import du calcium dans les entérocytes, son transport à travers la cellule et son export dans le liquide extracellulaire et le sang. Le calcium entre dans les cellules épithéliales de l'intestin à travers les canaux insensibles au voltage (TRP) et est pompé hors de la cellule à travers une calcium-ATPase. L'étape limitant le taux de l'absorption du calcium transcellulaire est son transport à travers la cellule épithéliale qui est grandement stimulé par la calcium binding protein, une protéine de transport, dont la synthèse est dépendante de la vitamine D.
L'absorption passive paracellulaire se produit dans le jéjunum et l'ileum et, dans une moindre part, dans le côlon lorsque les apports alimentaires de calcium sont modérés à élevés. Dans ce cas, le calcium ionisé est diffusé dans le sang. Lorsque la biodisponibilité du calcium est élevée, cette voie est responsable de l'absorption en masse du calcium dû à la très courte période disponible pour le transport actif dans le duodénum.

Glycinate de calcium

Il existe différentes formes de calcium avec différents degrés de solubilité et d'absorption. Les personnes jeunes produisent des niveaux élevés d'acide chlorhydrique dans l'estomac et peuvent donc dissoudre et absorber pratiquement n'importe quelle forme de calcium.
 Calcium
Par contre, les personnes âgées ont souvent un déficit en acide dans l'estomac et ont besoin d'une forme hautement soluble de calcium.
Le calcium est en effet d'abord dissous dans l'estomac avant d'être ensuite absorbé dans la circulation sanguine à travers les intestins. Le glycinate de calcium est la forme la plus soluble et la mieux absorbée de calcium.

Zinc composant de plus de 50 enzymes

Le zinc est un composant essentiel de nombreuses enzymes. Plus de 50 métallo-enzymes à zinc ont été identifiées. Le zinc fonctionne également comme un composant des facteurs de transcription connus comme « doigts à zinc » qui se lient à l'ADN et activent la transcription d'un message. Le zinc joue également un rôle dans la santé des os : des déficiences en zinc sont responsables d'une réduction dans l'activité des ostéoblastes ainsi que de perturbations dans la synthèse du collagène et de la chondroïtine.

Absorption du zinc

Un certain nombre de facteurs nutritionnels influent sur l'absorption du zinc. Certaines protéines animales de l'alimentation la stimulent, alors que des phytates provenant de végétaux alimentaires incluant le riz ou le maïs l'inhibent21.

Le chrome participe au métabolisme du glucose

Le chrome joue un rôle particulièrement important dans la prévention ou le traitement de certains problèmes métaboliques, incluant l'obésité, l'intolérance au glucose ou un profil de dyslipidémie, associés à une élévation du risque cardio-vasculaire.
Le chrome est un minéral dont l'organisme a besoin en très petites quantités mais qui joue un rôle significatif dans la nutrition.
Le chrome participe au métabolisme du glucose en stimulant les effets de l'insuline, l'hormone pancréatique qui fournit aux cellules le glucose nécessaire à la production d'énergie et qui maintient des niveaux normaux de glucose sanguin.
L'insuline joue un rôle essentiel dans ce processus biologique fondamental en régulant les mouvements du glucose hors du sang et vers les cellules. Les chercheurs supposent qu'elle utilise le chrome comme cofacteur pour « déverrouiller » la porte des membranes cellulaires, permettant ainsi au glucose d'y pénétrer.
chromeL'existence de cette étroite relation avec l'insuline fait qu'un certain nombre d'études ont examiné son intérêt dans le traitement du diabète. Les résultats ont été dans l'ensemble positifs : des suppléments de chrome semblent améliorer la gestion de la glycémie chez certaines personnes atteintes de diabète. Il pourrait également apporter une aide dans des cas d'anomalies légères du métabolisme du sucre sanguin ; quelques études suggèrent qu'il pourrait aider à perdre du poids.
Une étude a comparé les effets de différents composés à base de chrome sur une hypertension induite par une glycémie élevée et sur la production de radicaux libres. Des animaux développant spontanément une hypertension ont été nourris avec du polynicotinate de chrome, du picolinate de chrome, de l'acétate de chrome, du chlorure de chrome ou avec un complexe d'acide nicotinique de chrome et d'acides aminés. Ils ont ensuite reçu de l'eau sucrée pour élever la pression sanguine. Tous les composants à base de chrome, sauf le complexe, ont efficacement prévenu l'augmentation de la pression systolique induite par le sucre, par rapport aux animaux témoins non supplémentés.
Le polynicotinate de chrome, l'acétate de chrome et le picolinate de chrome ont également abaissé les niveaux de l'HbA1C, le biomarqueur du contrôle à long terme de la glycémie. Seuls le picolinate et l'acétate ont réduit de façon significative les lésions radicalaires sur les graisses dans le foie et les reins, tandis que le polynicotinate diminuait les lésions dans les reins22.

Le molybdène, cofacteur de trois enzymes

Le molybdène fonctionne comme cofacteur de trois enzymes :
molybdene• la sulfite oxydase qui catalyse la transformation des sulfites en sulfates, une réaction indispensable au métabolisme des acides aminés contenant du soufre ;
• la xanthine oxydase qui catalyse la dégradation des nucléotides (les précurseurs de l'ADN et de l'ARN) pour former l'acide urique qui contribue à la capacité antioxydante du plasma sanguin ;
• l'aldéhyde oxydase et la xanthine oxydase catalysent les réactions d'hydroxylation qui impliquent un grand nombre de molécules avec des structures chimiques similaires. Elles jouent également un rôle dans le métabolisme des drogues et des toxines23.
Le molybdène est également utilisé dans la prévention du cancer comme dans celles des caries dentaires. De faibles niveaux de molybdène peuvent conduire à des réactions allergiques aux sulfites qui sont très courants dans l'alimentation.

Le sélénium intervient dans de nombreuses fonctions biologiques

séléniumLe sélénium joue un rôle capital dans de nombreuses fonctions biologiques. Il intervient notamment dans la protection antioxydante contre les effets dévastateurs des radicaux libres, la fonction immunitaire, le maintien de la fonction respiratoire, la protection contre les molécules carcinogènes ou la protection du foie. Des études confirment son utilité dans la prévention de maladies comme certains cancers ou des maladies cardio-vasculaires. Le sélénium joue un rôle dans la modulation de l'activité immunitaire et son intérêt a été démontré dans la prévention de crises d'asthme. Des travaux ont également souligné le rôle potentiel qu'il pourrait avoir dans le sida.

 

 

Retrouvez le produit relatif à cet article (MultiMineral Complex) sur le site www.supersmart.com

 

----------------------------------------------------------

 

Références :

1. Raulin J., Études cliniques sur la végétation, Ann. Sci. Nat. Biol. Veg., 1869, 11:93.
2. Stockman R., The treatment of chlorosis by iron and some other drugs.
3. Stockman R., On the amount of iron in ordinary dietaries and in some articles of food, J. Physiol., 1895, b18:484-489.
4. Levander O., The selenium-coxsackievirus connection: chronicle of a collaboration, J. Nutr., 2000, 130:481S-484S.
5. Hetzel B., Iodine and neuropsychological development, J. Nutr., 2000, 130:485S-488S.
6. Sandstead H.H. et al., History of zinc as related to brain function, J. Nutr., 2000, 130:492-498S.
7. Goldfine A.B. et al., Metabolic effects of vanydyl sulfate in humans with non-insulin-dependent diabetes mellitus: in vivo ans in vitro studies, Metabolism, 2000 Mar, 49(3):400-10.
8. Lindberg J.S. et al., Magnesium bioavailability from magnesium citrate and magnesium oxide, Am. Coll. Nutr., 1990 Feb, 9(1):48-55.
9. McLean R., Magnesium and its therapeutic uses: a review, American Journal of Medicine, 1994, 96:63-74.
10. Graber T., Role of magnesium in health and disease, Comprehensive Therapy, 1987, 13(1):29-35.
11. Classen H.G., Systemic stress, magnesium status and cardiovascular damage, Magnesium, 1986, 5:105-110.
12. Hott M et al. Short-term effects of organic silicon on trabecular bone in mature ovariectomized rats. Calcif Tissue Int 1993, 53: 174-179.
13. Sheng H.W., « Sodium, chloride and potassium », in Stipanuk M., ed., Biochemical and Physiological Aspects of Human Nutrition, W.B. Saunders Company, Philadelphia, 2000, 686-710.
14. Barri Y.M., Wingo C.S., The effects of potassium depletion and supplementation on blood pressure: a clinical review, Am. J. Med. Sci., 1997, 314(1):37-40.
15. New S.A., Robins S.P., Campbell M.K. et al., Dietary influences on bone mass and bone metabolism: further evidence of a positive link between fruit and vegetable consumption and bone health, Am. J. Clin. Nutr., 2000, 71(1):142-151.
16. Fang J., Madhavan S., Alderman M.H., Dietary potassium intake and stroke mortality, Stroke, 2000, 31(7):1532-1537.
17. Nielsen F.H., Studies on the relationship between boron and magnesium which possibly affects the formation and maintenance of bones, Magnesium and Trace Elements, 1990, 61-9.
18. Naghii M.R. et al., The effect of dietary boron on mineral, estrogen and testosterone metabolism in postmenopausal women, FASEB J., 1987, 87:394-397.
19. Penlad J.G., The importance of boron nutriture for brain an psychological function, Biological Trace Element Research, 1998, 66:299-317.
20. Kuanal R.C. et al., Regulation of intestinal calcium transport, Annu. Rev. Nutr., 2008, 28:179-196.
21. Lonnerdal B. et al., Dietary factors influencing zinc absorption, J. Nutrition, 2000, 130:1378S-1385S.
22. Preuss H.G. et al., Effects of different Chromium compounds on blood pressure and lipid peroxidation in spontaneously hypertensive rats, Clinical Nephrology, 1997, 47:325-330.
23. Eckhert C., « Other trace elements », in Shils M.E., Shike M., Ross A.C., Caballero B., Cousins R.J., eds., Modern Nutrition in Health and Disease, 10th ed., Lippincott, Williams & Wilkins, Philadelphia, 2006, 338-350.

 

Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander le nutriment évoqué dans cet article
MultiMineral Complex

Formulation minérale complète, équilibrée, à forte biodisponibilité
Les minéraux essentiels aux doses efficaces et sous les formes les plus biodisponibles

www.supersmart.com
A découvrir aussi
01-11-2008
Entretien avec Marie-France Muller auteur du livre...
Pourquoi ce livre sur le chlorure de magnésium ?Marie-France Muller : J'ai exercé comme naturopathe pendant plus de 35 ans et le chlorure de magnésium,...
Lire plus
Format PDF
16-10-2017
Le magnésium aussi important que la vitamine...
On dénombre chaque année dans le monde plus de 9 millions de fractures attribuées à l’ostéoporose. Et si jusque-là, la vitamine D, le calcium et...
Lire plus
10-07-2017
Le magnésium : un nouvel anti-inflammatoire ?
Jusqu’à aujourd’hui, on connaissait principalement le magnésium comme un minéral essentiel pour l’équilibre nerveux, la fonction musculaire, la régulation cardiaque ou encore la santé osseuse....
Lire plus
Suivez-nous