Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires

Retrouver un meilleur équilibre hormonal avec la progestérone naturelle

01-07-2008

La progestérone joue un rôle important à tous les âges de la vie de la femme. Une supplémentation en progestérone naturelle, bio-identique à celle produite par l'organisme, a de nombreux effets bénéfiques, notamment autour de la ménopause chez la femme. Elle est également importante pour la santé de l'homme.

Progesterone


La progestérone et la vie de la femme

La progestérone et les œstrogènes sont les deux principales hormones produites par les ovaires des femmes réglées. La progestérone est produite en petite quantité par les glandes surrénales de l'homme comme de la femme et dans les testicules de l'homme. Elle est également produite dans le cerveau et les nerfs périphériques.
La progestérone est produite dans l'organisme à partir d'une hormone stéroïde, la prégnénolone. Elle est un précurseur des œstrogènes, de la testostérone et d'autres hormones stéroïdes.
Au cours des années de fertilité, la principale fonction de la progestérone est de préparer et d'entretenir l'utérus pour la grossesse et de soutenir le développement de l'embryon. Chaque mois, les niveaux de la progestérone s'élèvent pour anticiper une grossesse, stimulant l'épaisseur de la paroi utérine. Si la grossesse ne se produit pas, les niveaux de la progestérone chutent brutalement et les règles commencent. Des déficiences en progestérone peuvent fréquemment empêcher la gestation.
Au cours du vieillissement, la progestérone est la première hormone dont les niveaux diminuent. Certaines femmes sont déficientes en progestérone dès la fin de leurs vingt ans, tandis que d'autres en produisent encore, à la fin de la quarantaine voire même au début de la cinquantaine, des quantités identiques à celles qu'elles produisaient dans leur jeunesse. C'est la raison pour laquelle il est si important d'évaluer ses niveaux de progestérone et d'avoir un traitement précisément adapté à ses besoins.
Les symptômes de déficience incluent les symptômes prémenstruels, les suées nocturnes, les bouffées de chaleur ou la perte de bien-être, y compris souvent la dépression.

Les effets antagonistes des œstrogènes et de la progestérone

Alors que les œstrogènes font que l'organisme retient les fluides et provoquent des gonflements (en particulier des seins et de l'abdomen), la progestérone agit comme un diurétique. Elle bloque les gonflements excessifs de deux façons : en réduisant le nombre de récepteurs des œstrogènes (plus particulièrement dans les seins et l'utérus) et en bloquant les récepteurs d'une hormone très importante pour la rétention d'eau, l'aldostérone. Ces propriétés diurétiques se retrouvent essentiellement dans la progestérone naturelle et non dans la plupart des formes synthétiques. Alors que les œstrogènes peuvent augmenter le flux menstruel en stimulant la prolifération de l'endomètre utérin, la progestérone la stoppe, limitant ainsi la perte sanguine menstruelle.

MénopauseProgestérone et symptômes de la ménopause

Plusieurs études ont montré que les crèmes topiques à la progestérone combattent efficacement certains aspects du processus de vieillissement. Chez la femme ménopausée, elle peut soulager les symptômes climatériques. Une étude a ainsi montré que l'utilisation d'une crème à la progestérone provoquait une diminution significative du nombre et de l'intensité des bouffées de chaleur chez 83 % des sujets1.

Progestérone et ostéoporose

Les os sont des tissus très actifs sur le plan métabolique ; ils se remodèlent tout au long de la vie par deux mécanismes couplés : la formation et la résorption osseuses. La perte osseuse intervient lorsque les événements de résorption osseuse sont quantitativement plus importants que ceux de la formation.
La médecine conventionnelle attribue largement l'ostéoporose au déclin des œstrogènes. Pourtant, chez des femmes suivant un traitement avec des œstrogènes et des nutriments appropriés, on relève des résultats décevants de tests de densité osseuse. Cela a conduit à poser la question de la responsabilité du déclin des œstrogènes dans l'ostéoporose et de l'implication possible de la progestérone.
En 1997, aux États-Unis, la Food and Drug Administration a approuvé le financement d'une étude randomisée en double aveugle sur l'utilisation d'une crème à la progestérone naturelle dans la prévention de l'ostéoporose. Les femmes ont été suivies pendant un à cinq ans après la ménopause, période pendant laquelle la perte osseuse est la plus rapide. Au bout d'un an, les effets positifs de la progestérone naturelle étaient tellement évidents que l'étude a perdu son caractère « aveugle ». OstéoporoseAucune femme du groupe prenant de la progestérone naturelle n'a vu sa densité osseuse diminuer alors que toutes les femmes du groupe placebo en ont perdu2.
Deux types de cellules, les ostéoclastes et les ostéoblastes, régulent la densité osseuse. Les ostéoclastes ont pour fonction de dissoudre les os anciens, laissant de petits espaces vides. Les ostéoblastes sont alors capables de se déplacer dans ces espaces pour y produire de nouvelles cellules osseuses. Comme toutes les autres cellules vivantes, les ostéoclastes et les ostéoblastes ont besoin d'être guidés par des hormones pour fonctionner convenablement. Les œstrogènes peuvent contribuer à ralentir la perte osseuse en freinant l'activité de résorption des ostéoclastes. Les ostéoblastes, eux, dépendent essentiellement de la progestérone et de la testostérone pour exercer leur activité de construction osseuse. En l'absence de ces hormones, les ostéoclastes et les ostéoblastes ne peuvent pas fonctionner convenablement : les os se détériorent rapidement. La progestérone naturelle stimule la formation de nouvelles cellules osseuses indispensables pour prévenir et renverser l'ostéoporose. La progestérone semble également augmenter les niveaux du facteur 1 de croissance similaire à l'insuline qui favorise la formation osseuse3. On ne sait pas encore qui, des œstrogènes ou de la progestérone, joue le rôle le plus important dans le renouvellement osseux, mais un équilibre optimal de ces deux hormones semble être le moyen le plus efficace de prévenir l'ostéoporose.

Une action sur le système cardio-vasculaire

La progestérone naturelle exerce plusieurs effets qui peuvent avoir une incidence bénéfique sur le système cardio-vasculaire. Grâce à sa capacité à augmenter la perte de sodium dans les urines, la progestérone naturelle a un léger effet diurétique4. Des études examinant cet effet ont montré la capacité de la progestérone à soulager les symptômes de rétention d'eau et même à abaisser la pression sanguine de patients hypertendus. Cet effet n'est observé qu'avec la progestérone naturelle.
Un effet secondaire connu du traitement substitutif hormonal avec des œstrogènes est une augmentation du risque de caillots sanguins. Cela est dû au fait que les œstrogènes, plus spécifiquement les œstrogènes synthétiques pris par voie orale, augmentent la production de facteurs impliqués dans la coagulation sanguine. La formation anormale de caillots sanguins semblant jouer un rôle important dans les accidents cardio-vasculaires chez les utilisatrices de traitement hormonal substitutif synthétique, des chercheurs ont comparé les effets de la progestérone naturelle à ceux d'une progestérone synthétique sur les facteurs de risque de coagulation sanguine. Ils ont constaté qu'une perturbation endothéliale, l'activation des plaquettes et la formation de caillots sanguins, était induite par la progestérone synthétique et non par la progestérone naturelle5.

La progestérone, bénéfique pour le cerveau et le système nerveux

Celules cerveauLes cellules cérébrales ont des concentrations de progestérone vingt fois plus élevées que les concentrations sériques ; la recherche montre que la progestérone a des effets bénéfiques sur le cerveau et le système nerveux.
Une étude regardant les effets de la progestérone naturelle versus une progestérone synthétique a montré des effets bénéfiques sur la fonction cognitive, uniquement avec la forme naturelle. La progestérone naturelle a également exercé une action bénéfique sur le système nerveux après des lésions cérébrales. L'utilisation de la progestérone pour prévenir les dommages à long terme de lésions traumatiques cérébrales a été explorée chez l'animal comme chez l'homme avec des résultats impressionnants. Une étude sur l'homme a montré que l'administration de progestérone à des patients avec des blessures cérébrales traumatiques pourrait réduire le taux de mortalité à 30 jours de plus de 50 % sans effet secondaire significatif. De plus, les patients avec des lésions cérébrales avaient plus de chances d'avoir de bons résultats après leur guérison lorsqu'on leur avait donné de la progestérone6.

La progestérone et le risque de cancer

Ces dernières années, des études d'observation et des études contrôlées suggèrent que l'association de progestérone et d'œstrogènes synthétiques dans un traitement hormonal substitutif, particulièrement en traitement continu, augmente le risque de cancer du sein davantage que des œstrogènes synthétiques seuls. Cependant, d'autres études suggèrent que l'addition de progestérone naturelle n'a pas d'incidence sur le risque de cancer du sein. En fait, un certain nombre de données indiquent que la progestérone naturelle pourrait être un agent protecteur aussi bien qu'un traitement adjuvant potentiel pour les cancers du sein et de l'endomètre. Alors que les œstrogènes favorisent la prolifération cellulaire, provoquant la multiplication des cellules dans les seins et l'endomètre, la progestérone n'a pas une telle action.
Dans une étude conduite par l'université de l'hôpital national de Taïwan, des chercheurs ont montré que l'œstradiol transdermal accroît la prolifération des cellules du sein de 230 % alors que la progestérone transdermale la diminue de 400 %. Une crème associant l'œstradiol et la progestérone maintenait un taux normal de prolifération7.

Les hommes aussi peuvent tirer des bénéfices d'une supplémentation en progestérone

Un homme en bonne santé produit quotidiennement 1,5 à 1,3 mg de progestérone avec ses glandes surrénales. Avec les années, comme c'est le cas pour presque toutes les hormones stéroïdes, la production et les niveaux de progestérone déclinent.
progestéroneL'hyperplasie bénigne de la prostate et le cancer de la prostate sont associés à un excès d'œstrogènes. La progestérone inhibe l'activité de l'enzyme aromatase qui convertit la testostérone en composés œstrogéniques susceptibles de provoquer des modifications mutagènes dans les cellules de la prostate.
La progestérone maintient les niveaux de dihydrotestostérone (DHT) dans le sang et la prostate à de faibles niveaux en entrant en compétition avec l'enzyme 5-alpha-réductase et en empêchant ainsi qu'une partie de la testostérone ne soit convertie en la plus puissante des hormones mâles, la DHT (en bloquant partiellement sa conversion). La progestérone est ensuite convertie en 5-alpha-dihydro-progestérone et la testostérone reste de la testostérone. Des niveaux excessifs de DHT peuvent être responsables, chez l'homme, de la calvitie.
La progestérone sert de substrat pour la production d‘importantes hormones, comme le cortisol et la cortisone ainsi que l'androsténédione et la testostérone. Des déficiences en progestérone s'accompagnent donc fréquemment de déficiences en cortisol et en androgènes.

La progestérone naturelle est plus efficace et plus sûre

ProgestéroneLa progestérone naturelle est synthétisée en laboratoire à partir de saponines de plantes, telles les ignames (également appelées yams). La progestérone naturelle est un produit hormonal bio-identique, avec une structure moléculaire identique à celle des hormones que l'organisme fabrique naturellement. L'igname est particulièrement riche en diosmine, un précurseur de la progestérone. Cette plante a été utilisée traditionnellement pendant des milliers d'années pour nourrir le système reproducteur de la femme et réduire les symptômes prémenstruels et de la ménopause.
La crème de progestérone naturelle peut être utilisée par voie transdermale avec une grande efficacité, ses molécules fortement lipophiles (solubles dans les graisses) et de faible poids moléculaire sont facilement absorbées à travers la peau. La progestérone est rapidement absorbée par la graisse sous-cutanée et lentement remise en circulation dans le flux sanguin. Le taux sérique de la progestérone revient à la normale après quelques semaines d'utilisation et se stabilise ensuite.

 

Retrouvez le produit relatif à cet article (Natural Progesterone Spray) sur le site www.supersmart.com

 

----------------------------------------------------------------------------------------

Références :

1. Stephenson K. et al., Progesterone cream does not increase thrombotic and inflammatory factors in postmenopausal women, Blood, 2004, 104:16.
2. Leonetti H.B. et al., Transdermal progesterone cream for vasomotor symptoms and postmenopausal bone loss, Obstet. Gynecol., 1999 Aug, 94(2):225-8.
3. Barengolts E.L. et al., Effects of progesterone on serum levels of IGF-1 and on femur IGF-1 mRNA in ovariectomized rats, J. Bone Miner Res., 1996 Oct, 11 (10):1406-12.
4. Rylance P.B. et al., Natural progesterone and antihypertensive action, Br. Med. J. (Clin. Res. Ed.), 1985, 290:13-14.
5. Thomas T. et al., Progestins initiate adverse events of menopausal estrogen therapy, Climateric, 2003 Dec, 6(4):265-267.
6. Wright D.W. et al., ProTECT: a randomized clinical trial of progesterone for acute traumatic brain injury, Ann. Emerg. Med., 2007 Apr, 49(4):391-402, 402.el-2.
7. Chang K.J. et al., Influences of percutaneous administration of oestradiol and progesterone on human breast epithelial cell cycle in vivo, Fertile Steril., 1995 Apr, 63(4):785-91.

Télécharger le pdf contenant cet article

Commander les nutriments évoqués dans cet article
® 1997-2014 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés