Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires
Accueil
  >  
Phytonutriments
  >  
Le ginseng, un adaptogène...

Le ginseng, un adaptogène qui aide l'organisme à mieux résister aux stress intellectuels ou physiques


Ginseng Plus de 2 000 publications parlent des effets biologiques et thérapeutiques du ginseng. Elles indiquent, entre autres, qu'il aide l'organisme à réagir et à s'adapter dans tous les cas où l'efficacité physique ou psychique est diminuée, comme en période de convalescence ou de surmenage. Il apporte plus d'énergie, renforce les performances intellectuelles et physiques, permet de surmonter plus facilement les périodes de stress et améliore la capacité à gérer les problèmes. Il semble bénéfique dans des cas de dysfonctionnement érectile et aider à gérer la glycémie de certains diabétiques.

Une tradition millénaire

Les premiers écrits concernant les vertus thérapeutiques du ginseng proviennent de la médecine chinoise et datent de plus de 2 000 ans. Les connaissances que l'on avait de ses pouvoirs de guérison et son utilisation remontent, quant à elles, à plus de 4 000 ans.

Le privilège de l'empereur

Selon les traditions les plus anciennes, la racine de ginseng était cuite et transformée en une solution buvable. À l'origine, seuls l'empereur, sa famille et quelques hauts dignitaires étaient autorisés à la boire. Mais lorsque l'on s'est rendu compte qu'elle était également bénéfique pour les soldats qui devaient livrer des batailles épuisantes, son usage s'est répandu plus largement.
Dès le IXe siècle, les Arabes viennent en Chine ramasser du ginseng. À l'origine, le ginseng sauvage était en effet récolté dans les forêts. La légende veut qu'au XIIIe siècle Marco Polo découvre cette plante lorsqu'il visite la Chine. Il en parle dans Le Livre des merveilles.
Un botaniste allemand, Carl Anton Meyer, est le premier à décrire le ginseng dans un ouvrage botanique qui parut en 1542, éveillant enfin l'intérêt des Européens. Il n'est cependant pas importé par la Compagnie des Indes avant la fin du XVIIe siècle et ne revient en Europe qu'au XVIIIe siècle par le biais des jésuites. À cette époque, de nombreux médecins l'utilisent pour soigner les maux les plus divers.

Le ginseng entre à la pharmacopée française

Le ginseng entre dans la pharmacopée française au XIXe siècle sous le nom de Panax ginseng C.A. Meyer. Panaxvient du mot grec panakeia qui signifie «panacée».
À la fin du XIXe siècle, quelques fermiers du Wisconsin réussissent à cultiver du ginseng.
Vers 1920, des chercheurs, en Russie, en Corée et au Japon, commencent à s'intéresser au ginseng et l'étudient scientifiquement.
Mais c'est seulement depuis ces trente dernières années qu'il a vraiment retenu l'attention des chercheurs occidentaux.
Le ginseng, ou Panax ginseng C.A. Meyer, est une plante herbacée que l'on cultive au Canada, aux États-Unis, au Japon et en Chine. C'est principalement dans certaines régions de Corée et de Mandchourie qu'elle se développe vraiment de façon optimale.

Le ginseng, un adaptogène

Le terme adaptogène a été créé en 1968 par les professeurs Brekhman et Dardymov de l'Institut de physiologie et de pharmacologie de Vladivostok. Il désigne une substance qui améliore l'ensemble des réactions de l'organisme face à un stress, qu'il soit d'origine physique, chimique ou biologique. Il caractérise parfaitement le ginseng qui a une action normalisatrice ou stabilisante lorsque l'organisme a besoin de ressources supplémentaires ou que sa résistance est diminuée.

Amélioration du bien-être général

Une étude en double aveugle a comparé les effets d'un supplément nutritionnel avec et sans ginseng sur la sensation de bien-être de 625 personnes âgées en moyenne d'un peu moins de 40 ans. La qualité de vie a été mesurée par onze questions. Les personnes prenant un supplément nutritionnel contenant du ginseng ont rapporté une amélioration significative par rapport à ceux ne prenant pas de ginseng. Des résultats similaires ont été observés dans une étude en double aveugle contrôlée contre placebo sur 36 personnes avec un diabète récemment diagnostiqué. Après huit semaines, les participants qui avaient pris 200 mg de ginseng par jour rapportaient des méliorations de leur humeur, du bien-être et de la performance psychologique qui étaient significatives comparées au groupe témoin. Une étude de douze semaines, en double aveugle, contrôlée contre placebo, portant sur 120 personnes a constaté une amélioration du bien-être général chez des femmes âgées de 30 à 60 ans et des hommes âgés de 40 à 60 ans, mais pas chez les hommes âgés de 30 à 39 ans.

Mieux résister au stress et à la fatigue

La commission E de l'Institut fédéral allemand pour les drogues et appareils médicaux est considérée comme la meilleure source sur l'efficacité et les modes d'utilisation des plantes et produits de phytothérapie. Elle préconise d'utiliser le Panax ginseng «comme un tonique pour revigorer et fortifier dans les moments de fatigue, d'asthénie, de baisse de capacité dans le travail, de diminution de la concentration ainsi que pendant la convalescence».
Une étude animale portant sur 270 souris a montré qu'un extrait de ginseng augmente la capacité à résister au stress. L'effet de 1 200 mg d'un extrait de ginseng a été évalué dans le cadre d'une étude croisée, en double aveugle et contrôlée contre placebo, sur des infirmières fatiguées par un travail de nuit. Le traitement leur a été donné pendant les trois premiers jours suivant leur passage du travail de jour aux gardes de nuit. La troisième nuit de garde est généralement la plus difficile. Une chute considérable de la vigilance, de l'énergie, des compétences, de l'activité et de la capacité de travail est souvent observée à ce moment-là. En trois jours, une dose quotidienne de 1 200 mg de ginseng a restauré leurs compétences, leur humeur ainsi que leurs performances globales presque au niveau de ce qu'elles étaient pendant une période normale de travail de jour. Les chercheurs en ont conclu que le ginseng avait un effet antifatigue.

Une étude, réalisée par une équipe de chercheurs de l'université de Buenos Aires en Argentine, a suivi 50 personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique.
Cet état se traduit par une sensation de fatigue intense, une sensation de mal-être pouvant aller jusqu'à la dépression.
Différents symptômes, comme des maux de gorge ou de tête, une baisse de l'appétit, des douleurs musculaires… peuvent également y être associés. Les sujets ont été traités avec du ginseng.
Dans la majorité des cas, l'état des patients s'est nettement amélioré et plusieurs symptômes ont diminué.

Amélioration des performances physiques et de la récupération

Dans les années 1970, le professeur Brekhman a effectué plusieurs études pour évaluer l'effet du ginseng sur les performances physiques. Il a ainsi donné à des soldats soviétiques un extrait de ginseng ou un placebo avant qu'ils courent un 3 000 mètres. Il a constaté que les plus rapides étaient ceux qui avaient consommé du ginseng et qu'ils récupéraient également plus vite que ceux sous placebo.
Le ginseng améliore l'utilisation de l'oxygène par les muscles, et diminue la production d'acide lactique, un déchet métabolique produit par le travail musculaire qui favorise les crampes.

Pour confirmer des résultats obtenus sur l'homme, un autre scientifique a montré que lorsque l'on donne du ginseng à des souris, elles nagent plus longtemps que celles qui n'en ont pas reçu, suggérant également un effet antifatigue.
Dans une étude d'une durée de neuf semaines, des sportifs de haut niveau âgés de 18 à 30 ans ont reçu quotidiennement 200 mg d'un extrait standardisé de Panax ginseng. Les résultats ont montré une augmentation des performances et de l'endurance. L'effet de la supplémentation était généralement ressenti dès les deux premières semaines de traitement. Son effet persistait trois semaines après l'arrêt du traitement.

Une étude de huit semaines, en double aveugle et contrôlée contre placebo, a évalué les effets du ginseng sur 41 individus avec et sans pratique d'exercices physiques. Les participants ont reçu du ginseng ou un placebo et ont ensuite été soumis à une période d'entraînement physique ou sont restés sans entraînement tout au long de l'étude. Les résultats ont montré que le ginseng améliorait la capacité aérobie des individus qui ne faisaient pas d'exercice mais pas celle de ceux qui s'entraînaient. Dans un autre essai de 9 semaines, en double aveugle et contrôlé contre placebo, sur 30 athlètes entraînés, le traitement avec le ginseng seul ou en association avec de la vitamine E produisait des améliorations significatives dans la capacité aérobie. Un autre essai en double aveugle contrôlé contre placebo portant sur 37 individus n'a constaté aucune amélioration.
Une étude en double aveugle contrôlée contre placebo portant sur 120 personnes a montré que le ginseng augmentait graduellement le temps de réaction et la fonction pulmonaire sur une période de 12 semaines de traitement chez des sujets âgés de 40 à 60 ans. Aucun bénéfice n'a été observé chez les sujets plus jeunes.

Un effet positif sur les performances intellectuelles

Dans une étude portant sur 60 sujets âgés de 22 à 80 ans, la moitié d'entre eux a reçu quotidiennement pendant douze semaines 200 mg d'un extrait de ginseng. La supplémentation a amélioré les capacités de concentration et de réaction, la résistance à la fatigue, la dextérité des mouvements tout en diminuant le temps de récupération après l'effort .
Trente-deux étudiants en bonne santé âgés de 20 à 24 ans ont été suivis pendant douze semaines. Seize d'entre eux ont reçu 200 mg d'un extrait de ginseng, les seize autres, un placebo d'aspect identique. Les auteurs de l'étude ont observé une amélioration des capacités intellectuelles chez les sujets ayant pris l'extrait de Panax ginseng. Des effets positifs ont été constatés, en effet, sur l'attention, la réflexion, le temps de sélection d'une réaction ainsi que sur celui de réponse à des stimuli auditifs.

Les effets d'une combinaison de ginseng, de vitamines et de minéraux sur la fatigue induite par le travail de nuit ont été évalués chez des infirmières. Trente ont participé à une étude en double aveugle contrôlée par un groupe parallèle témoin et ont été soumises à des tests cognitifs. Ces tests étaient réalisés avant leur prise de service et immédiatement après. Ensuite, les infirmières ont reçu de façon aléatoire 40 mg d'un extrait de ginseng associé à des vitamines et des minéraux ou un placebo pendant une période de 12 semaines. Les tests ont été répétés à 6 et 12 semaines. Le traitement a aidé à réduire les perturbations cognitives pendant la période de travail, les effets les plus nets étant constatés pour la capacité à stocker et à récupérer des informations dans leur mémoire à long terme.

Une action sur l'humeur et les performances cognitives

Un certain nombre de travaux scientifiques suggère qu'une prise régulière de ginseng peut améliorer les performances cognitives chez l'animal comme chez l'homme.
Des chercheurs britanniques ont montré qu'une dose unique de ginseng avait une action bénéfique sur différents aspects des performances cognitives de jeunes volontaires adultes. Une étude relativement récente a regardé l'effet sur la fonction cognitive d'une dose unique de ginseng chez des personnes en bonne santé. Vingt participants ont reçu 360 mg de Ginkgo biloba, 400 mg de ginseng, 960 mg d'une combinaison des deux extraits ou un placebo. Les résultats ont confirmé ceux obtenus dans de précédents travaux de recherche et ont montré une amélioration des performances de mémoire secondaire. Le ginseng génère, en plus, des améliorations dans la vitesse de travail de la mémoire et de la précision du travail.

Le Dr Medvedev de l'Académie des sciences de Vladivostok a réalisé une expérience pour étudier les effets immédiats du Panax ginseng sur un groupe bien entraîné d'opérateurs radio. Ce groupe était constitué de 32 hommes âgés de 21 à 23 ans travaillant sur des messages codés. Ils envoyaient et recevaient des signaux chiffrés et les traduisaient directement en lettres.
Des tests de précision et de vitesse de transmission ont été faits pour constituer des données témoins. Ensuite, une étude de trois jours a été réalisée en double aveugle, une moitié des participants recevant une boisson contenant du ginseng, l'autre un placebo. D'après les données témoins, aucune différence significative n'a été notée dans la vitesse de transmission des codes. Par contre, chez les 18 sujets prenant du ginseng, le taux d'erreurs était de 17 % contre 31 % dans le groupe témoin, suggérant que le Panax ginseng joue un rôle important dans l'efficacité du travail.

Des chercheurs suédois ont soumis un groupe de sujets au test du labyrinthe en spirale. Certains ont pris du ginseng, les autres, un placebo. Les sujets prenant du ginseng ont terminé l'épreuve les premiers, ayant une meilleure mémoire et des facultés d'apprentissage plus efficaces.

Une action sur la mémoire de patients victimes d'une congestion cérébrale

Des chercheurs chinois ont montré que le ginseng améliore les scores de mémoire chez des patients souffrant de démence après une congestion cérébrale. On observe fréquemment des pertes de mémoire ou de la démence chez des personnes âgées particulièrement après une congestion cérébrale.
Les chercheurs ont traité avec du ginseng 25 patients ayant eu une congestion cérébrale et souffrant de démence vasculaire de légère à modérée. Les participants ont effectué des tests de mémoire au début de l'étude et après douze semaines de supplémentation. Dans l'ensemble, les chercheurs ont constaté que les scores de mémoire étaient significativement améliorés après seulement douze semaines de supplémentation. Dans une autre étude, des chercheurs ont testé 40 patients ayant souffert de lésions cérébrales après de multiples petites congestions cérébrales. Ils ont donné de façon aléatoire des comprimés de ginseng trois fois par jour à 25 d'entre eux tandis que les 15 autres étaient traités avec du Duxil, un médicament qui augmente l'oxygène dans les cellules du cerveau et est couramment utilisé en Chine pour traiter les patients ayant fait une congestion cérébrale. Les patients des deux groupes ont été soumis à des tests de mémoire avant le début des deux traitements et au bout de douze semaines.
Les améliorations des scores de mémoire ont été plus importantes chez les patients ayant reçu du ginseng.

Stimulation du système immunitaire

Dans une étude en double aveugle, contrôlée contre placebo, 227 personnes ont pris 100 mg de ginseng ou un placebo. Après quatre semaines de supplémentation, elles ont été vaccinées contre la grippe. Les personnes ayant pris du ginseng avaient moins de risque d'attraper un rhume ou une grippe que celles sous placebo (15 cas contre 42).
Les chercheurs ont également découvert que les mesures des anticorps en réponse à la vaccination étaient plus élevées dans le groupe supplémenté. Le ginseng est utile pour toute personne soumise à une pression physique ou émotionnelle. Il agit à différents niveaux de l'organisme et l'aide à répondre aux demandes extrêmes face à des challenges physiques ou intellectuels.
En période de surcharge de travail, d'examens, de compétitions sportives… le ginseng stimule les facultés mentales, améliore la forme et les performances physiques, renforce l'endurance…
Le ginseng semble avoir un effet plus important chez les personnes fatiguées, déprimées et sans initiative, qui sont les symptômes typiques observés après une période de maladie.

Amélioration de la fonction sexuelle

Des chercheurs coréens ont examiné les effets du ginseng coréen rouge chez 45 hommes souffrant de dysfonctionnement érectile dans le cadre d'une étude croisée, randomisée, en double aveugle. Les sujets ont pris 900 mg de ginseng ou un placebo trois fois par jour. Huit semaines plus tard, les sujets prenant du ginseng ont arrêté leur traitement pendant deux semaines et ont ensuite pris un placebo. De même les sujets initialement sous placebo ont commencé à prendre du ginseng pour une durée de huit semaines. Lorsque les hommes étaient sous ginseng, leurs scores de fonctionnement érectile, de désir sexuel et de satisfaction étaient supérieurs à ceux qu'ils avaient sous placebo. Les hommes ont rapporté une plus grande capacité à obtenir et maintenir une érection lorsqu'ils prenaient le ginseng que lorsqu'ils étaient sous placebo. Les auteurs de l'étude ont émis l'hypothèse que le ginseng pouvait améliorer l'érection en augmentant la production d'oxyde nitrique.

Une action régulatrice sur la glycémie

Une étude en double aveugle a évalué les effets du ginseng (aux doses de 100 ou 200 mg par jour) sur 36 personnes avec un diabète de l'adulte. Les résultats ont montré une amélioration du contrôle de la glycémie. Les auteurs ont attribué cette amélioration à une augmentation spontanée de l'activité physique dans le groupe de patients prenant du ginseng.

Références :
- Brekhman, Dardymov, Lloydia. 1969; 32 :46-21.
- Halstrom C. et al. Compara. Med. East West. 1982. 6(4): 277-82.
- Sonnenborn U. et al. British Journal of Phytotherapy, 1991. 2:3-14.
- Sorensen H. et al. Curr. Ther. Res. 1996 57 (12): 959-968.
- Marasco C. et al. Drugs Expr. Clin. Res. 1996; 22(6) : 323-9.
- Kennedy D.O. et al. Physiol. Behav. 2002 Apr 15; 75(5):79-51.
- Scaglione F. Drugs Exp. Clin. Res. 1996; 22(2): 65-72.
- Hong B. et al. J. Urol. 2002 Nov; 168(5): 2070-3.
- Jinzhou Tian, Feb 14, 2003, presentation American Stroke association meeting, Phoenix, Ariz.
- Soetaniemi E.A. et al. Diabetes Care. 1995; 18: 1373-1375.
- Cherdrungsi P. et al. Korean J. ginseng Sci. 1995; 19: 93-100.
- Forgo I. MMW Munch Med. Wochenschr 1983; 125: 822-824.
- McNaughton L.G. et al. Int. J. Clin. Nutr. Rev. 1989; 9: 32-35.
- Forgo I. et al. Med. Welt 1981; 32: 751-756.
- Caso Marasco A. et al. Drugs Exp. Clin. Res. 1996; 22: 323-329. .

Commander le nutriment évoqué dans cet article
® 1997-2016 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés