Accueil  >  Prostate et Confort urinaire  >  Pour une prostate en...
01-12-2002

Pour une prostate en bonne santé

L'hypertrophie bénigne de la prostate, l'infection de la prostate ou prostatite et le cancer de la prostate sont les trois principales affections qui touchent cet organe. Des extraits de plantes comme le palmier scie, le prunier d'Afrique, la citrouille ou l'ortie peuvent concourir à soulager les symptômes de l'hypertrophie de la prostate. Des suppléments nutritionnels contenant notamment du sélénium, de la vitamine E ou du lycopène et des extraits botaniques peuvent également aider à prévenir l'apparition et le développement du cancer de la prostate.

Après 50 ans, l'hypertrophie bénigne de la prostate ou adénome prostatique, chez l'homme, est l'une des pathologies les plus fréquentes. C'est une augmentation du volume de la prostate qui entraîne des troubles urinaires plus ou moins gênants pouvant inclure des envies fréquentes d'uriner, essentiellement la nuit, une sensation de vidange incomplète de la vessie, des interruptions fréquentes du débit urinaire, une miction goutte à goutte, un jet d'urine nettement affaibli, le besoin de se forcer pour commencer à uriner…

Des complications, infections urinaires, présence de sang dans les urines, blocage vésical avec impossibilité d'uriner,… peuvent parfois survenir. En dehors de cela, sans traitement approprié, la qualité de vie peut se dégrader progressivement avec l'augmentation des symptômes et leur retentissement sur le quotidien.

L'hyperplasie de la prostate se développe lorsque le DHT, la forme active de la testostérone, stimule la croissance cellulaire. La testostérone est convertie systématiquement en DHT à l'intérieur de la prostate par une enzyme appelée 5-alpha- réductase. Le DHT se lie beaucoup plus facilement que la testostérone à des sites dans les cellules de la prostate qui régulent la croissance de cet organe. En se liant à ces sites, le DHT active des facteurs de croissance qui stimulent la prolifération cellulaire.

Extrait de palmier scie (Serenoa repens)

Le palmier scie appartient à la famille des palmiers et est originaire du sud-est des Etats-Unis. L'extrait est préparé à partir de fruits séchés mûrs. Ces fruits étaient utilisés par la médecine traditionnelle pour traiter les irritations de la vessie, de l'urètre et de la prostate.

Plus de vingt études en double-aveugle contrôlées contre placebo ont montré l'efficacité de l'extrait de palmier scie dans le soulagement des symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate. Il agit par de multiples mécanismes. Il semble interférer dans la conversion de la testostérone en DHT en inhibant la 5-alpha-réductase. Il empêche le DHT de se lier aux récepteurs à androgènes dans les cellules de la prostate. Le palmier scie réduit également les contractions des muscles lisses, relâchant ainsi les muscles de la vessie et du sphincter qui provoquent l'envie urgente d'uriner.

L'extrait de palmier scie peut entraîner un rétrécissement de la prostate hypertrophiée et, ainsi, améliorer le flux urinaire. 505 hommes1 ont reçu deux fois par jour une dose de 160 mg d'extrait de palmier scie. Après quarante-cinq jours de traitement, ils ont constaté une amélioration du flux urinaire, une diminution du volume urinaire résiduel et de la taille de la prostate ainsi qu'une amélioration de leur qualité de vie. Au bout de quatre-vingt dix jours, 88% des patients et de leurs médecins ont considéré que le traitement était efficace.

Des chercheurs2 de l'Ecole de Médecine de l'Université de Chicago ont réparti de façon aléatoire 85 hommes, âgés d'au moins 45 ans, avec de légers troubles urinaires, en deux groupes. L'un a reçu pendant six mois un extrait de palmier scie, l'autre un placebo. Les chercheurs ont ensuite évalué les sujets à partir de trois mesures : le Score International des Symptômes de la Prostate (IPSS), un questionnaire sur le fonctionnent sexuel et le niveau de flux urinaire. A la fin de l'étude, les sujets traités avec le palmier scie ont constaté une nette amélioration et une réduction des symptômes comme la fréquence du besoin d'uriner la nuit et le jour ainsi que des interruptions de la miction. Par contre, il n'y avait pas de différence significative entre le groupe supplémenté et le groupe témoin concernant le fonctionnement sexuel ou les niveaux maxima de flux urinaire. Les chercheurs pensent que cette étude indique que le palmier scie peut être bénéfique pour des hommes ayant des problèmes de prostate.

Extrait de prunier d'Afrique

Chez beaucoup d'hommes, l'extrait de palmier scie apporte une considérable amélioration des symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate. L'addition de prunier d'Afrique peut apporter un soulagement supplémentaire. Il inhibe la prolifération des cellules de prostate et produit un effet anti-œdème.

Le prunier d'Afrique est un arbre qui pousse en Afrique du Sud, à Madagascar, au Cameroun et dans certaines régions d'Afrique centrale. La médecine traditionnelle populaire utilisait des décoctions d'écorce de prunier d'Afrique pour traiter les affections uro-génitales.

Les extraits d'écorce de prunier d'Afrique contiennent trois catégories de principes actifs dont les effets ont été démontrés in vitro :

- Des phytostérols incluant du bêta-sitostérol exerçant une action anti-inflammatoire en interférant avec la formation de prostaglandines qui ont tendance à s'accumuler dans la prostate d'hommes atteints d'hypertrophie bénigne de la prostate,
- Des terpènes pentacycliques avec un effet anti-œdème ou décongestionnant,
- Des esters féruliques qui contrôlent indirectement l'activité de la testostérone dans la prostate, ce qui pourrait réduire le risque d'hypertrophie bénigne de la prostate.

Un article a passé en revue des études contrôlées publiées sur vingt-cinq années. Elles montraient que le prunier d'Afrique était sans danger et traitait efficacement les hommes souffrant d'une hypertrophie légère ou modérément sévère de la prostate3. Ces études utilisaient 50 à 100 mg d'extrait de prunier d'Afrique deux fois par jour.

Quelques années plus tard, en 1998, une étude a été mise en place pour confirmer les effets thérapeutiques de l'extrait de prunier d'Afrique en traitement quotidien. Après deux mois, les changements obtenus étaient statistiquement significatifs avec des améliorations variant selon les symptômes de 40 à 31%. La fréquence nocturne était réduite de 32%. En moyenne le flux urinaire maximal, le flux urinaire moyen et le volume d'urine étaient également significativement améliorés. Aucun effet secondaire n'a été observé.

Une étude sur rats de laboratoire a montré que l'extrait de prunier d'Afrique est un puissant inhibiteur de la prolifération des fibroblastes prostatiques en réponse à des activateurs directs de la protéine kinase C, un autre facteur de croissance important de la prostate. Ces résultats suggèrent que les effets bénéfiques de l'extrait de prunier d'Afrique pourraient être dus, au moins en partie, à l'inhibition de facteurs de croissance responsables, chez l'homme, du sur-développement de la prostate.

Extrait de racine d'ortie

Bien que la majorité des hommes rapportent une amélioration après l'utilisation d'extraits de palmier scie et de prunier d'Afrique, certaines obstructions de la prostate demeurent souvent et continuent d'interférer avec le flux urinaire et l'évacuation de la vessie.

On a montré qu'un extrait d'ortie, associé à un extrait de palmier scie, diminue de 86% les symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate. Il4 augmente le volume urinaire et le flux maximum urinaire chez des hommes aux premiers stades de la maladie. En 1996, une étude en double-aveugle, contrôlée contre placebo, a été publiée dans le journal allemand Urologe. 41 patients avec une hypertrophie bénigne de la prostate ont été enrôlés. Au bout de trois mois de traitement avec un extrait de racine d'ortie, les sujets ont vu leur flux urinaire maximal augmenter d'environ 66% contre 36,6% dans le groupe placebo.

Une autre étude sur l'homme a montré, après huit semaines de traitement avec un extrait d'ortie, une amélioration de 82% ou une disparition complète des désordres associés au grossissement de la prostate.

Des études en double-aveugle ont également montré l'efficacité de l'extrait d'ortie lorsqu'il est associé à des extraits de palmier scie ou de prunier d'Afrique.

Extrait de citrouille

Les Indiens d'Amérique utilisaient la chaire et les graines de citrouille comme aliments. Leur utilisation des graines pour le traitement des infections intestinales a finalement conduit la Pharmacopée des Etats-Unis à lister les graines de citrouille comme un remède officiel pour l'élimination des parasites entre 1863 et 1936. Les Indiens d'Amérique se servaient également couramment de graines de citrouille pour traiter une grande variété de problèmes rénaux. A la fin du 19ème siècle, des médecins utilisaient des graines de citrouille pour traiter des désordres du système urinaire et les gastrites ainsi que pour éliminer les vers des intestins.

Les graines de citrouille contiennent plusieurs composants actifs et notamment des acides gras essentiels, des acides aminés, des phytostérols comme le bêta-sitostérol, des minéraux et des vitamines.

L'huile de graines de citrouille a été utilisée, en association avec le palmier scie, dans deux études5,6 en double-aveugle dans lesquelles elle a efficacement diminué les symptômes de l'hyperplasie bénigne de la prostate. Dans l'une d'entre elles, 53 patients ont reçu de façon aléatoire une préparation contenant des extraits de graines de citrouille et de palmier scie ou un placebo. Au bout de trois mois, le flux urinaire, le temps de miction, l'urine résiduelle, la fréquence de miction et une évaluation subjective du traitement montraient une nette amélioration dans le groupe traité. Aucun effet secondaire n'a été observé. Une seule étude7 ouverte a évalué l'efficacité de l'huile de citrouille seule dans le traitement de
cette maladie et ses résultats étaient positifs.

Des études sur animaux ont montré que les extraits de graines de citrouille peuvent améliorer le fonctionnement de la vessie et de l'urètre, ce qui peut partiellement intervenir dans le soulagement des symptômes de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

Le bêta-sitostérol

Il appartient à la famille des phytostérols, des composés que l'on trouve dans tous les végétaux comme dans les huiles végétales comestibles.

De nombreuses études ont évalué ses effets sur l'hyperplasie bénigne de la prostate. Le mécanisme de son action n'est pas encore totalement élucidé mais on pense qu'il agit en se liant aux tissus de la prostate, affectant ainsi le métabolisme des prostaglandines, des substances impliquées dans la douleur et l'inflammation.

En 1999, un article a passé en revue quatre études8 cliniques en double aveugle, randomisées et contrôlées par placebo concernant 519 hommes avec une hypertrophie bénigne de la prostate. Il a conclu que le bêta-sistostérol améliore de façon notable les problèmes urinaires. Il augmente le flux urinaire et entraîne peu d'effets secondaires.

La plus vaste étude9 a porté sur 200 hommes souffrant d'une hypertrophie bénigne de la prostate et a montré que 20 mg de bêta-sitostérol, trois fois par jour pendant six mois, apportaient des améliorations significatives au niveau des difficultés urinaires alors que les hommes sous placebo n'en observaient aucune. Cette étude a ensuite été complétée et un certain nombre de participants a été suivi une année de plus au cours de laquelle les bénéfices obtenus se sont maintenus.

Des résultats similaires ont été atteints dans une étude10 de six mois en double-aveugle portant sur 177 individus atteints d'une hyperplasie bénigne de la prostate. Elle a permis aux chercheurs de conclure que le bêta-sitostérol constituait une option efficace pour le traitement de cette maladie. Dans cet essai les patients ont reçu 130 mg quotidiens de bêta-sitostérol.

Extraits de fleurs de pollen

Des études croisées en double-aveugle ont démontré l'utilité des extraits de pollen dans la prévention et le traitement de problèmes de prostate comme les prostatites et l'hypertrophie bénigne de la prostate.


Les extraits11 de pollen réduisent les symptômes de l'hypertrophie de la prostate à travers différents mécanismes tels que l'amélioration de l'évacuation de la vessie en relâchant les muscles du sphincter. Une étude12 a comparé l'effet d'extrait de pollen à celui d'un extrait de prunier d'Afrique. Les patients traités avec l'extrait de pollen constataient une amélioration de 78%, ceux traités avec l'extrait de prunier d'Afrique de 55%.Ces extraits ont de surcroît une activité immuno-modulatrice et anti-radicalaire démontrée.

Des travaux13 sur modèles animaux ont indiqué que les extraits de pollen inhibent la contraction de l'urètre, facilitant ainsi l'élimination de l'urine.

Un grand nombre d'études cliniques, notamment chez l'homme, ont mis en évidence que les extraits de pollen réduisent la taille de la prostate chez des sujets souffrant d'hypertrophie bénigne. Les données expérimentales indiquent que les extraits de pollen inhiberaient la formation de DHT, bloqueraient la liaison du DHT au récepteur alpha-1 ou accéléreraient l'élimination du DHT et de ses produits dérivés des cellules de la prostate.

Agir sur les facteurs de risque de cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l'homme de plus de 50 ans et représente, avec le cancer broncho-pulmonaire, la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme dans le monde industriel. L'âge moyen du cancer de la prostate se situe autour de 70 ans mais certains hommes sont atteints à un âge plus précoce. Cette maladie se développe souvent très lentement et, au début, reste localisée. Quand il évolue, le cancer peut s'étendre en dehors de la prostate par envahissement direct des tissus et des organes situés près de la prostate et peut essaimer dans d'autres organes à distance de la prostate (os, ganglions,…). Si des cellules cancéreuses pénètrent dans les vaisseaux lymphatiques de la prostate, elles sont transportées vers les ganglions du petit bassin où elles continuent à se développer en formant des métastases ganglionnaires (adénopathies).

Outre les facteurs associés à l'âge et à la génétique, les facteurs environnementaux et les choix liés aux modes de vie comme le régime alimentaire sont maintenant considérés comme des facteurs de risque de cancer de la prostate. A l'inverse, une supplémentation avec des nutriments et, notamment, avec des nutriments antioxydants, semble avoir le pouvoir de retarder ou de prévenir l'apparition et le développement du cancer de la prostate.

Tomates, produits à base de tomates et lycopène

Des études ont montré une incidence plus faible du cancer de la prostate chez des populations consommant de grandes quantités de tomates et de produits à base de tomates. D'autres travaux ont également indiqué que la consommation régulière de tomates et de produits à base de tomates pourrait réduire le risque de cancer de la prostate. Le lycopène, ce caroténoïde qui donne leur couleur rouge aux tomates, a été identifié comme étant le principal élément protecteur.

L'apport en différents caroténoïdes alimentaires a été évalué14 et mis en parallèle avec le risque de cancer de la prostate chez 47 894 professionnels masculins de la santé n'ayant pas de cancer de la prostate. Seule la consommation de lycopène a été trouvée en relation avec l'incidence de cancer de la prostate. Plus les quantités de lycopène consommées étaient importantes, plus faible était l'incidence de cancer de la prostate.

Un article15 a passé en revue les études épidémiologiques relatives à la consommation de tomates. 57 études sur 71 montraient une relation inverse entre le risque de différents cancers et la consommation de tomates, 35 d'entre elles étant statistiquement significatives. Cette relation était particulièrement forte pour les cancers de la prostate, des poumons et de l'estomac.

Des preuves soutenant le rôle joué par des produits à base de tomates comme la sauce tomate ou les pizza dans la prévention de la formation du cancer de la prostate ont été rassemblées par les chercheurs. Ces derniers commencent maintenant à penser que des aliments contenant du lycopène pourraient également être bénéfiques pour des patients souffrant de cette maladie.
Omer Kucuk16, professeur de médecine et d'oncologie à l'Institut Karmanos de recherche contre le cancer de Détroit aux Etats-Unis, a évalué l'effet d'une supplémentation en lycopène sur des patients atteints d'un cancer de la prostate. Trente malades programmés pour subir une ablation de la prostate ont été enrôlés dans cette étude. Trois semaines avant l'opération, certains patients ont reçu 15 mg quotidiens de lycopène tandis que les autres recevaient un placebo. Les prostates prélevées ont ensuite été analysées après l'opération. Des signes de régression des tumeurs ont été constatés sur les prostates des patients supplémentés en lycopène. De plus, les taux de PSA (un marqueur sérique spécifique du cancer de la prostate) avaient diminué.

Trente-deux hommes atteints d'un cancer de la prostate et sur le point de subir une prostatectomie ont entamé un régime avec des pâtes à la sauce tomate équivalent, à peu près, à 30 mg par jour de lycopène, trois semaines avant leur opération. Des chercheurs17 de l'Université de l'Illinois ont analysé les niveaux d'antigène spécifique de prostate (PSA) quotidiennement avant et après le début de leur régime et ont déterminé les quantités de lésions oxydatives sur l'ADN des échantillons de prostate prélevés. L'ADN dans les tissus de prostate est particulièrement vulnérable face aux lésions oxydatives, un procédé initié par les radicaux libres. Chez les hommes suivant le régime riche en sauce tomate, les concentrations de lycopène dans la prostate ont très nettement augmenté avec pour conséquence une réduction de près de 21% des dommages oxydatifs sur l'ADN des leucocytes. De plus, les niveaux de PSA ont chuté de près de 17,5% passant de 10,9 ng/ml à 8,7 ng/ml.

Vitamine E et sélénium

Un certain nombre d'études indiquent que la prise de vitamine E et de sélénium diminue l'incidence du cancer de la prostate ainsi que la mortalité qui en découle. L'étude ATBC (J Natl. Cancer Inst. 1998) a montré une baisse de 32% de l'incidence du cancer de la prostate et un taux de mortalité 41% plus faible chez les hommes prenant de l'alpha-tocophérol (vitamine E). L'étude Landmark (JAMA 1996) a apporté la preuve que 200 mcg quotidiens de sélénium pouvaient réduire de 63% l'incidence du cancer de la prostate. Une autre étude conduite à l'Université de Standford a montré que de faibles niveaux plasmatiques de sélénium étaient associés à un risque quatre à cinq fois plus important de cancer de la prostate. Comme les niveaux de sélénium diminuent avec les années, une supplémentation en sélénium revêt donc un importance particulière chez l'homme plus âgé.

Graines de lin

Selon une étude18, réalisée sur des souris génétiquement modifiées pour développer un cancer de la prostate, par une équipe de chercheurs du Centre Médical Universitaire de Duke aux Etats-Unis, une alimentation riche en graines de lin semble réduire la taille, l'agressivité et la sévérité de la tumeur. De plus, le régime aux graines de lin a totalement empêché 3% des animaux de développer la maladie.

135 souris génétiquement modifiées pour développer un cancer de la prostate avaient été divisées en deux groupes. L'un des deux groupes a reçu une alimentation normale de souris, dont 5% était constituée de graines de lin. La moitié des souris des deux groupes fut nourrie avec leur alimentation respective pendant 20 semaines et les autres pendant 30 semaines. Dans le groupe d'animaux non traités, la taille des tumeurs était le double de celles du groupe nourris avec des graines de lin.

Wendy-Demark-Wahnefried, l'un des responsables de cette étude, commente ainsi ces résultats : «Bien que la quantité de graines de lin donnée à chaque souris soit très difficile à atteindre dans l'alimentation de l'homme, ces résultats indiquent que nous sommes sur le bon chemin et devons poursuivre nos recherches».

Thé vert et risque de cancer de la prostate

La Chine est le pays où l'incidence du cancer de la prostate est la plus faible du monde. C'est aussi un pays où la population consomme régulièrement du thé vert. Un certain nombre d'études, sur l'homme comme sur des souris, a montré que les polyphénols du thé vert bloquent le développement des cellules de cancer de la prostate.

Des quantités19 d'extrait de thé vert équivalent à six tasses quotidiennes ont été administrées par voie orale à des souris ayant un cancer de la prostate. Le thé vert a inhibé le cancer et, par rapport aux souris témoins, a augmenté le temps de survie des animaux traités. Dans deux autres expériences distinctes, la consommation de thé vert a presque totalement inhibé la prolifération du cancer vers des sites distants de la prostate et a entraîné la mort d'un nombre important de cellules de cancer de la prostate.


1 Murray M et al. Encyclopedia of Natural Medicine, 1998 ; 758-759.
2 Gerber GS et al. Randomized, double-blind, placebo controlled trial of saw palmetto in men with lower urinary tract symptoms. Urology 2001 Dec; 58 (6):960-4; discussion 964-5.
3 Andro MC et al. Pygeum Africanum extract for the treatment of patients with benign prostatic hyperplasia : a review of 25 years of published experience. Curr The Res 1995;56:796-817.
4 Koch E et al. Pharmacological effects of sabal and urtica extracts as a basis for a rational medication of benign prostatic hyperplais. Urology, 1994;334:90-5.
5 Carbin BE et al., Treat ment by curbicin in benign prostatic hyperplasia (BPH), Swed J Biol Med, 1989;2:7-9.
6 Carbin BE et al., Treatment of benign postatic hyperplasia with phytostérols, Br J Urol 1990;66:639-41.
7 Schiebel-Schlosser G et al., Phytotherapy of BPH with pupkin seed - a multicenter clinical trial. Zeits Phytother 1998;19:71-6.
8 A multicentrique placebo-controlled, double-blind clinical trial of beta-sitosterol for the treatment of benign prostate hyperplasia, Klippel KF et al., British Journal of Urology, 1997;80:427-432.
9 Treatment of symptomatic benign prostatic hyperplasia. Beta-sitosterol study group. Berges RR et al., The Lancet , 1995 ;345 : 1529-1532.
10 A multicentrique, placebo-controlled, double-blind clinical trial of beta-sitosterol for the treatment of benign prostatic hyperplasia. Klippell KF, British Journal of Urology, 1997;80: 427-432.
11 Buck AC et al. Treat of outflow tract obstruction due to benign prostatic hyperplasia with the pollen extract, Cernillon. A double-blind, placebo-controlled study. Br J Urol 1990; 66:398-404.
12 Dutkiewicz S. Usefulness of Cernilton in the treatment of benign prostatic hyperplasia. Int urol Nephrol 1996;28:49-53.
13 Nippon Yakurigaku Zasshi (Japan) May 1991, 97, p 267-276.
14 Giovanucci E et al., intake of carotenoids and retinal in relation to risk of Prostate cancer. J Natl Cancer InsT. 995 Dec 6;87(23):1767-76.
15 Giovanucci E et al., Tomatoes, tomatoes-vbased products, lycopene and cacner : review of epidemiologic literature. J Natl Cancer Inst. 1999 Feb 17; 91(4):317-31.
16 Kucuk O et al, Lycopene supplementation in men with localized prostate cancer modulates grade and volume of prostatic intraepithelial neoplasia and tumor, level of serum PSA and biomarker of cell growth, differentiation and apoptasis. Meeting of the American Association for cancer research, Philadelphia, April 1999.
17 Chen L et al. Oxidative DNA damage in prostate cancer patients consuming tomato sauced-based entrees as a whole-food intervention. J Natl Cancer Inst. 2001;93 (24):1872-9.
18 Demark-Wahnefried, November 2002 issue of urology.Flaxseed shows promise against prostate cancer
19 Gupta S et al., Inhibition of prostate carcinogenesis in TRAMP mice by oral infusion of green tea polyphenols. Proc. Natl. Acad. Sci. USA 2001; aug.28; 98 (18):10350-10355.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Saw Palmetto 320 mg

320 mg extrait standardisé de palmier scie

www.supersmart.com
Prostaphil™ 300 mg

Un extrait de pollen breveté pour la santé de la prostate

www.supersmart.com
ProstaNatural Formula

Une formule optimisée pour les hommes de plus de 50 ans

www.supersmart.com
A découvrir aussi
01-11-2017
L'extrait de racine d'ortie bénéfique pour la...
L'extrait de racine d'ortie (Urtica dioica) est largement utilisé en Europe pour traiter l'hypertrophie de la prostate. Plus de 20 études cliniques ont démontré que,...
Lire plus :
31-03-2018
Prostate : Ah, si les hommes savaient...
Alors que les femmes savent qu’elles devront, un jour ou l’autre, passer le cap de la ménopause, les hommes ignorent tout de ce qui les...
Lire plus :
22-08-2018
Messieurs, prenez soin de votre prostate !
Parmi les compléments reconnus pour limiter l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) s’érigent en maîtres incontestés des extraits de plantes et des nutriments ayant fait...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer