Accueil  >  Détoxification  >  L'humifulvate favorise l'équilibre ionique...
01-07-2004

L'humifulvate favorise l'équilibre ionique et l'élimination des métaux lourds toxiques

L'humifulvate, un supplément nutritionnel qui nous vient de Hongrie, est un complexe standardisé d'acides fulvique, humique et phénoliques dérivé de la tourbe. Il favorise l'équilibre dans l'organisme des minéraux et éléments-trace tout en chélatant les métaux lourds toxiques.

L'humifulvate est issu d'une tourbe géologiquement jeune, datant d'environ 3 000 à 10 000 ans que l'on ne trouve que sur la rive nord du lac Balaton, en Hongrie, aux pieds des monts Bakony. La tourbe se forme au cours de milliers d'années par l'accumulation de matières végétales qui se dégradent progressivement, donnant naissance, d'abord à l'humus ensuite aux acides humique et fulvique.

L'intérêt pour la tourbe de cette partie du lac a été éveillé par le fait que les animaux qui paissaient la sphaigne à cet endroit étaient plus forts et en meilleure santé que le reste du troupeau. Plusieurs années de recherches ont permis de découvrir que cette sphaigne était riche en acides fulvique et humique ainsi qu'en acides aminés naturels. Tous ces éléments ont la propriété de contribuer à maintenir l'équilibre ionique dans l'organisme et à éliminer les métaux lourds toxiques tels que le cadmium, le plomb ou le mercure.

Des molécules organiques complexes

Les acides humique et fulvique sont des molécules organiques complexes. La dégradation bactérienne et chimique des lignines et autres hydrates de carbones des structures des plantes est responsable de la formation des produits intermédiaires des acides humique et fulvique. Ces produits intermédiaires sont ensuite polymérisés par la pluie en présence de polyphénols arrachés aux feuilles et autres composés botaniques. Les polyphénols peuvent être oxydés en quinones, spontanément, en présence d'oxygène ou par voie enzymatique à travers un vaste éventail de micro-organismes.


Les polyphénols provenant de la dégradation des plantes sont impliqués dans la formation des substances humiques et des acides phénoliques (acide pyrocatéchique, acide vanillique, vanilline, résorcinol, acide férulique et acide benzoïque), et vont contribuer pour une grande part à la structure de ces molécules. Ces acides phénoliques ont au moins un groupe carboxyle (-COOH) et un groupe hydroxyle phénolique (-OH) 1. On suppose que ce sont ces groupes qui confèrent aux acides fulvique et humique leurs propriétés chélatrices.

L'humifulvate est formé de groupes fonctionnels contenant de l'oxygène, de l'azote et du soufre qui le rendent très approprié comme ligand complexant les métaux. Sur différents sites et avec des forces différentes, les métaux sont liés aux polypeptides et aux acides phénoliques connectés au noyau de l'humifulvate.

L'humifulvate a la capacité de se lier à des métaux lourds comme agent d'échange d'ions tout en agissant comme transporteur de molécules de minéraux et d'éléments-trace essentiels à la santé de l'animal et de l'homme.

Une action chélatrice

Le terme chélation vient du grec chele qui s'applique à la pince du crabe ou du homard. Une substance est chélatée lorsqu'elle est saisie, retenue et transformée par un agent de chélation. Les propriétés de chélation des acides humiques ont été utilisées pendant longtemps pour purifier les eaux usées. L'association d'acides humique et fulvique fait fonction d'aimant et attire les gros atomes des métaux lourds pour permettre à l'organisme de s'en débarrasser par les voies normales d'élimination.

L'humifulvate a la capacité de transférer, in vivo, des métaux dans et hors des métalloprotéines2. Ces protéines jouent un rôle dans le stockage des métaux et séquestrent les ions métalliques en excès, prévenant ainsi la toxicité. La concentration en métalloprotéines est la plus élevée dans le foie où les métaux s'accumulent dans les portions de métallothionines de cet organe. On peut trouver des métalloprotéines dans d'autres organes de l'homme, y compris en petites quantités dans le plasma sanguin, suggérant que ces protéines jouent également un rôle dans le transport des métaux3.

Lorsque la capacité de l'humifulvate à se lier à un métal libre est saturée ou qu'il contient une forte concentration d'un humate de métal (liaison du métal à l'acide humifulvique), alors l'humifulvate transfère ce métal à des molécules comme des protéines qui seront capables de l'attacher et de l'utiliser. D'un autre côté, si la capacité de liaison à un métal libre est élevée, alors l'humifulvate forme des complexes avec des métaux libres ou attachés à des métalloprotéines, favorisant ainsi leur excrétion. (Par exemple dans le cas de métaux lourds toxiques comme le cadmium.) Ainsi, on pourrait en conclure que l'humifulvate est capable d'agir quelque part comme une métalloprotéine en raison de son activité chélatrice et de sa capacité à échanger des ions. Lorsque les métaux font partie d'une métalloprotéine, ils peuvent moduler ses réactions biochimiques4.


L'administration quotidienne d'humifulvate par voie orale pendant six semaines diminue de façon significative les niveaux sanguins de cadmium tout en augmentant sa concentration urinaire chez 31 travailleurs adultes constamment exposés à ce métal toxique5. Chez la majorité des sujets, les niveaux de fer initialement anormalement faibles ont remonté et les marqueurs du fonctionnement des reins et du foie ont été améliorés.


La recherche indique que l'absorption du cadmium par le système gastro-intestinal tout comme sa toxicité sont influencés par l'apport d'éléments comme le zinc, le cuivre, le fer, le sélénium, le calcium ou la vitamine C. Échangeur d'ions, l'humifulvate peut libérer ses éléments-trace liés sous forme de chélate pour qu'ils puissent être absorbés par les tissus et se lier à d'autres éléments immédiatement disponibles comme le cadmium. Dans le même temps, de nombreux éléments essentiels sont apportés et peuvent diminuer la biodisponibilité du cadmium dans le système gastro-intestinal. L'effet de l'humifulvate sur le métabolisme d'éléments-trace a été étudié sur 51 adultes volontaires en bonne santé (25 hommes et 26 femmes âgés de 18 à 60 ans). Deux semaines de supplémentation ont fait diminuer les niveaux sanguins de plomb et de cadmium de façon significative. De plus, l'humifulvate réduisait l'absorption du cadmium et du plomb provenant de l'alimentation ou de l'environnement6.

D'autres preuves des effets bénéfiques de l'humifulvate ont été documentées dans des essais cliniques évaluant l'exposition aux métaux lourds créée par l'activité professionnelle et l'environnement. Dans le cadre de l'observation clinique de check-up réguliers de la santé au travail, on a trouvé 21 sujets avec des niveaux de plomb plus élevés que la normale et 26 personnes avec des niveaux de cadmium excédant les limites acceptables. La prise quotidienne d'humifulvate a fait diminuer les niveaux de plomb et de calcium dans le sang de façon significative7.

Deux études8 cliniques ouvertes ont examiné les effets de l'humifulvate chez des volontaires exposés au plomb. Vingt individus exposés par leur travail de façon importante au plomb ont reçu 20 ml d'humifulvate quotidiennement pendant six semaines. Par rapport au groupe témoin, les niveaux sanguins de plomb ont diminué de façon nette et significative dès le début de l'étude. Aucun paramètre clinique ou hématologique n'a été modifié pendant la durée du traitement. Deux sujets ont rapporté une légère diarrhée transitoire qui s'est normalisée sans qu'il soit nécessaire de stopper le traitement. Quatre sujets ont rapporté des nausées modérées et une une migraine passagère.

Dans l'autre étude clinique ouverte portant sur 60 sujets, des résultats similaires mais moins marqués ont été obtenus. À la fin d'une période de supplémentation de douze semaines, les modifications des concentrations sériques en plomb sont devenues significatives par rapport aux valeurs du début de l'étude. Bien que la diminution des niveaux sanguins de plomb ait été significative, elle a demandé un traitement de plus longue durée, les doses d'humifulvate étant plus faibles que dans l'étude précédente.

Les données de ces deux études indiquent que plus les niveaux sanguins ou sériques de plomb sont élevés, plus la réduction de ce paramètre est significative. De plus, une dose de 20 ml par jour d'humifulvate semble plus efficace dans le traitement de l'exposition au plomb.

Des études animales ont confirmé les effets bénéfiques de l'humifulvate sur la chélation des métaux lourds. Ainsi, des porcs adultes ont été nourris avec différentes doses d'humifulvate ou avec un placebo. L'excrétion d'un isotope de mercure qui leur avait été précédemment administré a été observée. Les animaux qui avaient absorbé de l'humifulvate excrétaient plus d'isotope de mercure que ceux du groupe témoin. Bien que ces résultats ne soient pas significatifs en raison du petit nombre d'animaux, cette étude justifie la réalisation d'autres travaux pour documenter l'efficacité de l'humifulvate à éliminer les accumulations de mercure9.

Ces études indiquent que l'humifulvate semble être un chélateur efficace des métaux lourds toxiques. De plus, in vivo, il montre un effet protecteur contre les radiations. Ses effets bénéfiques pourraient être utilisés dans la prévention de la contamination par des métaux lourds chez des ouvriers ayant des activités à risques en diminuant l'absorption de métaux lourds toxiques comme le cadmium et en accélérant leur élimination. Ils pourraient également permettre d'éliminer les métaux lourds que l'organisme accumule tout au long de la vie.

Favorise l'équilibre en minéraux et éléments-trace

L'humifulvate favorise le transport, l'absorption et la distribution de nutriments essentiels dans l'organisme. Dans l'eau, on pense que les acides humique et fulvique ont une influence bénéfique sur la croissance biologique dans le respect du recyclage du phosphore et de l'azote, de la biodisponibilité des éléments-trace et en limitant la toxicité potentielle des métaux.

La recherche a donc émis l'hypothèse que de l'humifulvate standardisé dérivé de tourbe puisse influencer de façon positive l'absorption des éléments-trace chez les animaux et chez l'homme par sa capacité à échanger des ions. Cette propriété de l'humifulvate pourrait favoriser la prise et l'incorporation efficace de complexes de minéraux essentiels et d'éléments-trace dans les cellules et les tissus. Des données préliminaires suggèrent que ce complexe de substances humiques dérivées de la tourbe hongroise affecte réellement l'utilisation (absorption, transport et distribution) des nutriments essentiels.

L'administration par voie orale, pendant deux semaines, d'humifulvate (313,4 mg/j apportant 150 mg quotidiens d'humifulvate) a été associée à une augmentation des concentrations sanguines en cuivre et à une amélioration du métabolisme du fer chez 51 adultes en bonne santé10. Dans une autre étude non contrôlée, la consommation d'humifulvate (156,7 mg/j) pendant six semaines a eu pour résultat une augmentation des concentrations sériques, initialement basse, en fer. Par contre, chez les sujets ayant, au début de l'étude, des niveaux de fer élevés, ces derniers sont redescendus dans des valeurs physiologiques normales. Ces résultats indiquent que l'humifulvate peut favoriser chez l'homme l'homéostasie du statut en fer11.
L'humifulvate a été utilisé dans le traitement de l'anémie et pour accélérer le rétablissement chez des enfants.
Dix-neuf enfants avec une anémie due à une déficience en fer ont été étudiés pour déterminer si la prise par voie orale d'humifulvate pouvait améliorer leur état général, leur appétit et leurs niveaux sériques de fer12. Après le traitement, l'état général et l'appétit des patients ont été améliorés. Une augmentation des niveaux sériques de fer a été observée seulement deux semaines après le début du traitement. Les niveaux d'hémoglobine étaient variables, certains diminuant, d'autres augmentant mais à l'intérieur des valeurs physiologiques souhaitées.

Cette variation des niveaux d'hémoglobine a également été observée chez des athlètes de haut niveau. Ces niveaux ont été étudiés chez 25 athlètes pour déterminer si l'administration d'humifulvate par voie orale pouvait affecter la résistance au stress et leur capacité à augmenter l'intensité des exercices. Les niveaux d'hémoglobine des sportifs sont restés dans la tranche des mesures physiologiques souhaitées. Les athlètes ont rapporté une amélioration subjective de leur résistance au stress et de leur capacité de concentration pendant la période d'entraînement13.

Ces deux études suggèrent que l'humifulvate semble avoir la capacité de normaliser les niveaux de fer, de ferritine sérique et d'hémoglobine.

Supplémentation en minéraux

Des déficiences en minéraux peuvent avoir pour conséquences différents états et maladies incluant perte de cheveux, eczéma, fatigue… Une étude dermatologique sur la croissance des cheveux a été conduite chez 29 adultes avec des chutes de cheveux susceptibles d'êtres reliées à des déficiences en minéraux. La supplémentation avec l'humifulvate a diminué la perte de cheveux et, même, chez certains sujets, accéléré leur régénération. Ces résultats ont été attribués à une amélioration du statut en éléments-trace des sujets et, notamment, en fer. Les niveaux sériques de fer des sujets dont la croissance et la régénération des cheveux s'étaient accrues ont augmenté mais pas chez les personnes ayant eu peu ou pas d'amélioration14.


L'humifulvate a également produit des réactions positives dans d'autres pathologies associées à des déficiences en minéraux ou éléments trace comme l'eczéma chronique. Cette maladie cutanée a différents facteurs étiologiques comme des réactions allergiques ou des déficiences nutritionnelles. La réaction à l'administration par voie orale d'humifulvate pendant trois semaines a été étudiée sur neuf enfants souffrant d'eczéma chronique. Lorsque la supplémentation a été arrêtée, l'eczéma est réapparu. L'étude a alors été poursuivie pendant deux à trois mois avec les mêmes enfants et, à nouveau, l'eczéma a diminué pendant la supplémentation, reprenant à l'arrêt du traitement15, suggérant l'intérêt de nouvelles études pour évaluer l'efficacité d'une supplémentation de longue durée.


-1 Bruneton J. Pharmacognosy, phytochemistry medicinal plants. 1995 Paris France, Lavoisier Publishing.
-2 Glynn A.W. Fulvic and humic acids decrease the absorption of cadmium in the rat intestine. Archives of toxicology, 1995; 70: 28-33.
-3 Shils O. et al. Modern nutrition in health and disease. 8th ed. Vol 2 1994. Williams and Wilkin Baltimore.
-4 Schauss A. Minerals, trace elements and human health. 3rd edition 1998. Tacoma: AIBR Press.
-5 Hudak A. et al. Effect of the consumption of humic acid with bound complex micro elements in cases of occupational cadmium exposure. Central European Journal of Occupational and environmental medicine, 1997;3(3): 175-186.
-6 Molnar M. The study of Humet-R syrup's effect on the metabolism of trace elements in healthy volunteers. 1992, Hungarian State Railway Public health Institute. Budapest.
-7 Molnar M. Blood lead and blood cadmium levels. Hungarian State Railway Public health Institute. Budapest.
-8 Florian C. The treatment of volunteers continually exposed to high doses of lead with the Humet syrup. 1995, primary medical care system outpatient clinic. Ajka Crystal Ltd.
Sallay E. Open-labeled prospective clinical research on volunteers exposed to lead. 1998. Humet and trade research and development company. Budapest.
-9 Sarudi I. et al. Effect of Humet-R on the mobilization of a toxic heavy metal in pigs. In HM Doc 45-1-12, 97.
-10 Molnar. The study of Humet R syrup's effect on the metabolism of trace elements in healthy volunteers. 1992.
-11 Molnar M. et al. Serum Serum iron, Institution of public health of the Hungarian railways. Budapest.
-12 Szuts P. et al. The application of Humet-R roborant syrup in paediatrics (open clinical test findings 1996, Erzsébet Hospital.-10 Molnar. The study of Humet R syrup's effect on the metabolism of trace elements in healthy volunteers. 1992.
-13 Petrekanits M. Effects on the performance of elite athletes, Hungarian school of physical education. Budapest.
-14 Kovacs L. et al. Alopecia patients.
-15 Kirschmann G.J. et al. Nutrition almanc. 1996. New York, Mc Graw Hill.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
A découvrir aussi
22-02-2017
Lutter contre la constipation chronique et garder...
A l’époque de Louis XIV, grand constipé devant l’éternel, les médecins qui le suivaient avaient pris pour habitude de lui demander « Comment allez-vous ?...
Lire plus
18-06-2018
Les 10 fruits et légumes qui font...
Vous le savez depuis notre dossier sur les pesticides , l’empoisonnement de la planète entière continue de progresser à un rythme constant. Pour limiter au...
Lire plus
01-02-2017
Pollution, intoxication, cette substance protège même des...
Le 22 avril 1915 vers 17 heures, les troupes coloniales françaises de Martinique, alors postées dans les tranchées sur le front d’Ypres, virent arriver sur...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer