Accueil  >  Antioxydants  >  Des antioxydants pour nous...
01-12-2001

Des antioxydants pour nous aider à vieillir en bonne santé


Les enzymes antioxydantes telles que la catalase ou la SOD, produites par notre organisme tout comme les antioxydants, vitamines E et C, caroténoïdes,… que nous puisons dans notre alimentation nous aident à lutter contre les effets délétères des radicaux libres et des espèces réactives oxygénées. Mais ce combat semble inégal. L'intérêt d'augmenter notre consommation d'antioxydants a fait ses preuves et ces molécules participent activement à la prévention des maladies qui accompagnent le vieillissement. Elles semblent cependant incapables de faire reculer les limites de l'espérance de vie maximale. La récente mise au point d'un composé antioxydant synthétique pourrait pourtant peut-être changer la donne dans quelques années.

La pilule anti-âge est-elle pour demain ? Officiellement non, mais le 1er novembre dernier, un nouveau pas a été franchi vers la mise au point d'un composé antioxydant synthétique particulièrement prometteur (lire encadré). Ce jour-là, le Journal of Neuroscience révélait que ce composé multiplie par quatre la durée de vie de souris transgéniques qui manquent d'une enzyme antioxydante, la superoxyde dismutase 2 (SOD2), particulièrement active dans les centrales énergétiques cellulaires, les mitochondries(1).
Non traitées, ces souris vivent une semaine au plus. Lorsqu'on leur administre un antioxydant classique qui ne parvient pas au cerveau, leur espérance de vie augmente, mais elles sont alors atteintes d'une dégénérescence qui évoque la maladie de la vache folle. Dans cette nouvelle étude, le composé antioxydant qu'elles ont reçu a non seulement allongé leur vie, mais aussi prévenu l'apparition de dégénérescence cérébrale. Pour Simon Melov, le chercheur du Buck Institute (Novato, Californie) qui a conduit l'étude, ces résultats confirment que chez les mammifères de nombreuses maladies dégénératives se développent en l'absence d'un système antioxydant performant.

Une efficacité plus ou moins grande des défenses antioxydantes

Le vieillissement des mammifères revêt de grandes différences d'une espèce à l'autre. Une souris vit 4 ans en moyenne, un être humain un peu plus de 75 ans. Par ailleurs, les individus d'une même espèce ne vieillissent pas tous au même rythme. Certains d'entre nous parviennent à un âge avancé à peu près indemnes de toute maladie handicapante. D'autres voient leurs fonctions vitales décliner rapidement, alors qu'apparaissent des pathologies aussi invalidantes que le diabète, la maladie de Parkinson, les troubles cardiovasculaires. L'Américain Denham Harman a le premier suggéré que ces différences entre espèces et entre individus reflètent une capacité plus ou moins efficace à neutraliser des particules agressives qu'on appelle radicaux libres et espèces réactives oxygénées (ROS), et qui sont liées à l'utilisation de l'oxygène par les systèmes vivants. (2) Les réactions dans lesquelles nous employons ce gaz, pour respirer ou manger, ne sont jamais «propres». Au contraire, elles donnent naissance à ces particules très réactives qui altèrent peu à peu tous les constituants de l'organisme. Indispensable à la vie, l'oxygène est donc dans le même temps un redoutable poison.

Une protection antioxydante insuffisante

Tous les êtres vivants ont été contraints de relever cet extraordinaire challenge : se protéger de l'élément dont ils ont un besoin crucial pour vivre. C'est ainsi que nous produisons tous des enzymes antioxydantes comme la SOD dont il est question plus haut, la catalase ou encore la glutathion peroxydase (GPx). Elles ont pour mission de neutraliser les radicaux libres avant qu'ils n'infligent des dégâts trop importants aux tissus. Nous puisons aussi dans l'alimentation d'autres antioxydants comme les vitamines C et E, les caroténoïdes. Mais ne nous leurrons pas sur l'issue de ce combat inégal. Selon Harman, nous vieillissons et nous mourons parce que nos systèmes de protection antioxydante finissent par être débordés et que les dégâts s'accumulent au point de ne plus être réparés. Les raisons pour lesquelles l'évolution ne nous a pas doté d'une protection suffisante pour être - pourquoi pas ? - immortel divisent les spécialistes. Je les ai abordées dans un ouvrage récent (lire encadré). -->Sans être encore totalement confirmée, l'hypothèse de Harman a reçu un soutien considérable tant sur les plans expérimentaux que cliniques. Pour reprendre la comparaison entre les longévités respectives de la souris et de l'homme, on estime que l'ADN de la première subit chaque jour 100 000 attaques oxydatives, soit 10 fois plus que ce que nous enregistrons. On sait aussi que ces dégâts augmentent avec l'âge chez tous les individus de la même espèce, ce qui prouve que les systèmes antioxydants sont de moins en moins efficaces d'une année sur l'autre. En 1991, Cutler a mesuré les antioxydants dans le plasma de 12 espèces dont l'homme. Il a trouvé que ces antioxydants sont d'autant plus élevés que l'espérance de vie de l'espèce est grande. Une tendance similaire est observée selon l'âge à l'intérieur de la même espèce. Très récemment, l'équipe de Joël Pincemail à l'université de Liège (Belgique) a comparé le statut antioxydant d'un groupe de 20 jeunes femmes âgées de 18 à 30 ans et d'un groupe d'un nombre égal dont la moyenne d'âge était de 55 ans. Les chercheurs ont relevé que l'activité de deux enzymes-clés, la SOD et la GPx avait baissé dans le deuxième groupe de 6,7% et 12% respectivement. (3)

Les antioxydants connus n'atteignent pas les sites sensibles en quantité suffisante

Il existe un grand empressement, à la fois chez les chercheurs et nous tous qui voulons vivre longtemps en bonne santé, à vouloir conclure de ces résultats que l'on pourrait combattre le vieillissement intrinsèque en consommant plus d'antioxydants. Mais la plupart des études conduites jusqu'ici chez l'animal n'ont pas permis d'augmenter leur longévité maximale. Selon Harman lui-même, la raison en est que les antioxydants connus ne parviennent pas aux sites sensibles en quantité suffisante. Quels sont ces sites sensibles ? Il s'agit essentiellement des mitochondries, qui fournissent l'essentiel de notre énergie et sont donc les plus vulnérables aux radicaux libres (lire encadré).

Antioxydants synthétiques et thérapie génique

On voit ici tout l'intérêt des antioxydants synthétiques, tels ceux développés par Bernard Malfroy, dès lors qu'ils parviennent dans la mitochondrie. En octobre 2000, ces SOD de synthèse avaient déjà permis de prolonger de moitié la vie d'un minuscule ver, le nématode C. elegans. Cependant, de nombreuses années vont s'écouler avant que l'intérêt de ces composés soit établi chez l'homme, sans parler de leur innocuité. Parmi les stratégies futuristes, on peut aussi citer la thérapie génique, qui pourrait permettre d'augmenter l'expression d'enzymes antioxydantes. C'est l'une des voies suivies par l'équipe de Jakob Melkowitz (Instituts nationaux de la santé des Etats-Unis, Bethesda, Maryland), alors qu'elle vient, dans un modèle de souris transgénique, de mettre en évidence le rôle crucial que joue la méthionine sulfate réductase dans la protection des protéines contre les dégâts oxydatifs mais aussi dans la longévité. (4)

Augmenter les apports en antioxydants

Faut-il donc attendre une ou deux décennies, voire considérer, comme le font certains nutritionnistes français, que les antioxydants classiques ne servent à rien ? Non. S'il paraît impossible de faire reculer les limites de l'espérance de vie maximale en consommant plus d'antioxydants, nous possédons suffisamment de preuves de leurs bénéfices pour encourager tous les adultes à augmenter leurs apports de vitamines C, E, de zinc, sélénium.Toutes ces molécules participent à la prévention des maladies chroniques qui augmentent avec l'âge et sont probablement liées au stress oxydant. Et les preuves cliniques de leur efficacité existent. En voici quelques-unes, parmi la multitude qui nous parvient chaque année :
->Les fumeurs et les anciens fumeurs âgés de plus de 40 ans, qui prennent des suppléments de vitamine E (100 UI/j. au moins) ont un risque de cancer de la prostate - métastatique ou fatal - inférieur de 56% à ceux qui n'en prennent pas ;(5)
->Les hommes âgés de plus de 40 ans qui consomment peu de fruits et de légumes mais prennent un supplément de bêta-carotène (50 mg tous les 2 jours) ont un risque de cancer de la prostate réduit de 32% par rapport à ceux qui n'en prennent pas ;(6)
->La prise de compléments de vitamines A, C, E et de zinc est associée à un risque réduit de cancer de la prostate dans une étude épidémiologique portant sur 1 363 personnes ;(7)
->Les personnes âgées institutionnalisées qui reçoivent pendant 2 ans un supplément de sélénium et de zinc ont significativement moins d'infections respiratoires que les autres, selon une étude française ;(8)
->Le risque d'accident vasculaire cérébral est réduit de moitié chez les personnes qui consomment un supplément vitaminique contenant de la vitamine E, par rapport à celles qui n'en consomment pas, selon une étude américaine.(9)
->Chez des personnes en bonne santé, les suppléments de vitamine C (2g/j) diminuent la rigidité des artères et l'agrégation plaquettaire, deux conditions associées à un risque d'athérosclérose. (10)
->L'excès de plomb, un neurotoxique, concernerait 10% de la population française. Par rapport aux fumeurs qui ne prennent pas de suppléments, ceux qui prennent de la vitamine C (1g/j) voient leur taux de plomb dans le sang diminuer de 81%.(11)
->Les personnes de plus de 65 ans qui prennent un complément quotidien de vitamines et minéraux voient leur mémoire immédiate, leur attention, leur capacité à résoudre des problèmes significativement améliorées, selon une étude canadienne récente.(12)
->Une étude a montré que la prise journalière d'un complément de sélénium (200 mcg) conduit à une réduction de 63% des cas de cancer de la prostate, de 58% des cas de cancer colorectal et de 46% des cas de cancer du poumon. (13)

Bien sûr, les compléments antioxydants ne sont qu'un des éléments à notre disposition pour vieillir en bonne santé. A la lumière des études qui montrent que les excès alimentaires accélèrent le vieillissement, et qu'à l'inverse la restriction calorique le ralentit, nous sommes nombreux depuis plusieurs années à conseiller de choisir des aliments nutritionnellement très riches, et limiter les calories vides qui augmentent le stress oxydatif. En particulier les aliments raffinés pris en dehors des repas comme les sodas, barres chocolatées, pâtisseries. Ce conseil est d'autant plus important qu'on avance en âge, pour les raisons déjà exposées.On aurait aimé que de telles recommandations, qui rallient les vrais spécialistes du vieillissement, figurent dans la dernière édition des « Apports nutritionnels conseillés pour la population française », publiée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Entre intégrisme gouvernemental anti-vitamines et pressions discrètes de l'industrie agro-alimentaire c'est en réalité tout le contraire qui a prévalu. Encore bravo !

Thierry Souccar, MS, GD Membre de la Société de biologie du vieillissement (Paris) et de l'American College of Nutrition (New York), Responsable Santé Nutrition à Sciences et Avenir (Paris), Rédacteur-en-chef du site www.lejournalsante.com (Groupe Nouvel Observateur, Paris).

Références :

1 Melov J : Lifespan Extension and Rescue of Spongiform Encephalopathy in Superoxide Dismutase
2 Nullizygous Mice Treated with Superoxide Dismutase-Catalase Mimetics J Neurosci 2001 21: 8348-8353.2 Harman D : Aging : A theory based on free radical and radiation chemistry. J Gerontol 1956 11 : 298-300.
3 Pincemail J : Stress oxydant, antioxydants nutritionnels et vieillissement. 3èmes Entretiens de nutrition. Institut pasteur, Lille, France, 14 juin 01.4 Moskovitz : Methionine sulfoxide reductase (MsrA) is a regulator of antioxidant defense and lifespan in mammals. Proc Natl Acad Sci USA 2001 98(23) : 12920-12925.5 Chan, J.M. : Supplemental vitamin E intake and prostate cancer risk in a large cohort of men in the United States. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1999 8(10) : 893-899.6 Cook, N.R. : Beta-carotene supplementation for patients with low baseline levels and decreased risks of total and prostate carcinoma. Cancer 1999 86(9) : 1783-1792.7 Kristal, A.R. : Vitamin and mineral supplement use is associated with reduced risk of prostate cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1999 8(10) : 887-892.8 Girodon, F. : Impact of trace elements and vitamin supplementation on immunity and infections in institutionalized elderly patients : a randomized controlled trial. MIN. VIT. AOX. geriatric network. Arch Intern Med 1999 159(7) : 748-754.9 Benson, R. et Sacco, R. : Vitamin E may reduce stroke risk. American Academy of Neurology 51st annual meeting, Toronto, Canada, 20 avril 1999.10 Wilkinson, I.B. : Oral vitamin C reduces arterial stiffness and platelet aggregation in humans. J Cardiovasc Pharmacol 1999 34(5) : 690-693.11 Dawson, E.B. : The effect of ascorbic acid supplementation on the blood levels of smokers. J Am Coll Nutr 1999 18: 166-170.12 Chandra RK : Effect of vitamin and trace-element supplementation on cognitive function in elderly subjects. Nutrition 2001 17(9) : 709-712.13 Clark L C : Decreased incidence of prostate cancer with selenium supplementation : Results of a double-blind cancer prevention trial. Br J Urol 1998 81 : 730-734.


1 Melov J : Lifespan Extension and Rescue of Spongiform Encephalopathy in Superoxide Dismutase 2 Nullizygous Mice Treated with Superoxide Dismutase-Catalase Mimetics J Neurosci 2001 21: 8348-8353.2 Harman D : Aging : A theory based on free radical and radiation chemistry. J Gerontol 1956 11 : 298-300.3 Pincemail J : Stress oxydant, antioxydants nutritionnels et vieillissement. 3èmes Entretiens de nutrition. Institut pasteur, Lille, France, 14 juin 01.4 Moskovitz : Methionine sulfoxide reductase (MsrA) is a regulator of antioxidant defense and lifespan in mammals. Proc Natl Acad Sci USA 2001 98(23) : 12920-12925.5 Chan, J.M. : Supplemental vitamin E intake and prostate cancer risk in a large cohort of men in the United States. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1999 8(10) : 893-899.6 Cook, N.R. : Beta-carotene supplementation for patients with low baseline levels and decreased risks of total and prostate carcinoma. Cancer 1999 86(9) : 1783-1792.7 Kristal, A.R. : Vitamin and mineral supplement use is associated with reduced risk of prostate cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1999 8(10) : 887-892.8 Girodon, F. : Impact of trace elements and vitamin supplementation on immunity and infections in institutionalized elderly patients : a randomized controlled trial. MIN. VIT. AOX. geriatric network. Arch Intern Med 1999 159(7) : 748-754.9 Benson, R. et Sacco, R. : Vitamin E may reduce stroke risk. American Academy of Neurology 51st annual meeting, Toronto, Canada, 20 avril 1999.10 Wilkinson, I.B. : Oral vitamin C reduces arterial stiffness and platelet aggregation in humans. J Cardiovasc Pharmacol 1999 34(5) : 690-693.11 Dawson, E.B. : The effect of ascorbic acid supplementation on the blood levels of smokers. J Am Coll Nutr 1999 18: 166-170.12 Chandra RK : Effect of vitamin and trace-element supplementation on cognitive function in elderly subjects. Nutrition 2001 17(9) : 709-712.13 Clark L C : Decreased incidence of prostate cancer with selenium supplementation : Results of a double-blind cancer prevention trial. Br J Urol 1998 81 : 730-734.
SOUCCAR Thierry
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Carottol™

Un complexe de caroténoïdes naturels pour soutenir l’organisme

www.supersmart.com
Natural E 400

400 UI de d-alpha tocopherol forme naturelle de la Vitamine E

www.supersmart.com
Triple C

Trois formes synergiques de vitamine C pour une efficacité maximale

www.supersmart.com
SOD-Gliadins Complex

La première Superoxyde dismutase (SOD) à la biodisponibilté orale scientifiquement démontrée

www.supersmart.com
Ester C®

Une forme non acide de Vitamine C brevetée, conçue pour durer plus longtemps

www.supersmart.com
Zinc Orotate

Un complément de zinc sous sa forme la plus biodisponible

www.supersmart.com
L-Selenomethionine

La forme de sélénium avec la meilleure biodisponibilité

www.supersmart.com
A découvrir aussi
13-02-2017
Zinc : une prise quotidienne pour réduire...
Vous vous posez des questions sur une supplémentation en zinc : quels bienfaits ? quels effets ? quelle efficacité ? Le point grâce à une...
Lire plus
04-09-2019
Des vaisseaux rajeunis de 20 ans avec...
L’étude publiée dans Hypertension , le journal de l’American Heart Association, apporte de nouvelles preuves de l’efficacité de ce complément alimentaire pour diminuer le risque...
Lire plus
16-11-2016
L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer