Accueil  >  Supplémentation hormonale  >  Entretien avec le docteur...
01-12-2001

Entretien avec le docteur Christophe de Jaeger


Le docteur Christophe de Jaeger, gériatre et gérontologue, directeur de l'Institut Européen du Vieillissement à Paris est l'auteur d'un livre publié en septembre dernier aux Editions Albin Michel : «La DHEA, mythes et réalités»
Pourquoi ce livre sur la DHEA ?

Après que l'étude des Professeurs Beaulieu et Forette ait été publiée, tout et n'importe quoi a été dit sur la DHEA. Il devenait nécessaire de donner une information fiable facilement compréhensible. Le but de cet ouvrage est aussi de replacer la DHEA dans l'ensemble de la prise en charge du vieillissement. Pour beaucoup de gens, elle reste encore l'hormone de jouvence, la pilule miracle. Il était important de dire que la DHEA est une molécule importante, intéressante, mais qu'elle ne résume pas, à elle seule, la prise en charge de l'âge.

Quelle est l'utilité de la DHEA dans le cadre du vieillissement ?

L'utilité de la DHEA est de répondre, à un moment donné, à la baisse de concentration d'un maillon hormonal du vieillissement. Le vieillissement est en fait une très grande chaîne de nombreux composés avec un maillon DHEA.Ce qui fait le succès de la DHEA, c'est que, par ailleurs, elle a une action très marquée sur l'énergie de l'individu. Comparons deux molécules classiquement utiles dans le vieillissement comme la mélatonine et la DHEA. Si vous prenez de la mélatonine et que vous n'avez pas de troubles du sommeil (parce que la mélatonine a une action directe sur le sommeil) elle ne changera quasiment rien dans votre vie. Elle va peut-être vous faire dormir un peu plus profondément, restructurer votre sommeil, mais elle ne va pas transformer vos journées. Elle aura, par contre, une action à très long terme, à dix ou quinze ans.La DHEA, en revanche, a une action quasiment immédiate. Au bout de quelques jours ou de quelques semaines, en fonction des doses, vous aurez plus d'énergie, plus de résistance physique…La DHEA n'est clairement pas un placebo. Ce n'est pas l'hormone miracle et ce n'est pas non plus l'hormone de tous les maux. C'est tout simplement un produit hormonal qui peut apporter énormément de bienfaits dans la prise en charge du vieillissement.

De quelle façon ?

La DHEA a une place définie dans le métabolisme des stéroïdes. Il faut parfaitement connaître ce métabolisme pour donner de la DHEA à bon escient et aux bonnes doses. Aujourd'hui, des médecins font faire un dosage de sulfate de DHEA et constatent que les résultats indiquent que leur patient est dans la norme indiquée par le laboratoire. Ils en concluent que leur patient ne manque pas de DHEA. Je reçois ainsi régulièrement des patients qui ont été vus par un médecin. Il a fait un, deux, voire trois dosages et leur a dit, «vous ne manquez pas de DHEA» alors qu'ils sont en fait victime d'une carence majeure.

A quoi sont dues ces erreurs d'appréciations ?

La méconnaissance totale de la physiologie des stéroïdes. Les résultats sont toujours définis par rapport aux normes données par les laboratoires. Ces normes sont tellement vastes qu'elles incluent largement la carence. Il faut aussi connaître les conséquences physiologiques de la carence en DHEA, autrement dit, travailler sur la transformation de cette DHEA. Il y a aussi une inter-action avec le traitement hormonal substitutif (THS). Il faut bien connaître l'apport en oestrogènes lié à la DHEA et celui lié au traitement hormonal substitutif pour pouvoir conjuguer les deux. Et il n'y a pas de contre-indication entre les deux. En revanche, donner ou prendre de la DHEA à l'aveugle avec un traitement hormonal substitutif est une erreur et représente un risque non négligeable.

Beaucoup de médecins sont-ils en mesure d'assurer le suivi d'un tel traitement ?

Non, il n'y en a pas beaucoup. Au départ, je n'osais pas le dire mais je pense qu'en France il n'y a pas plus de cinq médecins qui connaissent bien la DHEA.

Cela voudrait dire que seulement peu de gens pourraient suivre ce traitement, quelle est la solution ?

La solution est relativement simple. Il y a ceux qui prennent de la DHEA depuis très longtemps sans difficulté. Nous les voyons généralement au bout de cinq ou six ans. Nous apportons des réponses à leurs questions. Je suis sûr qu'ils repartent, rassurés, pour les cinq ou six prochaines années. A partir du moment où on respecte les règles du jeu de la prise de DHEA, les risques sont assez modérés. L'enjeu du livre est de rappeler que c'est un produit hormonalement efficace qui donc a ses règles de suivi, de prescription, ses contre-indications et ses indications.

Comment respecter les règles du jeu de la DHEA? Comment prendre les nécessaires précautions ?

Les précautions nécessaires sont médicales. Elles résident dans un certain nombre de dosages, dans leur interprétation qui, là encore, va au-delà des normes données par le laboratoire. Il faut savoir aussi que la DHEA n'est pas forcément la panacée.Dans la chaîne des stéroïdes, il y a d'autres molécules qui peuvent être corrigées pour renforcer ou soutenir l'action de la DHEA. Il faut aller plus loin que les simples concentrations plasmatiques ou urinaires. Il faut se poser des questions par rapport aux récepteurs hormonaux. Une hormone peut être présente en quantité suffisante dans le sang et avoir une action périphérique insuffisante liée, par exemple, à un dysfonctionnement des récepteurs. Cela veut donc dire que vous êtes dans le cadre d'une carence biologique avec des résultats hormonaux normaux. C'est fréquent dans le cadre du vieillissement et cela nécessite un œil tout à fait spécialisé pour le mettre en évidence.

Si les dosages sont normaux, comment parvient-on à déceler ces carences ?

Sur la clinique et sur un certain nombre d'autres éléments qui nous sont donnés à travers l'axe biologique. Là encore nous sommes dans du médicalisé. Il faut se rendre compte que le vieillissement est un des phénomènes biologiques les plus complexes qui soit et on ne peut pas y répondre simplement. En revanche, il s'agit aussi d'une démarche extraordinairement personnelle. Nous ne sommes pas dans le cadre d'une maladie mais dans celui d'un conseil par rapport à un phénomène physiologique qui nous touche tous.Le deuxième point important, c'est qu'il y a des gens qui n'ont pas envie d'une prise en charge du vieillissement, mais, simplement, d'aller mieux et ceci, sans prise en charge médicale. C'est une vision malheureusement à court terme. Ils prennent de la DHEA et ils ont un effet immédiat. C'est tout ce qu'ils cherchent.Aux Etats-Unis, des gens prennent 100 mg de DHEA pendant trois semaines et arrêtent ensuite. Ils l'utilisent comme booster, comme un produit dopant. Le vieillissement n'est pas leur problème.Mon objectif n'est pas de casser un élan sous prétexte que des gens prennent de la DHEA depuis vingt ans et s'en trouvent bien. Je pense qu'à un moment ou à un autre, ils doivent se poser un certain nombre de questions, avoir un avis autorisé. Certains prennent des doses insuffisantes, d'autres prennent la bonne dose et c'est tant mieux pour eux. Mais il ne suffit pas de se sentir bien pour dire que l'on prend la bonne dose. Certains, aussi, prennent des doses probablement trop importantes. Celles-ci créent en eux une auto-régulation frénatrice ; Ce qui est dommage car c'est mettre le corps au repos et cela peut créer à terme quelques perturbations biologiques. Des conseils et pas forcément une prise en charge pourraient être utiles.Dans le cadre du vieillissement, l'éducation est très importante parce que l'on ne peut pas prendre en charge médicalement en permanence toute la population. Mais il est important de leur apprendre ce qu'est le vieillissement et de leur donner quelques règles de conduite parfois simples.

Un exemple chez la femme :

La mammographie doit être faite tous les ans. Quand vous l'expliquez, elles le comprennent très bien. Elles savent bien que la DHEA, pas plus que les oestrogènes, ne va pas provoquer un cancer.Mais si malheureusement, elles doivent faire un cancer, mieux vaut le dépister le plus rapidement possible. Il faut donc mieux que leur mammographie soit faite à un an plutôt qu'à deux ans pour dépister une tumeur dès la première année d'évolution. Beaucoup de gens continuent de penser que les hormones provoquent le cancer. C'est faux, les hormones ne provoquent pas le cancer. Mais si vous avez un cancer et que vous êtes sous hormonothérapie, il n'y a pas intérêt à attendre.

Quelle DHEA prendre ?

Je crois qu'il y a un gros problème avec les DHEA vendues dans les pharmacies. J'ai pu le constater à plusieurs reprises, chez des patients qui m'étaient adressés par des médecins. Visiblement, ils ne prenaient pas de DHEA. Cela signifie que les comprimés ou gélules qui leur étaient vendues dans des pharmacies n'en contenaient pas. Il y a visiblement des problèmes de qualité et d'hétérogénéité des produits vendus. C'est là probablement une des principales raisons pour lesquelles beaucoup de pharmaciens ne vendent plus de DHEA. Les pharmaciens, et je tiens à insister la-dessus, n'y sont bien sûr pour rien car ils n'ont pas les moyens techniques de vérifier la qualité de la DHEA qui leur est livrée. Je regrette que ce marché ne soit pas arrivé à maturité.La qualité des produits vendus est une de nos grandes préoccupations. J'ai une grande confiance dans quelques produits américains parce que je suis allé sur place les voir et que j'ai vu la qualité pharmaceutique de ce qu'ils produisaient. Et il y a un certain nombre de distributeurs européens qui ont des produits de qualité. La DHEA vendue par SMART DFN est une DHEA de grande qualité, et qui plus est, de qualité constante.

La décision du ministre de la santé de la classer dans les médicaments ne doit pas faciliter les choses

Il est clair aujourd'hui, que le vieillissement est un phénomène beaucoup trop complexe pour qu'un quelconque laboratoire puisse obtenir une autorisation de mise sur le marché pour la DHEA dans ce cadre.

Quels conseils pour ceux qui prennent ou veulent prendre de la DHEA ?

Ils doivent être sereins par rapport à la DHEA qui est réellement un produit tout à fait extraordinaire à condition d'être bien utilisé. Beaucoup de choses totalement erronées et négatives ont été dites sur ce produit et ils ne doivent surtout pas détourner les gens des bienfaits d'une prise en charge du vieillissement. Mais comme il s'agit d'un produit actif, je les encourage très vivement à prendre des avis autorisés. Pas forcément une prise en charge comme nous le faisons à l'institut. Mais, au moins, prendre des avis pour affiner leur prise en charge personnelle.


1 Feldman HA et al, Low DHEA and ischemic heart disease n middle-aged men : prospective results from the Massachussetts Male Aging Study, Am. J/ Epidemiol 2001; 153:79-89.2 Khalil A et al., Age-related decrease of DHEA concentrations in low-density lipoproteins and its role in the susceptibility of low density lipoproteins to lipid peroxidation, J. Lipid Res. 2000;41: 1552-61.3 Alexandersen P et al, Natural androgens inhibit male atherosclerosis : a study in castrated, cholesterol fed rabbits, Circ Res 1999; 84:13-19.4 Bednarek-tupikowska G et al, Influence of DHEA on platelet aggregation, superoxide dismutase activity and serum lipid peroxide concentration in rabbits with induced hypercholesterolemia, 2000, Med Sci Monit; 6:40-455 1996 , Brain Research, August 166 Murialdo G et al, Hippocampal perfusion and pituitary-adrenal axis in Alzheimer's disease, 2000, Neuropsychobiology, 42:51-57.7 Straub RH et al. Replacement therapy with DHEA plus corticosteroids in patients with chronic inflammatory diseases- substitutes of adrenal and sex hormones. 2000, Rheumatol; 59 supplement 2:108-18.8 Cutolo M. Sex hormone adjuvant therapy in rheumatoid arthritis. 2000, Rheum Dis Clin North Am;26:881-959 Jakubowicz D et al, Effect of DHEA on cyclic-guanosine monophosphate in aged-advanced men, 1995 Ann NY Acad Scien 774 : 312-15.10 Diamond P et al, Metabolic effects of 12-month percutaneous DHEA replacement therapy in postmenopausal women, 1996, J. Endocrinol 150:S43-S5 1611 Greendale GA et al, Endogenous sex steroids and bone mineral density in older women and men, 1997, J. Bone Miner Res; 11:1833-1843.
DE JAEGER Christophe (Dr)
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
A découvrir aussi
12-11-2013
Mélatonine : un somnifère naturel
L'Union Européenne a enfin autorisé un produit naturel qui aide à mieux dormir : la mélatonine. Si vous me demandez mon avis, les personnes qui...
Lire plus :
02-03-2002
DHEA l'hormone du mieux-vivre Ce que votre...
Cet ouvrage fait le point sur l'état de la recherche, et répond aux questions que vous vous posez sur les réels pouvoirs de la DHEA...
Lire plus :
01-10-2002
Favoriser sa production d'hormone de croissance
La diminution liée à l'âge de la production d'hormone de croissance a récemment été mise en évidence par la communauté scientifique. Les causes majeures de...
Lire plus :
Format PDF
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer