Accueil  >  Antioxydants  >  L'acide alpha-lipoïque, l'antioxydant universel...
01-08-2008

L'acide alpha-lipoïque, l'antioxydant universel

Puissant antioxydant actif à la fois en milieu aqueux et lipidique, l'acide alpha-lipoïque est capable de protéger tous les compartiments des cellules de l'organisme. De nombreuses publications confirment ses multiples effets bénéfiques pour la santé et, notamment, le rôle vital qu'il joue dans la protection des mitochondries, dans la prévention et le traitement du diabète et de ses complications ou dans la protection des fonctions cérébrales.

LipoicL'acide alpha-lipoïque, également connu sous le nom d'acide thioctique, est produit naturellement dans les plantes, les animaux et chez l'homme en petites quantités. Lorsqu'il est synthétisé de façon endogène, il est lié à une protéine et agit comme cofacteur de nombreuses et importantes enzymes mitochondriales. L'acide alpha-lipoïque possède la particularité d'agir à la fois dans des environnements hydro et liposolubles de l'organisme. En d'autres termes, l'acide alpha-lipoïque peut accéder à n'importe quelle partie de la cellule pour y neutraliser les dangereux radicaux libres. Il est également capable d'amplifier les effets bénéfiques d'autres antioxydants, tels la CoQ10 ou le glutathion.

L'acide alpha-lipoïque recycle les vitamines C et E ainsi que le glutathion

Le vieillissement s'accompagne d'un déclin net de la synthèse et du recyclage du glutathion et d'autres importants antioxydants, telles les vitamines C et E ou la coenzyme Q10. L'organisme devient de plus en plus vulnérable aux lésions oxydatives.
Le glutathion est un antioxydant hydrosoluble intracellulaire indispensable à la production de l'énergie cellulaire, à un système immunitaire efficace, à la santé dans son ensemble et à la longévité. L'acide lipoïque augmente les niveaux de glutathion. Il est également capable de régénérer les vitamines C et E.

Essentiel à la santé des mitochondries

L'acide alpha-lipoïque joue un rôle important dans le métabolisme cellulaire et est indispensable à la production d'énergie à l'intérieur des cellules. Sans lui, les cellules seraient incapables de métaboliser les sucres pour produire de l'énergie. Cela fait de l'acide alpha-lipoïque un antioxydant métabolique vital pour un grand nombre de réactions mitochondriales. Il est notamment capable de neutraliser la production excessive de radicaux libres à l'intérieur des mitochondries et d'inverser certaines détériorations mitochondriales provoquées par les lésions oxydatives.

mitochondries

Des perturbations mitochondriales peuvent avoir de multiples conséquences, notamment une réduction de la production d'ATP (l'énergie), une augmentation de la dépendance de sources énergétiques non-oxygène et de la production de radicaux oxygénés. De nombreuses études ont montré que l'acide alpha-lipoïque pouvait avoir des effets bénéfiques dans ce cas.
Des études sur l'animal ont montré qu'associé à de l'acétyl-L-carnitine, l'acide alpha-lipoïque restaure le fonctionnement des mitochondries à des niveaux juvéniles. D'autres travaux ont également indiqué que cette association peut s'opposer efficacement, au moins en partie, au déclin dû au vieillissement de l'activité physique, des fonctions cognitives, cardiaque et immunitaire.
Une étude a également récemment montré qu'un traitement avec de l'acide alpha-lipoïque et de l'acétyl-L-carnitine augmente de façon significative la masse mitochondriale dans les cellules graisseuses (les adipocytes) et favorise la synthèse mitochondriale et le métabolisme des adipocytes1.

Améliore l'insulinorésistance

Le développement de l'insulinorésistance est la première étape du développement de pathologies cardio-vasculaires chez les patients diabétiques. L'acide alpha-lipoïque peut aider à diminuer l'insulinorésistance : il accélère l'élimination du sucre de la circulation sanguine en stimulant la fonction de l'insuline, aidant ainsi à contrôler le sucre sanguin. Il imite l'action de l'insuline et augmente la consommation de glucose par les cellules résistantes à l'insuline.
Des chercheurs européens ont traité 12 adultes en surpoids, âgés d'environ 53 ans et atteint d'un diabète de type II, avec 600 mg d'acide lipoïque deux fois par jour pendant quatre semaines. 12 sujets avec une tolérance normale au glucose servaient de témoins. Ils ont constaté que l'acide alpha-lipoïque a augmenté la sensibilité périphérique chez les sujets diabétiques en quatre semaines2.

Prévient et traite le diabète ainsi que ses complications

Des études ont montré que l'acide alpha-lipoïque peut être utilisé pour prévenir et traiter les diabètes de type I et II ainsi que les complications de la maladie, en particulier les rétinopathies (atteintes de la rétine) et les crises cardiaques conséquentes de l'athérosclérose.
Un grand nombre de travaux ont montré l'efficacité de l'acide alpha-lipoïque dans le traitement des neuropathies diabétiques. Les chercheurs attribuent ses effets à sa puissance antioxydante qui améliore les lésions nerveuses. Une étude contrôlée contre placebo impliquant 328 patients diabétiques avec des problèmes dans les nerfs périphériques a montré qu'un traitement administré par voie intraveineuse avec 600 mg d'acide alpha-lipoïque était sans danger et améliorait efficacement les symptômes incluant douleurs, brûlures et démangeaisons dans les pieds après seulement trois semaines de traitement3. Un traitement par voie orale pendant quatre à sept mois avec de l'acide alpha-lipoïque a tendance à réduire les déficits neuropathiques et à améliorer la neuropathie cardiaque autonome. Il a également une influence bénéfique sur les troubles de la microcirculation générés par le stress oxydant4.
Une étude a été conduite chez des souris avec un diabète induit par de la streptozotocine et des animaux témoins. Après quatre semaines d'une alimentation normale, les animaux des deux groupes ont reçu une alimentation riche en graisse supplémentée ou non avec de l'acide alpha-lipoïque. Le poids corporel, le glucose plasmatique et les niveaux de cholestérol ont été évalués au début de l'étude, puis toutes les quatre semaines pendant toute la durée de l'étude. À la fin de l'étude, les niveaux de glutathion dans les globules et les marqueurs de stress oxydant dans les globules rouges ont été mesurés. Le développement des plaques d'athérome et l'effet du traitement sur les cellules bêta du pancréas ont été évalués. Après 20 semaines de traitement, les souris diabétiques et non diabétiques ayant reçu de l'acide alpha-lipoïque avaient des marqueurs de stress oxydants plus bas et des niveaux plus élevés de glutathion dans leurs globules rouges que les animaux n'en ayant pas reçu. Alors que de nombreuses souris qui n'avaient pas reçu d'acide alpha-lipoïque commençaient à montrer des signes de léthargie et de maladie trois mois après l'induction du diabète, les animaux supplémentés sont restés apparemment en bonne santé pendant toute la durée de l'étude. L'acide alpha-lipoïque a complètement prévenu l'augmentation du cholestérol plasmatique, des lésions d'athérosclérose et la détérioration générale de la santé entraînée par le diabète5.

Favorise la santé de l'œil

santé de l'oeilSur des modèles animaux, l'acide alpha-lipoïque a montré qu'il apporte une protection non négligeable contre la formation de la cataracte. Des chercheurs pensent que cet effet est dû au fait qu'il pourrait augmenter les niveaux d'enzymes antioxydantes endogènes, telle la glutathion peroxydase6.
Une étude sur des patients avec un glaucome à angle ouvert montre qu'une supplémentation quotidienne pendant deux mois avec 75 mg d'acide alpha-lipoïque ou pendant un mois avec 150 mg améliore leur état7.

Acide R-alpha-lipoïque, acide lipoïque et sodium R-lipoate

L'acide alpha-lipoïque est largement disponible dans des suppléments et compléments nutritionnels commercialisés comme antioxydants sous les formes naturelles R-acide lipoïque et acide alpha-lipoïque. La forme la plus largement commercialisée d'acide lipoïque est souvent constituée d'un mélange des énantiomères R (naturel) et S (non naturel), appelé mélange racémique.
Un certain nombre de données indiquent que ces deux énantiomères ont des activités biologiques différentes.
Le R-acide lipoïque (l'énantiomère R+) est la forme d'acide alpha-lipoïque que l'on trouve naturellement dans les plantes, les animaux et l'organisme de l'homme ; il est responsable d'effets bénéfiques spécifiques de l'acide alpha-lipoïque. L'acide R-lipoïque est la seule forme qui agit comme cofacteur des enzymes mitochondriales. On a montré qu'il réduit l'inflammation dix fois plus efficacement que sa forme racémique.
L'acide S-lipoïque (l'énantiomère S-) ne se trouve pas dans la nature, c'est un produit dérivé de la synthèse chimique de l'acide lipoïque racémique. Il pourrait inhiber la plupart des propriétés essentielles de la forme R, y compris ses interactions avec des protéines, des enzymes ou des gènes. On suppose également qu'il augmente le stress oxydant au lieu de le réduire. On a également montré qu'il réduirait l'expression du GLUT-4s dans les cellules responsables de l'absorption du glucose, diminuant ainsi la sensibilité à l'insuline.
Plusieurs modèles animaux et in vitro de vieillissement et de maladies liées au vieillissement ont démontré l'efficacité de solutions de sels d'acides lipoïque pour normaliser les changements liés à l'âge et les ramener au niveau de ceux de jeunes animaux. D'autres études et modèles ont souligné la supériorité du R-acide lipoïque, l'énantiomère naturellement présent dans l'organisme, sur l'acide lipoïque racémique.
Malgré cela, la pharmacocinétique de l'acide R-alpha-lipoïque n'est pas totalement caractérisée chez l'homme et l'on ne sait pas si des concentrations utilisées dans des modèles animaux peuvent être obtenues in vivo. En raison de sa tendance à la polymérisation, l'acide R-alpha-lipoïque est relativement instable et souffre d'une faible solubilité aqueuse et d'une faible biodisponibilité.

Une étude préliminaire a démontré que la stabilité et la biodisponibilité étaient améliorées en convertissant l'acide R-alpha-lipoïque en son sel de sodium (NaRALA) et en le prédissolvant dans de l'eau. Le NaRALA est supérieur à toutes les autres formes d'acide lipoïque et atteint des niveaux plasmatiques plus élevés plus rapidement que l'acide R-alpha-lipoïque pur. C'est la forme d'acide alpha-lipoïque ayant la meilleure biodisponibilité. Il peut permettre d'obtenir une concentration plasmatique dix à trente fois plus élevée que l'acide R-alpha-lipoïque pur8.

 

 


Inhibe les lésions de l'athérosclérose et agit sur le poids

Des chercheurs ont regardé, sur un modèle animal d'athérosclérose humaine, si l'acide alpha-lipoïque pouvait inhiber l'athérosclérose. Ils ont découvert qu'une supplémentation en acide alpha-lipoïque réduisait de façon significative la formation de lésions d'athérosclérose dans les grands vaisseaux des animaux. Mais cet effet était associé à une diminution de 40 % de la prise de poids et à des niveaux plus bas de triglycérides9. L'inflammation était également réduite : l'expression aortique des molécules d'adhérence était plus faible, ainsi que l'accumulation de cytokines pro-inflammatoires et de macrophages aortiques, particulièrement dans la zone où la formation des lésions d'athérosclérose a été réduite.

Des effets neuroprotecteurs

L'acide alpha-lipoïque pénètre aisément dans le cerveau et peut atteindre toutes les parties des cellules nerveuses. Des études expérimentales ont montré qu'après un accident cérébro-vasculaire, l'acide alpha-lipoïque réduit les lésions cérébrales et multiplie par trois le taux de survie des animaux.
Le stress oxydant et l'inflammation jouent un rôle important dans la dégénération des neurones et la maladie d'Alzheimer. L'accumulation de dépôts insolubles de protéines et des produits finis de glycation avancée (AGEs) dans le cerveau est caractéristique de la neurodégénérescence et de la maladie d'Alzheimer. Des recherches montrent qu'une supplémentation avec de l'acide alpha-lipoïque pourrait conduire à une stabilisation des fonctions cognitives et, indirectement, renforcer le système de défense antiglycation, constituant un traitement neuroprotecteur potentiel dans la maladie d'Alzheimer et les démences associées. Des chercheurs pensent que l'acide alpha-lipoïque pourrait augmenter la production d'acétylcholine, un messager essentiel du système nerveux déficient dans le cerveau de sujets souffrant de maladie d'Alzheimer.
Dans une étude ouverte, neuf patients souffrant de maladie d'Alzheimer ont reçu quotidiennement 600 mg d'acide alpha-lipoïque en plus d'un traitement conventionnel pendant douze mois. Constatant une stabilisation des fonctions cognitives, les chercheurs ont étendu leurs analyses à 43 patients qu'ils ont suivis pendant quatre ans. Ils ont observé que la maladie progressait très lentement chez les sujets atteints de démence légère et que le taux de développement de la maladie était beaucoup plus faible que dans d'autres études de longue durée. Ils en ont conclu que l'acide alpha-lipoïque pourrait représenter une option thérapeutique neuroprotectrice pour la maladie d'Alzheimer10. D'autres études soutiennent l'intérêt clinique de l'acide alpha-lipoïque comme traitement neuroprotecteur dans la maladie d'Alzheimer, plus spécifiquement aux premiers stades de la maladie11.

------------------------------------------------------------------------

 

Références :

1. Shen W. et al., R-alpha-lipoic acid and acetyl-L-carnitine complementarily promote mitochondrial biogenesis in murine. 3T3-L1 adipocytes, Diabetologia, Jan 2008, 51(1):165-174.
2. Kamenova P., Improvement of insulin sensitivity in patients with type 2 diabetes mellitus after oral administration of alpha-lipoic acid, Hormones, Athens, Oct-Dec 2006, 5(4):251-8.
3. Ziegler D. et al., Alpha-lipoic acid in the treatment of diabetic peripheral and cardiac autonomic neuropathy, Diabetes, Sep 1997, 46 Suppl 2: S62-6.
4. Ziegler D., Thioctic acid for patient with symptomatic diabetic polyneuropathy: a critical review, Treat. Endocrinol., 2004, 3(3):173-89. New: Bansal V. et al., Diabetic neuropathy, Postgrad Med. J., 2006 Feb, 82 (964):95-100.
5. Yi X. et al., Alpha-lipoic acid completely prevents atherosclerosis in diabetic mice, Diabetes, 2006 Aug.
6. Maitra I. et al., Alpha-lipoic acid prevents butthionine sulfoximine-induced cataract formation in newborn rats, free rad. Biol. Med., 1995 Apr, 18(4):823-9.
7. Filina A.A. et al., Lipoic acid as a mean of metabolic therapy of open-angle glaucoma, Vestn. Oftalmol., 1995 Oct, 111():6-8.
8. Zhang W.J. et al., Dietary alpha-lipoic acid supplementation inhibits atherosclerosis lesion development in apolipoprotein E-deficient mide, Circulation, Jan 22 2008, 117(3):421-8.
9. Hager K. et al., Alpha-lipoic acid as a new treatment option for Alzheimer's disease - a 48 months follow-up analysis, J. Neural Transm. Suppl. 2007, 72:189-93.
10. Holmquist L. et al., Lipoic acid as a novel treatment for Alzheimer's disease and related dementia, Pharmacol. Ther., Jan 2007, 113(1):154-64.
11. Carlson D.A. et al., An evaluation of the stability and plasma pharmacokinetics of R-lipoic acid (RLA) and R-dihydrolipoic acid (R-DHLA) dosage forms in human plasma from healthy subjects, in Packer L., Mulchand S. Patel ed., Lipoic Acid: Energy Production, Antioxidant Activity and Health Effects, Taylor & Francis Publishers, London, England, 2008, 235-70.

Commander les nutriments évoqués dans cet article
Alpha Lipoic Acid 250 mg

Un complément alimentaire d’acide alpha-lipoïque stable et économique

www.supersmart.com
R-Lipoic Acid 100 mg

La forme naturelle et biocompatible de l'acide alpha lipoïque

www.supersmart.com
A découvrir aussi
13-02-2017
Zinc : une prise quotidienne pour réduire...
Vous vous posez des questions sur une supplémentation en zinc : quels bienfaits ? quels effets ? quelle efficacité ? Le point grâce à une...
Lire plus :
16-11-2016
L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons...
Lire plus :
04-07-2016
Astaxanthine : l'antioxydant de l'été
Des chercheurs travaillent depuis quelques années sur une molécule produite par des micro-algues et que l'on appelle l'astaxanthine. Cette molécule est considérée par beaucoup comme...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer