Accueil  >  Immunitaire  >  Entretien avec le Dr...
01-05-2007

Entretien avec le Dr Andrei Reshetnickov

Directeur recherche et développement Rada-Pharma Ltd, Moscou

Photostim® est une forme brevetée de chlorophylle hydrosoluble. Sa structure moléculaire est très proche de celle de l'hémoglobine, une importante molécule du sang. Certaines cellules à croissance rapide comme les cellules cancéreuses ont besoin de nutriments pour alimenter leur croissance. Elles prennent Photostim® pour de l'hémoglobine et l'accumulent rapidement. Une fois qu'il s'est accumulé dans ces cellules, une exposition aux rayons du soleil provoque une réaction chimique avec Photostim® qui détruit rapidement les cellules à croissance rapide.


Qu'est-ce que Photostim® et comment l'avez-vous découvert ?

Photostim® est constitué de chlorophylle active hydrosoluble dans une matrice de glycérol. Différents centres de recherche de par le monde se sont toujours intéressés à l'utilisation, pour la santé de l'homme, de la chlorophylle, un pigment que l'on trouve dans les plantes.
Les premiers essais ont été réalisés dans les années 1940 et 1960 en Allemagne et aux États-Unis. Un extrait de plante verte entière peut être constitué de fragments de particules collectrices d'énergie lumineuse, les phycobilisomes, qui contiennent de petites quantités de lipides, plus encore de protéines, des chlorophylles a et b. Dans les phycobilisomes, la chlorophylle est associée à des protéines (comme par exemple des phycocyanines) et est donc hydrosoluble jusqu'à ce que le solvant soit éliminé. Une fois séchée, la protéine est dénaturée et n'est plus hydrosoluble.
Des mélanges bruts de pigments verts hydrosolubles contenant parfois du cuivre comme ligand métallique ont ensuite été préparés et étudiés. À la différence des composants purs, les mélanges sont parfois plus efficaces à cause de l'effet cumulatif des différentes substances, à condition qu'ils ne contiennent pas plus de 7 composants, une condition bien connue en phytothérapie. Mais des mélanges bruts dérivés de la chlorophylle sont toujours plus complexes (environ 20 composants). C'est la raison pour laquelle, en 1995, j'ai essayé d'obtenir de la chlorine e (6) pure dans l'objectif d'étudier ses propriétés biologiques. Cet essai a été un succès et, en 2001, j'ai obtenu ce composant, facilement absorbable par la bouche et les intestins grâce à la matrice de glycérol et convertible dans l'organisme en ses dérivés les plus actifs, que nous avons appelé Photostim®.

Quelles sont ses principales propriétés ?

Photostim® soutient l'organisme dans son ensemble, améliore la santé globale, augmente l'appétit et la capacité de travail de personnes affaiblies, induit une régénération cellulaire et participe au processus de formation de nouvelles cellules en remplacement de celles qui sont mortes, active le métabolisme cellulaire, améliore les propriétés rhéologiques du sang, diminue sa viscosité et l'agrégation plaquettaire, restaure une microcirculation sanguine normale au niveau des tissus, prévient et stoppe le développement de cancers.
L'absence de toxicité et le potentiel anticancéreux de Photostim® ont été largement démontrés dans des études in vitro, sur l'animal et chez l'homme.

De quelle façon Photostim® agit-il au niveau cellulaire ?

En raison de ses particularités biochimiques, Photostim® possède la propriété de s'accumuler dans des cellules fonctionnant de façon anormale dans les 5 à 7 heures après son absorption. Photostim® agit à la fois aux niveaux cellulaire et humoral (sur l'ensemble de l'organisme). Ce qui se traduit indirectement par le marquage des tissus pathologiques et l'induction d'une activité cytocide, et directement par une interaction avec les membranes des lipoprotéines et glycoprotéines des cellules immunitaires (les leucocytes).
Ainsi, finalement, le système immunitaire commence à mieux reconnaître ses ennemis et à les combattre plus efficacement. À cause de cette propriété, on peut dire que Photostim® est un immunomodulateur : il « apprend » au système immunitaire à identifier correctement et à supprimer les cellules anormales.
La chlorophylle active hydrosoluble de Photostim® exerce également, selon un mécanisme similaire, une action antibactérienne qui conduit le système immunitaire à mieux supprimer les microflores pathogènes à l'intérieur de l'organisme. Son action antifungique est également démontrée.

Quel est le lien entre Photostim® et la capacité à utiliser l'énergie de la lumière ?

Comme il le fait avec la chlorophylle dans les feuilles des plantes et des arbres, l'impact de la lumière sur la chlorophylle active hydrosoluble de Photostim® (la lumière du jour ou une source spécifique de lumière rouge) déclenche son activité. Son état d'énergie activée se transmet à l'oxygène des tissus. Une quantité suffisante de lumière rouge ou infrarouge est produite biologiquement sous forme de chaleur corporelle dans l'organisme, activée par un mois de traitement par Photostim®. Le résultat est la génération d'une forme hautement active d'oxygène que l'on appelle l'oxygène singulet. L'oxygène singulet active à son tour d'autres molécules, incluant celles qui reçoivent et transmettent des signaux, jouant ainsi un rôle régulateur. Les caractéristiques photoactives de Photostim® en font un biostimulant qui agit comme un produit collectant l'énergie de la lumière du soleil et la rend facilement disponible pour l'homme. Photostim® est capable de s'accumuler le long de zones réfléchissantes et, après l'exposition à la lumière du jour (celle du soleil), de les stimuler comme au cours d'une séance de réflexothérapie ou d'acupuncture. C'est pourquoi il est recommandé de se promener au soleil une heure le matin et une heure le soir, pour exposer la surface du corps à sa lumière.


Mais, l'oxygène singulet n'est-il pas un puissant oxydant que l'on essaie habituellement de neutraliser lorsque l'on s'expose au soleil ? Et cela veut-il dire qu'il vaut mieux éviter de prendre des antioxydants en même temps que Photostim® ?

L'oxygène singulet n'est pas un puissant oxydant mais un pro-oxydant. Ce qui veut dire qu'il est capable de s'unir à différentes biomolécules, c'est un événement très fréquent. Après cela, elles modifient leur structure tridimensionnelle et deviennent reconnaissables par le système immunitaire. Un événement moins probable mais malgré tout réellement possible est que l'oxygène singulet provoque une séquence de réactions radicalaires essentiellement associées à ce que l'on appelle des espèces oxygénées réactives, comme l'anion superoxyde. C'est tout à fait normal dans l'organisme humain, elles se forment sans arrêt dans chaque cellule des mitochondries et de plus sont utilisées par les macrophages pour résister aux infections et permettent de stimuler l'immunité locale contre le cancer et différents agents infectieux.
Les pro-oxydants jouent un rôle crucial dans la prophylaxie, la prévention et le traitement anticancéreux. C'est très connu des oncologistes d'avant-garde. Ainsi, par exemple, du lait de soja et des protéines spécifiques de soja sont utilisés largement comme suppléments alimentaires pour supprimer les antioxydants, initier la peroxydation des lipides et étouffer la croissance de tumeurs (sur des modèles animaux, le lait de soja peut réprimer la croissance de tumeurs de 60 % et des protéines spécifiques de soja de 90 % !).
Les niveaux d'activités oxydantes dans l'organisme devraient augmenter à chaque exposition aux rayons du soleil, et même plus encore lorsqu'un sujet prend Photostim®. Parce que ce sont les espèces réactives d'oxygène (incluant les radicaux libres) qui font baisser les niveaux des caroténoïdes et qui attaquent les cellules atypiques, les virus, les levures et les bactéries du système. L'oxygène singulet, à la différence des radicaux libres, ne peut pas être efficacement neutralisé par les caroténoïdes ni par beaucoup d'autres antioxydants. Dans l'organisme, seule la vitamine E à forte dose est capable de le faire.
C'est pourquoi vous avez raison de dire que les antioxydants, incluant la vitamine E, devraient être évités pendant le traitement d'un mois avec Photostim® et encore un mois après la fin du traitement. Cependant, il n'y a seulement que de très fortes doses de vitamine E (plus de 300 UI par jour) qui puissent neutraliser l'effet anticancéreux de Photostim® (mais pas ses nombreux autres effets bénéfiques).
Dans un organisme normal, il doit exister un équilibre entre pro-oxydants et antioxydant qui est strictement individuel et dépend des activités courantes de l'organisme. Si le corps a besoin de combattre une invasion (la prolifération de cellules, une infection), il renforce son armée de pro-oxydants qui sont nos soldats tandis que les globules blancs (lymphocytes et leucocytes) sont l'arrière-garde et les officiers de l'organisme. Mais ensuite, ces troupes diminuent avec l'augmentation des antioxydants, jusqu'à ce qu'un équilibre soit obtenu.
Ainsi, après un mois de prise de Photostim®, notre corps produira de lui-même davantage d'antioxydants pour atteindre un nouvel équilibre entre pro et antioxydants et, deux mois après, des antioxydants pourront de nouveau être pris. Ainsi, on permet à l'organisme de se reposer et, si nécessaire, le traitement peut être renouvelé tous les six mois.

Quelles sont les applications cliniques de Photostim® ?

Cliniquement, Photostim® a un effet biostimulant et fortifiant sur les cellules normales et les tissus, et des effets adaptogènes sur l'organisme dans son ensemble ainsi qu'une action immunomodulatrice à chaque niveau du système immunitaire.
Chez des patients souffrant de diabète, il normalise les niveaux de sucre sanguin et réduit la tolérance au glucose. Il a une action antiathérogène et vasoprotectrice grâce au fait que les ingrédients actifs qu'il contient peuvent se lier aux lipoprotéines basse densité et très basse densité. Photostim® peut être utilisé comme traitement adjuvant de l'athéro-sclérose, de l'ischémie myocardiale, d'un accident cérébro-vasculaire, du diabète et d'autres pathologies vasculaires. Il est également utile dans le traitement de l'hypertension symptomatique.
Photostim® a une action antibactérienne, antifungique et antivirale. Il montre de bons résultats dans des cas d'infection par le virus de l'herpès, de l'hépatite ou des infections respiratoires virales aiguës. Il diminue les effets toxiques des traitements antibiotiques et des chimiothérapies.
Dans des conditions de stress chronique, en cas de changements climatiques ou de décalage horaire, chez des sujets météorolabiles ou souffrant d'un syndrome de fatigue chronique, Photostim® donne de bons résultats. Il augmente les performances sportives, accélère la récupération après des compétitions, des entraînements pénibles et des blessures. Il augmente, chez l'homme, la virilité.
Le mécanisme d'actions de Photostim® implique sa capacité unique à détruire des cellules au stade initial d'onco-transformation, à un stade préclinique lorsque les patients n'ont pas encore de symptômes et que les méthodes classiques d'examen (examen physique, tests sanguins, analyses d'urine, scanners, fibroscopies, proctosigmoïdo-scopie, etc.) ne permettent pas d'établir un diagnostic précis. L'accumulation de Photostim® dans les cellules pathogènes et la présence de propriétés fluorescentes après impact par de la lumière de longueur d'onde établie donnent la possibilité de détecter la localisation de la zone pathologique au stade initial de son développement.

Photostim® et maladie de Hodgkin

Au cours de ces dernières années, beaucoup de progrès ont été faits dans le traitement de la lymphogranulomatose maligne, ou maladie de Hodgkin. Cette maladie, considérée dans le passé comme incurable, est maintenant guérissable chez 70 % des patients. Le traitement de la maladie de Hodgkin (MH) a bénéficié de changements radicaux et des schémas de traitements combinés incluant la polychimiothérapie (PCT) dont le programme le plus souvent utilisé est l'ABVD suivi d'un traitement de consolidation par des radiations, ont été utilisés sur une base courante. Un tel traitement combiné assure, même dans les stades I-IIA de MH, de meilleurs résultats que les monothérapies (chimiothérapie ou radiothérapie). De nouveaux programmes de PCT ont été élaborés, assurant la rémission dans des cas de maladie réfractaire au traitement ou de rechute. Des méthodes de thérapies avec des mégadoses suivies d'une transplantation de cellules souches de moelle ou de sang ont été largement utilisées. Dans une étude, un schéma combiné utilisant la PCT et Photostim® a été employé. Dix patients avec une MH ont suivi un traitement de PCT (le groupe témoin) et dix autres un traitement associant PCT et Photostim®. Ces derniers ont reçu pendant 30 jours, quotidiennement le matin, 5 ml de Photostim®.
Le nombre d'érythrocytes dans le groupe de patients recevant Photostim® diminuait plus lentement et plus tard que dans le groupe témoin.
Le nombre de plaquettes sanguines ainsi que leur activité d'agrégation étaient quelque peu plus élevés dans le groupe recevant Photostim® alors que le nombre des plaquettes diminuait régulièrement dans le groupe témoin.
La quantité totale de leucocytes diminuait moins dans le groupe prenant Photostim® que dans le groupe témoin.
Le contenu en protéine et en fraction protéique était plus important dans le groupe prenant Photostim®.
La prise de Photostim® en même temps que la PCT a contribué à une stabilisation relative des paramètres de résistance, du ratio des différentes formes d'érythrocytes selon leur maturation et de la stromatolyse des érythrocytes. Après quatre semaines de prise de Photostim®, l'érythropoïèse était stimulée et la régénération du sang et des tissus intensifiée chez les patients MH après la PCT.
Une tendance à une amélioration des propriétés rhéologiques du sang due à la prise de Photostim® a été observée. L'agrégation des érythrocytes diminuait, optimisant la microcirculation du flux sanguin.
L'administration de Photostim® a facilité l'action d'activation de l'hémostasie de la PCT, prévenant ainsi la survenue et la prolifération de complications thrombotiques inhérentes à cette pathologie.
Aucun effet secondaire provoqué par l'administration de Photostim® n'a été détecté au cours de cette étude.
40 % des patients ont déclaré que leur qualité de vie avait été améliorée et cette amélioration s'est traduite par une intensification de leur activité physique et de leur capacité de travail, ainsi que par une meilleure humeur et une plus grande vitalité.

RESHETNICKOV Andreï (Dr)
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
PectaSol®

Concentré naturel de pectines d’agrumes (hydrolysées)

www.supersmart.com
PP 40

Un extrait précieux et unique de Pao pereira (Poirier du Brésil)

www.supersmart.com
Beta 1.3/1.6 Glucan

Un puissant immunostimulant aux propriétés cliniquement démontrées.

www.supersmart.com
A découvrir aussi
03-01-2018
Les 8 secrets des personnes qui ne...
Chaque année, les mêmes personnes semblent passer miraculeusement entre les gouttes des épidémies de grippe ou de gastro-entérite. En réalité, la chance n’a rien à...
Lire plus
25-09-2017
Le PEA, l’antidouleur naturel universel
Plus connu sous les initiales PEA, le palmitoyléthanolamide est un puissant principe actif naturel découvert en 1957. Depuis sa découverte, cette substance fait régulièrement l’objet...
Lire plus
10-07-2017
La dysbiose : un facteur de risque...
On parle de dysbiose lors d’un déséquilibre du microbiote intestinal. Aussi connue sous le nom de flore intestinale, ce microbiote participe au bon fonctionnement de...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer