Accueil  >  Antioxydants  >  L'acide naturel R-alpha-lipoïque, forme...
01-12-2002

L'acide naturel R-alpha-lipoïque, forme naturelle de l'acide alpha-lipoïque, est biologiquement plus actif que la forme de synthèse

L'acide alpha-lipoïque est un antioxydant sans pareil qui exerce son action dans les tissus hydrosolubles comme liposolubles. Il est utilisé pour réparer les lésions du foie, traiter le diabète et les complications qui lui sont liées, combattre les processus oxydatifs qui favorisent un vieillissement prématuré et des maladies dégénératives. Sa forme naturelle, appelée R-acide alpha-lipoïque ou, en abrégé, (R)-ALA, est la plus active physiologiquement et aussi la plus rare. Elle offre des bénéfices antioxydants et neuroprotecteurs nettement plus importants à des doses substantiellement plus faibles que les formes synthétiques habituellement disponibles.

L'acide alpha-lipoïque naturel, appelé R-acide alpha-lipoïque ou, en abrégé, (R)-ALA se trouve en quantités infimes dans les tissus végétaux et animaux et très étroitement lié à des complexes mitochondriaux. A cause de l'extrême difficulté (et du coût élevé) d'isoler la forme naturelle de l'acide alpha-lipoïque, les chercheurs, aux Etats-Unis comme en Europe, ont d'abord travaillé sur l'acide alpha-lipoïque synthétique.

Celui-ci, à la différence de sa forme naturelle, est formé d'un mélange, à parts égales, de deux formes ou énantiomères appelés (R)-ALA et (S)-ALA. Ce sont deux isomères, autrement dit, des formes moléculaires image/miroir, avec des structures moléculaires inversées.

Les recherches menées sur l'acide alpha-lipoïque synthétique ont permis de mieux connaître son rôle de coenzyme dans la production mitochondriale d'énergie ainsi que celui de nutriment antioxydant et recyclant les autres antioxydants.

Un antioxydant clé

L'acide R-alpha-lipoïque est la forme biologiquement active de l'acide alpha-lipoïque, naturellement produit par l'organisme. C'est l'antioxydant mitochondrial clé.
L'acide R-alpha-lipoïque est directement impliqué dans le métabolisme cellulaire et est également un composant vital du cycle antioxydant intracellulaire. Il neutralise toute une variété de radicaux libres et d'espèces oxygénées réactives (ROS) comme les radicaux hydroxyles ou l'oxygène singulet. Il est également capable de régénérer les vitamines C et E, la coenzyme Q10 et le glutathion.

Ainsi, un certain nombre d'études ont indiqué que lorsque l'on ajoute de l'acide alpha-lipoïque à différents types de cellules humaines ou animales dans des cultures de tissus, il se produit une augmentation de 30 à 70% des niveaux cellulaires de glutathion. De même, on a montré que les niveaux de glutathion augmentaient de façon très importante dans les cellules de poumons, de foie et de reins de souris auxquelles on avait injecté quotidiennement pendant onze jours de l'acide alpha-lipoïque. Le glutathion est un antioxydant essentiel qui neutralise, le radical hydroxyle, l'un des plus dangereux radicaux libres.

Le Dr Lester Packer, un spécialiste des antioxydants de l'Université de Californie, commente ainsi ces résultats : «Il semble que l'acide alpha-lipoïque agit comme antioxydant non seulement directement, en neutralisant les radicaux et chélatant les métaux, mais, aussi, indirectement, en recyclant d'autres antioxydants et en entraînant une augmentation des niveaux intracellulaires de glutathion.»
Il considère également que le pouvoir antioxydant de l'acide alpha-lipoïque est plus puissant que celui des vitamines C et E ou de la CoQ10. En fait, pour lui, c‘est peut-être l'antioxydant le plus important jamais découvert.

Une meilleure biodisponibilité de la forme naturelle

Lorsqu'ils ont eu accès à des échantillons de la version biologique naturelle (R)-ALA, les chercheurs ont rapidement appris que si le corps utilisait les deux formes d'acide alpha-lipoïque, il existait une forte préférence pour la forme naturelle, biologiquement plus active.
Lorsque l'on prend un supplément nutritionnel contenant de l'acide alpha-lipoïque synthétique, les deux énantiomères sont absorbés par le sang et transportés vers les cellules. Mais le (R)-ALA a une bien meilleure biodisponibilité que le (S)-ALA. Le «pic» de concentration plasmatique atteint avec la forme (R) est deux fois plus élevé que celui obtenu avec une quantité égale de la forme (S). La quantité totale d'acide (R)-alpha-lipoïque délivrée dans le plasma au cours du temps est 60 à 85% plus grande que celle de la forme (S) qui atteindra finalement elle aussi le plasma.

Plus important encore, les études montrent que la forme naturelle de l'acide alpha-lipoïque est bien mieux acceptée par les tissus. Dans une étude1, des scientifiques ont donné à des animaux de laboratoire la forme (R), la forme (S) ou le mélange des deux. Les doses ont été injectées pour qu'il n'y ait pas de différence d'absorption au niveau du système digestif. Comme on pouvait s'y attendre, l'acide alpha-lipoïque faisant son chemin à travers la circulation, au bout d'une heure, ses niveaux étaient identiques dans les trois groupes. Mais, trois heures plus tard, les animaux ayant reçu la forme naturelle, (R)-ALA, avaient deux à sept fois plus d'acide alpha-lipoïque dans le cristallin de leurs yeux que ceux auxquels on avait injecté la forme (S) et trois fois plus que ceux ayant reçu le mélange des deux.

Une façon différente de stimuler la production d'énergie

L'acide alpha-lipoïque joue un rôle important dans le métabolisme cellulaire et est indispensable à la production d'énergie à l'intérieur des cellules. Sans acide alpha-lipoïque, les cellules seraient incapables de métaboliser le sucre et de le transformer en énergie.

Des chercheurs, en Allemagne, sont les premiers à rapporter2 que, contrairement à la forme naturelle, le (S)-ALA n'améliorait pas la synthèse de l'ATP dans des mitochondries isolées pour étudier leur fonctionnement. En fait, lorsqu'ils leur apportaient de l'acide alpha-lipoïque sous sa forme naturelle, ils stimulaient la production d'ATP. Par contre, les exposer à la forme (S) ou à un mélange des deux formes ralentissait, en fait, la synthèse d'ATP.

Les scientifiques3 ont voulu regarder si ces effets observés sur des mitochondries isolées pouvaient l'être également sur des organismes vivants. Ils ont alors testé les deux formes d'acide alpha-lipoïque sur des animaux ayant subi une simulation d'attaque cardiaque. C'est dans ces moments critiques, lorsque le cœur est privé d'oxygène vital et des carburants du flux sanguin, quand les radicaux libres se précipitent à travers les cellules lorsque l'oxygène revient, que la production d'énergie peut faire la différence entre la vie et la mort pour les cellules du cœur comme pour l'organisme vivant qu'elles soutiennent.

En ouvrant la poitrine des animaux de laboratoire inconscients, l'équipe de chercheurs a d'abord pu couper puis réintroduire l'apport sanguin au cœur, exactement comme cela se passe dans une attaque cardiaque. En injectant dans le cœur l'une des deux formes d'acide alpha-lipoïque, ils ont ensuite pu observer de quelle façon elles affecteraient la capacité des mitochondries à maintenir la production d'énergie pendant la crise et permettraient au cœur de pomper à nouveau du sang.

Quand l'alimentation sanguine du cœur des animaux a été interrompue, le flux sanguin vers l'aorte a chuté comme une pierre. Lorsque le sang et l'oxygène ont été de retour, le cœur des animaux témoins (les animaux dont le cœur n'avait reçu aucune des deux formes d'acide alpha-lipoïque) est petit à petit reparti doucement et faiblement sans être capable de pomper dans l'aorte plus de la moitié du sang qu'ils pompaient avant l'attaque. Mais, avec les cœurs des animaux auxquels de l'acide (R)-alpha-lipoïque avait été injecté, il se produisait une augmentation beaucoup plus importante du flux aortique et un rétablissement plus complet de la fonction cardiaque. Le cœur de ces animaux pompait 36% plus de sang que celui de ceux qui n'avaient pas reçu d'acide alpha-lipoïque. Par contre, l'injection d'acide (S)-alpha-lipoïque n'a eu aucun effet bénéfique et les animaux ne se rétablissaient pas mieux que les animaux témoins.

De nombreuses applications cliniques

Les propriétés exceptionnelles de l'acide alpha-lipoïque lui permettent de jouer un rôle important dans différentes pathologies.

Il est ainsi couramment utilisé en Europe pour traiter et prévenir des complications associées au diabète incluant les neuropathies (dégénération douloureuse du système nerveux périphérique) et les rétinopathies (atteintes des yeux).
On a vu qu'il protège les tissus des lésions associées à de faibles apports d'oxygène qui peuvent se produire à la suite de crises cardiaques ou d'attaques cérébro-vasculaires.

Chez des malades infectés par le VIH, les propriétés antioxydantes régénératrices de l'acide alpha-lipoïque permettent d'améliorer leur statut antioxydant. Il est également capable d'inhiber la réplication du VIH-1 et celle d'autres virus en se liant directement à l'ADN.


1 Maitra I et al., Stereospecific effects of R (+)-lipoic acid on buthionine sulfoximine-induced cataract formation in newborn rats. Biochem Biophys Res Commun. 1996;50 (6):513-4.
2 Zimer G et al., ATP synthsis and Atpase activities in heart mitoplasts under influence of R(+) and S (-) enantiomers of lipoic acid, Methods Enzymol. 1995;251:332-40.
3 Zimmer G et al., Dose/reponse curves of lipoic acid R(+) and S(-) forms in the working rat heart during reoxygenation: superiority of the R(+) enantiomer in enhancement of aortic flow. J Mol Cell cardiol. 1995 Sep;27(9):1895-903.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Alpha Lipoic Acid 250 mg

Un complément alimentaire d’acide alpha-lipoïque stable et économique

www.supersmart.com
R-Lipoic Acid 100 mg

La forme naturelle et biocompatible de l'acide alpha lipoïque

www.supersmart.com
A découvrir aussi
13-02-2017
Zinc : une prise quotidienne pour réduire...
Vous vous posez des questions sur une supplémentation en zinc : quels bienfaits ? quels effets ? quelle efficacité ? Le point grâce à une...
Lire plus :
16-11-2016
L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons...
Lire plus :
04-09-2019
Des vaisseaux rajeunis de 20 ans avec...
L’étude publiée dans Hypertension , le journal de l’American Heart Association, apporte de nouvelles preuves de l’efficacité de ce complément alimentaire pour diminuer le risque...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer