Accueil  >  Antioxydants  >  Le lycopène diminue le...
22-12-2014

Le lycopène diminue le risque de certaines maladies chroniques

Lycopene Le lycopène appartient à la grande famille des caroténoïdes. C'est un pigment naturel qui donne leur couleur rouge aux tomates, aux pastèques, aux pamplemousses roses et aux papayes. Avec le bêta-carotène et la luteïne, c'est l'un des caroténoïdes les plus abondants dans le sang et certains tissus de l'homme. De récentes études épidémiologiques associent la consommation de lycopène et ses niveaux dans le sang à une diminution du risque de certaines maladies chroniques comme le cancer ou les maladies cardiovasculaires.

Un puissant antioxydant

Le lycopène est un antioxydant particulièrement efficace, capable de contrer l'action des radicaux libres. Sur ce point, il serait deux fois plus puissant que son cousin le bêta-carotène et dix fois plus que l'alpha-tocophérol. Une équipe de chercheurs de l'Université de Düsseldorf a montré que le lycopène est, de loin, l'antioxydant qui neutralise le plus efficacement l'oxygène singulet, un radical libre particulièrement agressif, dérivé de l'oxygène.
Des sujets en bonne santé ont été recrutés pour une étude croisée randomisée et ont reçu du lycopène sous formes de jus de tomates, de sauce tomate ou de suppléments d'origine naturelle, chacune pendant une semaine. Une période de traitement était suivie d'une semaine d'interruption. Des échantillons sanguins ont été prélevés au début et à la fin de chaque période.
Les résultats ont montré une élévation significative du niveau de lycopène sérique avec tous les suppléments. L'augmentation, après une période d'une semaine, allait de 75 à 145% par rapport au placebo. A côté de l'augmentation du lycopène sérique, une diminution de l'oxydation des lipides, des LDL, des protéines et de l'ADN a également été observée. Cette réduction dans les niveaux des biomarqueurs de l'oxydation est une indication des propriétés anti-oxydantes in vivo du lycopène.

D'autres mécanismes d'action …

Bien que les propriétés antioxydantes du lycopène soient les principales responsables de ses effets bénéfiques sur la santé, les travaux de recherche sont de plus en plus nombreux à montrer que d'autres mécanismes sont impliqués.
A des concentrations nutritionnelles, le lycopène peut inhiber la croissance de cellules cancéreuses humaines en interférant avec le facteur de croissance de progression cellulaire et c'est notamment le cas pour les cellules cancéreuses de prostate, sans qu'il y ait preuve d'effets toxiques ou d'apoptose cellulaire.
Des études1 sur cellules animales et humaines ont permis d'identifier un gène, connexine 43, dont l'expression est régulée par le lycopène qui améliore ainsi les communications intercellulaires directes par gap-jonctions. Dans de nombreuses tumeurs, chez l'homme, les communications par gap-jonctions sont déficientes et leur restauration ou leur régulation est associée à une diminution de la prolifération des cellules tumorales.

Lycopène et cancer

Une revue2 de la littérature épidémio-logique publiée en langue anglaise concernant la consommation de tomates ou de produits à base de tomates, les niveaux sanguins de lycopène et leur relation avec le risque de différents cancers a été publiée en 1999. Parmi les 72 études identifiées, 57 rapportaient une relation inverse entre la consommation de tomates ou le niveau sanguin de lycopène et le risque de différents cancers. Trente-cinq de ces études étaient statistiquement significatives. Les preuves des effets bénéfiques du lycopène étaient les plus fortes pour les cancers de la prostate, des poumons et de l'estomac.
Les données suggéraient que le lycopène pouvait également exercer une action positive sur les cancers du pancréas, du colon et du rectum, de l'œsophage, de la cavité buccale et de l'utérus.

Cancer de la prostate

Tout comme la lutéine est concentrée dans la macula, le lycopène est concentré dans certains organes et, en parti-culier, dans la prostate. Des études ont montré une incidence plus faible du cancer de la prostate chez des populations consommant de grandes quantités de tomates et de produits à base de tomates. Une étude3 a évalué la consommation de différents caroténoïdes alimen-taires chez 47 894 professionnels de santé n'ayant pas de cancer de la prostate et l'a comparée avec le risque de développer cette maladie. Le lycopène est le seul caroténoïde a avoir une incidence : plus les quantités consommées étaient importantes, plus faible était le risque de cancer.
Des chercheurs de l'Université de Berne rapportent que, in vitro, le lycopène, associé à de la vitamine E, inhibe la croissance de deux types différents de cellules cancéreuses de prostate. Lorsqu'il est seul, le lycopène n'a pas cet effet. Plusieurs études ont relié le lycopène à un plus faible risque de cancer. L'une de ces études, la Washington County Study, a montré que les hommes ayant les plus fortes concentrations de lycopène dans leur sang avaient moitié moins de risque d'avoir un cancer de la prostate que ceux qui avaient les concentrations les plus faibles. Chez les hommes âgés de moins de 70 ans, ce bénéfice était même encore plus grand.
Une équipe de l'Institut Kamanos de recherche contre le cancer, à Détroit, dans le Michigan aux Etats-Unis, a évalué l'effet de lycopène sur des patients atteints d'un cancer de la prostate4. Trente hommes devant subir une prostatectomie ont été suivis pendant trois semaines avant d'être opérés. Ils ont reçu de façon aléatoire deux fois par jour 15 mg de lycopène sous forme d'extrait naturel de tomate ou un placebo. Après l'opération, les prostates ont été analysées pour déterminer s'il y avait une différence entre les deux groupes. Les chercheurs ont constaté que, dans le groupe supplément, avec le lycopène le volume des tumeurs avait diminué. Les niveaux de PSA, un marqueur biologique utilisé pour détecter le cancer de la prostate, avaient également été réduits.

Une protection contre l'athérosclérose

De récentes études épidémiologiques ont montré une relation inverse entre la consommation de tomates et de lycopène, les niveaux de lycopène dans le sang et les tissus adipeux et l'incidence des maladies cardiovasculaires. Un certain nombre d'études in vitro ont indiqué que le lycopène peut protéger les LDL natives de l'oxydation et ralentir la synthèse du cholestérol.
Dans un récent rapport provenant du congrès annuel de l'American College of Cardiology,les échantillons sanguins de près de 500 femmes participant à la Women's Health study ont été analysés. Les femmes ayant les niveaux plasmatiques de lycopène les plus élevés avaient 33% moins de risque de développer une maladie cardio-vasculaire que celles dont les niveaux étaient les plus bas.
Dans une étude croisée randomisée, dix-neuf adultes en bonne santé (10 hommes et 9 femmes) non-fumeurs et ne prenant ni médicament ni aucun autre supplément vitaminique ont consommé pendant une semaine des produits traditionnels à base de tomates ou des suppléments nutritionnels. Les doses de lycopène variaient de 20 à 150 mg quotidiens. La consommation de lycopène, quelle que soit la source, a augmenté les niveaux sériques de ce nutriment et abaissé les niveaux d'oxydation des lipides, des protéines et de l'ADN.
L'oxydation du LDL cholestérol diminuait avec l'augmentation des niveaux sériques de lycopène. L'oxydation des LDL jouant un rôle dans la formation des cellules spumeuses et le développement de l'athérosclérose, ces résultats laissent penser qu'une augmentation de la consommation de lycopène peut avoir une action protectrice dans la prévention des maladies cardiovasculaires et contribuer à la santé cardiovasculaire.

Sources de lycopène et biodisponibilité

L'organisme humain ne synthétise pas le lycopène qui doit être apporté par l'alimentation. Dans la nature, les tomates représentent la source la plus importante de ce nutriment. Des études ont montré que la biodisponibilité du lycopène était plus faible dans les tomates crues que dans les produits transformés à base de tomates. Cette biodisponibilité est encore augmentée lorsqu'il est consommé avec de petites quantités de lipides. Par ailleurs, des études indiquent également que l'absorption de lycopène pur de synthèse est moins bonne que celle du lycopène naturel dérivé de tomates.


1 Heber D et al, Overview of mechanisms of action of lycopène.Exp Biol Med (Maywod) 2002 nov; 227 (10):920:3.
2 Giovannucci E. et al., Tomatoes, tomato-based products, lycopene and cancer reviews of the epidemiologic literature. J Natl Cancer Inst 1999 ;91 :317-31.
3 Giovannucci E et al., Intake of carotenoids and retinal in relation to risk of prostate cancer. J. Natl Cancer Inst 1995 Dec 6; 87(23):1767-76.
4 Kucuk O. et al. Randomised clinical trial of lycopene supplementation before radical prostatectomy, Cancer epidemiology, biomarkers & prevention, Vol. 10, 861-868, August 2001
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander le nutriment évoqué dans cet article
Lyc-O-Mato® 15 mg

Supplément optimisé de lycopène

www.supersmart.com
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer