Accueil  >  Antioxydants  >  Soleil et système immunitaire...
01-05-2003

Soleil et système immunitaire : il faut renforcer les défenses antioxydantes


Sous l'action des rayons ultraviolets du soleil, les défenses antioxydantes de notre organisme sont rapidement submergées. Un grand nombre de nos cellules se retrouvent alors sans protection face aux agressions oxydantes. Un vieillissement précoce de la peau, des désordres immunitaires, des cancers, … peuvent en résulter. Un certain nombre d'études montrent que l'exposition aux rayonnements ultraviolets du soleil a un effet immunosuppresseur. Elles indiquent également que des antioxydants sont capables de s'opposer à cet effet. Avant d'aller au soleil, il est donc particulièrement important de préparer notre organisme et de renforcer nos défenses naturelles, notamment, en prenant des suppléments nutritionnels riches en antioxydants.

Selon les estimations du Programme des Nations Unies pour l'environnement, plus de deux millions de nouveaux cas de cancers cutanés, dont plus de 200 0000 mélanomes malins, sont enregistrés chaque année dans le monde. Des altérations du système immunitaire, provoquées par l'exposition aux rayonnements ultraviolets du soleil, pourraient expliquer ce développement des cancers cutanés.

Un affaiblissement du système immunitaire peut, en effet, être synonyme d'un accroissement du risque d'infections, d'une diminution partielle de l'efficacité des vaccins mais, surtout, d'un affaiblissement des défenses de l'organisme contre le cancer et, en particulier, contre le cancer de la peau.

Les acteurs de la réponse immunitaire

Les cellules de Langerhans, les lymphocytes T et les cellules NK (naturelles tueuses) sont les cellules du système immunitaire les plus affectées par le rayonnement ultraviolet.
Au niveau de la peau, les cellules de Langerhans tiennent une place particulièrement importante dans la réponse immunitaire. Ces cellules dendritiques naissent dans la moelle osseuse et migrent dans l'épiderme, sous la couche cornée. Leur mission est de repérer les substances étrangères à l'organisme qui traversent la barrière protectrice de la couche cornée. Elles déclenchent, alors, l'alarme du système immunitaire en présentant les antigènes aux lymphocytes T.
Les lymphocytes T assurent l'immunité à médiation cellulaire, par cytotoxicité ou par production de lymphokines et jouent un rôle essentiel dans la régulation des réponses immunitaires, notamment au niveau du développement des cellules tumorales.
Les cellules NK, quant à elles, exercent une activité cytotoxique spontanée et interviennent, entre autres, dans la lutte anti-tumorale et la défense contre les infections.

Des antioxydants pour protéger la réponse immunitaire

Un certain nombre de nutriments, vitamines, oligo-éléments, certains polyphénols comme ceux que l'on trouve dans le thé vert ou l'écorce de pin maritime du sud de la France, des caroténoïdes... s'opposent à l'affaiblissement du système immunitaire induit par l'exposition au soleil. Tous ces nutriments sont de puissants antioxydants. Leurs niveaux sont également tous fortement déprimés par des irradiations ultraviolettes.
L'effet antioxydant du sélénium semble soutenir les mécanismes par lesquels il fortifie la réponse immunitaire. Il augmente les réponses immunitaires à médiation cellulaire par différents processus incluant la stimulation du fonctionnement des récepteurs d'interleukines, en rendant les cellules plus résistantes au stress oxydant et à travers une élévation de la production d'eicosanoïdes.
Le sélénium pourrait être un agent protecteur contre les cancers de la peau induits par les UV. En premier lieu, il prévient les lésions oxydatives sur l'ADN. Deuxièmement, il prévient la production de cytokines inflammatoires et immunosuppressives qui perturbent la réponse immunitaire après une exposition au soleil. Troisièmement, le sélénium stimule à la fois l'immunité humorale et à médiation cellulaire. Enfin, le sélénodiglutathion semble inhiber la croissance de différents types de cellules tumorales et déclenche leur apoptose.
Chez la souris, par voie orale ou topique, le sélénium réduit de façon importante l'induction et la croissance de tumeurs cancéreuses induites par les UV.
Reste à regarder si cet effet protecteur s'exerce aussi chez l'homme. Cependant, l'application topique de sélénométhionine semble protéger la peau de l'homme des lésions induites par les UV. Plusieurs études montrent qu'elle augmente de 30% la résistance de la peau aux UV.

Après une exposition au soleil, les niveaux de vitamines C et E dans les cellules de la peau sont diminués de façon importante. Des études animales ont montré que la vitamine E, un inhibiteur de la peroxydation lipidique, prévient l'immunosuppression induite par les rayons ultraviolets et la perte de cellules de Langerhans. Des études sur l'homme montrent qu'une supplémentation en vitamine E renforce la réponse immunitaire. Ainsi, des sujets âgés de plus de 60 ans ont reçu quotidiennement 800 mg d'acétate d'alpha-tocophéryl ou un placebo quotidiennement pendant 30 jours. Dans le groupe supplémenté, les réponses aux tests cutanés d'hypersensibilité de type retardé (qui permettent d'évaluer la réaction du système immunitaire aux agressions extérieures) étaient plus fortes alors qu'elles restaient inchangées dans le groupe témoin. La diminution, après la supplémentation, de la formation de prostaglandines 2 (PG2) dans les monocytes pourrait suggérer que le rôle immuno-stimulateur de la vitamine E est du à sa capacité à diminuer la production des PGE2 et, probablement, les produits de la peroxydation lipidique.

Dans une étude prospective, randomisée, des sujets sensibles au nickel ont reçu quotidiennement un placebo ou 2 g d'alpha-tocophérol associés à 3 g d'acide L-ascorbique (vitamine C) pendant 50 jours. Des tests ont ensuite été réalisés sur la peau exposée et non exposée à des radiations ultraviolettes. Les résultats ont montré que la supplémentation en vitamines C et E prévenait la diminution induite par les radiations ultraviolettes de la réponse immunitaire à l'antigène de sulfate de nickel.
Lorsque l'on applique sur la peau de souris sans poil de la vitamine E avant de les exposer à des UV, on divise pratiquement par deux l'incidence des cancers de la peau par rapport à un groupe témoin. La vitamine C et la vitamine E, en applications topiques préviennent l'immuno-suppression systémique induite par les UV. Elles sont efficaces à des doses relativement faibles et une seule application avant l'exposition donne des résultats.
Les caroténoïdes sont reconnus pour avoir de multiples rôles protecteurs sur le fonctionnement des cellules du système immunitaire. Des études sur l'homme ont démontré qu'ils réduisent l'action immunosuppressive des rayonnements ultraviolets. Pour étudier ces effets, des chercheurs ont donné quotidiennement pendant 28 jours à 24 hommes en bonne santé, âgés de 19 à 39 ans, 30 mg de bêta-carotène ou un placebo tout en leur faisant suivre une alimentation pauvre en caroténoïdes. Tous les sujets ont ensuite été soumis, sur une période de 16 jours, à 12 séances de rayons ultraviolets. Après ces expositions, ils ont constaté que les réponses aux tests d'hyper-sensibilité de type retardé étaient clairement inhibées chez les sujets sous placebo alors qu'elles ne l'étaient pas de façon significative chez les hommes supplémentés. Ces résultats ont permis de conclure que le bêta-carotène protège de l'effet immunosuppresseur des expositions aux rayons ultraviolets. (Roe & Fuller, 1993).

Une étude similaire a été conduite, pendant 47 jours, sur 31 hommes en bonne santé, âgés de 55 à 79 ans. Les résultats ont confirmé l'effet immunosuppresseur des expositions aux ultraviolets. Ils ont également montré que les hommes qui avaient les taux sanguins les plus élevés de bêta-carotène résistaient mieux à cet effet immunosuppresseur, confirmant que le bêta-carotène, en renforçant la réponse immunitaire, peut contrer certains effets néfastes de l'exposition aux rayons ultraviolets du soleil. (Herraiz & Parker, 1998).

Chez l'homme, l'irradiation de la peau par des UV diminue le nombre des cellules de Langerhans et semble également inhiber leur fonction de traitement et de présentation des antigènes aux lymphocytes T. Cela peut avoir pour conséquences de faciliter la croissance des néoplasmes et la propagation des infections cutanées.
Une étude a été réalisée dans des conditions similaires à celles d'une période de vacances pour une population d'Europe centrale : une soudaine exposition à un intense rayonnement solaire naturel pendant deux semaines. Une vingtaine de femmes a reçu quotidiennement 30 mg de bêta-carotène ou un placebo, pendant dix semaines, avant de s'exposer au soleil à Eilat, en Israël. L'étude a confirmé par biopsies que, dans l'épiderme, la population des cellules de Langerhans avait augmenté après la supplémentation avec du bêta-carotène. A la suite de l'exposition aux UV, la densité des cellules de Langerhans avait diminué à la fois dans le groupe supplémenté et dans celui sous placebo. Dans le groupe sous placebo, le taux de cellules de Langerhans était tombé du niveau physiologique de 135 cellules/mm2 à 37 cellules par mm2. On considère qu'une telle réduction compromet le fonctionnement du système immunitaire de la peau. Sur les zones de peau exposées de façon limitée aux rayonnements, dans le groupe supplémenté, la diminution du taux de cellules de Langerhans n'était pas significative alors qu'elle l'était dans le groupe sous placebo.

Une étude précédente avait montré que, chez l'homme, même une exposition modérée aux UV suffisait à réduire l'expression des marqueurs de l'antigène de surface des cellules de Langerhans avec, pour conséquences, de compromettre le fonctionnement du système immunitaire localement au niveau de la peau mais, également, dans tout l'organisme. (Murphy, 1993).
L'exposition au soleil inhibe l'activité des cellules NK. Plusieurs études ont montré qu'une supplémentation en bêta-carotène renforçait leur activité. Ainsi, des chercheurs ont étudié l'activité des cellules NK chez 30 hommes âgés, participant à la Physicians' Health Study, prenant, un jour sur deux, 50 mg de bêta-carotène ou un placebo, pendant douze ans. Les résultats ont montré une activité 42% plus importante des cellules NK chez les sujets prenant du bêta-carotène. (Santos, 1998).
Des études ont montré que la prise orale ou l'application topique d'un extrait polyphénolique de thé vert apporte une protection contre les effets carcinogènes des UVB. D'autres travaux ont examiné si ce même extrait pouvait protéger des souris de l'immuno-suppression induite par les UVB et de la réponse cutanée inflammatoire.

Les résultats suggèrent que le thé vert et, plus particulièrement, les polyphénols qu'il contient peuvent être utiles contre les dermatoses inflammatoires et l'immunosuppression causées par les radiations solaires.
L'effet de la consommation de fruits et légumes, d'un extrait polyphénolique de thé vert ainsi que celui de la quercétine et de la chrysine, deux flavonoïdes spécifiques, sur la diminution induite par les UV de l'hypersensibilité de contact ont été évalués. Des souris ont reçu des fruits et des légumes ou l'un de ces nutriments pendant deux à quatre semaines, avant et pendant des expositions à des radiations UV. Les résultats ont montré que les fruits et légumes, l'extrait de thé vert, la quercétine et la chrysine prévenait de façon statistiquement significative la réduction de l'hypersensibilité de contact. Dans la peau des souris nourries avec des fruits et des légumes et irradiées, le nombre de cellules de Langerhans était identique à celui des animaux témoins alors qu'il avait diminué chez ceux qui n'avaient reçu que des irradiations.
L'ensemble de ces études montre que des antioxydants, à des doses supérieures à celles que l'on peut obtenir par la seule alimentation, renforcent l'activité du système immunitaire. Ils le protègent de la photosuppression en maintenant l'hypersensibilité de type retardé ainsi que les niveaux de cellules de Langerhans dans l'épiderme des sujets exposés à des radiations ultraviolettes.
Dans le même temps, ces antioxydants élèvent le seuil de réactivité de la peau au soleil et renforcent sa résistance naturelle. Ils lui apportent une photo-protection cutanée que l'on peut assimiler, selon les nutriments, à un facteur de protection tournant autour de 2. C'est une protection certes peu élevée mais qui a l'avantage d'être permanente contrairement à celle des crèmes solaires dont l'application doit être sans cesse renouvelée.
Associée à l'utilisation de produits solaires hautement protecteurs, filtrant les UVB et les UVA et contenant des antioxydants, une supplémentation en nutriments antioxydants peut réduire de façon significative les dégâts occasionnés par les rayons ultraviolets du soleil sans pour autant autoriser de trop longues expositions.


Burke KE et al., “The effects of topical and oral l-selenomethionine on pigmentation and skin cancer induced by ultraviolet radiation.” Nutr Cancer, 1992; 17: 123-37.

Pence BC et al., “The effects of dietary selenium on UVB-induced skin carcinogenesis and epidermal antioxidant status.” J Invest Dermatol, 1994; 102: 759-61.

Burke KE et al., “The effect of topical L-seleno-methionine on minimal erythema dose of ultra-violet irradiation in humans.”1992, Photodermatol Photoimmunol Photomed 9:52-7.

Halliday GM et al. “UVA-induced immunosuppression", Mutat resear 1998 Nov 9; 442(1): 139-45.
Meydani SN et al., “Vitamin E supplementation enhances cell-mediated immunity in healthy elderly subjects.” JAMA, 1997; 227:1380-6.

Fuchs J, Packer L. “Antioxidant protection from solar-simulated radiation-induced suppression of contact hypersensibility to the recall antigen nickel sulfate in human skin.“ Free radic boil med, 1999 Aug; 27(3-4): 422-7.
Fuller C, et al., "Effect of beta-carotene on photosuppression of delayed-type hypersensitivity in normal young men", American Journal of Clinical Nutrition, 1992; 56: 684-90.

Murphy GM, et al., "Low-dose Ultraviolet-B irradiation depletes human epidermal Langerhans cells", British Journal of Dermatology, 1993; 129: 674-677.

Gollnick HPM, Biesalski HK et al., " Systemic beta-carotene plus topical UV-sunscreen are an Optimal protection against harmful effects of natural UV sunlight: results of the Berlin-Eilath Study", European Journal of Dermatology, 1996; 6: 200-205.

Herraiz LA, Parker RS et al. "Effect of UV exposure and beta-carotene supplementation on delayed-type hypersensitivity response in healthy older men", Journal of the American College of Nutrition, 1998; 17: 617-624.
Santos MS, Graziano JM, et al., "beta-carotene-induced enhancement of natural killer cells activity in elderly men: an investigation of the role of cytokine", American Journal of Clinical Nutrition, 1998; 68: 164-170.

Katyar SK et al., “Protection against ultraviolet-B radiation induced local and systemic suppression of contact hypersensitivity and edema responses in C3H/HeN mice by green tea polyphenols.” Photochem photobiol 1995 Nov; 62(5): 855-61.

Steerenberg PA et al., “Protection of UV-induced suppression off skin contact hypersensitivity: a common feature of flavonoids after oral administration?” Photochem Photobiol 1998 Apr;67(4):456-61.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Carottol™

Un complexe de caroténoïdes naturels pour soutenir l’organisme

www.supersmart.com
Pycnogenol® 50 mg

Le seul extrait breveté d’écorce de pin maritime pour améliorer la circulation

www.supersmart.com
Natural E 400

400 UI de d-alpha tocopherol forme naturelle de la Vitamine E

www.supersmart.com
Triple C

Trois formes synergiques de vitamine C pour une efficacité maximale

www.supersmart.com
Ester C®

Une forme non acide de Vitamine C brevetée, conçue pour durer plus longtemps

www.supersmart.com
L-Selenomethionine

La forme de sélénium avec la meilleure biodisponibilité

www.supersmart.com
Sunphenon® EGCg

Un extrait de feuilles de thé vert aux propriétés sensationnelles

www.supersmart.com
A découvrir aussi
13-02-2017
Zinc : une prise quotidienne pour réduire...
Vous vous posez des questions sur une supplémentation en zinc : quels bienfaits ? quels effets ? quelle efficacité ? Le point grâce à une...
Lire plus
04-09-2019
Des vaisseaux rajeunis de 20 ans avec...
L’étude publiée dans Hypertension , le journal de l’American Heart Association, apporte de nouvelles preuves de l’efficacité de ce complément alimentaire pour diminuer le risque...
Lire plus
16-11-2016
L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer