Sorry, this article does not exist in this language. Click to see it in french.Content-type: text/html Le débat sur la DHEA* - DHEA - Nutranews
Startseite   >  DHEA  >  Le débat sur la...
01-05-2004

Le débat sur la DHEA*

Une revue critique des données expérimentales et cliniques (suite)
*Article traduit de l'anglais, issu du numéro de mars 2004 du magazine Life Extension

DHEA et cancer

Naysayer : Il ne me semble pas qu'il y ait d'étude de longue durée qui soutienne les revendications antivieillissement de la DHEA.

Stephen Cherniske : Vous n'avez juste pas regardé. Lorsque l'Institut national du vieillissement a analysé les données provenant de l'étude longitudinale sur le vieillissement de Baltimore, une relation profonde entre les niveaux de DHEA et la survie a été observée1.

« En cohérence avec les effets bénéfiques de la restriction calorique sur le vieillissement et la durée de vie chez d'autres animaux, les hommes avec une température et une insuline plus basses ainsi que ceux conservant des niveaux de DHEA plus élevés avaient une survie plus grande que leurs homologues respectifs2
De même, des études sur des gens âgés de 90 à 106 ans démontrent que ceux qui atteignent cette étape remarquable ont des niveaux de DHEA supérieurs à la moyenne. Comme vous pouvez vous y attendre, c'est associé à un ratio muscle sur graisse plus élevé ainsi qu'à une capacité fonctionnelle plus importante3.

L'adulte moyen remplace chaque jour plus de 300 milliards de cellules. L'antivieillissement est réalisé de trois façons : en apportant des matières premières optimales pour ces activités de réparation, en réduisant les dommages auxquels ces cellules sont exposées et en restaurant et maintenant le métabolisme anabolique (réparation). Comme je l'ai mentionné, la DHEA est le signal de réparation dans la biochimie de l'homme le plus compréhensible, et il est temps que nous apprécions complètement l'influence qu'elle a sur le rythme du vieillissement. Je ne suis pas le seul scientifique à penser que l'antivieillissement est généralement impossible sans faire une sérieuse attention à nos niveaux de DHEA. Ici, les résultats d'une étude sur les hormones et le vieillissement :

«Le maintien d'une bonne qualité de fonctionnement physique et d'une bonne qualité de vie est lié aux concentrations sériques de testostérone, d'œstrogènes et de DHEA4 ».

Naysayer : Mais le problème n'est-il pas que la DHEA, parce qu'elle est un proliférateur cellulaire, pourrait accélérer les tumeurs naissantes ?

Stephen Cherniske : Faux ! La DHEA est un régulateur cellulaire. Elle induit l'apoptose (la mort cellulaire) dans les cellules malignes ou qui fonctionnent mal5 et contrôle l'hyperplasie (la croissance anormale des cellules) dans les muscles lisses des poumons6. Dans de nombreux modèles animaux, on a montré qu'elle imite les effets bénéfiques anticancer et de régulation cellulaire de la restriction calorique7.


Dans des milliers d'études sur animaux, on a montré que la DHEA prévient le diabète, l'obésité, l'infection, des maladies de foie et de nombreux types de cancers. Chez l'homme, les niveaux de DHEA prédisent la mortalité dans un grand nombre de maladies incluant le Sida, la septicité (infection), le cancer et les maladies cardiovasculaires8. Et l'on a montré qu'une supplémentation avec de la DHEA - dans des études contrôlées sur l'homme - augmente la masse musculaire, améliore la densité osseuse, combat le stress et la dépression, renforce la qualité de vie, restaure l'immunité, protège le cerveau, améliore la mémoire, diminue les symptômes du lupus systémique érythémateux, réduit les risques de diabète et de maladies cardiovasculaires9.

Naysayer : Comment pouvez-vous être sûr que la DHEA ne cause pas le cancer ?

Stephen Cherniske : Aucune donnée ne le suggère. En fait, toutes les preuves indiquent le contraire. Le Dr Marien Laderoute, un médecin légiste du Bureau canadien des maladies infectieuses, nous rappelle que le cancer est associé à de faibles niveaux de DHEA. Elle et d'autres soulignent que les mutations spécifiques nécessaires à la carcinogenèse peuvent être retrouvées dans une défaillance de l'immunité et de la régulation cellulaire qui se produit comme conséquence de niveaux abaissés de DHEA10.

Clairement, le cancer ne se développe pas à cause de niveaux élevés de DHEA. Si c'était le cas, des jeunes auraient un cancer alors qu'il est extrêmement rare chez les jeunes. Une immunité déclinante doit être un facteur, mais nous ne voyons pas non plus l'incidence des cancers augmenter chez de jeunes patients suivant un traitement immunodépresseur (par exemple les bénéficiaires d'une transplantation d'organe). L'incidence du cancer est liée à différents aspects du vieillissement incluant des troubles de l'apoptose, une diminution de la surveillance immunitaire et une réduction du nombre et de l'activité des cellules NK (tueuses naturelles). On a montré que la DHEA améliore ces différents facteurs11.

La recherche actuelle montre aussi que la DHEA, comme la restriction calorique, réduit la génération d'oxyde nitrique, une autre façon de diminuer le risque de cancer12. Au niveau génétique, l'activité anticancer de la DHEA inclut une diminution des niveaux de gènes mutants p5313. De plus, vieillissement et cancer sont associés à un dérèglement de la production de cytokines donnant une prédominance de l'IL-6 sur l'IL-2. On sait que l'IL-2 a une puissante activité anticancéreuse et des injections d'IL-2 sont actuellement utilisées en Europe à différents stades de cancer. Comme on a montré qu'une DHEA optimisée augmente de façon significative les niveaux d'IL-2 et normalise l'équilibre des cytokines, maintenir des niveaux optima de DHEA semble être une stratégie efficace de prévention du cancer.

En fait, des études animales ont soutenu cette idée pendant 25 ans et l'administration de DHEA a réduit le risque de cancer du foie, des surrénales, du pancréas, du sein, du poumon, de la thyroïde, du colon, de la peau et des tissus lymphatiques14.

Dans toutes, il y a des preuves génomiques, biochimiques et biologiques indiscutables soutenant la capacité de la DHEA à réduire le risque de cancer.
Mais peut-être avez-vous des données provenant d'études sur l'homme montrant que la DHEA stimule d'une quelconque manière la croissance du cancer ?

Naysayer : On a montré que la DHEA provoque le cancer du foie chez la souris.

Stephen Cherniske : Oui, il existe une étude dans laquelle des souris ont reçu une dose massive de DHEA - l'équivalent pour l'homme de 10 000 mg par jour. Et même à ce moment-là, cette dose a dû être administrée continuellement pendant au moins 18 mois (l'équivalent chez l'homme de 76 ans) avant que le cancer ne soit induit chez ces pauvres animaux15.

Pensez-vous réellement que ce soit pertinent si l'on considère que les études utilisant de plus faibles doses (l'équivalent pour l'homme de 2 000 mg quotidiens) n'ont pas produit de cancer16 et que plus de 50 études sur des rongeurs montrent que la DHEA réduit le risque de cancer ? D'une manière importante, l'administration de DHEA a réduit le risque de cancer dans chaque modèle imaginable, que les cancers soient spontanés ou induits par un virus ou un produit chimique carcinogène17.

Naysayer : Bon, mais il y a d'autres études…

Stephen Cherniske : Oui, l'étude de l'université de l'Oregon dans laquelle des truites ont été nourries avec de la DHEA. Ce sont des organismes qui ne produisent même pas naturellement de DHEA18. De telles données pourraient être utiles s'il y avait des indications selon lesquelles des choses similaires pouvaient se produire chez l'homme. Mais dans une revue de plus de 5 000 études publiées sur la DHEA, aucune n'a montré que la DHEA stimule la croissance du cancer. En fait, la DHEA a été utilisée avec succès dans le traitement du cancer19.

Regardez les récentes recherches conduites par l'Institut national américain du cancer. Ils ont créé un modèle animal fiable pour étudier le cancer du sein et ont trouvé que l'administration de DHEA réduisait significativement l'incidence et la multiplication des tumeurs20. Ici, la note qui est parue dans The Journal of Nutrition :

«Quand elle a été testée sur un modèle de carcinogenèse et d'induction de tumeur, la DHEA avait des effets préventifs. 21»

Une autre étude animale de 2001, conduite également par l'Institut national du cancer, a montré que l'administration de DHEA réduit l'incidence du cancer du sein de 30 % et sa multiplication par 50 %22. L'année suivante, l'Institut a publié une étude de mode d'action expliquant de quelle façon la DHEA aide à limiter la croissance du cancer23.

La DHEA a même montré une puissante activité anticancéreuse chez des souris préparées pour être hautement sensibles au cancer. Les chercheurs ont également trouvé que les gènes spécifiques qui confèrent cet avantage (incluant p53, DHEA ST et p21) sont stimulés par l'administration orale de DHEA24.

La DHEA peut également réduire efficacement le risque de cancer du côlon. Des scientifiques, au Japon, ont exposé des souris à un produit chimique qui induit la prolifération de cellules anormales dans le côlon. Après cette exposition, certaines souris ont été nourries avec de la DHEA. À la fin de l'expérience, les animaux supplémentés en DHEA avaient une
diminution significative des lésions précancéreuses par rapport aux témoins25.

Dans une autre étude animale, de petites doses de DHEA ont prévenu de façon significative le cancer du sein. Le traitement avec la DHEA a eu pour résultat une réduction marquée de l'incidence des tumeurs et une réduction gigantesque de 92 % de la taille des tumeurs par rapport à celle chez les témoins26.

Naysayer : Mais ce sont des études animales. Elles ne prouvent pas que la DHEA prévient le cancer du sein chez des êtres humains.

Stephen Cherniske : Je suis d'accord. Mais elles réfutent certainement votre diatribe selon laquelle la DHEA pourrait provoquer le cancer du sein. Il n'y a aucune preuve indiquant que la DHEA augmente le risque de cancer du sein. En fait, une étude publiée dans le prestigieux journal The Lancet a montré une remarquable corrélation entre de faibles niveaux de DHEA et le risque de cancer du sein27.
Bien, la peur du cancer du sein est un faux problème. Vous prétendez également que la DHEA pourrait causer le cancer de la prostate alors que toutes les preuves démontrent le contraire.

Naysayer : Je ne suis pas d'accord. La DHEA peut être convertie en testostérone.

Stephen Cherniske : Les études sur l'homme ne montrent aucune corrélation entre la DHEA ou la testostérone et le cancer de la prostate. Des études in vitro montrent que la DHEA inhibe en fait le cancer de la prostate et même, donner à des animaux des quantités massives de DHEA n'induit pas de croissance anormale de la prostate. Une étude publiée dans le Journal Cancer research conclut :
«Aucun effet sur le développement de lésions précancéreuses de la prostate n'a été observé lorsque des souris sont traitées avec de la DHEA(22).»

Naysayer : Mais j'ai lu dans des douzaines d'articles que la DHEA pourrait causer le cancer de la prostate. Tous ces articles ne peuvent être faux.

Stephen Cherniske : Bien sûr qu'ils le peuvent. Les journalistes ne sont pas des scientifiques. S'ils pensent que leurs sources sont exactes, ils impriment l'information sans vérifier dans la littérature médicale. Ensuite, l'histoire est répétée et, comme vous le savez, si une erreur est suffisamment répétée, elle finit par paraître vraie. Si les journalistes voulaient ou étaient capables de faire une recherche méticuleuse sur ce sujet, ils trouveraient une étude animale rapportée dans le European Journal of Urology qui conclut :

«La DHEA et l'acide 9-cis-rétinoïque sont les agents [anticancéreux] les plus actifs identifiés à ce jour. La DHEA inhibe l'induction du cancer de la prostate lorsqu'elle est administrée régulièrement avant une exposition à un carcinogène et lorsque son administration est retardée jusqu'à ce que les lésions prénéoplasiques de la prostate apparaissent28
Notez que l'administration de la DHEA inhibe le cancer de la prostate lorsqu'elle est donnée avant l'exposition à un carcinogène et est efficace même après le début du cancer de la prostate.

Naysayer : Mais, à nouveau, ce sont des études animales.

Stephen Cherniske : Et les études animales sont utilisées systématiquement pour établir la sécurité et l'efficacité, plus particulièrement lorsqu'il n'y a aucune preuve que la DHEA puisse causer ou accélérer chez l'homme une croissance anormale de la prostate.

Naysayer : Il doit y avoir des preuves.

Stephen Cherniske : Non, il n'y a que des déductions, des spéculations. Regardez, si la DHEA causait une croissance anormale de la prostate, des niveaux élevés de DHEA seraient associés à des scores élevés de PSA. En fait, chez l'homme, de faibles niveaux de DHEA sont associés à des niveaux élevés de PSA et l'inverse est également vrai. Des hommes avec des niveaux élevés de DHEA ont de faibles scores de PSA.

Naysayer : Quand même, des suppléments de DHEA pourraient augmenter les niveaux de PSA.

Stephen Cherniske : Cela ne se produit pas. Étude après étude, la supplémentation avec de la DHEA - même à doses élevées - n'a pas montré d'effet négatif sur les niveaux de PSA. Dans une communication privée, de nombreux cliniciens m'ont dit qu'ils ont observé un déclin progressif des niveaux de PSA chez des patients prenant de la DHEA. C'est cohérent avec ces résultats récents montrant que des patients atteints d'un cancer de la prostate ont des niveaux sériques élevés de glucocorticoïdes immunosuppresseurs et que les métabolites de DHEA peuvent inhiber l'expression de la PSA en interrompant la liaison de l'androgène avec le récepteur androgénique de la prostate29. Cela apporte encore plus de preuves que la DHEA peut en fait réduire le risque de cancer de la prostate.

Naysayer : Bien, s'il n'y a aucun danger et si la DHEA peut même aider à prévenir les maladies de la prostate, pourquoi n'y a-t-il pas d'essai sur l'homme portant sur

Stephen Cherniske : En fait, la Division de prévention du cancer de l'Institut national du cancer a planifié une étude de supplémentation en DHEA comme moyen de prévenir le cancer de la prostate chez l'homme.

La DHEA a déjà été utilisée avec succès dans le traitement de dysfonctionnements érectiles.
Ici, les résultats d'une étude qui a passé en revue les effets de la DHEA sur les maladies du vieillissement :
«De faibles concentrations de DHEA sont associées à une immunosénescence, à une fragilité physique, à un déclin de la masse musculaire, à une augmentation de la mortalité, à une perte de sommeil, à une diminution de la sensation de bien-être, à une perturbation de la capacité à se débrouiller seul et avec l'apparition de plusieurs maladies courantes (incluant cancer, athérosclérose, hypertension, diabète, ostéoporose et maladie d'Alzheimer) 30

Naysayer : Quand même, la DHEA stimule l'IGF-1 et cela favorise le cancer.

Stephen Cherniske : Avant tout, l'association abondamment citée entre l'IGF-1 et le cancer de la prostate a été démystifiée. Cela veut dire que la crainte de l'accélération de la tumeur pourrait avoir un sens parce que l'IGF-1 a une activité angiogénique qui pourrait favoriser la croissance de la tumeur. Mais on a seulement montré que l'IGF-1 accélère la croissance de la tumeur dans des tubes à essai. Les tubes à essai et les boîtes de Pétri n'ont pas de système immunitaire stimulé par l'IGF-1. En fait, la prépondérance des preuves montre que l'IGF-1 ne favorise le cancer dans aucun organisme vivant, que ce soit celui de l'animal ou celui de l'homme. Même une injection directe d'IGF-1 ne favorise pas la croissance de tumeurs chez l'animal. En Europe, l'IGF-1 est régulièrement donné à des patients cancéreux pour les aider à prendre du poids.

À côté de cela, il est important de noter que l'augmentation de l'IGF-1 après une supplémentation en DHEA est significative mais modeste et qu'il n'existe pas d'étude publiée montrant que l'administration de DHEA entraîne une augmentation de l'IGF-1 au-dessus de la normale.
De plus, les scores d'études publiées démontrent le rôle essentiel joué par l'IGF-1 dans la régénération du cerveau, du squelette et des systèmes cardiovasculaires et immunitaires. À l'inverse, de faibles niveaux d'IGF-1 sont associés à des démences, à l'athérosclérose, à l'ostéoporose et à la sarcopénie. Une étude dans le journal Gerontology montre que des hommes qui maintiennent des niveaux de jeunesse d'IGF-1 ne voient pas leur testostérone ni leur masse musculaire décliner, pas plus que d'accumulation de graisse, évolutions considérées comme des conséquences inévitables du vieillissement31.

La DHEA, traitement hormonal substitutif ?

Naysayer : Mais la DHEA est convertie en testostérone et en œstrogènes…

Stephen Cherniske : Une partie de la DHEA est convertie en testostérone et en œstrogènes. Mais, dans chaque tissu du corps humain, des enzymes métabolisent la DHEA elle-même. L'idée que la DHEA est seulement un réservoir à hormones stéroïdes sexuelles a été brisée il y a plusieurs dizaines d'années. Une étude récente dans le journal Stéroïde documente les effets anticancérigènes de la DHEA et de tous ses principaux métabolites32. De même, la capacité de la DHEA à réduire le risque de maladie cardiovasculaire est indépendante de sa conversion en hormones stéroïdes. Une étude portant sur 375 hommes âgés de 60 ans en moyenne indique que l'activité et la satisfaction sexuelles étaient bien plus étroitement associées aux niveaux de DHEA qu'à ceux de testostérone.

Naysayer : Mais elle est convertie en testostérone et en œstrogènes…

Stephen Cherniske : Oui, elle l'est, mais êtes-vous en train de dire que c'est naturellement dangereux ?

Naysayer : Bien, regardez le désastre que nous venons juste de voir avec le traitement hormonal de substitution (THS).

Stephen Cherniske : Il a été provoqué par un THS conventionnel utilisant de larges doses d'hormones synthétiques. Oui, cela a été un désastre, donnant plus de 80 millions de femmes qui ont, en fait, accru leur risque de cancer du sein, de congestion cérébrale et d'embolie pulmonaire. Bien, parce que des doses importantes d'hormones synthétiques augmentent le risque de maladies, vous croyez que de petites doses d'hormones naturelles vont avoir le même résultat alors même que vous avez vu qu'il n'existe aucune preuve que la DHEA favorise la croissance anormale d'un quelconque tissu de l'organisme de l'homme. Alors que des études sur des volontaires montrent que 50 mg quotidiens de DHEA n'augmentent ni les niveaux systémiques ni les niveaux sanguins d'œstradiol. Alors que des études humaines avec 200 mg par jour de DHEA n'ont pas montré d'élévation systémique de l'œstradiol. À l'inverse, la conversion de la DHEA en hormones stéroïdes semble se faire selon les besoins et à travers une activité d'autorégulation.
Les dangers du THS ne proviennent pas seulement de l'élévation systémique de l'œstradiol. Nous savons maintenant que le THS abaisse les niveaux de DHEA. Plus important, la supplémentation en DHEA n'élève pas les niveaux d'hormones stéroïdes au-dessus de la normale. La plupart des bénéfices de réparation et de régénération de la DHEA proviennent d'une activité anabolique locale (ou périphérique) comme cela a récemment été démontré dans les Mécanismes du vieillissement et du développement. Cette importante étude utilisant des technologies génomiques a révélé que la DHEA améliore la densité osseuse non pas en élevant les niveaux systémiques d'œstradiol mais à travers une conversion locale de l'estrone en ostéoblastes33. En d'autres mots, la DHEA est convertie par des cellules de réparation dans l'os en estrone qui ne favorise pas le cancer et laisse les niveaux d'œstradiol dans le sein et l'utérus inchangés.
En fait, un grand nombre d'endocrinologues sont en train de réaliser que la solution pour maintenir la densité osseuse des femmes ménopausées était devant eux depuis plus de 40 ans mais que les systèmes de santé à base de produits pharmaceutiques ignorent les traitements naturels efficaces et sûrs au profit de prescriptions médicamenteuses, même si ces médicaments sont connus pour ne pas être sans danger depuis au moins 15 ans.


La recherche montre de façon concluante que des déficiences en DHEA contribuent de façon significative, chez l'homme comme chez la femme, à la perte osseuse liée à l'âge. Et de récentes études sur des femmes ménopausées démontrent des bénéfices anaboliques significatifs pouvant être obtenus par une supplémentation en DHEA. Les femmes dans le groupe traité ont expérimenté des améliorations dans pratiquement toutes les hormones anaboliques (de réparation) incluant la DHEA, l'estrone, l'œstradiol, l'andro-sténédione et la testostérone. Ce qui est important, c'est qu'aucune de ces hormones stéroïdes n'a atteint un niveau qui aurait pu être considéré comme dangereux. De plus, les augmentations de l'ostéocalcine et de l'IGF-1 indiquent que 50 mg de DHEA seraient plus efficaces à maintenir la densité osseuse que de fortes doses d'œstrogènes et de progestines synthétiques (THS conventionnel). Les chercheurs ont conclu :

« Nos données soutiennent l'hypothèse qu'un traitement par la DHEA agit de façon similaire à un traitement de substitution par œstrogènes-progestines sur l'axe GHRH-GH-IGF-1. Cela suggère que la DHEA n'est pas simplement un produit antivieillissement. Elle devrait plutôt être considérée comme un traitement hormonal substitutif efficace34. »

Une note finale pour la santé de la femme est la capacité des suppléments de DHEA à aider à équilibrer les œstrogènes et la progestérone.

Naysayer : Comment cela peut-il se produire. La DHEA n'est pas convertie en progestérone.

Stephen Cherniske : Pas directement, mais la DHEA peut augmenter les niveaux de progestérone en inhibant la conversion de la pregnénolone en cortisol (via 17-hydroxyprogestérone). Ainsi, par cette mesure, la DHEA semble être un supplément hormonal valable et sûr pour les femmes et les hommes.

Naysayer : Mais les hommes n'ont pas besoin de progestérone.

Stephen Cherniske : Vous essayez de persuader le public qu'il n'existe pas de données de sécurité alors qu'il existe des essais cliniques adaptés sur l'homme, incluant des études d'une année avec 300 volontaires. Écoutez la conclusion de l'une de ces études publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. C'est une étude sur l'homme avec un groupe qui a pris 25 mg quotidiens et un autre, 50 mg :

« Aucune accumulation de stéroïdes n'a été observée. Aucune transformation inquiétante en androgènes ou en œstrogènes n'a été enregistrée. En fait, l'augmentation limitée de l'estradiol chez les femmes âgées pourrait se révéler bénéfique. Ces résultats suggèrent que l'administration quotidienne orale de DHEA (25-50 mg) est sans danger chez des personnes âgées.
La dose de 50 mg a été choisie pour un essai d'une année, en double aveugle, contrôlé par placebo, d'administration de DHEA par voie orale à des individus âgés de 60 à 80 ans35

Cette étude a été suivie par une évaluation plus vaste d'une année. Le projet point de repère connu comme l'étude « DHEAge » a été publié dans les « Proceedings of the national academy of science ». La conclusion :
«Aucune accumulation potentiellement néfaste de DHEA ou de stéroïdes actifs n'a été enregistrée. […] Un certain nombre d'indices biologiques confirment l'absence de conséquence néfaste de cette administration de 50 mg quotidiens de DHEA pendant un an et indiquent également que ce type de traitement de substitution normalise certains effets du vieillissement36

Naysayer : Bien, mais à propos des effets secondaires bien connus produits par la DHEA chez les femmes ?

Stephen Cherniske : Comme quoi ?

Naysayer : Une peau grasse, de l'acné, une pilosité sur le visage.

Stephen Cherniske : Ce sont les effets d'un surdosage et pour que ces effets se produisent, une femme doit avoir pris une dose excessive de DHEA pendant des mois. Il faut souligner que ces effets sont évidents et séquentiels.
En d'autres mots, une femme qui prend trop de DHEA peut expérimenter des effets secondaires de la conversion de la DHEA en testostérone. Le premier signe est une peau huileuse. Si elle l'ignore et ne réduit pas sa dose, elle peut développer une acné liée à la testostérone. Si elle ignore l'acné et continue à se surdoser, elle peut commencer à voir apparaître des poils au-dessus de ses lèvres. Il est important de savoir que ces effets secondaires sont réversibles et ne mettent pas la vie en danger.

Naysayer : Mais de tels effets sont pénibles.

Stephen Cherniske : Mais vous parlez comme si ces effets secondaires étaient courants alors qu'en fait, ils sont rares. À doses cliniquement efficaces de 5 à 25 mg, l'incidence d'effets secondaires liés aux androgènes est inférieure à 2 %. Si vous la comparez aux effets bénéfiques connus et à la facilité avec laquelle une dose sûre peut être déterminée, il est déraisonnable et non-scientifique de rabâcher des effets secondaires qui sont rares et inoffensifs. Des effets bénéfiques importants peuvent être obtenus avec 5 à 25 mg de DHEA. 25 mg par jour réduisent de façon significative le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Ces deux maladies dégénératives interviennent dans plus de 70 % des décès aux États-Unis.

Naysayer : Mais les femmes ne savent pas quelles quantités de DHEA elles produisent.

Stephen Cherniske : Exact. C'est une partie du processus de formation qui devrait être une priorité. Mais c'est exactement l'inverse qui se produit. Au lieu d'encourager les femmes à mesurer leurs niveaux de DHEA, de nombreux médecins leur disent que ce n'est pas important. Au lieu de recevoir des conseils sur un aspect d'importance critique de leur santé et de leur bien-être, les patientes sont trompées. Avec ce que nous savons sur l'influence de la DHEA sur la santé et la maladie, ce devrait une priorité majeure. Les femmes avec des symptômes sévères associés à la ménopause (connus comme le syndrome climatérique) ont des niveaux de DHEA pratiquement moitié moins élevés que ceux de témoins du même âge, mais peu de médecins le savent.

Les faits : pour 70 % des femmes, le gynécologue est le seul médecin qu'elles voient.

Naysayer : Vous ne parlez que de supplémentation en DHEA, mais les gens ne peuvent-ils obtenir les mêmes bénéfices simplement en faisant de l'exercice ?

Stephen Cherniske : Je suis d'accord, mais regardons avec attention cette corrélation. Dans une étude récente sur des femmes âgées, la DHEA et l'IGF-1 étaient directement reliés à l'activité quotidienne, à l'exercice physique, à la force musculaire et à l'efficacité respiratoire. Les auteurs ont conclu que l'exercice devait donc avoir un effet positif sur les hormones anaboliques. J'appelle cela l'effet Jack Lalanne mais il est important de comprendre que le contraire est également vrai ; que certaines personnes ont une capacité génétique à maintenir des niveaux élevés de DHEA, ce qui stimule l'IGF-1 et ce maintien de l'énergie anabolique leur permet de rester actives et de pratiquer des exercices physiques. La grande majorité des Américains ne possède pas cet avantage génétique. Si les gens sont sur le côté « catabolique » de la vie avec une faible tolérance à l'exercice, leur dire « faites juste davantage d'exercice » est injuste et non-scientifique. Il vaut mieux améliorer l'énergie anabolique par une supplémentation en DHEA et, ensuite, aller faire de la gym. Ils souffriront moins et auront de meilleurs résultats.

Naysayer : Vous ne le savez pas.

Stephen Cherniske : Si, nous le savons. Dans une étude financée par l'Institut national de santé, le Dr Dennis Villareal et ses collègues ont conduit un essai clinique en double aveugle contrôlé contre placebo utilisant 50 mg quotidiens de DHEA dans un groupe d'hommes et de femmes âgés. Après seulement six mois, ceux qui prenaient de la DHEA ont constaté une augmentation de leur masse musculaire et de leur densité osseuse ainsi qu'une réduction de leur masse grasse.

La suite de cette interview dans un prochain numéro.


1- Shock N.W. et al. Normal human aging : the Baltimore longitudinal study on aging. Washington DC. US Government printing office; 1984.
2- Roth G.S. et al. Biomarkers of caloric restriction may predict longevity in humans. Science 2002 Aug 2; 297(5582):811.
3- Ravaglias G. et al. Determinants of functional status in healthy Italian nonagenarians and centenarians : a comprehesive functional assessment by the instruments in geriatric
pratice. J Am Geriat Soc 1997 Oct 445(10): 1196-202.
4 - Van den Beld A.W. et al. The male climacterium: clinical signs and symptoms of changing endocrine environment. Prostate Suppl. 2000; 10: 2-8.
5 - Schulz S. et al. Mechanism of cell growth inhibition and cell cycle arrest ion human colonic adenocarcinoma cells by DHEA : role of isoprenoid biosynthesis. Cancer res. 1992 Mar 1; 52(5): 1372-6.
6 - Dashtaki R. et al. DHEA and analogs inhibit DNA binding of AP-1 and airway smooth muscle proliferation. J Pharmacolog Exp Ther. 1998 May; 285(2): 876-83.
7 - Wang T.T. et al. Effects of DHEA and caloric restriction on the Bcl2/bax-mediated apoptotic pathway in p53 deficient mice. Cancer Lett. 1997 Jun 3; 116(1): 61-9.
8- Marx C. et al. Adrenocortical hormones in survivors and non survivors of severe sepsis; diverse time course of DHEA, DHEAS and cortisol. Crit Care Med 2003 May; 31(5): 1382-3.
Yasushi M. et al. Plasma levels of DHEAS are decreased in patients with chronic heart failure in proportion to the severity. J Clin Endocrinol Metab 2000 May; 85(5): 1834-40.
9- Nagai T. et al. Neuroactive steroid and stress response. Nihon Shinkel Seishin Yakurigaku Zasshi. 2001 Nov ; 21(5) :157-62. Chang D.M. et al. DHEA treatment of women with mild to moderate systemic lupus erythematosus : a multicenter randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Arthritis Rheum. 2002 Nov: 46(11): 2924-7.
10- Sacco M. et al. Aging and immune function: a possible role for growth hormone. Horm Res. 1996; 45 (1-2): 46-9.
11- Sacco M. et al. DHEA, a selective glucocorticoid receptor antagonist: its role in immune system regulation and metabolism. J. Endocrinol Invest 2002; 25(10 Suppl): 61-2.
Bradlow H.L. et al. Diet and breast cancer. Ann NY Acad Sci 2002 Jun; 963: 247-67.
12- Mei J.J. et al. p53-independant inhibition of nitric oxide gzneration by cancer preventive interventions in ex vivo mouse peritoneal macrophages. Cancer Lett. 1998 Jul 17; 129(2): 191-7.
13- D'Ambrosio S.M. et al. Modulation of Ki67, p53 and RARbeta expression in normal, premalignant and malignant human oral epithelial cells by chemopreventive agents. Anticancer res2001 Sept-Oct; 21(5): 3229-35.
14- Weber E. et al. Phenotypic modulation of hepatocarcinogenesis and reduction in N-nitrosomorpholine-induced hemangiosarcoma and adrenal lesion development in Sprague-Dawley rats by DHEA. Carcinogenesis 1988 Jul; 9(7): 1191-5.
15- Metzger C. et al. Enhancement and phenotypic modulation of N-nitrosomorpholine-induced hepato-carcinogenesis by DHEA. Cancer Lett 1997 Dec 23; 121 (2): 125-31.
16- Moore M.A. et al. Sex-dependant, tissue-specific opposing effects of DHEA on initiation and modulation stages of live rand lung carcinogenesis induced by dihydroxy-di-n-propylnitrosamine in F344 rats. Carcinogenesis 1988 Aug; 9(8): 1507-9.
17- Williams J.R. The effects of DHEA on carcinogenesis, onesity, the immune system and aging. Lipids 2000 Mar; 35(3): 325-31.
18- Orner G.A. et al. DHEA is a complete hepatocarcinogen and potent tumor promoter in the absence of peroxisome proliferation in rainbow trout. Carcinogenesis 1998 Dec; 16(12): 2893-8.
19- Josuka H. et al. Psycho-neuro-immunological treatment of hepatocellular carcinoma with major depression. Curr Med res Opin 2003; 19(1): 59-63.
20- Kavanaugh C. et al. The use of genetically altered mice for breast cancer prevention studies. J Nutr 2003 Jul: (7 Suppl): 2404S-2409S.
21- Regelson W. et al. DHEA I : immunologic action. Ann NY Acad Sci 1994 May 31; 719 : 553-563.
22- Green J.E. et al. 2-difluoromethylornithine and DHEA inhibit mammary tumor progression but not mammary or prostate initiation in C3(1)SV40 :t-antigen transgenic mice. Cancer Res 2001 Oct 15; 61(20=: 7449-55.
23- Perkins S.N. et al. Mechanism underlying the antilymphoma activity of DHEA ; studies in murine thymocytes and murine T-cell hybridoma cells. Cancer epidemiology Biomarkers & Prevention. 2002; 11(10): 1233s.
24- Hsu H.C. DHEA sulfotransferase gene expression in human hepatocellular carcinoma : an age-dependant pronostic factor. Proc Am Assoc Cancer Res 1995; 36-208.
25- Osawa E. et al. Chemopreventive of precursor to colon cancer by DHEA. Life Sci 2002 Apr 19; 70(22): 2623-30.
26- Yang S. et al. Antimutagenic activity of DHEA. Zhonghua Zhong Liu Za Zhi. 2002 Mar; 24(2): 137-40.
27- Bulbrook R.D. et al. Relation between urinary androgen and corticoid excrétion and subsequent breast cancer. Lancet 1971 Aug 21; 2(7721): 395-98.
28- McCormick D..L et al. Chemoprevention of hormone-dependent prostate cancer in the Wistar-Unilever rat. Eur Urol 1999 May; 35(5-6): 464-7.
30- Steel N. DHEA and aging. Age Ageing. 1999 Mar; 28(2): 89-91.
31- Ruiz-Torres A. et al. Aging and longevity are related to growth hormone/insuline-like growth factor-1 secretion. Gerontology 2002 Nov;46(6): 401-7.
32- Yoshida S. et al. Antiproliferative action of endogenous DHEA metabolites on human cancer cell lines. Steroids 2003 Jan; 68(1): 73-83.
33- Takayanagi R. et al. DHEA as a possible source for estrogen formation in bone cells : correlation between bone mineral density and serum DHEA-S concentration in postmenopausal women and the presence of aromatase to be enhanced by 1,25-dihydroxyvitamin D3 in human osteoblasts. Mech Ageing Dev 2002 Apr 30; 123(8): 1107-14.
34- Genazzani A.D. et al. Oral DHEA supplementation modulates spontaneous and growth hormone releasing hormone-induced growth hormone and insuline-like factor-1 secretion in early and late postmenopausal women. Fertil Steril 2001 Aug; 76(2): 241-8.
35- Legrain S. et al. DHEA replacement administration : pharmacokinetic and pharmacodynamic studies in healthy elderly subjects. J Clin Endocrinol Metab 2000 Sep; 85(9): 3208-17.
36- Baulieu E.E. et al. DHEA, DHEA-S and aging : contribution of the DHEAge study to a sociobiomedical issue. Proc Natl Acad Sci USA 2000Apr 11; 97(8): 4279-84.

Kostenlos

Danke für Ihren Besuch, bevor Sie uns verlassen

REGISTRIEREN SIE SICH BEI DEM
Club SuperSmart
und profitieren Sie von
exklusiven Vorteilen:
  • Kostenlos: die wöchentliche wissenschaftliche Veröffentlichung "Nutranews"
  • Exklusive Angebote für Clubmitglieder
> Fortsetzen