Accueil  >  DHEA  >  Le débat sur la...
01-06-2004

Le débat sur la DHEA*

Une revue critique des données expérimentales et cliniques (Dernière partie)

Stephen Cherniske : Comme je l'explique dans mon livre, Le Plan métabolique, augmenter la masse musculaire et la densité osseuse tout en réduisant la masse grasse est l'une des clés les plus importantes pour vivre longtemps en bonne santé. En vieillissant, de nombreuses personnes perdent des muscles et gagnent de la graisse. Vous devez comprendre l'importance de l'effet que cela peut avoir sur la qualité de vie. À côté de l'aspect esthétique, qui affecte notre estime de nous-même et notre vision de la vie, l'accumulation de graisse et la perte musculaire entraînent une diminution progressive de la capacité fonctionnelle et une altération très importante du métabolisme du sucre. Plus de 70 % des obèses deviendront diabétiques et le diabète est comme un accélérateur du vieillissement qui produit une dégénérescence rapide de l'organisme et du cerveau.


Naysayer : Maintenant, vous allez me dire que la DHEA prévient le diabète ?

Stephen Cherniske : Eh bien, elle prévient le diabète chez des animaux1 et il existe des preuves indiscutables qu'elle peut réduire le risque de diabète chez l'homme. Nous savons tous que le vieillissement est associé à une diminution du rapport muscle sur graisse et à une réduction de la sensibilité à l'insuline qui conduit souvent à un diabète de type II. Dans des essais cliniques sur l'homme, on a montré que la DHEA améliore la sensibilité à l'insuline et aide à restaurer la masse musculaire2. On sait depuis longtemps que les diabétiques ont des niveaux abaissés de DHEA par rapport à des sujets témoins de même âge3. Plus important encore, de nouvelles recherches montrent que, même chez des sujets en bonne santé, de faibles niveaux de DHEA sont corrélés avec une glycémie élevée suggérant que des déficiences en DHEA contribuent directement à un état diabétique4. Ici une citation provenant de l'une des nombreuses études sur DHEA et vieillissement.
«La supplémentation en DHEA par voie orale ne semble pas causer d'effets secondaires importants et peut prévenir, ou même inverser, certaines maladies liées au vieillissement5

Naysayer : Si la DHEA est sûre et bénéfique, pourquoi y a-t-il au Congrès deux projets de loi qui essaient de l'interdire ? Un de ces projets de loi, le HR 207, a pour objectif de mettre les stéroïdes anabolisants hors de portée des athlètes adolescents. Vous ne tolérez pas l'usage de stupéfiants dans le sport, n'est-ce pas ?

Stephen Cherniske : Bien sûr que non, mais il est absurde de placer la DHEA dans la même catégorie que les stéroïdes anabolisants utilisés par des athlètes et des body-builders. Ce sont les analogues synthétiques de la testostérone qui produisent une croissance musculaire anormale et ont de dangereux effets secondaires. Vous ne pouvez tout simplement pas créer de croissance musculaire anormale avec de la DHEA. Pour cette raison, il n'existe aucune preuve qu'un athlète, quel que soit son âge, ait utilisé de DHEA. L'USOC a commencé à tester l'utilisation de DHEA en 1996. Combien d'infractions ont-ils trouvé ? Aucune. Concernant les sports de haut niveau, un rapport paru dans le journal Clinical Chemistry indique :
«Chez les athlètes, des effets favorables sur les performances ne sont ni documentés ni démontrés. La DHEA est “coupable” en raison de sa position dans la biochimie de la production des hormones sexuelles6

Naysayer : Bien. Certains médecins sont préoccupés par des interactions avec des médicaments de prescription.

Stephen Cherniske : Seules deux interactions possibles ont été identifiées. Les femmes prenant du tamoxifen (un antiœs-trogène) et les hommes traités pour un cancer de la prostate par un bloqueur de testostérone ne voudront pas prendre de DHEA. Ce sont des mises en garde bien connues et dont on a largement parlé dans les médias. D'un autre côté, des études montrent que de nombreux médicaments de prescription altèrent le métabolisme de la DHEA ou réduisent ses niveaux sanguins7. Malheureusement, personne ne semble concerné par ce problème.

Il faut garder en mémoire que les inter-actions néfastes entre les médicaments de prescription sont extrêmement courantes.
Des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) très populaires, incluant l'ibuprofen, ont de multiples interactions néfastes susceptibles de mettre la vie en danger. Encore une fois, la question est de choisir en toute connaissance de cause. Vous ne pouvez pas prendre fait et cause pour un choix informé partout ailleurs et demander l'interdiction de la DHEA parce qu'elle pourrait un jour quelque part faire du mal à quelqu'un.

Je reviens au double standard utilisé pour évaluer la DHEA. Plus de 600 utilisateurs de Viagra sont morts depuis que ce médicament a été autorisé. Personne n'est encore mort d'avoir pris de la DHEA et pourtant des membres du Congrès veulent essayer de l'interdire.

Naysayer : Mais, en fait, c'est un bon dossier. L'action et les effets secondaires du Viagra sont bien connus alors que les effets à long terme de la DHEA ne le sont pas.

Stephen Cherniske : Vous êtes tombé dans le plus grand mythe de tout l'univers de la santé, qui est que les effets à long terme des médicaments de prescription sont connus. Rien ne peut être plus éloigné de la réalité. Une étude, publiée dans le journal de l'American Medical Association, rapporte que « 51 % des médicaments autorisés ont de très sérieux effets secondaires qui n'ont pas été détectés avant leur autorisation de mise sur le marché. » Si l'on prend le Viagra comme exemple, il existe des questions extrêmement troublantes concernant son utilisation sur le long terme. On a montré qu'il déclenche des migraines chez la grande majorité des migraineux. Cela n'a été connu qu'en 2003. De quelle façon ce médicament affecte la santé cardiovasculaire est un débat toujours en cours. Mais, que vous croyiez ou non que le Viagra provoque des infarctus, vous ne pouvez ignorer le grand nombre d'incidents néfastes rapportés associés à ce médicament. Le Journal of the American College of Cardiology a publié une analyse des 13 premiers mois de mise sur le marché du Viagra. Il a trouvé 1 473 réactions adverses majeures rapportées à la FDA, incluant 522 décès, 517 infarctus, 161 arythmies et 119 accidents cérébraux vasculaires. En réalité, bien sûr, ce n'est probablement que la partie émergée de l'iceberg, les réactions néfastes sérieuses au médicament n'étant rapportées à la FDA qu'à seulement 5 %.

Naysayer : Bien, mais que dire des gens sous stéroïdes comme la prednisone ?

Stephen Cherniske : La DHEA ne diminue pas l'efficacité de la prednisone. En fait, elle semble renforcer l'efficacité du traitement par la prednisone en réduisant l'immunosuppression qui lui est associée. Pour cette raison, un nombre croissant de chercheurs et de cliniciens recommande la prise de DHEA en même temps que la prednisone. Des études sur des patients atteints de lupus, normalement traités avec de la prednisone, montrent qu'une supplémentation en DHEA peut réduire les symptômes de façon significative et de nombreux sujets sont capables de réduire, voire d'éliminer, la prednisone8.

Et pendant que nous parlons de maladies chroniques inflammatoires, s'il vous plaît, souvenez-vous que la prise d'un traitement conventionnel avec des corticostéroïdes crée un effet anti-inflammatoire souhaité, souvent suivi d'effets secondaires néfastes incluant immunosuppression, ostéoporose ainsi que la stimulation de cytokines pro-inflammatoires comprenant l'IL-6, le facteur nucléaire kappa B et le facteur de nécrose tumorale (TNF). De récentes recherches montrent que :

1- les niveaux d'IL-6 ont tendance à augmenter avec l'avancée en âge9 ;
2- la DHEA est un puissant inhibiteur des IL-6 chez l'animal et chez l'homme10 ;
3- dans chaque maladie chronique
testée, incluant le lupus systémique érythémateux, la polyarthrite rhumatoïde, la polymyalgie artéritique et les maladies inflammatoires de l'intestin, les niveaux de DHEA et/ou de DHEAS des patients étaient plus bas que chez des témoins en bonne santé11 ;
4- l'administration de DHEA par voie orale montre des promesses significatives dans le traitement des maladies chroniques inflammatoires12.

Naysayer : Mais que se passe-t-il avec des gens subissant une opération chirurgicale ?

Stephen Cherniske : On a montré que le stress chirurgical diminue sérieusement les niveaux de DHEA, laissant le patient dans un état encore plus vulnérable13. L'utilisation post-chirurgicale de DHEA est l'un des usages les plus appropriés de cette molécule de signalisation réparatrice et régénératrice.

Naysayer : Qui d'autre pourrait être candidat pour la DHEA ? Ne me dites pas « 76 millions de baby boomers ». Je veux de la science solide.

Stephen Cherniske : Près de 19 millions d'Américains souffrant de dépression. C'est presque 10 % de la population adulte.

Naysayer : Les études montrent que des individus dépressifs ont des niveaux de DHEA beaucoup plus bas que des témoins en bonne santé.

Oui, c'est exact. De nombreuses études montrent que la DHEA a de profonds effets bénéfiques antidépresseurs. Ici, un exemple :
«Un rapport élevé cortisol/DHEA peut être un marqueur de l'état de maladie dépressive et pourrait contribuer aux déficits associés d'apprentissage et de mémoire. L'administration de DHEA pourrait réduire les déficits neurocognitifs dans les dépressions majeures.»
Nous savons maintenant que le cerveau fabrique de grandes quantités de DHEA. En fait, les concentrations de DHEA dans le cerveau sont beaucoup plus élevées que dans le plasma. Et tout comme les niveaux sanguins, les niveaux cérébraux de DHEA chutent de façon importante avec l'avancée en âge14. La DHEA est maintenant reconnue comme un neurostéroïde d'importance critique, jouant un rôle actif dans le fonctionnement des neurotransmetteurs, de la mémoire et de la cognition. Et bien que je ne sois pas en train de suggérer que la DHEA puisse traiter la maladie d'Alzheimer, il est certainement intéressant de noter que les niveaux de DHEA dans les cerveaux de patients atteints de maladie d'Alzheimer sont beaucoup plus bas que dans ceux de témoins en bonne santé du même âge15. Une étude rapportée dans le Journal of Endocrinology Investigations explore le mécanisme par lequel la DHEA pourrait bloquer les effets toxiques des hormones du stress et conclut que le vieillissement étant associé à une augmentation du stress, la DHEA pourrait bien avoir des effets bénéfiques sur le vieillissement normal du cerveau16. Un rapport dans le World Journal of Biological Psychiatry conclut que restaurer l'équilibre hormonal dans le cerveau par une supplémentation en DHEA pourrait réduire significativement le risque de nombreuses maladies psychiatriques17.

Plus important encore, la région du cerveau la plus vulnérable à la dégénération liée au vieillissement est l'hippocampe. Chez des personnes âgées en bonne santé, on a observé une corrélation directe entre le volume de l'hippocampe et les niveaux de DHEA18. Des études sur animaux ont montré qu'une supplémentation en DHEA non seulement protégeait l'hippocampe des dommages du stress liés aux hormones mais, aussi, favorisait la réparation anabolique des tissus nerveux et, même, la formation de nouveaux neurones. Une étude récemment publiée dans le European Journal of Neuroscience conclut :
«Ces résultats montrent que la DHEA, un stéroïde qui joue un rôle très important dans l'environnement sanguin et cérébral de l'homme mais qui diminue beaucoup avec l'âge et pendant des troubles dépressifs sévères, régule la neurogenèse dans l'hippocampe et module l'effet inhibiteur de l'augmentation des stéroïdes sur la formation de nouveaux neurones et sur leur survie19
Dans d'autres domaines de la santé mentale, on a constaté que les niveaux de DHEA étaient directement corrélés à de meilleurs scores de symptômes dans un groupe de patients schizophrènes. Les auteurs notent :
«Des niveaux plus élevés de DHEA étaient associés de façon significative à des indices de symptômes plus faibles, à de meilleures performances sur certaines mesures de la mémoire et de plus faibles indices de symptômes parkinsoniens.»
Un essai clinique de suivi, sur l'homme, contrôlé contre placebo, publié dans les Archives of General Psychiatry rapporte qu'une supplémentation en DHEA produit des effets bénéfiques significatifs chez des patients schizophrènes20.

Étienne-Émile Baulieu, un des plus grands biochimistes du monde et le principal chercheur travaillant sur la DHEA, note dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism :
«La logique plaide en faveur d'une administration orale de DHEA à une dose apportant ce que l'on appelle des niveaux sanguins de DHEA de “jeunesse” et des concentrations de T/DHT et E2 pas supérieures à celles de personnes normales âgées de 30 à 40 ans. Les calculs basés sur les rythmes de production, l'interconversion entre DHEA et DHEAS ainsi que sur des études métaboliques suggèrent que des doses de supplémentation de 25 à 50 mg une fois par jour sont capables de répondre à ces deux impératifs21

Naysayer : Je dois dire que toutes les données que vous m'avez communiquées m'ont surpris, particulièrement celles concernant le rôle anticancéreux potentiel de la DHEA. Mais il y a un point fondamental que nous n'avons pas abordé, que l'on pourrait appeler le débat de la loi naturelle. Les niveaux de DHEA culminent à la fin de la troisième décennie de la vie et ensuite déclinent progressivement. Je pense qu'il y a probablement une bonne raison à cela et qu'en manipulant les niveaux de cette puissante hormone nous pourrions avoir des conséquences imprévues, peut-être beaucoup plus tard dans la vie. La plupart des médecins que je connais partagent cet avis et recommandent pour cette raison à leurs patients d'attendre que des études concluantes de longue durée aient été réalisées.

Stephen Cherniske : Ce que vous appelez la «loi naturelle» pourrait aussi s'appeler argument pour ne rien faire ou «ne touchez pas à mère nature», tous deux sont plus romantiques que scientifiques. Les médecins auxquels vous faites référence touchent à mère nature tous les jours. Mère nature crée des infections qui tuent des gens. Des médecins prescrivent des antibiotiques pour les garder en vie. Le cholestérol est purement naturel et ses niveaux sanguins augmentent avec l'âge mais l'année dernière les médecins ont écrit plus de 80 millions de prescriptions pour abaisser le cholestérol. Le diabète est naturel mais il est traité par une hormone, l'insuline. Nous touchons constamment à mère nature pour prévenir la mort et maintenir la qualité de vie. Et à ce propos, une revue portant sur une année, réalisée par le Bureau américain de l'évaluation des technologies, a trouvé que la sécurité et l'efficacité de seulement 20 à 30 % de toutes les procédures utilisées en pratique médicale avaient été démontrées par des essais cliniques contrôlés22.

En d'autres termes, les professionnels de santé sont très à l'aise avec ce que l'on appelle le ratio risque/satisfaction ou effets bénéfiques versus possibles effets secondaires. C'est facile, lorsque vous traitez une infection mettant la vie en jeu, une maladie mortelle ou une tumeur enlevée chirurgicalement. Dans ces situations, toucher à mère nature n'est pas une préoccupation.

Je veux simplement suggérer que, le vieillissement contribuant directement à pratiquement tous les états pathologiques, il semble sensé de traiter le vieillissement avant l'émergence des signes et des symptômes. Des études montrent que le signal hormonal (ACTH) produit par une robuste réponse de la DHEA chez des personnes jeunes est significativement émoussé chez des hommes et des femmes âgées23. Restaurer les niveaux de DHEA n'a pas un effet magique mais devrait faire partie intégrante de tout effort anti-âge sensé.

Les « naysayers » nous disent d'attendre d'avoir davantage d'informations alors qu'ils ignorent la montagne de données cliniques et scientifiques dont nous disposons déjà. Pour résumer :


1- La DHEA est l'hormone circulante la plus abondante dans le corps humain et elle influe sur plus de 150 fonctions anaboliques (réparation) connues à travers l'organisme et le cerveau.
2- À partir d'environ 28 ans, les niveaux de DHEA commencent à décliner et cette perte de conducteur anabolique s'accélère avec l'avancée en âge, de telle sorte que vers 70 ans la plupart des gens ne produisent plus que 10 à 15 % de la DHEA qu'ils fabriquaient pendant leurs vingt ans.
3- Des niveaux élevés de DHEA sont fortement associés à la longévité.
4- De faibles nivaux de DHEA sont associés à la dépression, à la démence, à l'obésité, au diabète, à l'asthme, à des maladies auto-immunes, à l'ostéoporose et à une augmentation des risques de cancer et de maladie cardiovasculaire.
5- De faibles niveaux de DHEA sont également associés à une augmentation de la mortalité dans un certain nombre d'états pathologiques. Une étude a montré qu'une DHEA basse est associée à une augmentation du risque de mort quelle qu'en soit la cause24.
6- Notre production de DHEA peut être déterminée de façon fiable en mesurant la DHEAS dans le sérum ou des métabolites de DHEA dans un échantillon d'urine (l'index anabolique/catabolique ou ACI). Ce test s'est vu accorder un brevet, l'article de méthodologie a été publié dans le Journal of Chromatography et l'étude de corrélation avec l'âge a été publiée dans l'International Journal Spectroscopy. Le test ACI fournit une vision photographique du conducteur anabolique et est un biomarqueur pertinent du vieillissement25.
7- Par opposition à ce qui est «normal» dans la population vieillissante, les endocrinologues les plus importants pensent qu'une restauration optimale de l'énergie anabolique (véritable antivieillissement) sera obtenue en maintenant la DHEA aux niveaux de ceux d'une personne en bonne santé de 30 ans26.
8- À partir d'une dose orale, la DHEA est facilement absorbée.
9- La plupart des études sur l'homme ont utilisé une dose de 50 mg/jour (la plus élevée de l'éventail des doses physiologiques) bien que des effets cliniquement bénéfiques puissent être obtenus avec une dose aussi faible que 10 mg par jour.
10- Il n'y a aucune preuve - clinique ou expérimentale - associant une supplémentation en DHEA à dose physiologique à un quelconque effet fâcheux en dehors de la production bien connue, chez un petit pourcentage de femmes, d'une peau huileuse et d'acné.

 

Mon commentaire final se rapporte à votre idée selon laquelle le déclin des niveaux de DHEA constitue une partie naturelle et nécessaire du processus de vieillissement. C'est de la pure spéculation. Encore plus indiscutable est le fait que la recherche montre que le déclin progressif des niveaux de DHEA résulte d'une athérosclérose progressive qui réduit la fourniture d'oxygène et de glucose à la région surrénale (la zone réticulée) où la DHEA est synthétisée27. Vous comprenez certainement les conséquences d'une diminution de l'apport sanguin au cœur et au cerveau (infarctus et accidents vasculaires cérébraux).

Les vaisseaux sanguins conduisant à ces organes sont beaucoup plus larges (et moins convolutés) que ceux conduisant aux surrénales, il est difficile de voir de quelle façon le raidissement et le blocage des artères peut affecter la production de la DHEA. Ainsi, loin d'être une partie «naturelle» du processus de vieillissement, le déclin de la synthèse de la DHEA semble un aspect méconnu de la pathologie cardiovasculaire.


1- Acki K. et al. Prevention of diabetes, hepatic injury, and colon cancer with DHEA. J Steroid Biochem Mol Biol. 2003 Jun; 85(2-5): 469-72.
2- Villereal D.T. et al. Effects of DHEA replacement on bone mineral density and body composition in elderly women and men. Clin Endocrinol Metabs (Oxf) 2000 Nov; 53(5): 561-8.
Kawano H. et al. DHEA supplementation improves endothtelial function and insulin sensitivity in men. J Clin Endocrinol Metab. 2003 Jul; 88(7): 3190-5.
3- Ando S. et al. Androgen plasma levels in male diabetics. J Endocrinol Invest.1985; 7: 21-4.Barrett-Conner E. Lower endogenous androgen levels and dyslipidemi in men with
noninsulin-dependent diabetes mellitus. Ann Intern Med 192; 117: 807-11.
4- Thomas N. et al. Relationship between age, DHEAS and plasma glucose in healthy men. Age aging. 1999. Mar; 28(2):217-20.
5- Steel N. DHEA and aging. Age aging. 1999. mar; 28(2): 89-91.
6- Johnson R. Abnormal testosterone: epitestosterone ratios after DHEA supplementation. Clin Chemistry. 1999; 45: 163-4.
7- Salek F.S. et al. The influence of hormones and pharmaceutical agents on DHEA and DHEAS concentrations : a review of clinical studies. J Clin Pharmacol 2002 Mar; 42(3): 247-66.
8- Petri M.A. et al. Effects of prasterone on corticosteroid requirements of women with systemic lupus erythematosus; a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. Arthritis Rheum. 2002 Jul; 46(7): 1820-9.
9- Zietz B. et al. Differential aged-related changes of hypothalamus-pituitary-adrenal axis hormones in healthy women and men: a role of interleukin-6. Exp Clin Endocrinol Diabetes. 2001; 109(2): 93-101.
10- Straub R.H. et al. Serum DHEA and DHEAS are negatively correlated with serum interleukin-6(IL-6) and DHEA inhibits IL-6 secretion from mononuclear cells in man; possible link between endocrinosenescence and immunosenescence. J Endocrinol Metab. 1998 Jun; 83(6): 2012.7
11- Straub R.H. et al. DHEA in relation to other adrenal hormone during an acute inflammatory stressful disease state compared with chronic inflammatory disease: role of interleukin-6 and tumor necrosis factor. Eur J Endocrinol 2002 Mar; 146(3); 365-74.
12- Straub R.H. et al. Replacement therapy with DHEA plus corticosteroids in patients with chronic inflammatory disease - substitutes of adrenal and sex hormones. Z Rheumatol 2002 April; 29(4): 748-56.
13- Osorio A. et al. DHEAS and growth axis hormones in patients after surgery. World J Surg. 2002 Sept; 26(9): 1079-82. Epub 2002 Aug 16.
14- Giordano R. et al. Elderly subjects show severe impairement of DHEAS and reduced sensitivity of cortisol and aldosterone response to stimulatory effect of ACTH. Clin Endocrinol (Ixf) 2001 Aug; 55(2): 259-65.
15- Weill-Engerer S. et al. Neurosteroid quantification in human brain regions; comparison between Alzheimer's and non-demented patients. J Clin Endocrinol Metab 2002 Nov; 87(11): 5138-43.
16- Valenti G. Andrenopause: an imbalance between DHEA and cortisol secretion. J Endocrinol Invest. 2002; 25(10 Suppl): 25-35.
17- Wolkowitz O.M. et al. Antidepressant and cognition-enhancing effects of DHEA in major depression. Biological Psychiatry. 1995 Dec 29; 774: 337-9
18- Magri F. et al. Association between changes in adrenal secretion and cerebral morphometric correlates in normal aging and senile dementia. Dement Geriatr Cogn Disord. 2000 Mar-Apr; 11(2); 90-9.
19- Karishma K.K. et al. DHEA stimulates neurogenesis in the hippocampus of the rat, promotes survival of newly formed neurons and prevents corticosterone-induced suppression. Eur J Neurosci. 2002 Aug; 16(3): 445-53.
20- Strous R.D. et al. DHEA augmentation in the management of negative, depressive and anxiety symptoms in schizophrenia. Arch Gen Psychiatry. 2003 Feb; 60(2): 133-41.
21- Baulieu E.E. DHEA, a fountain of youth? J Clin Endocrinol Metab. 1996 Sep; 81(9): 3147-51.
22- Office of Tehnology Assessment, US Congress. Assessing the efficacy and safety of medical technologies. Washington DC: Office of Technology Assesment, US Congress; 1978.
23- Giordano R. et al. Elderly subjects show severe impairment of DHEAS and reduced sensitivity of cortisol and aldosterone response to the stimulatory effect of ACTH. Clin Endocrinol (Oxf) 2001 Aug; 55(2): 259-65.
24- Barret-Connor E. et al. A prospective study of DHEAS, mortality and cardiovascular disease. N Engl J Med 1996 Dec 11; 315: 1519-24.
25- Jia Q. et al. Measurement and quantification of 17 ketosteroid-sulfates as a biomarker of biological age. US Patent 6,326,209 B1, Dec 4 2001.
Jia Q. et al. Quantification of urine 17-ketosteroid sulfates and glucoronides by high performance liquid chromatography-ion trap mass spectroscopy. Journal of Chromatography B, Biomed Sci Appl. 2001 Jan 5; 705(1): 81-91.
Jia Q. et al. Quantification of urine 17-ketpsteroid sulfates and their age correlation. Spectroscopy. 2002; 16: 171-81.
26- Baulieu E.E. et al. DHEA, DHEAS and aging: contribution of the DHEAge study to a sociobiomedical issue. Proc Natl Acad Sci USA. 2000 Sep; 85(9): 3208-17.
27- Roberts E. The importance of DHEAS in the blood of primates ; a longer and healthier life ? Biochem Pharmacol. 1999 Feb. 15;57(4): 329-46
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
DHEA 25 mg

La dose optimale pour compenser, chez la femme, des niveaux insuffisants.

www.super-nutrition.com
DHEA 50 mg

La dose optimale pour compenser, chez l'homme, des niveaux insuffisants.

www.super-nutrition.com
7-Keto™ 25 mg

Le métabolite le plus sûr et plus efficace de la DHEA

www.super-nutrition.com
7-Keto™ 25 mg 150

Pureté supérieure à 99 %
Conditionnement économique !

www.super-nutrition.com
DHEA 25 mg 150

Conditionnement plus économique !

www.super-nutrition.com
DHEA 50 mg 150

Conditionnement plus économique !

www.super-nutrition.com
7-Keto™ 100 mg

Le dosage brûleur de graisses de la 7-keto™ DHEA

www.super-nutrition.com
A découvrir aussi
01-11-2017
L'extrait de racine d'ortie bénéfique pour la...
L'extrait de racine d'ortie (Urtica dioica) est largement utilisé en Europe pour traiter l'hypertrophie de la prostate. Plus de 20 études cliniques ont démontré que,...
Lire plus :
31-03-2018
Prostate : Ah, si les hommes savaient...
Alors que les femmes savent qu’elles devront, un jour ou l’autre, passer le cap de la ménopause, les hommes ignorent tout de ce qui les...
Lire plus :
22-08-2018
Messieurs, prenez soin de votre prostate !
Parmi les compléments reconnus pour limiter l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) s’érigent en maîtres incontestés des extraits de plantes et des nutriments ayant fait...
Lire plus :
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer