Accueil  >  Ostéoporose  >  L'ostéoporose - Une épidémie...
01-06-2010

L'ostéoporose - Une épidémie silencieuse

Entretien avec le Dr Katherine L. Tucker
Professeur titulaire d'une chaire en sciences de la santé Northeastern University, Boston, Massachussetts, États-Unis

Dr TuckerL'ostéoporose est souvent appelée « l'épidémie silencieuse » parce que le seul signe que vous en souffrez (en l'absence d'ostéodensitométrie) est la fracture elle-même. C'est une épidémie en expansion qui constitue un problème majeur de santé publique. Entre 1990 et 2000, dans le monde, le nombre de fractures de la hanche a pratiquement augmenté de 25 % et on a enregistré neuf millions de nouvelles fractures ostéoporotiques1.
Les femmes représentent plus de 80 % des diagnostics d'ostéoporose2, avec des statistiques montrant qu'une femme sur trois de plus de 50 ans, contre un homme sur cinq, aura un jour une fracture ostéoporotique3. La hanche, le poignet et la colonne vertébrale sont les sites les plus fréquents de fractures et, chez les personnes âgées, les fractures de la hanche sont associées à la mortalité dans 15 à 20 % des cas4. En fait, certains patients interviewés après une fracture de la hanche ont indiqué qu'ils auraient préféré mourir plutôt que d'affronter la douleur et le handicap qui ont suivi !5
Le Dr Katherine L. Tucker est professeur et titulaire d'une chaire du département des sciences de la santé à l'université Northeastern, dans le Massachussetts, aux États-Unis. Elle a passé une part significative de sa carrière à étudier cette maladie : ses causes, ses effets et, plus important encore, sa prévention.

Nutra News : L'ostéoporose est de plus en plus fréquente. En sommes-nous responsables ?

Dr Tucker : L'ostéoporose est très intéressante parce que, pour la santé des des os, l'accent a été mis très longtemps seulement sur le calcium. Pour cette raison, aux États-Unis, nous avons une consommation recommandée de calcium bien plus élevée que la plupart des gens n'importe où ailleurs dans le monde : 1 200 mg par jour. D'après moi, cela provient d'une erreur dans la compréhension des causes principales de l'ostéoporose.
Aux États-Unis, la qualité de notre alimentation a décliné et cela a eu une incidence sur l'environnement physique de notre organisme. Aujourd'hui, nous vivons sur un apport d'aliments transformés, avec peu d'activité physique, laquelle est importante pour les os (en même temps cela contribue à la prise de poids) et donc nous voyons davantage de cas d'ostéoporose. Dans les essais, charger les os ostéoporotiques avec davantage de calcium a amélioré la densité osseuse, de telle sorte que la réponse était aussi simple que « donner davantage de calcium ». Mais en fait, les études ont montré que si tout le reste dans l'environnement de l'organisme est sain et en équilibre, les besoins en calcium ne sont pas aussi élevés. L'os est un tissu vivant constamment dégradé et reconstruit. Il est extrêmement sensible à un bon environnement dans l'organisme.
L'ostéoporose est une maladie silencieuse, à la différence de l'hypertension ou du diabète qui peuvent être facilement améliorés par les médecins. Une fracture de la hanche est un événement dévastateur et de nombreuses personnes en sous-estiment le risque. Après une fracture de la hanche, un grand nombre de personnes (particulièrement les personnes âgées) deviennent handicapées ou incapables de marcher. Cela a pour résultat un excès de mortalité car une fois que vous avez une fracture de la hanche et êtes immobile, un grand nombre de processus commencent à décliner. C'est très grave.
osteoporoseComment la prévenir ? Et bien, cela fait maintenant longtemps que nous observons ceci dans la Framingham Osteoporosis Study (l'étude Framingham de l'ostéoporose). Nous avons débuté avec une cohorte plus ancienne, le groupe qui avait participé à la Framingham Heart Study 6 (l'étude Framingham du cœur) et poursuivi avec un nombre encore plus important (près de 4 000 descendants des participants de la cohorte originelle), avec un âge variant de 35 ans jusqu'à environ 80 ans actuellement. Nous avons été capables de démontrer que toute une variété de nutriments et la qualité de l'alimentation dans son ensemble sont sensiblement associées à la perte osseuse et aux fractures. Nos travaux ont montré que les besoins de l'organisme pour avoir une bonne densité osseuse vont bien au-delà du simple calcium ou même du calcium et de la vitamine D. C'est un fait qui, jusqu'à il y a encore peu, a été sous-estimé.
Le calcium aide à réguler l'acidité du sang. Notre alimentation fortement raffinée a tendance à apporter une charge acide à notre organisme. Cet environnement acide incite l'organisme à extraire le calcium du sang pour le neutraliser, le détournant de son rôle essentiel dans la construction osseuse. Une alimentation fortement raffinée (les aliments riches en graisse, et ceux à base de farine n'ont pas une très forte densité en nutriments) ne vous apporte pas suffisamment de magnésium ou de potassium (deux minéraux alcalins qui aident à équilibrer l'acidité de l'organisme). De plus, le magnésium s'incorpore aux os et favorise leur force. Il est largement distribué dans les cellules de toute une variété d'aliments frais complets, incluant la viande et les céréales complètes. Le potassium provient essentiellement des légumes et fruits frais et des produits laitiers. Il est important de noter que les protéines contribuent à créer un environnement acide dans des études de courte durée. Cependant, les protéines et d'autres nutriments dans des aliments à base de protéines protègent les os et il n'est donc pas conseillé d'éviter les protéines mais plutôt d'ajouter à l'alimentation d'autres sources de qualité de magnésium et de potassium.

Nutra News : Certains médicaments n'ont-ils pas été cités comme des causes potentielles de l'ostéoporose ?

Dr Tucker : Encore une fois, c'est tout l'ensemble de l'environnement de l'organisme qui entre en ligne de cause. Mais il est certain que nombre de médicaments donnés pour d'autres maladies peuvent avoir l'effet de drainer certains nutriments pour leur métabolisme.
Ainsi, par exemple, certains médicaments du diabète affectent le statut en vitamines B. Et le statut en vitamines B est l'un des nouveaux jeux de nutriments que d'autres chercheurs et nous-mêmes avons montré être également en liaison avec les os. Par exemple, les folates et la vitamine B12 sont indispensables à la méthylation de l'ADN qui, à son tour, est nécessaire à la reconstruction osseuse. De faibles niveaux de vitamines B sont responsables d'une homocystéine élevée qui affecte la formation du collagène. Il existe tellement de processus qui ont une incidence sur les os que tout bouleversement peut avoir cet effet. Même les antiacides sont associés à une vitamine B12 basse et peuvent affecter la méthylation de l'ADN.

Nutra News : Qui est le plus à risque ?

hypertensionDr Tucker : Tout le monde est à risque. Une des choses que nous avons constatées est que c'est seulement depuis peu que de sérieuses études sont faites sur des hommes atteints d'ostéoporose. C'est certainement plus courant chez les femmes ménopausées, à cause des modifications de l'exposition aux œstrogènes qui accélèrent l'ensemble du processus de remodelage osseux. Mais aucune personne ne devrait penser qu'elle est indemne. L'ostéoporose est en fait répandue dans tous les groupes.

Nutra News : Différentes maladies ont été associées à l'ostéoporose, comme l'hyperthyroïdie, le diabète… Ce lien est-il simplement un mauvais environnement dans l'organisme ou y a-t-il davantage de liens directs ?

Dr Tucker : Cela fait actuellement l'objet d'études et se révèle très intéressant. Une grande partie est liée au mauvais environnement de l'organisme. Si vous n'avez pas une bonne nutrition ou une bonne activité physique, des processus dans votre organisme négativement impactés peuvent avoir une incidence variable sur toutes ces maladies chroniques. Aussi, lorsque vous ne prenez pas soin de vous-même et n'avez pas un style de vie sain, vous vous exposez aux risques de toutes ces maladies : diabète, maladies cardiaques, hypertension. Par exemple, peu de potassium et beaucoup de sodium contribuent à l'hypertension et à la perte osseuse.
Le passé familial est également un facteur. Selon leur caractère génétique, des individus pourraient être plus vulnérables que d'autres à certains de ces cheminements pathologiques. Les interactions gènes/alimentation sont réellement fascinantes. Elles commencent seulement à être découvertes et ne sont pas encore claires car elles varient selon les populations. La recherche avance à grands pas et nous sommes en train de voir que des choses affectant certaines personnes ne vont pas avoir d'incidence sur d'autres, selon le polymorphisme génétique de chacun. Ce qui est fascinant c'est que cela explique aussi certaines absences de clarté des effets nutritionnels dans les populations. Deux personnes peuvent faire exactement les mêmes choses et alors que l'une des deux aura un effet tout à fait négatif l'autre ne l'aura pas, en fonction de leurs caractéristiques génétiques. Dès que nous aurons davantage d'informations dans ce domaine, nous serons capables de clarifier un peu plus.

Nutra News : Les articles que vous avez publiés examinent un grand nombre de micronutriments pour leurs effets protecteurs sur les os. Quels sont ceux que vous diriez être critiques ?

Dr Tucker : Sans donner une liste exhaustive, je dirais que les basiques devraient inclure le calcium, la vitamine D, le potassium, le magnésium, la vitamine B12, les caroténoïdes et la vitamine C.
Les caroténoïdes, que l'on trouve dans les fruits et les légumes, sont associés à des propriétés anti-inflammatoires et l'inflammation peut également être néfaste. La vitamine C, nous avons trouvé que des niveaux vraiment élevés de vitamine C produisaient un effet positif et que pour cela la supplémentation était utile.

Nutra News : De façon intéressante, vos études semblent démontrer qu'un caroténoïde, le lycopène, était plus protecteur chez les femmes tandis que la vitamine C avait plus d'effets bénéfiques chez les hommes7.

Dr Tucker : Nous devons être prudents car nous n'avons observé cela que dans une seule étude. Nous aurions pu voir un résultat plus élevé car il y avait de grandes différences de consommation d'un groupe à l'autre. Aussi ne pouvons-nous pas expliquer totalement cette différence. Mais je peux dire que, pendant toutes les années où j'ai observé cela, nous avons fréquemment vu que certains nutriments avaient des effets plus forts chez les hommes, ou chez des femmes non ménopausées versus des femmes ménopausées. Cela est probablement dû à tout un éventail de choses qui, simplement, ne sont pas équilibrées de la même façon dans ces groupes particuliers, en raison de leur alimentation, de leurs autres activités ou de leurs niveaux d'œstrogènes. Il y a des choses que nous ne pouvons pas expliquer complètement aujourd'hui mais, dans l'ensemble, les différences sont en fait des différences de degrés. Tous ont ressenti des effets bénéfiques mais à des degrés différents.

Nutra News : Une fois que l'ostéoporose est diagnostiquée, est-il possible d'inverser les dommages ?

Dr Tucker : Aux premiers stades, vous pouvez réellement créer une grande différence grâce à l'alimentation. Avec le temps, c'est la perte osseuse qui est un réel problème et vous pouvez ralentir la perte osseuse avec une bonne alimentation. Pendant les années de l'étude Framingham, nous avons vu que des individus recevant des nutriments appropriés avaient une très faible perte osseuse par rapport à ceux consommant peu de nutriments. Donc, l'alimentation peut faire la différence. Une fois atteint d'ostéoporose, pouvez-vous la guérir uniquement avec l'alimentation ? Probablement non. Dans une certaine mesure, vous pouvez faire beaucoup pour améliorer le statut osseux avec l'alimentation et de la musculation. Certains médicaments sont efficaces pour la reconstruction osseuse, mais manifestement la meilleure chose à faire est avant tout de prévenir la perte osseuse.
L'autre chose que je n'ai pas mentionnée est que ce que vous buvez affecte également l'environnement de votre organisme. Notre recherche sur l'étude Framingham a fortement montré que les boissons à base de cola sont associées à une faible densité minérale osseuse chez les femmes 8. Pourquoi cela semble-t-il affecter davantage les femmes que les hommes ? La réponse, je pense, est que les femmes ont de plus petits os et que si elles boivent du cola, cela constitue une plus grande proportion de leur consommation, de telle sorte que les effets sont plus forts et qu'il est plus facile de les voir. Cela doit avoir un effet sur les hommes, mais simplement il doit être moins important.

Nutra News : Pouvons-nous influer sur l'ostéoporose juste avec l'alimentation ou avons-nous besoin d'autres sources de nutriments parce que les aliments sont devenus plus pauvres en nutriments ?

Dr Tucker : C'est une bonne question à laquelle nous n'avons pas de réponse claire. Actuellement, la plupart des suppléments recommandés pour l'ostéoporose sont le calcium, avec la vitamine D et le magnésium. Vous avez réellement besoin de ce magnésium parce qu'il interagit avec le métabolisme du calcium.
ostéoporoseMais je dois souligner qu'il n'est pas suffisant de prendre seulement un supplément. Vous avez besoin de tout : l'alimentation, la musculation et, si vous êtes arrivé à ce point, vous avez besoin de prendre les traitements nécessaires. Vous avez réellement besoin d'être suivi de près par votre médecin.
Personnellement, je crois que vous devriez prendre des suppléments si vous présentez des déficiences. Je prends de la vitamine D parce que j'ai vérifié mon niveau sérique et qu'il est bas au cours de l'hiver à Boston. Il y a eu tellement de recherches sur la vitamine D et elle semble être associée à tellement de maladies chroniques différentes. Son niveau semble très bas maintenant chez de nombreuses personnes parce que les gens utilisent des protections contre le soleil en été et restent à l'intérieur, mais pendant les mois d'hiver la lumière du soleil n'est pas très efficace. Je recommande que les gens testent leur taux de vitamine D et, si le niveau est bas, qu'ils prennent de la vitamine D en hiver et au printemps.

Nutra News : Pour résumer, quelles sont les mesures que nous devons prendre pour espérer prévenir l'ostéoporose ?

Dr Tucker : Exercice physique, bonne alimentation, éviter le coca et les aliments transformés. L'autre aspect dont nous n'avons pas encore parlé, qui est toujours controversé, c'est le rôle de l'alcool. Comme les protéines animales, l'alcool est un autre sujet sur lequel les gens entendent dire des choses et se forment une opinion absolue. Les alcooliques ont de l'ostéoporose - manifestement, si vous êtes alcoolique, vous aurez un environnement fluide corporel négatif. Vous aurez un niveau élevé d'éthanol et peu de nutriment et donc, manifestement, boire trop est mauvais. Dans le passé, nous en avons conclu que l'alcool est mauvais et que si vous avez de l'ostéoporose vous ne devriez pas boire.
Cependant, nos travaux ont montré très clairement qu'une consommation modérée d'alcool est en fait l'une des plus puissantes variables associées à une densité osseuse élevée ! Les femmes buvant de un à trois verres de vin par jour ont une densité osseuse plus élevée. C'est une courbe en forme de U qui signifie que, au-dessus de deux verres par jour, particulièrement d'alcool fort, la densité osseuse descend. Mais ce qui est réellement démontré c'est qu'un à deux verres de vin ou de bière sont protecteurs.
Avant tout, l'alcool a tendance à être œstrogénique et stimule donc l'activité de type œstrogène et, ainsi, est protecteur chez les femmes ménopausées (pas autant chez les femmes non ménopausées). Chez les femmes ménopausées, lorsque le turnover osseux est rapide et changeant, nous sommes capables de voir les modifications très nettement. Maintenant, l'alcool fort est raffiné, c'est seulement de l'alcool, alors qu'en plus de l'alcool, la bière et le vin contiennent également des composants des aliments à partir desquels ils sont produits. Comme nous le savons, on a montré que le resvératrol du vin est bénéfique pour de nombreuses choses et il doit être probablement bénéfique pour les os aussi. En ce qui concerne la bière, nous avons travaillé avec un groupe du Royaume-Uni qui étudie le silicium. Le silicium est un minéral qui n'a pas reçu beaucoup d'attention de la part des nutritionnistes. Pourtant, le silicium est important pour le développement des os et du tissu conjonctif et il a tendance à être très bien absorbé sous forme liquide. La bière est une source majeure de silicium pour les hommes. Ainsi, les propriétés protectrices de la bière peuvent être en partie dues au silicium et en partie à d'autres phytonutriments provenant du houblon et des graines et, dans une moindre mesure, à l'effet œstrogénique de l'alcool lui-même.
Il est toujours délicat d'informer les gens à ce propos sans apporter en contrepartie des démentis évidents ! Souvenez-vous que l'organisme a besoin d'équilibre en toutes choses. Les protéines et l'alcool, c'est bien - avec modération - et aussi longtemps que les autres choses (bonne alimentation équilibrée et bon style de vie) sont respectées.

 

 

Katherine L. Tucker

Professeur titulaire d'une chaire des sciences de la santé
École des professions de santé
Collège Bouve des sciences de la santé
Université Northeastern, Massachussetts, USA

Formation
PhD, sciences de la nutrition, Université Cornell
BSc, sciences de la nutrition, Université du Connecticut

Spécialisations
Épidémiologie de la nutrition, nutrition et santé publique

Sujets de recherche
Santé et alimentation ; disparités de santé, statut nutritionnel des populations.
Publications :(sélectionnées parmi plus de 200)
• Sahni S., Hannan M. T., Blumberg J., Cupples A., Kiel D. P., Tucker K. L., « Inverse association of carotenoid intakes and 4-year change in BMD in elderly men and women : the Framingham Osteoporosis Study. » Am. J. Clin. Nutr. 2009 ; 89:416-24.
• Sahni S., Hannan M. T., Gagnon D., Blumberg J., Cupples A., Kiel D. P., Tucker K. L., « High vitamin C intake is associated with lower 4-year bone loss in elderly men. » J. Nutr. 2008 138 : 1931-1938.
• Tucker K. L., « Nutritional Epidemiology », pages 750-754 in Boslaugh S. (ed.) Encyclopedia of Epidemiology 2, 2008 : Sage Publications, Los Angeles CA. ISBN : 978-1-4129-2816-8.
• 19. Newby P. K., Maras J., Bakun P., Muller D., Ferrucci L., Tucker K. L., « Intake of whole grains, refined grains and cereal fiber measured with 7-d diet records and associations with risk factors for chronic disease. » Am. J. Clin. Nutr. 2007 ; 86:1745-53.
• Buell J., Arsenault L., Scott T., Qiu W., Rosenberg I., Folstein M., Tucker K. L., « Multivitamin use and B vitamin status in a homebound elderly population. » J. Nutr. Health Aging 2007 ; 11:299-303.
• Tucker K. L., « Assessment of usual dietary intake in population studies of gene-diet interaction. » Nutr. Metab. Cardiovasc. Dis. 2007 ; 17:74-81.

-----------------------------------------------------------------

Références :

1. Johnell O. and Kanis J. A., « An estimate of the worldwide prevalence and disability associated with osteoporotic fractures », Osteoporos Int., 2006, 17:1726.
2. National Osteoporosis Foundation. Physician's guide to prevention and treatment of osteoporosis. Washington DC : National Osteoporosis Foundation ; 2003.
3. Melton L. J., 3rd, Atkinson E. J., O'Connor M. K., et al., « Bone density and fracture risk in men », J. Bone Miner Res. 1998, 13:1915. 3. Melton L. J., 3rd, Chrischilles E. A., Cooper C., et al., « Perspective. How many women have osteoporosis? », J. Bone Miner Res., 1992, 7:1005. 4. Kanis J. A., Johnell O., Oden A., et al. Long-term risk of osteoporotic fracture in Malmo. Osteoporos Int., 2000, 11:669.
4.
www.medscape.com : Author : Moira Davenport, MD, Attending Physician, Departments of Emergency Medicine and Orthopedic Surgery, Allegheny General Hospital. Updated : May 12, 2010.
5. National Osteoporosis Society UK : www.nos.org.uk
6. Note de l'éditeur : The Framingham Heart Study est une étude de longue durée, en cours, longitudinale sur des habitants de la ville de Framingham, Massachusetts. L'étude a commencé en 1948 avec 5 209 sujets adultes de Framingham, et en est actuellement à la troisième génération de participants. Les données collectées de ces participants au cours des années sont à l'origine de beaucoup de nos connaissances actuelles sur les maladies cardio-vasculaires et ont également été utilisées par des chercheurs dans d'autres maladies chroniques comme l'ostéoporose (Framingham Osteoporosis Study).
7. Osteoporos Int. 2009 Nov. ; 20(11):1853-61. Epub 2009 Apr. 4., « Protective effect of total and supplemental vitamin C intake on the risk of hip fracture : a 17-year follow-up from the Framingham Osteoporosis Study », Sahni S., Hannan M. T., Gagnon D., Blumberg J., Cupples L. A., Kiel D. P., Tucker K. L.
J. Bone Miner Res. 2009 Jun. ; 24(6):1086-94., « Protective effect of total carotenoid and lycopene intake on the risk of hip fracture : a 17-year follow-up from the Framingham Osteoporosis Study », Sahni S., Hannan M. T., Blumberg J., Cupples L. A., Kiel D. P., Tucker K. L.
8. Am. J. Clin. Nutr. 2006 Oct. ; 84(4):936-42., « Colas, but not other carbonated beverages, are associated with low bone mineral density in older women : the Framingham Osteoporosis Study », Tucker K. L., Morita K., Qiao N., Hannan M. T., Cupples L. A., Kiel D. P.

Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Natural Progesterone Cream

Une crème de progestérone naturelle au pouvoir de pénétration augmenté

www.supersmart.com
Calcium Orotate

Associé à 50 mg d'orotate de magnésium pour accroître son efficacité

www.supersmart.com
Super Bone Formula

Formule exceptionnelle de soutien à la fonction osseuse

www.supersmart.com
A découvrir aussi
17-10-2017
Une nutrition optimale pour des os en...
Chaque année, le 20 octobre, a lieu la Journée Mondiale de l’Ostéoporose. Créé en 1998 à l’initiative de la Fondation Internationale de l’Ostéoporose, cet événement...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer