Accueil  >  Prostate  >  Et le meilleur complément...
16-01-2019

Et le meilleur complément pour la prostate est...

Question :
Quel est le meilleur complément alimentaire pour les problèmes de prostate ?


Réponse :


Si vous n’êtes pas encore atteint d’hyperplasie bénigne de la prostate, sachez que cela arrivera tôt ou tard. Plus de 90 % des hommes en sont atteints à l’âge de 80 ans et pour une grande majorité, les symptômes commencent bien avant cet âge. Vous avez donc tout intérêt à connaître les compléments et les aliments qui ralentissent ce gonflement, car les symptômes qui en découlent sont très handicapants :


  • Les besoins d’uriner augmentent drastiquement au cours de la journée (hausse de la fréquence).
  • Des envies soudaines et urgentes peuvent se manifester à tout moment.
  • Des fuites d’urines sont souvent inévitables.
  • Se lever plus de deux fois par nuit pour aller uriner fait partie du quotidien.
  • Le flot urinaire est inconsistant, faible et douloureux.
  • L’éjaculation devient difficile.

Ces symptômes peuvent être plus ou moins marqués en fonction de l’augmentation du volume de la prostate, qui peut atteindre jusqu’à 7 fois sa taille initiale (de l’ordre de 20 g !). Les compléments alimentaires les plus utiles ont donc pour objectif d’interrompre ou de ralentir ce gonflement, et accessoirement d’améliorer les symptômes qui se sont déjà manifestés.



Voici donc, dans l’ordre de pertinence, les meilleurs compléments pour la prostate d’après la littérature scientifique.

Le bétasitostérol (phytostérols)

Le bétasitostérol est un mélange de stérols végétaux naturellement présents dans la nature. C’est très certainement le composé le plus validé scientifiquement pour le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Non seulement la quasi-totalité des essais cliniques (1-5) montrent que le bétasitostérol soulage tous les symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate, mais en plus, il semble que ces effets se prolongent bien après l’arrêt de la supplémentation (6).

Il agirait en inhibant l’activité d’une enzyme responsable de la transformation de la testostérone en la dihydrotestostérone (DHT) : la 5-alpha-réductase.


Le bon dosage : de 60 mg à 180 mg de bétasitostérol chaque jour entre les repas (cela augmente son absorption), soit 1 à 3 gélule(s) de Beta-Sitosterol 60 mg.

Le Palmier Nain (Saw palmetto ou Serenoa repens)

Le palmier nain est une plante qui contient des stérols, et notamment des bétasitostérols. La plupart des essais cliniques (7-14) ont montré qu’une supplémentation en extrait de palmier nain améliorait significativement le flot urinaire et de nombreux autres symptômes mesurables des troubles prostatiques.

Il a deux avantages majeurs par rapport aux médicaments : il ne provoque aucun effet secondaire et ne modifie pas les taux de PSA (Antigène Spécifique de la Prostate), une molécule sécrétée par l’organisme qui sert de marqueur pour dépister le cancer de la prostate.


Le bon dosage : 320 mg par jour d’un extrait standardisé de 85 à 95 % d’acides gras et de stérols idéalement conditionné dans des softgels.

Le pollen de graminées (notamment de fleurs de seigle)

Le pollen est la semence mâle produite par les étamines des fleurs. Assez curieusement, celles des graminées ont montré un intérêt dans le soulagement des symptômes prostatiques.

La littérature scientifique n’est pas aussi formelle que pour les phytostérols, mais une méta-analyse a tout de même conclu qu’un extrait de pollen de fleur de seigle réduisait efficacement la nycturie (l’émission d’urine produite au cours de la nuit) (15). Quatre essais cliniques ont été publiés depuis (16-19), avec un constat similaire. Pour l’une d’entre elles, le pollen de graminées, dosé à 750 mg par jour, est même capable de ralentir la progression de l’hypertrophie bénigne de la prostate.


Le bon dosage : 800 à 1000 mg d’extrait de pollen, en 3 fois au moment des repas, chaque jour et pendant 1 mois, puis des doses plus faibles au cours les mois suivants.

L’écorce de Prunier d’Afrique (Pygeum)

L’écorce de Prunier d’Afrique est un composé naturel utilisé depuis des millénaires en médecine traditionnelle africaine pour traiter une grande variété de problèmes urinaires. Et la science semble une nouvelle fois accréditer la validité empirique : une vingtaine d’essais cliniques, bien que parfois de faible qualité méthodologique, laissent supposer des améliorations au niveau de la fréquence urinaire, du volume d’urine résiduelle et des réveils nocturnes.

Ce sont les triterpènes qui semblent à l’origine de ces effets : ils réduisent l’inflammation dans la prostate et pourraient inhiber les facteurs de croissance à l’origine du gonflement de la prostate (20-21).


Le bon dosage : 50 à 100 mg d’un extrait standardisé à 14 % de triterpènes chaque jour, en une ou plusieurs doses.


À un degré moindre ou dans certaines conditions, ils ont également fait leurs preuves : la DIM (Di-indolylméthane), la vitamine E, le sélénium (les déficiences en sélénium sont associées à un risque augmenté de cancer de la prostate), les graines de courge, la racine d’ortie (reconnue par l’OMS et l’ESCOP pour soulager les difficultés de miction).


Outre leur capacité à ralentir le processus, ces compléments peuvent être suffisamment efficaces pour éviter les hommes de recourir à la chirurgie (22). Ils ne nuisent pas à la fonction érectile (l’un des reproches fréquents adressé aux médicaments) et agissent généralement après 6 semaines de traitement (contre 3 à 6 mois pour leurs alternatives médicamenteux).


Ils sont souvent combinés entre eux, mais rarement intégrés à une seule et même formule respectant les dosages optimaux de chaque ingrédient. Prosta Natural Formula fait partie des rares exceptions du genre puisqu’il contient tous les composés cités dans cette analyse.


Références

  1. Wilt TJ, MacDonald R, Ishani A. Beta-sitosterol for the treatment of benign prostatic hyperplasia: a systematic review. BJU Int. 1999;83:976-983.
  2. Klippel KF, Hiltl DM, Schipp B. A multicentric, placebo-controlled, double-blind clinical trial of beta-sitosterol (phytosterol) for the treatment of benign prostatic hyperplasia. German BPH-Phyto Study group. Br J Urol. 1997;80:427-432.
  3. Kadow C, Abrams PH. A double-blind trial of the effect of beta-sitosteryl glucoside (WA184) in the treatment of benign prostatic hyperplasia. Eur Urol. 1986;12:187-189.
  4. Berges RR, Windeler J, Trampisch HJ, et al. Randomised, placebo-controlled, double-blind clinical trial of beta-sitosterol in patients with benign prostatic hyperplasia. Beta-sitosterol Study Group. Lancet. 1995;345:1529-1532.
  5. Klippel KF, Hiltl DM, Schipp B. A multicentric, placebo-controlled, double-blind clinical trial of beta-sitosterol (phytosterol) for the treatment of benign prostatic hyperplasia. German BPH-Phyto Study group. Br J Urol. 1997;80:427-432.
  6. Berges RR, Kassen A, Senge T. Treatment of symptomatic benign prostatic hyperplasia with beta-sitosterol: an 18-month follow-up. BJU Int. 2000 May;85(7):842-6.
  7. Mattei FM, Capone M, Acconcia A. Serenoa repens extract in the medical treatment of benign prostatic hypertrophy [in Italian]. Urologia. 1988;55:547-552.
  8. Carraro JC, Raynaud JP, Koch G, et al. Comparison of phytotherapy (Permixon®) with finasteride in the treatment of benign prostate hyperplasia: a randomized international study of 1,098 patients. Prostate. 1996;29:231-240.
  9. Champault G, Patel JC, Bonnard AM. A double-blind trial of an extract of the plant Serenoa repens in benign prostatic hyperplasia. Br J Clin Pharmacol. 1984;18:461-462.
  10. Tasca A, Barulli M, Cavazzana A, et al. Treatment of obstructive symptomology caused by prostatic adenoma using an extract of Serenoa repens. Double-blind clinical study vs. placebo [in Italian; English abstract]. Minerva Urol Nefrol. 1985;37:87-91.
  11. Boccafoschi C, Annoscia S. Comparison of Serenoa repens extract with placebo by controlled clinical trial in patients with prostatic adenomatosis [in Italian]. Urologia. 1983;50:1257-1268.
  12. Smith HR, Memon A, Smart CJ, et al. The value of Permixon® in benign prostatic hypertrophy. Br J Urol. 1986;58:36-40.
  13. Willetts KE, Clements MS, Champion S, et al. Serenoa repens extract for benign prostate hyperplasia: a randomized controlled trial. BJU Int. 2003;92:267-270.
  14. Bent S, Kane C, Shinohara K, et al. Saw Palmetto for Benign Prostatic Hyperplasia. N Engl J Med. 2006;354:557-66.
  15. Wilt T, Mac Donald R, et al. Cernilton for benign prostatic hyperplasia.Cochrane Database Syst Rev. 2000;(2):CD001042.
  16. [Use of cernilton in the therapy of prostatic adenoma and chronic prostatitis] Shaplygin LV, Sivakov AA. Urologiia. 2007 May-Jun;(3):35-7, 39. Russian.
  17. [Cernilton in the treatment of prostatic adenoma and chronic prostatitis] Aslamazov EG, Akhvlediani ND, et al. Urologiia. 2007 Jan-Feb;(1):52, 54-6. Russian.
  18. [A comparative study on different doses of cernilton for preventing the clinical progression of benign prostatic hyperplasia] Xu J, Qian WQ, Song JD. Zhonghua Nan Ke Xue. 2008 Jun;14(6):533-7. Chinese.
  19. [Comparison of different drugs on the treatment of benign prostate hyperplasia] Li NC, Wu SL, et al. Zhonghua Wai Ke Za Zhi. 2007 Jul 15;45(14):947-50. Chinese.
  20. Andro MC, Riffaud JP. Pygeum africanum extract for the treatment of patients with benign prostatic hyperplasia: a review of 25 years of published experience. Curr Ther Res. 1995;56:796-817.
  21. Yablonsky F, Nicolas V, Riffaud JP, et al. Antiproliferative effect of Pygeum africanum extract on rat prostatic fibroblasts. J Urol. 1997;157:2381-2387.
  22. McConnell JD, Roehrborn CG, Bautista OM, et al. The long-term effect of doxazosin, finasteride, and combination therapy on the clinical progression of benign prostatic hyperplasia. N Engl J Med. 2003;349:2387-2398.
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Saw Palmetto 320 mg

320 mg extrait standardisé de palmier scie

www.supersmart.com
Prostaphil™ 300 mg

Un extrait de pollen breveté pour la santé de la prostate

www.supersmart.com
Beta-Sitosterol 60 mg

Un complément de bêta-sitostérol adapté aux problèmes de prostate

www.supersmart.com
A découvrir aussi
01-11-2017
L'extrait de racine d'ortie bénéfique pour la...
L'extrait de racine d'ortie (Urtica dioica) est largement utilisé en Europe pour traiter l'hypertrophie de la prostate. Plus de 20 études cliniques ont démontré que,...
Lire plus
31-03-2018
Prostate : Ah, si les hommes savaient...
Alors que les femmes savent qu’elles devront, un jour ou l’autre, passer le cap de la ménopause, les hommes ignorent tout de ce qui les...
Lire plus
22-08-2018
Messieurs, prenez soin de votre prostate !
Parmi les compléments reconnus pour limiter l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) s’érigent en maîtres incontestés des extraits de plantes et des nutriments ayant fait...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frendeesitnlpt

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer