Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires

Arthrose, Arthrite et Nutrition

01-10-1997


Dans son récent ouvrage "The Arthritis Cure" (Guérir de l'arthrose), qui a connu un succès de librairie considérable, le Dr Jason Théodosakis explique comment des thérapies naturelles peuvent, en quelques semaines, réduire considérablement les dommages causés par l'arthrose et les douleurs qui lui sont associées. Ces nutriments sont les glucosamines et le sulfate de chondroïtine.
Dans la première étude à grande échelle sur les glucosamines, 1208 patients ont reçu 1500 mg de glucosamine pendant 50 jours (Pharmaterapeutica 3 [3] 1982) : 95% des patients ont obtenu une réponse clinique "bonne" ou "suffisante" selon les 252 médecins évaluant l'étude; leur "score" symptomatique global déclinant de 8,7 en début d'étude à 2,5 en moyenne à la fin de celle-ci. Une autre étude multi-centres (Allemagne et Italie), a montré que les glucosamines étaient aussi efficaces contre la douleur que l'Ibuprofène mais produisait beaucoup moins d'effet secondaires (Osteoarthr Cartz [1], 1994). Les études démontrent que les glucosamines aident l'organisme à réparer le cartilage endommagé, réduisent l'inflammation et la douleur et aident à restaurer la mobilité des articulations.

Une étude en double aveugle, portant sur des patients soufrant d'arthrose de la hanche et des genoux, a comparé l'efficacité du sulfate de chondroïtine à celle d'un placebo. Au bout de trois mois, le groupe recevant le sulfate de chondroïtine a bénéficié d'une amélioration significative de son "score" symptomatique et de sa mobilité articulaire par rapport au groupe placebo (Rev Rheum mal osteoartic 59, 1992). Dans une autre étude, des prélèvements de cartilage effectués après trois mois d'administration du SC ont montré que le cartilage endommagé s'était partiellement reconstitué. (Drugs Exp Clin res 17:3-7).

Les études démontrent également que le SC facilite l'influx du liquide synovial dans les articulations et inhibe l'action destructrive des enzymes qui s'attaquent au cartilage. Lorsqu'il sont administrés conjointement, Glucosamines et SC stimulent la synthèse de nouveau cartilage, renversant ainsi le processus global de dégradation généré par l'arthrose. Comme le dit dans son ouvrage le Dr Théodosakis "prises séparément, Glucosamines et SC sont efficaces; mais, ensemble, elles peuvent être la solution pour les millions de gens qui souffrent d'arthrose"

A la différence de l'arthrose, l'arthrite est caractérisée par une attaque auto-immune sur les articulations résultant en inflammation, douleur et perte de mobilité. Il existe maintenant de solides preuves de l'efficacité de certains acides gras, tels l'acide Gammalinolenique (GLA) tiré de l'huile de bourrache, et les acides EPA et DHA extraits des huiles de poisson, dans les situations de ce type. Une étude en double aveugle d'une durée de 24 semaines a démontré que l'administration de GLA permettait une amélioration de l'ordre de 28 à 46 % sur différents scores symptomatiques de l'arthrite (Annuals of Internal medicine, 1993 119/9). Une autre étude a obtenu des résultats similaires après administration d'huiles de poisson riches en EPA et DHA (Journal of Clinical Epidemiology, 1995 48/11). Une étude récente (Arthrisis and Rheumatism, 1996, Vol 39) portant sur 56 sujets traités pendant six mois avec du GLA a montré "une réduction statistiquement significative et cliniquement probante dans les signes et symptômes de l'arthrite rhumatoïde". Dans une dernière étude (Arthritis and Rheumatism, 1995 38/8), les patients recevant EPA et DHA ont montré une amélioration clinique fonctionnelle par rapport à ceux recevant un placebo, à tel point que certains patients ont pu arrêter leur traitement conventionnel. Ces études confirment les avantages significatifs des acides gras GLA et DHA pour les personnes souffrant d'arthrite.

Synergie des nutriments

Beaucoup de gens préfèrent consommer des combinaisons de nutriments plutôt que des nutriments isolés en raison de la synergie supposée de telles formulations. Il existe assez peu d'études démontrant cette synergie car les scientifiques préfèrent traditionnellement étudier un nutriment à la fois afin d'éviter la "confusion des variables". Mais le département de radiologie de l'Université des Sciences de la Santé de Denver, Colorado vient de publier une étude réalisée par K.N. Prasad et R. Kumar, sur l'influence de la vitamine C, du Béta-carotène, et de la vitamine E sur la croissance et la prolifération de cellules tumorales dans une culture tissulaire. Ils ont démontré que ces nutriments inhibaient la croissance des cellules cancéreuses d'une manière beaucoup plus efficace lorsqu'ils étaient administrés conjointement que séparément. "Nos résultats suggèrent que l'utilisation de plusieurs vitamines anti-oxidantes est essentielle pour obtenir une réduction maximale de l'incidence du cancer dans une population à risque élevé. L'utilisation d'une ou deux vitamines seulement peut se révéler inefficace ou même avoir une influence négative".


Commander les nutriments évoqués dans cet article
® 1997-2014 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés