Accueil  >  AntiAge  >  Peut-on retarder le vieillissement...
01-11-1998

Peut-on retarder le vieillissement ? (2ème partie)


A la fin du IIème Millénaire, la problématique de la longévité de l'espèce humaine connaît enfin un changement de paradigme. Récemment encore, l'allongement de l'espérance de vie allait de pair avec la médicalisation forcenée du 3ème âge, en raison de la multiplication des maladies dégénératives associées au vieillissement. Aujourd'hui, de nouveaux produits, de nouvelles technologies et de nouvelles thérapies préventives et curatives existent. Elles permettent aux personnes âgées de 50 à 90 ans de retrouver - ou d'atteindre - un état de santé optimal et une fonctionnalité physique, intellectuelle et sexuelle proche de celle de leur jeunesse.

C'est pour faire le point sur ces technologies anti-âge que s'est réunie à Bruxelles, du 24 au 26 septembre 1998, la 1ère Conférence Européenne sur la Longévité (EAQUALL). Nutranews présente ce mois ci à ses lecteurs un compte rendu succinct des interventions les plus intéressantes.

Les paramètres hormonaux du vieillissement : le cas du DHEA

En préambule à cet exposé très attendu, qui ouvrait la Conférence, le professeur Beaulieu a souligné l'importance des déficiences hormonales qui affectent la plupart des fonctions physiques et comportementales. Le niveau plasmatique de sulfate de Dehydroepiandrostérone (DHEAs) décroît de 80 à 90 % chez les hommes et les femmes âgés de 70 ans par rapport aux niveaux observés entre 20 et 30 ans. Les travaux in vitro ainsi que les études animales et humaines suggèrent que l'administration de DHEA agisse favorablement sur le système immunitaire, la structure de la peau, des muscles et des os et sur le bien être ressenti. L'objectif de la supplémentation doit être de rétablir des niveaux "juvéniles ". Des dosages de l'ordre de 50mg par jour, sans élever les niveaux de Testostérone, permettent d'élever également le niveau d'IGF-1 (le principal marqueur de la production d'hormone de croissance). Le DHEA est une substance naturelle non brevetable. Il est facile à synthétiser, bon marché, pratiquement dénué d'effets secondaires et remarquablement actif !

(Prof E.E. Beaulieu)

L'administration de DHEA à la ménopause

Une des spécificités de l'espèce humaine (et de quelques autres primates) est de sécréter dans ses glandes surrénales des quantités importantes du précurseur stéroïde DHEA, qui est ensuite converti en androgènes et œstrogènes dans les tissus périphériques. La supplémentation en DHEA de femmes ménopausées a permis de doubler la production osseuse et de réduire la résorption de 35%, ce qui s'est traduit par un accroissement significatif de la densité des os. L'administration de DHEA pendant 12 mois n'a eu aucun effet stimulant sur l'endomètre. L'effet bénéfique qui a été observé sur la proportion masse musculaire/masse graisseuse est sans doute lié à l'augmentation concomitante du niveau d'IGF-1. Un effet préventif puissant existe quant aux risques de cancer du sein et de l'uterus.

(Prof F. Labrie)

Thérapies Hormonales de Substitution (T.H.S.) et maladies associées au vieillissement

Le processus de vieillissement semble être partiellement une conséquence du déclin hormonal. Les déficiences hormonales se manifestent souvent par des signes de vieillissement prématuré : altération de la qualité des cheveux et de la peau, perte de masse musculaire, prise de masse graisseuse, ostéoporose. Toutes les études menées sur les THS ont montré leurs effets bénéfiques, en particulier pour prévenir les maladies associées au vieillissement. Une influence bénéfique a aussi été démontrée sur la qualité de vie et, dans le cas des THS oestrogèniques après la ménopause, sur la longévité elle-même. D'autres études ont montré que l'administration d'Hormone de Croissance (Gh) peut inverser certains processus de dégradation associés au vieillissement et améliorer en quelques mois la qualité de la peau, la densité des os et la proportion entre masse musculaire et masse graisseuse.

On s'oriente actuellement vers des THS visant au rétablissement simultané des niveaux juvéniles en plusieurs hormones essentielles : Mélatonine, DHEA et Pregnenolone, Hormone de Croissance, Thyroïde, Testostérone, Œstrogènes et Progestérone. Le vieillissement est un syndrome de déficience hormonale multiforme. Le risque qu'il y a à se passer de THS est très supérieur à celui de la supplémentation. Attendre ne sert plus à rien : si vous attendez trop longtemps, vous serez atteints de tellement de maladies que même les THS n'y pourront plus rien…

(Dr Th.Hertoghe, Président d'EAQUALL)

Régulation et action de l'Hormone de Croissance pendant le vieillissement

La déficience en Hormone de Croissance affecte de manière adverse 18 paramètres du vieillissement. Des études récentes montrent que la quantité de graisse abdominale est un bon indicateur a contrario du statut en Gh (elle lui est inversement corrélée). Un niveau élevé de Gh, par contre, stimule la lipolyse (le catabolisme graisseux). L'utilisation de précurseurs ou de secrétagogues est souvent un bon moyen d'accroître la production endogène de Gh. Lorsque l'on recourt à des injections, il est préférable de ne pas dépasser 0,5 à 1 Unité par jour, car des dosages trop élevés peuvent causer des effets secondaires.

(Prof J.O.L. Jorgensen)

Le futur de la médecine anti-vieillissement et ses implications pour l'économie de la Santé

D'après l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 20% des enfants qui naissent aujourd'hui deviendront centenaires. L' A4M pense que cette proportion sera plus proche de 50%.

Si nous ne changeons pas de modèle de Santé, il faudra 15 fois plus d'argent en 2050 qu'aujourd'hui pour prendre soin des personnes âgées. La plupart des systèmes de Sécurité Sociale devraient être en faillite avant 2025. L'alternative est la suivante : réduire de manière drastique les avantages des assurances sociales ou choisir un modèle de Santé Publique orienté sur la prévention !

(Dr R.Klatz, Président de l'A4M)

Les effets anti-vieillissement des Minéraux

Les personnes âgées absorbent des quantités décroissantes de minéraux alors que leurs besoins vont croissant. Il n'y a pas ou peu de carence en Fer aux USA et en France : l'apport moyen y est de 12mg par jour pour une recommandation (AQR) de 10mg. Le Fer est pourtant un des rares minéraux fréquemment prescrits par la médecine traditionnelle, alors qu'il est prouvé qu'en excès il catalyse les radicaux libres et favorise l'apparition des maladies cardio-vasculaires. Les déficiences en Selenium et Zinc, deux minéraux anti oxydants et stimulants du système immunitaire, ainsi qu'en Chrome, un minéral qui régule le glucose sanguin, sont par contre très courantes, et il convient d'y remédier par la supplémentation.

(Prof S.Neve)

Nutrition et Cancer

Plus de 100 substances naturelles ont montré une activité préventive du cancer dans des études réalisées sur l'animal. La plupart de ces substances ont également une activité thérapeutique. Certaines d'entre elles ont été étudiées sur l'être humain. Ainsi, une étude en double aveugle a montré que 200mcg par jour de L-Selenomethionine réduisent significativement la mortalité par cancer de la prostate et du poumon. La vitamine E, le Bêta Carotène, l'acide folique et la vitamine B12 sont actifs contre certains cancers. Les lignines (une classe de fibres) réduisent l'incidence du cancer du côlon et les lactobacilles ont un effet contre le cancer de la vessie.

(Dr E.Valstar)

Les effets anti-âge des vitamines

L'auteur de " La Bible anti-âge " (Editions Sully-Jouvence) a rappelé les effets multiformes des vitamines pour prévenir les manifestations dégénératives associées au vieillissement et il a souligné l'importance de niveaux optimaux d'anti oxydants pour maintenir et améliorer la santé.

(Dr D.Rueff)

L'utilisation nutritionnelle et clinique des phyto - Oestrogènes

Les cancers du poumon, du côlon et de la prostate ont une incidence beaucoup plus faible en Asie qu'en Europe et aux USA. Ceci semble dû à la consommation importante, dans les pays asiatiques, de lignanes et d'isoflavones présents dans certaines plantes, qui ont des effets bénéfiques reconnus au plan hormonal, cardio-vasculaire, osseux et immunitaire.

(Dr F.Nahon)

Le traitement de la déficience en Testostérone du patient mâle âgé

Le Dr Debled a relaté son expérience clinique de 24 ans, pendant laquelle il a traité la déficience en Testostérone de milliers de patients avec des résultats impressionnants.

Il est bien connu que la production de Testostérone dans les testicules connaît un pic aux alentours de l'âge de 25 ans puis décroît progressivement. Vers 40 ou 45 ans, la libido tiédit et la fréquence des rapports sexuels diminue. Cette " andropause " ne survient pas au même âge ni avec la même intensité chez tous les hommes. Elle a des conséquences multiformes : impuissance, troubles du métabolisme du glucose, obésité, dépression, insomnie. La Testostérone permet de traiter ces problèmes de la " ménopause masculine ".

(Dr G.Debled)

La Progestérone pour améliorer la qualité de vie et la longévité

Le Dr Lee a repris les thèses développées dans ses ouvrages, déjà connues de nos lecteurs. Il traite depuis 20 ans ses patientes avec de la Progestérone naturelle transdermale. Maintenir de bons niveaux de Progestérone permet de réduire le risque de cancer du sein et agit favorablement sur l'évolution de l'ostéoporose.

(Dr J.R.Lee)

Le besoin d'oestrogènes, de Progestérone et d'Androgènes à la peri-ménopause

Les symptômes de la déficience en Progestérone surviennent en général un peu plus tôt que ceux de la déficience en oestrogènes chez les femmes peri-ménopausées. Des Traitements Hormonaux de Substitution (THS) adaptés permettent de soulager ces patientes partiellement et parfois totalement. Mais les femmes produisent aussi des androgènes : une jeune femme produit 55 à 70 % de ce qu'un jeune homme secrète : environ 19mg de DHEA, 3,5mg d'Androstenedione et 0,2mg de Testostérone par jour. Cette baisse de la production d'androgènes joue un rôle dans la perte de masse musculaire, la prise de masse graisseuse abdominale et cellulitique, l'hyperémotivité et le manque de désir sexuel. Il convient donc que les THS adressent également cette déficience.

(Dr Th.Hertoghe)

Une bonne alimentation et une supplémentation adéquate pour optimiser la fonction de l'insuline et le niveau de glucose

C'est le carburant même que nous brûlons qui finit par nous tuer : L'excès de glucose dans le sang induit le phénomène de Glycation par lequel des molécules de glucose réagissent avec des protéines pour créer des structures non fonctionnelles, les A.G.E. (Advanced Glycosilation End-products). La Glycation est à l'origine des rides et des cataractes. L'augmentation du niveau de Glucose sanguin contribue directement au vieillissement par des mécanismes variés. Les AGE endommagent aussi l'ADN, le collagène et les anti-oxydants endogènes comme la Super Oxyde Dismutase (SOD) et la Catalase. Un niveau d'insuline trop élevé favorise aussi les maladies cardio-vasculaires. Une modification des habitudes alimentaires et comportementales s'impose donc :

· ne pas éliminer les graisses car elles induisent un effet de satiété. Les acides gras essentiels sont indispensables

· assurer un apport régulier et significatif de protéines de bonne qualité

· réduire le plus possible les hydrates de carbone " un nutriment absolument non-essentiel "

· faire régulièrement de l'exercice (résistance plutôt qu'endurance)

· prendre les nutriments régulateurs du niveau de sucre sanguin : Chrome, L-Carnitine et Coenzyme Q10.

(Dr R. Rosedale)

La Chirurgie cosmétique anti-vieillissement

De nouvelles techniques dites minimalement invasives ont été développées, qui permettent de mieux gérer l'apparence de la peau et du visage : peeling chimique, laser, autogreffes de graisse et de tissus . Ces technologies permettent d'effacer une partie des dégâts résultant du vieillissement intrinsèque, environnemental et comportemental.

(Dr M.Lens)

La Glande Pinéale, une horloge biologique

L'auteur du " Miracle de la Mélatonine " (Editions Robert Laffont) a présenté les résultats d'une expérience passionnante : la transplantation de la glande pinéale de rats âgés sur des jeunes rats accélère le vieillissement de ceux ci. Inversement, la transplantation de la glande pinéale de rats jeunes sur des rats âgés permet une étonnante réversion du vieillissement, qui se traduit par un allongement de la durée de vie, une régénération " incroyable " du thymus et par bien d'autres améliorations. Cette expérience (répétée dans différents laboratoires à plusieurs reprises) démontre que la glande pinéale contient une horloge biologique et que celle ci influence le vieillissement. La Mélatonine n'est pas vraiment une hormone, mais plutôt un " agent régulateur " que la glande pinéale secrète pour s'auto-protéger du vieillissement.

(Prof W. Pierpaoli)

Mélatonine et Vieillissement : Quelles sont les preuves ?

" Le but de la vie est de mourir, mais aussi tard que possible ".Il existe plusieurs faisceaux d'indices qui suggèrent que la Mélatonine influence le rythme du vieillissement :

· L'effet anti-oxydant de la Mélatonine a été mis en évidence en 1983 et documenté depuis par 528 ( !) études scientifiques.

· Le niveau de Mélatonine se réduit significativement en raison inverse de l'âge, alors que le stress oxydatif s'accroît avec celui ci.

· Le niveau de Mélatonine est étroitement et positivement corrélé avec le statut général en anti-oxydants.

· La Mélatonine protège efficacement contre les pathologies radicalaires induites par les carcinogènes, les herbicides et les polluants.

· La Mélatonine est un anti oxydant versatile qui traverse les barrières morphophysiologiques (membranes cellulaires, barrière hémato-encéphalique), qui pénètre la membrane, le noyau et le cytosol des cellules, qui agit en milieu aqueux et lipidique, dans le cerveau et dans le corps.

· La déficience en Mélatonine, induite chez l'animal, conduit à un vieillissement prématuré.

· La Mélatonine protège (in vitro) les neurones des effets de la protéine Amyloïde Bêta, un acteur essentiel de la maladie d'Alzheimer.

· La Mélatonine protège les neurones de la mort par excitotoxicité (un autre " tueur " de neurones)

· La Mélatonine protège les lipides de la peroxydation

· La Mélatonine protège l'ADN des dommages radicalaires

(Prof R.Reiter)

L'efficacité clinique de l'extrait de Ginkgo Biloba dans la maladie d'Alzheimer

Le professeur Kanowski a présenté les résultats d'une étude en double aveugle durant laquelle 216 patients ont reçu pendant 24 semaines soit 240mg par jour d'extrait de Ginkgo Biloba soit un placebo. L'efficacité clinique de l'extrait de Ginkgo a été démontrée par une progression moyenne de 2 à 3 points sur l'échelle d'évaluation des symptômes de la maladie d'Alzheimer, qui en compte 70. Ces résultats ont été confirmés par une étude réalisée aux USA, où un dosage de 120mg par jour a été utilisé pendant un an.

(Prof S.Kanowski)

A propos du Wild Yam : Contribution au débat du Dr Dominique Rueff

(coauteur de "Hormones végétales naturelles")

Pour clarifier un débat "confusionnel" Nutranews à bien voulu nous donner la parole. Nous l'en remercions.

Le yam n'est pas tombé du ciel ! Nous avions repéré cette "patate douce" dans la consommation et l'usage traditionnel sur différents continents tels l'Asie, l'Amérique du sud et les îles du Pacifique. Elle est toujours utilisée traditionnellement à des fins "gynécologiques" qu'il s'agisse de bouffées de chaleur, de stérilités, de problèmes hémorragiques ou de régulation des règles.


MAIS LE YAM, DANS L'ORGANISME NE SE TRANSFORME NI EN DHEA NI EN PROGESTERONE

Il est bien vrai que le yam contient une substance que l'on nomme DIOSGENINE et à partir de laquelle on peut extraire, entre autres, par des procédés naturels la PROGESTERONE. Cette extraction se fait "in vitro" c'est à dire "en éprouvette" et rien n'indique qu'elle se réalise bien dans le corps humain ! Certains le pensent et le disent, c'est leur droit et leur responsabilité ! Alors vous direz-nous, comment se fait il que la consommation de yam peut avoir des effets semblables à ceux de la progestérone ? De multiples hypothèses sont avancées et des recherches sont en cours : l'extrait de yam est extrêmement riche en substances diverses agissant globalement sur l'ensemble des surrénales puisque l'on observe bien qu'après des mois ou des années de consommation les sujets présentent des taux élevés, non seulement de progestérone, mais de DHEA et d'autres hormones surrénaliennes. Plus intéressant encore : il semble qu'il puisse agir sur les RECEPTEURS CELLULAIRES1, augmentant, à taux égal, la sensibilité de la cellule aux hormones circulantes (telle la DHEA ou la progestérone).

L'OPPOSITION ENTRE YAM ET DHEA N'A PAS LIEU D'ETRE !

D'autant qu'il existe plus de deux cents espèces de yam ayant des propriétés différentes, certaines étant anti-inflammatoires ou désinfiltrantes et que ce sont, surtout les modes de préparation et de concentration dans les COMPLEXES NUTRIONNELS de YAM qui donnent au produit sa pleine puissance et efficacité.

1 Estrogen and progestin bioactivity of foods, herbs and spices. Zava DT, Dollbaum CM, Blen M ; Proc Soc Exp Biod Med 1998 Mar 217 : 3 369-78.


NDLR : le Dr Rueff est d'accord avec nous sur deux points :

1) le Wild Yam n'est un précurseur ni du DHEA ni de la Progestérone

2) il se comporte dans l'organisme comme un mimétique des œstrogènes, au même titre que d'autres phyto-œstrogènes. Une étude réalisée par l'Université d'Arizona a comparé la supplémentation en Yam à celle en DHEA : le DHEA permet de doubler le taux sérique en 3 semaines alors que le Yam n'induit absolument aucune modification. Seule reste à débattre la question d'un éventuel effet stimulant, après un usage de plusieurs mois, voire plusieurs années, sur les surrénales : nous attendons de prendre connaissance de l'étude citée en référence pour nous prononcer.

A découvrir aussi
25-07-2016
Cette découverte pourrait vous faire gagner 10,...
La recherche sur la longévité humaine a franchi une étape historique.Ignorés des médias occidentaux, des chercheurs russes ont mis au point une substance capable d'allonger...
Lire plus
02-09-2016
L'étonnante découverte d'un chercheur russe sur les...
En 1947, le chercheur russe Nicolaï Lazarev s'aperçut qu'il existait une catégorie de plantes qui, consommées par l'être humain, augmentent sa résistance aux diverses sortes...
Lire plus
02-08-2016
La PQQ peut rajeunir vos cellules
Le premier supplément nutritionnel anti-âge qui booste et génère de nouvelles mitochondries et assure ainsi la longévité de toutes les cellules. Que sont les mitochondries...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer