Science, Nutrition, Prévention et Santé
Partenaires

Tribulus terrestris, des effets qui ressemblent à ceux de certaines hormones

01-01-2002

Le Tribulus terrestris est une plante utilisée depuis plusieurs centaines d'années, en Inde et en Europe de l'Est, pour traiter les problèmes sexuels chez les hommes comme chez les femmes. Son efficacité à augmenter la qualité et la mobilité des spermatozoïdes ainsi qu'à augmenter la libido et accroître les performances sexuelles a été testée en Bulgarie sur des animaux de laboratoire mais, aussi, chez l'homme. Chez les femmes, on lui a attribué la capacité de stimuler l'ovulation, et celle de soulager les symptômes de la péri-ménopause et de la ménopause.

La médecine traditionnelle chinoise utilisait le Tribulus pour traiter des irritations de la peau, l'insuffisance de production de lait, des démangeaisons des yeux, des perturbations des systèmes urinaire et reproducteur chez l'homme comme chez la femme. En Inde, il était apprécié comme aphrodisiaque et pour ses bénéfices sur le système urinaire. On pensait également qu'il avait une action tonique et a ainsi été utilisé(1) pour traiter 50 patients se plaignant de léthargie, de fatigue et de manque d'intérêt pour les activités de tous les jours. Les résultats se sont traduits par une amélioration de 45% de ces symptômes.
Au cours de ces dernières décennies, l'usage du Tribulus s'est répandu dans l'ancien bloc soviétique et, en particulier, en Bulgarie, où des chercheurs se sont intéressés à ses propriétés.

Un mode d'action complexe

Le Tribulus contient plusieurs composés actifs incluant des saponines stéroïdiens, la protodioscine et la protogracilline. Leur structure moléculaire leur confère une activité biologique unique. Des phytostérols, comme le bêta-sitostérol, sont également présents.
Le mode d'action du Tribulus est complexe. Sans être une hormone, il semble avoir des effets hormonaux.
Les hormones LH (hormone lutéinisante) et FSH (hormone stimulant le follicule) sont produites chez l'homme comme chez la femme par la glande pituitaire sous la surveillance de l'hypothalamus dans le cerveau. Elles contrôlent le fonctionnement des gonades, les testicules chez l'homme et les ovaires chez la femme, de façon complexe et maintiennent un équilibre approprié entre elles (LH et FSH) et les hormones sexuelles. Avec l'âge, cependant, ce système a tendance à se déséquilibrer et la production de testostérone et d'œstrogènes décline.
L'administration de Tribulus résulterait en une augmentation des niveaux de LH et de ceux de testostérone libre. Le Tribulus semble agir au niveau de l'hypothalamus en accroissant la sécrétion de l'hormone lutéinisante (LH) (mais pas de la FSH) conduisant ainsi à une élévation des niveaux de testostérone. Le Tribulus pourrait avoir une action directement sensibilisatrice sur les cellules de Leydig des testicules qui produisent la testostérone en réponse à la LH. Le Tribulus augmentant également la spermatogenèse, il agit probablement en stimulant l'activité de la FSH sur les cellules de Sertolli (produisant le sperme) dans les testicules, puisque les niveaux de FSH n'augmentent pas.

Mais comment cela fonctionne-t-il ? Les saponines stéroïdiennes extraites du Tribulus se lient apparemment aux récepteurs dans l'hypothalamus qui détectent les hormones sexuelles et les stimulent faiblement. L'hypothalamus répond en signalant à la glande pituitaire d'augmenter la production de LH et de FSH.

Le Tribulus élève les niveaux de testostérone

Lorsque l'on donne un extrait de Tribulus à la dose de 250 mg trois fois par jour pendant cinq jours à 8 femmes et 8 hommes apparemment en bonne santé, les résultats sont importants(2) :
- les niveaux de testostérone sont accrus de façon très significative chez les hommes,
- Les niveaux d'œstradiol sont également augmentés chez les hommes. Ils augmentent moins chez les femmes, mais la différence est malgré tout significative,
- l'hormone lutéinisante augmente substantiellement chez les hommes comme chez les femmes,
- L'hormone stimulant le follicule (FSH) augmente substantiellement chez les femmes.

Cette étude a souligné l'impact du Tribulus sur certaines hormones, en particulier, sur celles qui sont les plus responsables de la masculinité et de la féminité dans les sexes respectifs. Il faudrait souligner que les niveaux des hormones étudiées ne semblent pas aller au-delà des cadres physiologiques et, par exemple, ne perturbent pas le mécanisme normal de régulation hormonale. De plus, chez les hommes ayant des niveaux sériques de testostérone en dessous des limites minimales de la norme, les niveaux physiologiques étaient atteints après le traitement alors que chez des hommes ayant des niveaux initiaux normaux, les niveaux de testostérone n'étaient pas modifiés de façon significative.

Augmentation du nombre de spermatozoïdes et de leur activité

Des études sur des animaux de laboratoire ont montré que le Tribulus augmente la production de spermatozoïdes, ainsi que leur ténacité et leur viabilité.

Le Tribulus stimule la libido et le désir sexuel. Dans une étude animale, sa capacité d'action comme tonique sexuel apparaissait à travers l'accélération et l'accentuation de l'activité sexuelle : sa tendance à augmenter les niveaux de testostérone stimulait le développement sexuel chez des béliers et des agneaux mis en évidence par le renforcement du comportement sexuel(3). On a également montré que le Tribulus soigne l'impuissance et améliore la production de semence chez le bélier. Chez des sangliers, la libido et les réflexes sexuels furent restaurés après une longue période d'impuissance(4).

Le tribulus restaure vigueur, vitalité et résistance chez des animaux

Traditionnellement, un tonique produit une vigueur physique, mentale ou émotionnelle. Le Tribulus a une réputation de tonique qui a été vérifiée en laboratoire où il augmente l'endurance des rats. Chez l'homme, on a montré que le Tribulus est un stimulant général qui renforce l'activité. En plus d'améliorer l'activité motrice et le tonus musculaire, il aide à restaurer la vigueur, la vitalité et l'endurance. On a aussi montré, chez l'animal, qu'il intensifie la synthèse des protéines, en particulier dans le foie, les reins et les tissus du cœur en même temps qu'il renforce le métabolisme de l'énergie. La meilleure explication des effets toniques du Tribulus est que ses propriétés stéroïdiennes le rendraient capable de réguler la sécrétion d'hormones du stress comme le cortisol.

Libido, stérilité et impuissance chez l'homme

750 mg d'extrait de Tribulus donnés à 212 hommes dans une étude clinique ouverte(5) ont augmenté la libido de 85% des sujets après 30 jours de supplémentation et de 94% d'entre eux après 60 jours. Dans une autre étude(6), un traitement avec 750 mg de Tribulus pendant 60 jours augmentait de façon significative la motilité des spermatozoïdes chez 38 hommes ayant une oligospermie idiopathique (faible quantité de spermatozoïdes).

Dans une autre étude(7), après que des varicocèles (petites veines variqueuses sur le cordon spermatique) aient été enlevées chirurgicalement, on a observé chez des hommes traités avec 750 mg de Tribulus pendant 60 jours ou 1500 mg pendant 90 jours, une amélioration significative de la motilité des spermatozoïdes. Une augmentation du volume d'éjaculation était constatée chez les sujets prenant les plus fortes doses.

Des améliorations du volume d'éjaculation, du nombre et de la motilité des spermatozoïdes étaient également constatées, après 60 jours de traitement avec 1500 mg d'extrait de Tribulus chez des hommes avec une atrophie des testicules et une oligospermie non idiopathique. Des niveaux plus élevés de testostérone étaient également observés. Dans la même étude, sur 14 patients ayant une libido réduite, 12 ont montré une amélioration considérable après 30 jours (1500 mg/jour) et une légère amélioration après 60 jours de traitement. La libido était améliorée chez 27 sujets d'un groupe de 36 patients souffrant de prostatite chronique. Les patients qui avaient souffert de cette maladie pendant 5 ans ou plus ne montraient pas d'amélioration, alors que chez les patients avec des testicules atrophiés et une oligospermie, la libido était apparemment améliorée.

Une étude publiée en janvier 2000 a confirmé l'activité pro-érectile de l'un des principes actifs du Tribulus, la protodioscine. Son effet passe probablement par une élévation du relarguage de NO (oxyde nitrique) par l'endothélium et les terminaisons nerveuses. Le Viagra agit par un mécanisme similaire.

Stérilité de la femme

Dans une étude ouverte(8), 36 femmes avec des cycles menstruels sans ovulation ont reçu 750 à 1500 mg quotidiens de Tribulus du 5ème au 14ème jour de leur cycle menstruel. L'ovulation a été normalisée chez 67% des femmes avec une grossesse réussie chez 6% d'entre elles. Dans un groupe parallèle de 62 femmes utilisant un médicament visant le même problème d'absence d'ovulation, 39% d'entre elles voient leur ovulation normalisée et une grossesse, et 35% ont leur ovulation normalisée sans grossesse. Ces résultats montrent clairement que le Tribulus possède un effet considérablement plus modéré que le médicament.Il faut cependant souligner que les femmes prenant du Tribulus n'ont observé aucun effet secondaire alors que 36% des femmes prenant le médicament en ont ressenti.

Tribulus terrestris et ménopause

Des études expérimentales et cliniques ont été conduites en Europe de l'Est sur les fonctions endocriniennes de femmes peri-ménopausées et ménopausées. Elles ont montré que le Tribulus améliore la libido et atténue les symptômes vasomoteurs et neuropsychiques de la ménopause (bouffées de chaleur, dépression, instabilité émotionnelle). Une utilisation régulière de Tribulus pendant plusieurs mois diminue souvent l'intensité et la fréquence des bouffées de chaleur, de l'insomnie, des suées, de l'irritabilité, de la dépression, de la tension générale, de l'apathie et de la perte d'intérêt pour l'activité sexuelle.

Dans l'étude décrite au paragraphe précédant, un autre groupe de 50 femmes, 26 d'entre elles ayant une ménopause naturelle et les 24 autres une ménopause postopératoire chez lesquelles l'ablation des ovaires cause des symptômes ménopausiques, ont reçu quotidiennement des doses d'entretien de 500 à 750 mg d'un extrait standardisé de Tribulus, après de fortes doses initiales. L'étude a utilisé un protocole croisé : chaque femme a pris tour à tour du Tribulus et un placebo de telle sorte qu'à la fin de l'étude, les 50 femmes étaient à la fois le groupe traité et le groupe témoin. L'éventail de leurs symptômes typiques de la ménopause incluait :
- des bouffées de chaleur chez toutes les ?femmes
- des sueurs chez 39 d'entre elles
- une dépression pour 27 d'entre elles
- une hyperexcitabilité chez 22 d'entre elles
- des insomnies pour 41 d'entre elles
- de l'anxiété chez 18 d'entre elles
- une sensation de lourdeur dans la région cardiaque chez 30 d'entre elles
- des modifications de la pression artérielle chez 11 d'entre elles
- des modifications de l'ECG chez 8 d'entre elles
Alors que le placebo n'allégeait aucun symptôme chez aucune femme, le Tribulus apportait des améliorations chez 98% d'entre elles, incluant une diminution des bouffées de chaleur, des suées, de la dépression, de l'insomnie et de l'anxiété. Il n'y avait aucune modification significative dans les mesures des niveaux des hormones incluant la FSH, la LH, la prolactine, l'œstradiol, la progestérone et la testostérone. Le Tribulus n'avait pas d'effet secondaire.


1 Tribulus, Jayaram S et al, Indian drugs, 1993;30(10):498-500
2 ?Tribestan effect on the concentration of some hormones in the serum of healthy volunteers, Milanov S et al., Med-Biol Inf, 1985;4:27-9
3 ?The effect of the preparation Tribestan on the plasma concentration of testosterone and spermatogenesis of lambs and rams, Georgiev P et al, Vet Sb, 1988;3:20-22
4 ?tribestan : experimental and clinical investigations, Zakkova S, Chemical Pharmaceutical Research Institute, Sofia, 1983.
5 ?Clinical investigation on Tribestan in males with disorders in the sexual function, Viktorov IV et al, Med Biol Inf, 1982.
6 ?Clinical trial of the preparation Tribestan in infertile men, Protich M et al., Akush Ginekol, 1983;22(4):326-329
7 Clinical trial of the drug Tribestan, Kumanov F et al., Savr Med, 1982;4:211-215.
8 ?Tribestan : experimental and clinical investigations, Zarkova S, Chemical Pharmaceutical Research Institute, Sofia, 1983.
Télécharger le pdf contenant cet article

Commander le nutriment évoqué dans cet article
® 1997-2014 Fondation pour le Libre Choix
Tous droits de reproduction réservés