Accueil  >  Antioxydants  >  Le pycnogénol, un puissant...
01-07-2004

Le pycnogénol, un puissant antioxydant, extrait du pin maritime

Le Pycnogénol est extrait de l'écorce du pin maritime qui pousse dans les landes de Gascogne, de Corse et des Corbières. Il contient des proanthocyanidines ou oligo-proanthocyanidines (OPC), une classe de flavonoïdes que l'on trouve dans un grand nombre de végétaux. La recherche scientifique a montré que le Pycnogénol exerce des effets bénéfiques notamment sur la santé cardiovasculaire et la circulation veineuse, qu'il prévient certaines complications du diabète et protège la peau des dommages provoqués par les rayons ultraviolets du soleil.

Un puissant antioxydant

La pression sanguine augmente avec l'âge et constitue un facteur de risque de maladie cardiovasculaire lorsqu'elle dépasse des valeurs normales (< 140/90 mm Hg). Plus de 50 % des patients souffrant d'hypertension ont plus de 65 ans.

Le Dr Watson, du collège de santé publique de Tucson, en Arizona, a observé que le Pycnogénol réduisait la pression sanguine. Il a suivi 11 sujets d'environ 50 ans avec une légère hypertension, une pression systolique de 140 à 159 mm Hg et/ou une pression diastolique de 90 à 99 mm Hg. Les sujets ayant une pression sanguine dans ces valeurs sont considérés comme étant au premier stade de l'hypertension.

Il a donné aux volontaires, pendant huit semaines, 200 mg quotidiens de Pycnogénol dans le cadre d'une étude en double aveugle, croisée et contrôlée contre placebo. Le traitement a fait descendre la pression systolique à 134 mm Hg et la pression diastolique à 94 mm Hg. La réduction de la pression sanguine systolique par la supplémentation en Pycnogénol était statistiquement significative par rapport à la prise du placebo4.

Le Dr Watson pense que la capacité du Pycnogénol à augmenter la production d'acide nitrique est responsable de la diminution de la pression sanguine. Les muscles entourant les vaisseaux sanguins contrôlent leur diamètre et, par conséquent, le flux sanguin et la pression. Alors que les hormones du stress commandent à ces muscles de se contracter (réduisant ainsi le diamètre des vaisseaux sanguins et augmentant la pression), au contraire, l'oxyde nitrique fait le contraire et relâche ces muscles.
Une étude récente en double aveugle, contrôlée contre placebo, publiée dans Life Science, est venue confirmer ces résultats. Des chercheurs ont regardé les effets d'une supplémentation quotidienne avec 100 mg de Pycnogénol ou un placebo dans un groupe de 58 adultes ayant une pression sanguine élevée et qui étaient traités par de la nifédipine, un bloqueur du canal calcique. Tous les participants ont commencé avec une dose quotidienne de 20 mg de bloqueur du canal calcique et cette dose a ensuite été augmentée ou diminuée toutes les deux semaines jusqu'à ce que leur pression sanguine soit revenue à des niveaux normaux.

Après douze semaines de traitement, ceux qui recevaient en complément une supplémentation en antioxydants furent capables de maintenir leur pression sanguine dans des niveaux normaux avec une dose de 15 mg de médicament contre en moyenne 21,6 mg pour ceux sous placebo.

Les effets bénéfiques du Pycnogénol semblent dus à ses propriétés antioxydantes sur l'endothélium, la paroi la plus interne des artères qui se dilate et se contracte en réponse au flux sanguin.

Les chercheurs ont conclu de ces résultats que, compte tenu de son action anti-agrégation plaquettaire et de ses effets anti-oxydants et anti-inflammatoires, le Pycnogénol offrait un large éventail de protections aux sujets hypertendus.

Pycnogénol et insuffisance veineuse chronique

Le rôle de l'oxydation dans l'athéro-genèse - notamment le durcissement des artères - commence à être bien compris. Les LDL oxydées endommagent les cellules qui tapissent les parois des vaisseaux sanguins en provoquant de nombreuses réactions incluant l'inflammation, la prolifération de cellules musculaires lisses et des mécanismes de coagulation qui participent au développement de l'athérosclérose.

Deux études in vitro montrent que le Pycnogénol module la libération d'oxyde nitrique qui affecte la dilatation du diamètre des vaisseaux sanguins. Des chercheurs ont comparé les effets du Pycnogénol avec celui de l'aspirine sur l'agrégation plaquettaire induite par la fumée dans trois groupes de fumeurs. Ils ont constaté que l'agrégation plaquettaire était inhibée par 500 mg d'aspirine ou par 100 à 125 mg d'extrait d'écorce de pin. L'aspirine entraînant une augmentation du temps de saignement, les chercheurs ont conclu de ces résultats que l'écorce de pin offrait un rapport bénéfice/risque avantageux3.

Pycnogénol et insuffisance veineuse chronique

On a démontré que les proanthocyanidines contenues dans le Pycnogénol inhibent les enzymes hyaluronidase, élastase et collagénase. Ces enzymes sont capables de dégrader les structures conjonctives des tissus, conduisant ainsi à une perméabilité vasculaire. Les proanthocyanidines se lient de façon préférentielle à des zones caractérisées par un contenu élevé en glycosaminoglycanes comme les parois capillaires. Cette caractéristique les rend capables de diminuer efficacement la perméabilité vasculaire et de renforcer la résistance capillaire, la fonction vasculaire et la circulation périphérique.

In vitro, en présence de proanthocyanidines, des fibroblastes cutanés et des cellules musculaires lisses porcines s'attachent à des fibres d'élastine. Les proanthocyanidines, en augmentant la résistance de l'élastine à la dégradation enzymatique et en renforçant l'interaction entre les fibres et les cellules, favorisent le maintient d'un bon fonctionnement des parois vasculaires. L'addition de 1 mg/ml de proanthocyanidines à une culture de cellules humaines de parois veineuses malades provoquait une diminution de 34 % du taux d'acide hyaluronique, indiquant un effet possible pour contrer les œdèmes veino-lymphatiques qui semblent associés à une augmentation des niveaux d'acide hyaluronique.
Les parois de veines variqueuses diffèrent des parois de veines normales par une perte du contenu en collagène et une augmentation des niveaux de protéoglycanes, en particulier, d'acide hyaluronique. Cette diminution peut être attribuée à une augmentation de l'activité de l'enzyme destructrice de protéine (détruisant le collagène) ainsi qu'aux radicaux libres. Les anthocyanosides sont également de puissants anti-oxydants capables de s'opposer aux effets délétères des radicaux libres.

Des études sur l'homme ont montré que le Pycnogénol réduit l'agrégation plaquettaire.

Une étude a évalué l'efficacité du Pycnogénol dans le traitement de l'insuffisance veineuse chronique. Dans une première phase, les chercheurs ont donné à 20 sujets un placebo ou 100 mg de Pycnogénol trois fois par jour pendant deux mois. Dans une seconde phase de l'étude, 20 sujets supplémentaires ont reçu la même dose de Pycnogénol.

La première phase a montré une réduction de 60 % de la sensation de lourdeur dans les jambes chez les sujets supplémentés et une diminution de 74 % de l'œdème sous-cutané. Dans la deuxième phase, la lourdeur et l'œdème ont respectivement diminué de 44 et 53 %. La pression veineuse était également significativement abaissée par le traitement avec le Pycnogénol. Cliniquement, la perte vasculaire, l'inflammation périvasculaire et l'œdème sous-cutané ont tous été réduits.

Dans une autre étude5 en double aveugle, 40 patients souffrant d'insuffisance veineuse chronique et ayant des varices ont reçu, de façon aléatoire, pendant deux mois, 100 mg trois fois par jour de Pycnogénol ou un placebo. Le traitement a induit une réduction significative de l'œdème sous-cutané ainsi que de la lourdeur et des douleurs des jambes après 30 et 60 jours de traitement. Près de 60 % des patients prenant du Pycnogénol ont constaté la disparition totale de l'œdème et de la douleur à la fin du traitement. Tous les patients ont rapporté une diminution de la lourdeur des jambes qui a disparu chez 33 % d'entre eux.

Dans un autre essai, quarante personnes ont reçu quotidiennement de façon aléatoire pendant quatre semaines 600 mg d'extrait de marron d'Inde ou 360 mg de Pycnogénol. Chaque participant a évalué ses symptômes et a été examiné avant et après avoir suivi ce traitement. Chez les sujets prenant l'extrait de marron d'Inde, les symptômes (douleur, crampes ou lourdeur dans les jambes) n'ont pas été réduits, pas plus qu'il n'y a eu d'amélioration de l'enflure des jambes. Par contre, chez ceux prenant du Pycnogénol, les symptômes ont été soulagés et l'enflure des jambes réduite.

Pycnogénol et rétinopathie

Chez les diabétiques, l'élévation des niveaux de glucose sanguin est responsable d'altérations des capillaires. La rétinopathie est une maladie qui affecte les capillaires de la rétine. Elle se développe lentement mais représente une sérieuse menace pour les diabétiques. Vingt ans après le début de la maladie, plus de 90 % des malades atteints d'un diabète de type II et plus de 60 % de ceux ayant un diabète de type I auront une rétinopathie.
Cinq études cliniques portant sur plus de 1 000 patients ont montré que le Pycnogénol est capable de ralentir la progression de la rétinopathie diabétique. Ces études montrent que le Pycnogénol renforce l'intégrité des capillaires de la rétine et prévient les écoulements sanguins dans l'œil. Une utilisation continue du Pycnogénol prévient la perte d'acuité visuelle et même, dans certains cas, l'améliore légèrement.

L'efficacité du Pycnogénol a été comparée, dans une étude6 en double aveugle, à celle d'un médicament couramment utilisé pour ralentir la rétinopathie diabétique, le Dexium. Deux groupes de 16 patients avec une rétinopathie diabétique furent traités avec 120 mg par jour de Pycnogénol pendant 6 jours, puis 80 mg par jour ou avec du Dexium (2 à 3 comprimés par jour équivalent à 1 000 à 1 500 mg de dobésilate de calcium) pendant une période de six mois. Les résultats de cette étude, réalisée en Allemagne, dans le département d'ophtalmologie de la clinique universitaire de Würzburg, ont montré que le Pycnogénol était au moins aussi efficace que le Dexium.

Une étude7 multicentrique portant sur 1 169 patients atteints d'une rétinopathie diabétique a été conduite en Allemagne. Les sujets ont été traités pendant six mois avec 40 à 160 mg de Pycnogénol. L'objectif de ces travaux était d'évaluer si le Pycnogénol pouvait stopper la progression de la perte de vision des patients. Ces derniers étaient âgés en moyenne de 65,2 ans et étaient traités pour un diabète sucré de type I ou II depuis environ 11 ans. Tous avaient une dégénération de la rétine et 49 % d'entre eux étaient déjà traités pour une rétinopathie diabétique.

Après six mois de supplémentation avec le Pycnogénol, non seulement la perte de vision des patients a été stoppée mais, également, l'acuité visuelle a été améliorée dans une certaine mesure. Cette tendance à l'amélioration a été observée après seulement trois mois de traitement et s'est poursuivie pendant les trois mois suivants. La supplémentation a été généralement bien tolérée et seulement 1,45 % des patients ont expérimenté quelques effets secondaires mineurs, essentiellement des problèmes gastro-intestinaux.

Le Pycnogénol santé et protection de la peau

Le Pycnogénol améliore la microcirculation dans les capillaires cutanés favorisant une meilleure oxygénation de la peau, un meilleur apport de nutriments, une meilleure hydratation tout en stimulant l'élimination des déchets. Grâce à son action anti-inflammatoire, le Pycnogénol aide à protéger la peau des lésions provoquées par l'exposition aux UV solaires.

L'exposition de la peau aux rayons du soleil entraîne la production de radicaux libres hautement réactifs qui endommagent les fibres de collagène et les cellules cutanées. Ces lésions débutent à la minute même où commence l'exposition de la peau aux UV et s'aggravent avec la durée de l'exposition et l'intensité du rayonnement donnant rougeurs et gonflements de la peau ou, en d'autres termes, un coup de soleil. L'effet protecteur du Pycnogénol contre les dommages induits par l'exposition au soleil a été démontré sur 21 volontaires en bonne santé âgés de 23 à 29 ans8. Les sujets ont reçu une supplémentation avec une dose de 1,1 mg de Pycnogénol par kg de poids pendant quatre semaines. Cette supplémentation a eu pour résultat d'augmenter la DEM (dose érythémale minimum) qui correspond à la quantité d'UV nécessaire au déclenchement du coup de soleil. Cette étude montre que, pris par voie orale, le Pycnogénol atteint la peau où il neutralise les radicaux libres et augmente la résistance de la peau au coup de soleil. La supplémentation avec du Pycnogénol réduit efficacement le photovieillissement de la peau.

Le Dr Lester Packer, de l'université de Californie (Berkeley), a découvert le mécanisme par lequel le Pycnogénol peut exercer un effet bénéfique dans des cas de psoriasis et d'autres troubles cutanés. La peau de patients souffrant de psoriasis et d'autres maladies de la peau contient des niveaux élevés de protéines particulières appelées calgranulines. Ces protéines sont spécifiquement associées à des états inflammatoires associés à de nombreuses maladies cutanées. Selon le Dr Lester Packer, le Pycnogénol diminue fortement l'activation des gènes de la peau encodant ces protéines néfastes avec pour résultats une diminution de l'inflammation cutanée et le retour de la peau à un état normal9.


-1 Cossins E. et al. ESR studies of vitamin C regeneration, order of reactivity of natural source phytochemical preparations. Bioch. Mol. Biol. Int. 1998; 45(3): 583-97.
-2 Virgili F. et al. Procyanidins extracted from pine bark protect alpha-tocopherol in ECV 304 endothelial cells challenged by activated RAW 264,7 macrophages: role of nitric oxide and peroxynitrite. FEBS lett 1998; 431(3): 315-8.
-3 Putter M. et al. Inhibition of smoking-induced platelet aggregation by aspirin and pycnogenol. Throm. Res. 1999; 95(4): 155-61.
-4 Hosseini S. et al. A randomized, double-blind, placebo-controlled, prospective, 16 week crossover study to determine the role of Pycnogénol in modifying blood pressure in mildly hypertensive patients. Nutr. Res. 21(9): 67-76, 2001.
-5 Petrassi C., Mastromarino A., Spartera C. “Pycnogénol in chronic venous insufficiency”, Phytomedicine, 2000 7(5) :383-8
-6 Leydhecker W. Zur medikamentösen behandlung der diabetischen retinopathie. The Ophthalmology Department of the University clinic of Würzburg, Germany. Study report. 1986.
-7 Schönlau F., Rohdewald R. Pycnogénol for diabetic retinopathy : a review. 2002. Int. Ophthalmol. 24: 161-171.
-8 Saliou C. et al. Solar ultraviolet-induced erythemal in human skin and nuclear factor-kappa-B-dependent gene expression in keratinocytes are modulated by a French maritime pine extract. Free Rad. Biol. 2001; 30: 154-160.
-9 Rihn B. et al. From ancient remedies to modern therapeutics: pine bark uses in skin disorders revisited. Phytother. Res. 15: 76-78, 2001.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander le nutriment évoqué dans cet article
Pycnogenol® 50 mg

Antioxydant surpuissant à l'efficacité validée par de multiples études.

www.supersmart.com
A découvrir aussi
13-02-2017
Zinc : une prise quotidienne pour réduire...
Vous vous posez des questions sur une supplémentation en zinc : quels bienfaits ? quels effets ? quelle efficacité ? Le point grâce à une...
Lire plus
16-11-2016
L'astaxanthine un antioxydant particulièrement puissant
L'astaxanthine appartient à la grande famille des caroténoïdes dont elle possède les puissantes propriétés antioxydantes. L'astaxanthine est fabriquée par plusieurs genres d'algues et de planctons...
Lire plus
04-07-2016
Astaxanthine : l'antioxydant de l'été
Des chercheurs travaillent depuis quelques années sur une molécule produite par des micro-algues et que l'on appelle l'astaxanthine. Cette molécule est considérée par beaucoup comme...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer