Accueil  >  Hygiène bucco-dentaire  >  ​Perte de dents :...
25-02-2019

​Perte de dents : les meilleurs conseils pour garder ses dents le plus longtemps possible

​Perte de dents

​Il y a de très nombreuses choses que l’on aime repousser au lendemain dans la vie, mais pour une raison mystérieuse, prendre soin de ses dents est probablement l’une des plus répandues. Alors que nous passons un temps fou à prendre soin de nos cheveux, de notre peau et même de nos yeux, nous consacrons à peine deux minutes par jour à nos dents et nous ignorons tout des micronutriments qui peuvent aider à les maintenir en bonne santé…

Si on vous demandait de citer les facteurs nutritionnels qui préviennent la chute des dents, sauriez-vous citer autre chose que le calcium ou la faible consommation de sucres ?


Cette méconnaissance, nous ne tardons pas à le payer : en moyenne, nous perdons 4 dents entre 45 ans et 55 ans (1). Et tout s’accélère ensuite : le chiffre passe à 10 dents dans la décennie suivante et 15 à 30 % des occidentaux sont même totalement édentées après l’âge de 65 ans.

En connaissant les mécanismes nutritionnels qui agissent favorablement sur ces pertes de dents, vous pourriez pourtant gagner une dizaine d’années, voire même conserver vos dents jusqu’à un âge très avancé. C’est l’OMS qui le dit : les affections dentaires entraînant les chutes des dents font partie des maladies chroniques pouvant être évitées par la nutrition (2).

Perdre ses dents : une détresse aux conséquences plus lourdes qu’on ne le croit

On sous-estime toujours l’importance de nos dents. C’est lorsqu’on perd la première que l’on se rend compte à quel point elles sont vraiment fondamentales.


D’abord, on pense à notre sourire, cette arme de séduction que l’on utilise aussi pour exprimer notre plaisir, notre satisfaction ou notre bien-être. Et là, devant le miroir, on évalue tout de suite le préjudice considérable : « Mon dieu, mais ce sourire défait… ça change complètement mon visage ! Je ne me reconnais plus… » Bien souvent, ce constat terrible s’accompagne d’une chute de la confiance en soi, d’un mépris de soi-même et même d’une certaine forme de honte. « Que vont penser les gens ? Vont-ils se dire que je ne prends pas soin de moi-même ? Que je me suis laissé aller ? »

Cette douleur psychologique, qu’aucun médicament ne peut soulager, s’exacerbe d’autant plus que les choses ne vont pas en s’arrangeant. Si une dent est tombée prématurément, il y a de fortes chances que d’autres dents vont rapidement suivre le même chemin. Et c’est là que le regard des autres devient difficile à supporter. En l’absence de certaines dents, le soutien labial disparait, provoquant un écrasement progressif de l’étage inférieur du visage. Les expressions du visage s’en trouvent complètement perturbées (3).


Malheureusement, perdre ses dents ne pose pas seulement des problèmes esthétiques. Les chutes de dents augmentent considérablement le risque de souffrir de plusieurs maladies. En épluchant la littérature scientifique, on constate notamment :

  • une espérance de vie plus courte chez les personnes qui perdent leurs dents prématurément ;
  • un risque plus élevé de souffrir de maladies cardiovasculaires (4) et en particulier de l’hypertension (5) à partir du moment où l’on perd les premières dents ;
  • un affaiblissement de certaines fonctions sensorielles (notamment le temps de réaction et la fonction auditrice) (6) ;
  • une accélération du déclin cognitif (7) (plusieurs études montrent que la mémoire et la vitesse de traitement des personnes qui ont perdu leurs dents déclinent plus rapidement que celle des autres).
  • une réduction de la capacité physique ;
  • une augmentation du risque de trois types de cancer : le cancer de l’œsophage (136 % de risque supplémentaire), le cancer du cou (68 %) et le cancer des poumons (54 %).

Ces risques pour la santé s’additionnent aux nombreuses contraintes qu’amène la pose de prothèses amovibles ou l’utilisation d’un « dentier », premiers responsables de la mauvaise haleine chez les personnes de plus de 50 ans.

Perte de dents : mais quelles sont les vraies causes ?

Quand on perd une dent la première fois, c’est souvent de manière anodine, en mangeant une pomme ou un morceau de pain. En général, c’est une molaire ou une prémolaire (les canines sont celles qu’on garde le plus longtemps (8-10)). Mais quelles sont les véritables causes de ces chutes ?


En fait, il n’y en a que quatre et elles se superposent :

  • La carie (près de 60 % des cas) (11).
  • La parodontite (20 à 30 % des cas). Les parodontites sont des maladies inflammatoires touchant la gencive et l’os autour des dents : des bactéries pathogènes s’accumulent à la jonction entre la dent et la gencive et provoquent des affections détériorant lentement les tissus de soutien de la dent.
  • Le mauvais positionnement des dents (d’où l’importance de l’orthodontie) ;
  • Les chocs et traumatismes.

« Il faut que tu saches, Sancho, qu’une bouche sans dents est comme un moulin sans meule, et qu’on doit mille fois plus estimer une dent qu’un diamant. » Don Quichotte dans Cervantès


Dans quels contextes la carie et les maladies parodontales, les deux principaux responsables de la chute des dents, surviennent-elles ?


En fait, ce sont deux affections qui entament les dents à petit feu. Tout au long de la vie.


Notre bouche abrite des milliards de micro-organismes appartenant à plus de 1000 espèces différentes, la plupart bénéfiques pour notre santé. Il y a ceux qui flottent dans le milieu buccal, ceux qui s’épanouissent sur notre langue et ceux qui s’accrochent à nos dents. Juste après le brossage, certaines protéines contenues dans notre salive adhèrent à la paroi des dents (c’est le biofilm salivaire) et attirent des bactéries colonisatrices inoffensives. Au fil des minutes, d’autres bactéries vont les rejoindre et former un habitat complexe, autour duquel va se former une barrière de plus en plus robuste : la plaque dentaire.

Cette plaque, qui s’enrichit constamment par les produits de sécrétion des bactéries, n’est pas dangereuse tant que les micro-organismes qui s’y développent sont bénéfiques. Malheureusement, en mangeant des aliments riches en glucides, et notamment en glucides très simples comme le saccharose, nous favorisons la culture de bactéries pathogènes au sein de cette plaque.

Ces bactéries sont attirées par les résidus sucrés qui s’accolent à la plaque dentaire. Elles s’en servent pour fabriquer d’énormes chaînes glucidiques et recruter massivement d’autres bactéries du même type. Puis, elles se nourrissent de ces sucres et libèrent de l’acide lactique, un composé toxique pour les autres bactéries et particulièrement néfaste pour la dent.

Pour chasser tout ce petit monde, rien ne vaut alors un bon brossage mécanique. Il permet de décrocher les bactéries pathogènes des dents et d’ôter les morceaux d’aliments sucrés qui permettent leur développement. Mais cela ne suffit pas. Lorsque nous mangeons des pâtes au repas du midi (qui sont riches en glucides complexes) ou lorsque nous buvons un soda en début d’après-midi (très riche en saccharose), il se passe généralement plus de 8 heures avant que les poils de la brosse viennent balayer les amas de bactéries pathogènes.

Pendant cet intervalle, elles ont le temps de dégrader des sucres et de libérer de l’acide. Si jamais l’acidité au contact de la dent descend sous la barre critique de 5.5, l’email de la dent se dégrade. C’est une situation qui arrive assez fréquemment, notamment si vous grignotez entre les repas. Cette dégradation est interrompue avec le brossage du soir, mais elle reprend inévitablement le lendemain ! Imaginez une équipe d’ouvriers qui creuse un trou dans votre dent, et qui poursuit chaque jour, inlassablement, le travail entrepris la veille. Généralement, cette dégradation se produit dans les zones difficiles d’accès pour la langue et la salive, par exemple près des molaires. La vitesse et l’intensité de ce forage dépend de votre hygiène de vie et votre alimentation. Plus vos apports en sucres sont élevés, plus vous augmentez la taille des effectifs ouvriers et plus le trou sera creusé rapidement. Si vos apports en minéraux ne sont pas optimaux, l’email sera moins résistant, et les bactéries auront plus de faciliter à percer.



Et puis, un jour, après un travail de plusieurs mois, de plusieurs années ou même de plusieurs décennies, les ouvriers atteignent la dentine. C’est le tissu qui se situe sous l’email, la couche protectrice de la dent. A partir de ce moment, tout va très vite. La dentine, qui n’est pas aussi minéralisée que l’email, est beaucoup moins tolérante vis-à-vis de l’acidité : si le pH à son contact descend au-dessous de 6,2, elle se dégrade à son tour. Cela signifie que vous ne pouvez plus, désormais, supporter les mêmes apports sucrés qu’auparavant. Boire des sodas sucrés pour une personne de 60 ans, qui présente plusieurs « trous » au niveau de l’email, aura des conséquences bien plus importantes que pour une personne de 20 ans.

Par la suite, le trou dans la dent continue de se creuser, formant un véritable tunnel, et les bactéries pathogènes atteignent enfin la pulpe de la dent. La carie devient alors particulièrement douloureuse. Mais les choses ne s’arrêtent pas là : si rien n’est fait, les bactéries peuvent désormais attaquer le ligament, l’os ou la gencive, et même gagner la circulation sanguine ! Et la dent ne tient plus qu’à un fil…

Augmenter la fréquence du brossage pour freiner le processus ?

Pour empêcher la formation constante de la plaque bactérienne, on pourrait penser que se brosser les dents très régulièrement, par exemple toutes les heures, est une bonne idée. En réalité, elle est très mauvaise : un brossage des dents excessif abîme la surface des dents à long terme et finit par favoriser les caries. L'Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire recommande ainsi de se brosser les dents deux fois par jour, une fois le matin, une fois le soir. Pas plus.


En fait, il vaut mieux composer avec l’une de nos armes naturelles : la salive. On prend conscience de son rôle indispensable lorsque les glandes sont affectées dans certaines maladies et au cours du vieillissement. Elle a de nombreux atouts pour contrer les bactéries pathogènes :

  • elle diminue le temps de contact des sucres avec la surface des dents ;
  • elle contient de la lactopéroxydase, une enzyme qui induit la synthèse de produits toxiques pour les bactéries ;
  • elle contient de la lactoferrine qui inhibe le métabolisme du fer nécessaire à leur croissance ;
  • elle abaisse l’acidité du milieu, favorable aux bactéries pathogènes.

Si les caries sont fréquentes chez les personnes âgées, c’est aussi parce qu’en vieillissant, on a de moins en moins de salive. Et c’est aussi ce qu’il se passe chez les fumeurs.


Pour utiliser au mieux cette arme naturelle, nous avons deux possibilités :

  • Eviter à tout prix l’alimentation industrielle, plus molle, qui réduit considérablement la mastication et la sécrétion salivaire, et qui contient beaucoup trop d’aliments liquides et acidifiants comme les sodas (ce qui ne permet pas à la salive d’abaisser efficacement l’acidité de la bouche).
  • Réhabiliter la gomme à mâcher (toujours en fuyant les produits industriels bourrés de sucres) : aucun autre aliment que la gomme à mâcher ne provoque un stimulus de salivation efficace sans contribuer à l’apport calorique. On l’ignore souvent, mais elle fait partie des recommandations de très nombreuses organisations et associations bucco-dentaires.
    Nous nous brossons les dents, nous éliminons toutes les bactéries, y compris celles qui sont bénéfiques. En stimulant le flux salivaire, la gomme à mâcher contribue à n’éliminer que les mauvaise bactéries, celles qui pullulent en milieu acide.

En pleine émergence, les probiotiques oraux ont le même avantage.

Ce sont des bactéries bénéfiques, principalement du genre Lactobacillus et Bifidobacterium, qui ont le pouvoir de contrôler le développement des micro-organismes pathogènes à l’origine des caries (12).

Elles se présentent sous forme lyophilisées, c’est-à-dire complètement desséchées, mais en réalité, elles sont toujours en vie : lorsqu’on les introduit de nouveau dans un milieu soluble, comme la bouche, elles quittent leur état de dormance et reprennent leur activité. Pour coloniser le milieu et s’opposer aux bactéries pathogènes, les probiotiques doivent se nourrir d’un aliment spécifique : les fructo-oligosaccharides. Contrairement aux sucres simples, ces composés se comportent comme des fibres solubles et ne sont donc pas transformées par les bactéries pathogènes. On les ajoute donc aux compléments probiotiques oraux pour donner un coup de pouce aux bactéries bénéfiques et leur permettre d’entrer en compétition avec les autres.


Attention, si vous essayez cette option révolutionnaire, ne vous fiez pas aux apparences : ces fructo-oligo-saccharides, reconnus bénéfiques pour la santé, n’ont rien à voir avec le saccharose à l’origine des caries. Même nos récepteurs gustatifs peuvent s’y laisser prendre !

Les micronutriments qui renforcent le pouvoir de votre salive

La salive est une arme redoutable à condition que sa composition soit optimale. Comme celle-ci dépend avant tout de notre alimentation, il n’est pas étonnant de constater que des carences en plusieurs micronutriments accélèrent la chute des dents et perturbent le phénomène de reminéralisation de la dent (13).

Le plus important de ces micronutriments est la vitamine D.

On sait depuis plusieurs décennies que la vitamine D maintient la structure du squelette, contribue à la santé des os et des reins, réduit le risque de maladies cardio-vasculaires, agit contre l’inflammation et stimule le système immunitaire (14). Depuis peu, on sait aussi qu’elle influence significativement la santé de la cavité orale. Plusieurs propriétés peuvent expliquer cette action :

  • Sa régulation de la balance calcium-phosphate : elle augmente l’absorption du calcium et du phosphate (deux minéraux essentiels pour l’email) depuis le tractus gastro-intestinal, ainsi que la réabsorption du calcium au niveau des reins (ce qui favorise la reminéralisation de la dent).
  • Son effet immunomodulateur : elle augmente les mécanismes des réponses immunitaires acquise et innée pouvant intervenir contre les bactéries bucco-dentaires.
  • Son effet anti-infectieux : elle participe à la production de peptides antimicrobiens.
  • Son intervention dans le métabolisme des sucres : elle favorise la transformation de la proinsuline en insuline.

Plusieurs études ont ainsi montré que des taux adéquats de vitamine D permettaient de s’opposer au développement de la périodontite (atteinte de l’os de la dent), deuxième responsable de la chute des dents. La vitamine D empêcherait la production des cytokines pro-inflammatoires IL-1b et TNF-a qui jouent tous les deux un rôle déterminant dans la pathogénèse de la périodontite en entraînant une résorption osseuse (c’est-à-dire une destruction du tissu osseux) et en altérant la cicatrisation (15-16). Plusieurs études ont mis en évidence un lien entre de faibles apports en vitamine D (moins de 800 UI par jour) et la présence d’indicateurs de la maladie parodontale (17-19). Une supplémentation permet en revanche de réduire la parte osseuse alvéolaire et diminuer les taux de TNF-a au niveau des gencives (20).

br>

Mais ce n’est pas tout puisque la vitamine D fait mouche également contre la carie ! Plusieurs études démontrent l’association entre de faibles taux de vitamine D circulants et le risque de souffrir d’une carie (21). On a découvert par exemple que les enfants qui ne souffraient pas de carie avaient 2 à 3 fois plus de chances de disposer de taux de vitamine D optimaux. Même constat vis-à-vis de la production endogène de la vitamine D à partir du soleil : aux Etats-Unis, plus une région est ensoleillée, plus on produit de la vitamine D et moins on compte de caries (22).

Une méta-analyse de 24 essais cliniques a récemment confirmé ces observations en montrant qu’une supplémentation en vitamine D permet de prévenir la carie dentaire (23). Des études montrent en effet que la quasi-totalité des personnes (24-27) vivant sous les moyennes et hautes latitudes ont des niveaux de vitamine D inadéquats entre le mois d’octobre et le mois d’avril.

Le calcium est également un micronutriment décisif.

Des études épidémiologiques ont suggéré qu’il pouvait prévenir à la fois les caries et les périodontites (28-30). Et on l’explique facilement : les quantités de calcium et de phosphate dans la plaque bactérienne et dans la salive augmentent la reminéralisation de l’émail et diminuent l’adhérence des bactéries associées aux caries (31-32).

D’autres éléments mis en évidence par la communauté scientifique :

  • Des niveaux faibles de vitamine B12, de plus en plus fréquents, sont également associés à une aggravation de la périodontite et du taux de chute des dents (33).
  • Le type de gras consommé est également important : trop d’oméga-6 par rapport aux oméga-3 accélère la progression des maladies parodontales (34).
  • La vitamine B6 (35), la vitamine K (36) et la vitamine C œuvrent également contre les caries.
  • Le tissu gingivale présente l’un des taux de remplacement les plus élevés du corps humain et les protéines sont un élément-clé pour réussir ce remplacement.

En résumé, si vous souhaitez garder vos dents le plus longtemps possible, voici les 8 principaux conseils à suivre :


  • Mâchez de la gomme tous les jours, surtout après le repas du midi (choisissez-la sans sucre impérativement et la plus naturelle possible) ;
  • Veillez à des apports adéquats en vitamine D, en vous supplémentant au minimum en automne et en hiver, lorsque les taux circulants sont les plus faibles, et en vous exposant raisonnablement au soleil au printemps et en été.
  • Veillez à des apports adéquats en calcium, en augmentant la consommation des aliments qui en sont riches et en envisageant la supplémentation.
  • Brossez-vous les dents deux fois par jour, en évitant la brosse à dents électrique, plus abrasive et potentiellement nuisible à l’email des dents, à long terme (37).
  • Consommez des aliments et des fruits frais, en évitant à tout prix les sodas, les aliments industriels préparés et les produits riches en sucres.
  • Optez pour des probiotiques oraux surtout si vous avez la sensation de manquer de salive, si vous avez plus de 60 ans ou si vous fumez, pour rétablir un équilibre bactérien optimal dans votre bouche et lutter contre les bactéries pathogènes.
  • Prenez chaque jour un complément multivitaminé comme le Daily 3 pour vous éviter le risque de carence en certains micronutriments.
  • Consommez au moins 2 litres d’eau par jour.

Ne croyez plus que perdre ses dents, c’est normal ! La quasi-totalité des chutes n’est pas liée directement à la vieillesse, mais à la progression de bactéries pathogènes.



Références

  1. Nitschke I, Hopfenmüller W: Die Zahnmedizinische Versorgung älterer Menschen. [Dental care for older people.] In: Mayer, K. U. and Baltes, P. B.: Die Berliner Altersstudie. [The Berlin Aging Study.] Berlin: Akademie Verlag: 429–448; ISBN-13: 978-3050045085 (1996)
  2. Touger-Decker R, Mobley C (2013) Academy of nutrition and dietetics. Position of the academy of nutrition and dietetics: oral health and nutrition. J Acad Nutr Diet 113:693–701
  3. POUYSSEGUR Valérie, et al. Impact de la détérioration buccale sur le processus de vieillissement » Unité Odontologie Gériatrique CHU Nice. Le Chirurgien-dentiste de France, 17111/2005, n°1233, pp150-158
  4. Lowe G., Woodward M., Rumley A., Morrison C., Tunstal-Pedoe H. & Stephen K. (2003) Total tooth loss and prevalent cardiovascular disease in men and women: possible roles of citrus fruit consumption, vitamin C, and inflammatory and thrombotic variables. Journal of Clinical Epidemiology 56:694-700.
  5. Joshua H Gordon, Michael J LaMonte, Jiwei Zhao, Robert J Genco, Thomas R Cimato, Kathleen M Hovey, Matthew A Allison, Charles P Mouton, Jean Wactawski-Wende. Association of Periodontal Disease and Edentulism With Hypertension Risk in Postmenopausal Women. American Journal of Hypertension, 2018; DOI: 10.1093/ajh/hpy164
  6. Osterberg T., Era P., Gause-Nilsson I. & Steen B. (1995) Dental state and functional capacity in 75-year-olds in three Nordic localities. Journal of Oral Rehabilitation 22:653-660.
  7. D. Cerutti-Kopplin, J. Feine, D. M. Padilha, R. F. de Souza, M. Ahmadi, P. Rompre, L. Booij, E. Emami. Tooth Loss Increases the Risk of Diminished Cognitive Function: A Systematic Review and Meta-analysis. JDR Clinical & Translational Research, 2016; 1 (1): 10 DOI: 10.1177/2380084416633102
  8. Battistuzzi P., Kayser A. & Peer P. (1987) Tooth loss and remaining occlusion in a Dutch population. Journal of Oral Rehabilitation 14:541-547.
  9. Papapanou P.N., Wennstrom J.L. & Grondahl K. (1989) A 10-year retrospective study of periodontal disease progression. Journal of Clinical Periodontology 16:403-411.
  10. Paulander J., Axelsson P., Lindhe J.& Wennstrom J. (2004) Intra-oral pattern of tooth and periodontal bone loss between the age of 50 and 60 years. A longitudinal prospective study. Acta Odontologica Scandinavica 62:214-222.
  11. Richards W., Ameen J., Coll A.M. & Higgs G. (2005) Reasons for tooth extraction in four general dental practices in South Wales. British Dental Journal 198:275-278.
  12. Meurman JH. Probiotics: do they have a role in oral medicine and dentistry? Eur J Oral Sci. 2005;113:188-96.
  13. Alvarez, J. O. (1995) Nutrition, tooth development, and dental caries. American Journal of Clinical Nutrition 61, 410S–416S
  14. Christakos S, Dhawan P, Verstuyf A, Verlinden L, Carmeliet G. Vitamin D: metabolism, molecular mechanism of action, and pleiotropic effects. Physiological Reviews 2016; 96 (1): 365–408. doi: 10.1152/physrev.00014.2015 [PMC free article] [PubMed]
  15. Jimenez M, Giovannucci E, Krall Kaye E et al (2014) Predicted vitamin D status incidence of tooth loss and periodontitis. Public Health Nutr 17:844–852
  16. Stein SH, Livada R, Tipton DA (2014) Re-evaluating the role of vitamin D in the periodontium. J Periodont Res 49:545–553
  17. Alshouibi EN, Kaye EK, Cabral HJ et al (2013) Vitamin D and periodontal health in older men. J Dent Res 92:689–693
  18. Dietrich T, Joshipura KJ, Dawson-Hughes B et al (2004) Association between serum concentrations of 25-hydroxy vitamin D3 and periodontal disease in the US population. Am J Clin Nutr 80:108–113
  19. Miley DD, Garcia MN, Hildebolt CF et al (2009) Cross-sectional study of vitamin D and calcium supplementation effects in chronic periodontitis. J Periodontol 80:1433–1439
  20. Wang Q, Li H, Xie H et al (2013a) 25-hydroxy vitamin D3 attenuates experimental periodontitis through downregulation of TLR4 and JAK1/STAT3 signaling in diabetic mice. J Steroid Biochem Mol Biol 135:43–50
  21. Schroth RJ, Levi JA, Sellers EA et al (2013) Vitamin D status of children with severe early childhood caries: a case–control study. BMC Pediatr 13:174
  22. Grant WB (2011) A review of the role of solar ultraviolet-B irradiance and vitamin D in reducing risk of dental caries. Dermatoendocrinol 3:193–198
  23. Hujoel PP (2013) Vitamin D and dental caries in controlled clinical trials: systemic review and meta-analysis. Nutr Rev 71:88–97
  24. Ganji V, Zhang X, Tangpricha V. Serum 25-hydroxyvitamin D concentrations and prevalence estimates of hypovitaminosis D in the U.S. population based on assay-adjusted data. J Nutr 2012;142(3):498–507. doi: 10.3945/jn.111.151977
  25. Greene-Finestone LS, Berger C, de Groh M, Hanley DA, Hidiroglou N, Sarafin K et al. 25-Hydroxyvitamin D in Canadian adults: biological, environmental, and behavioral correlates. Osteoporos Int2011;22(5):1389–1399. doi: 10.1007/s00198-010-1362-7
  26. Płudowski P. Konstantynowicz J, Jaworski K. Assessment of vitamin D status in Polish adult population. Standardy Medyczne/Pediatria 2014;(11):609–617.
  27. Vierucci F, Del Pistoia M, Fanos M, Erba P, Saggese G. Prevalence of hypovitaminosis D and predictors of vitamin D status in Italian healthy adolescents. It J Pediatr 2014;40:54 doi: 10.1186/1824-7288-40-54
  28. Adegboye ARA, Twetman S, Christensen LB, Heitmann BL (2012) Intake of dairy calcium and tooth loss among adult Danish men and women. Nutrition 28:779–784
  29. Hung HC, Willett W, Ascherio A, Rosner BA, Rimm E, Joshipura KJ (2003) Tooth loss and dietary intake. J Am Dent Assoc 134:1185– 1192
  30. Adegboye AR, Fiehn NE, Twetman S, Christensen LB, Heitmann BL (2010) Low calcium intake is related to increased risk of tooth loss in men. J Nutr 140:1864–1868
  31. Moynihan P, Petersen PE (2004) Diet, nutrition and the prevention of dental diseases. Public Health Nutr 7:201–226
  32. Danielsson NL, Hernell O, Johansson I (2009) Human milk compounds inhibiting adhesion of mutans streptococci to host ligandcoated hydroxyapatite in vitro. Caries Res 43:171–178
  33. Zong, G., Holtfreter, B., Scott, A. E., Volzke, H., € Petersmann, A., Dietrich, T., Newson, R. S. & Kocher, T. (2016) Serum vitamin B12 is inversely associated with periodontal progression and risk of tooth loss: a prospective cohort study. Journal of Clinical Periodontology 43, 2–9.
  34. Iwasaki, M., Taylor, G. W., Moynihan, P., Yoshihara, A., Muramatsu, K., Watanabe, R. & Miyazaki, H. (2011) Dietary ratio of n-6 to n-3 polyunsaturated fatty acids and periodontal disease in community-based older Japanese: a 3-year follow-up study. Prostaglandins, Leukotrienes and Essential Fatty Acids 85, 107–112.
  35. Salam, R. A., Zuberi, N. F. & Bhutta, Z. A. (2015) Pyridoxine (vitamin B6) supplementation during pregnancy or labour for maternal and neonatal outcomes. The Cochrane Database of Systematic Reviews 6, CD000179.
  36. Southward, K. (2015) A hypothetical role for vitamin K2 in the endocrine and exocrine aspects of dental caries. Medical Hypotheses 84, 276–280
  37. Bizhang M, Schmidt I, Chun Y-HP, Arnold WH, Zimmer S (2017) Toothbrush abrasivity in a long-term simulation on human dentin depends on brushing mode and bristle arrangement. PLoS ONE 12(2): e0172060. doi.org/10.1371/journal.pone.0172060
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Oral Health

Une combinaison de probiotiques idéale pour la santé bucco-dentaire.

www.supersmart.com
Calcium Orotate

Associé à 50 mg d'orotate de magnésium pour accroître son efficacité

www.supersmart.com
Mastic Gum Elma 50

Chewing gum sans sucre ni aspartame à l'huile essentielle de Pistacia lentiscus

www.supersmart.com
Vitamin D3 5000 UI

Pour pallier les dangereux déficits en vitamine D.
Vitamine liposoluble sous forme huileuse = biodisponibilité augmentée

www.supersmart.com
A découvrir aussi
27-12-2017
Brossage de dents : et si on...
En matière d’hygiène bucco-dentaire, vous n’êtes pas du genre à déroger aux recommandations des professionnels. Chez vous, le brossage des dents, c’est 3 fois par...
Lire plus
01-04-2002
Une hygiène bucco-dentaire rigoureuse Pour conserver des...
Conserver des dents saines tout au long de sa vie passe par une hygiène bucco-dentaire rigoureuse. En France, les études montrent que la presque totalité...
Lire plus
Format PDF
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer