Accueil  >  Alzheimer (maladie d')  >  Une combinaison totalement inédite...
06-02-2019

Une combinaison totalement inédite pour prévenir la maladie d’Alzheimer et le déclin cognitif

declin cognitif En janvier 2019, nous vous avions partagé un article intitulé « Eliminez la gelée qui a envahi votre cerveau » démontrant l’importance des acides gras oméga-3 pour la préservation du cerveau et l’optimisation des fonctions cognitives au cours du vieillissement.


En le lisant, vous avez appris plusieurs choses capitales :


  • L’organisme utilise les oméga-3 d’origine alimentaire pour fabriquer des graisses particulières (des phospholipides).
  • Ces graisses particulières s’incorporent dans les membranes cellulaires, notamment au niveau du cerveau, et ce faisant, elles les rendent plus souples, plus fluides.
  • La fluidité des membranes est indispensable au bon fonctionnement de la communication nerveuse : elle permet d’optimiser la transmission de l’information de neurone en neurone (au cours d’un phénomène appelé transmission synaptique).
  • Du fait de plusieurs facteurs récents (chute de la consommation des fruits à écale et de poissons, augmentation drastique de la consommation d’oméga-6), nos membranes manquent de plus en plus d’oméga-3 et deviennent rigides.
  • Cette rigidité accélère le déclin cognitif en perturbant la continuité de l’information nerveuse.
  • La supplémentation en oméga-3 permet, en quelques mois seulement, une incorporation progressive dans les membranes cellulaires et une fluidité retrouvée.

Une nouvelle étude dévoilée dans une récente conférence montre que cette incorporation dans les membranes cellulaires ne se fait pas toujours de façon optimale. Chez certaines personnes, fortement à risque de la maladie d’Alzheimer, il y a une étape dans le processus qui ne fonctionne pas bien : la fabrication des graisses particulières contenant les oméga-3. En effet, les acides gras oméga-3 n’intègrent pas directement les membranes cellulaires : ils doivent au préalable être assemblés avec d’autres composants pour former les phospholipides, les graisses capables de s’immiscer dans les membranes. Et cet assemblage se produit au niveau du foie !


L’équipe de chercheurs de l'Université de Pennsylvanie a montré que chez les personnes atteintes de déficience cognitive légère, de problèmes de mémoires ou de début de maladie d’Alzheimer, la fabrication de certains de ces phospholipides (notamment les plasmalogènes, indispensables au bon fonctionnement du tissu nerveux) était défaillante. En temps normal, ces graisses (qui contiennent les précieux oméga-3) quittent le foie et rejoignent le cerveau par l’intermédiaire des vaisseaux sanguins. Mais dans les cas cités précédemment, les chercheurs ont constaté des taux circulant anormalement faibles, signe que la production au niveau du foie est altérée.


Pour l’un des auteurs, cette baisse de la production accompagne vraisemblablement le vieillissement : « avec l’âge, le foie peut ne plus en produire suffisamment ». Mais plusieurs facteurs peuvent influencer son vieillissement ! Certaines affections comme le diabète et l’obésité obligent le foie à travailler plus activement, pour métaboliser les acides gras, ce qui aboutit à une « fatigue » prématurée. Il est probable aussi que certaines personnes possèdent des gènes qui les prédisposent à une altération plus rapide du métabolisme des lipides dans le foie, et ces gènes sont d’ailleurs associés à la maladie d’Alzheimer. Chez ces personnes diminuées, la supplémentation en oméga-3 fonctionne moins bien car le foie n’est pas capable d’utiliser l’ensemble des précieuses ressources qui arrivent jusqu’à lui. Une partie des oméga-3 ingérés n’ira donc jamais jusqu’au cerveau.

Ces résultats et leurs implications ouvrent un champ de recherche totalement nouveau pour développer des approches nutritionnelles préventives de la maladie d’Alzheimer et du déclin cognitif de manière générale. Ils encouragent toujours une supplémentation en oméga-3 (le DHA pourrait réduire de moitié le risque de maladie d’Alzheimer grâce au renouvellement des membranes biologiques (1-2)), mais suggèrent de lui associer des mesures susceptibles de soutenir la fonction hépatique.


Dans le monde de la supplémentation, on répertorie 3 compléments alimentaires de grand intérêt pour optimiser la santé du foie :


  • L’extrait de Chardon-Marie (aussi connu sous le nom d’artichaut sauvage) standardisé en silymarine. C’est cette molécule qui présente des propriétés antioxydantes et hépatoprotectrices remarquables.
  • L'extrait de Picrorhiza kurroa standardisé en kutkin, un stimulant de la régénération hépatique. Les deux extraits sont associés avec d’autres substances d’intérêt pour le foie dans la formule réputée Liver Support Formula.
  • La choline, un nutriment essentiel généralement rangé dans la classe des vitamines B, qui présente à la fois des propriétés hépatoprotectrices exceptionnelles et la particularité de soutenir la fonction cognitive ! Un candidat parfait pour intégrer les toutes dernières données de la recherche et reconnue officiellement par l’EFSA pour son optimisation de la fonction hépatique…

Ces 3 ingrédients naturels constituent donc des pistes très prometteuses pour soutenir le foie et, par effet ricochet, repousser le déclin cognitif. Ils accompagnent parfaitement une cure d'oméga-3 destinée à renforcer la fonction cognitive.


La combinaison suggérée (pendant au moins 3 mois) :
2 à 4 gélules par jour de CDP Choline 250 mg.
3 softgels de Super Oméga-3 par jour au moment des repas.
Pour les personnes diminuées ou à risque, 3 gélules supplémentaires de Liver Support Formula par jour.


L’étude principale de l’article :
Alzheimer's Association International Conference® 2018 24-Jul-2018 Alzheimer's disease risk impacted by the liver, diet


Autres références

  1. S. C. Cunnane, M. Plourde, F. Pifferi et M. Bégin, « Fish, docosahexaenoic acid and Alzheimer's disease », Progress in Lipid Research, vol. 48,‎ 1er septembre 2009, p. 239–256
  2. Martha Clare Morris, Denis A. Evans, Julia L. Bienias et Christine C. Tangney, « Consumption of fish and n-3 fatty acids and risk of incident Alzheimer disease », Archives of Neurology, vol. 60,‎ 1er juillet 2003, p. 940–946
Commander les nutriments évoqués dans cet article
CDP Choline 250 mg

Forme améliorée et biodisponible de l'important nutriment choline

www.supersmart.com
Super Omega 3 - 500 mg

EPA et DHA : un des produits les plus naturels, les plus purs, les plus puissants et les plus stables du marché

www.supersmart.com
Liver Support Formula

Nouvelle formule améliorée et renforcée
Soutient naturellement la fonction hépatique

www.supersmart.com
A découvrir aussi
21-02-2018
Maladie d’Alzheimer : une nouvelle piste thérapeutique...
Il n'existe aujourd'hui aucun traitement permettant de guérir la maladie d’Alzheimer. C’est un constat violent et difficile à faire entendre aux 900 000 personnes touchées...
Lire plus
07-08-2017
Les nouveaux espoirs pour contrer le développement...
Aux côtés des compléments classiques (acétyl-L-carnitine, acide alpha-lipoïque, oméga-3, thé vert, curcuma, Ginkgo biloba), apparaissent des molécules novatrices pour préserver les facultés cognitives. En agissant...
Lire plus
20-02-2017
Vitamines B : l’acide folique pour diminuer...
Une étude récente donne un nouvel espoir dans la lutte contre les maladies neurodégénératives dont la maladie d’Alzheimer et la démence. Si plusieurs chercheurs avaient...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer