Accueil  >  Probiotiques et Prébiotiques  >  Probiotiques : les dernières...
17-10-2018

Probiotiques : les dernières découvertes annoncent une véritable révolution intestinale

Probiotiques Pour trouver des écosystèmes encore inexplorés, il n’est pas nécessaire d’aller étudier les fonds marins abyssaux ou le sol des planètes telluriques. L’inconnu se cache au cœur de nos intestins : plus de 100 000 milliards de bactéries s’y épanouissent, pour un poids total plus lourd que celui de notre cerveau. Aucun chercheur n’aurait imaginé, il y a quelques décennies, un univers aussi riche. Nous sommes encore loin de comprendre le fonctionnement de cet organe « étranger », dont les gènes sont 25 fois plus nombreux que les nôtres, mais nous découvrons, chaque jour, une nouvelle implication de celui-ci avec notre santé. Des implications surprenantes qui ont révolutionné notre façon de comprendre certaines maladies actuellement en pleine expansion comme l’asthme, la dépression, l’obésité, les allergies, l’autisme et les maladies auto-immunes.

Nous sommes un être hybride « humain-microbes »

Comment expliquer que des bactéries vivant dans les intestins puissent entraîner des dysfonctionnements impactant l’ensemble du corps humain ? La communauté scientifique en est désormais certaine : l’homme et son microbiote vivent en symbiose. Au fil des générations, ils ont évolué de façon très étroite au point de ne plus former aujourd’hui qu’un être hybride humain-microbes où chacun est indispensable à l’autre. L’homme ingère une quantité d’aliments qu’il ne peut pas digérer mais qui sert à nourrir des milliards de microbes dans son tube digestif. En retour, ces micro-organismes bénéfiques améliorent son espérance de vie, en augmentant le taux d’absorption des micronutriments importants, en modulant son stress ou en équilibrant son tissu adipeux. Ils aident l’homme à vivre plus longtemps et ce faisant, ils assurent leur propre survie. Plus les hommes présentent un microbiote utile et efficace, plus ils ont de chance de survivre - et donc de se reproduire - et plus ils pourront transmettre les mêmes groupes de bactéries à leurs descendants. Lors de l’accouchement, la flore intestinale de la maman est ainsi transmise intégralement au nouveau-né. C’est un mélange unique et précieux qui lui garantit une santé optimale pour démarrer sa nouvelle vie à l’air libre.


Facteurs impactant le microbiote


Avec le temps, l’homme a délégué de plus en plus de fonctions à cet organe hors du commun. Notre microbiote a pris en charge une partie de la maturation de notre système immunitaire : en lui apprenant à réagir de façon appropriée face à des bactéries bénéfiques ou pathogènes, il contribue à un meilleur équilibre immunitaire et à un fonctionnement optimal de nos systèmes de défense. Il s’occupe également de moduler les niveaux inflammatoires du système nerveux en communiquant en permanence avec le cerveau. Nous lui avons fait confiance sans vraiment le connaître et désormais nous ne pouvons plus nous passer de lui. Aujourd’hui, c’est un véritable problème car nous avons adopté de nouveaux modes de vie qui ne permettent plus de satisfaire ses besoins. En opérant de profonds changements dans notre alimentation, nous avons en quelque sorte rompu le contrat qui nous liait à notre microbiote. Celui-ci ne trouve plus de carburant intéressant dans les aliments que nous ingérons, ce qui l’amène progressivement à déserter nos intestins. Pire que cela, nous lui mettons des bâtons dans les roues en ingérant des aliments improbables dont les éléments non digérés vont nourrir des bactéries pathogènes concurrentes ! Ce n’est donc pas une surprise si le couple entier bat de l’aile. Le microbiote souffre et l’homme en pâtit : il devient plus sensible, moins stable, plus malade.

Ces 100 000 milliards d’amis intimes que nous sommes en train de perdre

L’évolution de notre alimentation fragilise la survie des 100 000 milliards d’amis avec qui nous avons marché main dans la main durant des millénaires. Ces amis sont pourtant uniques : il n’existe pas deux microbiotes identiques dans le monde entier. A la naissance, nous présentons chacun une combinaison qui dépend à la fois de nos gènes et des souches que notre mère nous a transmises, mais celle-ci change avec le temps, en fonction de facteurs environnementaux tels que notre niveau d’activité physique ou notre alimentation. Autrement dit, la composition de notre microbiote n’est jamais acquise : il faut l’entretenir car elle peut se dégrader à tout moment. Lorsqu’elle se dégrade, on constate une chute de la diversité des microbes bénéfiques, mais également la présence de bactéries qu’on ne rencontre pas dans un microbiote sain. Grâce au séquençage d’ADN, les chercheurs ont mis en évidence ce type de bactéries dans les voies digestives des personnes atteintes de diabète, d’obésité ou de cirrhose. La plupart d’entre elles joueraient très probablement un rôle dans la prise de poids et les processus d’inflammation rencontrés dans de très nombreuses maladies.

"Les maladies auto-immunes et les allergies sont liées aux dérèglements intestinaux" Georges Mouton auteur d’"Ecosystème intestinal et santé optimale".

Que se passerait-il si les micro-organismes bénéfiques quittaient définitivement nos intestins ? Les chercheurs ont montré récemment que sans ces amis, un mammifère n’irait pas bien loin. Des expériences menées sur des rongeurs élevés « dans une bulle » et n’ayant jamais été en contact avec le moindre microbe (c’est à dire sans microbiote) l’ont très bien mis en évidence. Pour ces rongeurs, rien n’est facile : l’absence de bactéries les rend très vulnérables aux germes pathogènes, et rapidement, ils se trouvent rongés par les maladies, les allergies et le stress. Comme les humains, les rongeurs ont évolué en symbiose avec un groupe de bactéries bénéfiques répondant à leurs besoins et s’adaptant à leur alimentation spécifique. Ces expériences sont donc facilement transposables à l’homme. Sans microbiote intestinal, nous ne pourrions pas espérer vivre en bonne santé, et même probablement, espérer vivre tout court. Heureusement, nous n’en sommes pas là. Pour l’heure, notre microbiote est toujours en vie, mais sa composition change et la qualité des souches qui le composent se dégrade à un rythme toujours plus soutenu. Les conséquences sont déjà perceptibles et tout indique que ça n’est que le commencement :


  • Le nombre et la diversité des maladies auto-immunes (diabète de type 1, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, lupus, syndrome de Raynaud…) explose. Ces pathologies mal connues résultent d'un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant celui-ci à s’attaquer aux constituants normaux de l’organisme. Leur nombre n’a cessé d’augmenter depuis les années 1970 : on en recense près de 80 aujourd’hui.
  • L’inflammation chronique, quasi-systématique en cas de maladie auto-immune, se généralise à vitesse grand V. Souvent asymptomatique à ses débuts, elle a tendance à devenir chronique lorsque les symptômes se manifestent. Lentement mais sûrement, elle favorise des modifications locales de l’organisation cellulaire et tissulaire et entraîne l’apparition de pathologies très diverses (cardiovasculaires, neuro-dégénératives, auto-immunes…).
  • La prévalence des allergies a considérablement augmenté au cours des 30 dernières années. Elles correspondent à un dérèglement du système immunitaire associé à une perte de la tolérance vis-à-vis de substances a priori inoffensives : les allergènes. Les allergies peuvent avoir des manifestations cutanées (urticaire, dermatite), respiratoires (rhinite, asthme) ou généralisées (anaphylaxie) : on estime aujourd’hui que 30 % de la population est concernée par une maladie allergique. Du jamais vu.
  • Les maladies qui affectent le système cognitif comme la dépression, la schizophrénie ou les maladies neuro-dégénératives sont également en pleine expansion et ont un lien direct avec le microbiote.

La dégradation de notre microbiote se manifeste par le remplacement de certaines souches bénéfiques par des pathogènes mais aussi par la chute spectaculaire de la diversité des micro-organismes. Il y a encore quelques années, nous pensions qu’il fallait éviter au maximum que les bébés soient en contact avec les microbes. C’est une époque, pas totalement révolue, qui a vu grimper en flèche le nombre de césariennes, de traitements antibiotiques intensifs et de mesures d’hygiène drastiques. Aujourd’hui, nous savons que c’était une erreur dramatique : les microbiotes des nourrissons ont tardé à se diversifier et aujourd’hui, les adultes ont un système immunitaire défaillant qui encourage le développement d’innombrables pathologies. Les chercheurs ont montré scientifiquement que les mammifères élevés dans un milieu stérile développaient des allergies plus sévères que leurs homologues élevés normalement, ce qui coïncide avec une vieille observation selon laquelle les enfants qui vivent à la ferme (et qui sont aujourd’hui de moins en moins nombreux) contractent beaucoup moins d’allergies que les enfants qui vivent en ville.


Flore intestinale


Comment expliquer ce paradoxe ? C’est au cours des premières années de la vie que les microbes apprennent l’immunité à se contrôler. Ils lui enseignent très finement comment reconnaître les intrus, comment réagir de façon appropriée, comment tolérer une partie d’entre eux et combattre les autres. A leurs côtés, le système immunitaire apprend aussi à graduer ses réactions, à se montrer moins impulsif ou plus franc quand la situation l’exige. C’est un véritable entraînement à l’issue duquel l’organisme saura équilibrer au mieux ses réponses immunitaires. Plus les bactéries sont nombreuses et diversifiées, plus le niveau de l’entraînement est élevé. Dans nos sociétés modernes, ce niveau est de plus en plus bas, et les systèmes immunitaires n’atteignent jamais un degré suffisant de maturité.

Lorsqu’on nourrit mal nos bactéries

Les propriétaires d’animaux de compagnie se soucient de plus en plus de la composition des croquettes qu’ils donnent à leurs fidèles complices. Sont-elles vraiment adaptées à leurs besoins ? Quelle est la part des céréales dans la composition totale ? La quantité de micronutriments correspond-t-elle à ce qu’ils mangeraient dans la nature ? De telles questions sont légitimes, surtout lorsque nous découvrons les dérives de l’industrie agro-alimentaire à destination des humains, mais elles prêtent à sourire : la plupart du temps, ces personnes ne se soucient absolument pas de l’alimentation idéale des organismes qui sont encore plus proches d’elles puisqu’ils vivent dans leurs intestins.

Pourtant, comme nos compagnons à pattes, les microbes symbiotiques ont des préférences alimentaires. La grande majorité d’entre eux se régalent de fibres alimentaires, ces longues chaînes polysaccharidiques qu’on trouve en abondance dans les fruits, les légumes frais et les céréales à grains complets. Chaque espèce dispose de ses propres enzymes pour dégrader, fermenter et utiliser l’énergie contenue dans ces fibres indigestibles pour l’organisme humain. Si vous avez un bon microbiote, ces fibres sont réduites en morceaux de plus en plus petits, de l’intestin grêle jusqu’au côlon, avant de disparaître complètement en bout de chaîne. Ôtez-les de votre alimentation, et ces bactéries quitteront peu à peu votre environnement intestinal, à votre grand désarroi. Incluez-les massivement à vos repas (mais de façon très progressive), et vous augmenterez au contraire la diversité de ces bactéries bénéfiques.


Microbiote et fibres


Malheureusement, les sociétés modernes conduisent davantage à la suppression des fibres dans l’alimentation humaine que l’inverse. L’effondrement des traditions culinaires, l’industrialisation de l’alimentation, le raffinage des céréales, la défection des produits végétaux frais : tout concourt à une raréfaction des fibres et à une menace sérieuse du microbiote. Et nous en rajoutons même une couche en favorisant d‘autres micro-organismes concurrents qui eux sont pathogènes.

Nos nouvelles mauvaises fréquentations : les bactéries et champignons pathogènes

L’exposition fréquente de notre organisme à des antibiotiques, soit du fait de traitements médicamenteux réguliers, soit indirectement par la consommation d’animaux d’élevage, perturbe gravement le microbiote. Par définition, ces médicaments entravent le fonctionnement des bactéries : à moyen terme, ils conduisent donc de façon durable, voire définitive, à l’éradication des bactéries qui peuplent notre tube digestif. Bien sûr, après la fin d’un traitement, des bactéries repeuplent les terres abandonnées, mais toutes les bactéries bénéfiques ne retrouvent pas leur place…

D’autres facteurs environnementaux favorisent des pathogènes concurrents. En dehors des athlètes et des personnes âgées, la majorité des personnes occidentales consomment beaucoup trop de protéines (en Europe, environ 1,7 fois plus que ce qui est recommandé), conséquence d’un accès presque illimité aux produits d’origine animale. Or, une partie de ces bactéries en excès ne sont ni digérées ni assimilées par l’organisme : elles sont donc encore intactes lorsqu’elles arrivent dans le côlon au contact du microbiote. Une partie des bactéries intestinales parvient à les dégrader mais cette consommation entraîne la production de deux produits toxiques pour les cellules de la muqueuse intestinale : le sulfure d’hydrogène et le p-cresol. Les deux composés peuvent passer dans la circulation sanguine et favoriser l’inflammation dans plusieurs organes comme le rein ou le foie. En consommant des protéines en excès, nous favorisons les bactéries qui en sont friandes et nous plantons un poignard dans le dos de nos alliés de toujours, les bactéries bénéfiques. Le même phénomène se produit d’ailleurs lorsque nous consommons des quantités de sucres raffinés totalement inappropriées, c’est-à-dire pratiquement tous les jours. Cette altération est dramatique puisque les mamans transmettent ensuite leur microbiote à leurs enfants : la qualité du microbiote se dégrade donc de génération en génération (20).

Comment couper court avec ces fréquentations peu recommandables qui contribuent à l’inflammation chronique et au développement de maladies ? Comme souvent en alimentation, ça n’est pas facile : des cercles vicieux se mettent en place sournoisement, sans crier gare. Ainsi, des chercheurs ont découvert que notre flair serait influencé par la nature des micro-organismes qui peuplent notre tube digestif ! Autrement dit, nos préférences alimentaires ou nos envies culinaires pourraient être en partie dictées par les milliards de bactéries qui se nourrissent des restes du repas. Si vous avez une flore intestinale de mauvaise qualité, qui s’est adaptée à une alimentation trop riche en protéines animales par exemple, vous seriez donc plus facilement disposé(e) à opter pour un menu riche en viandes simplement parce que votre microbiote vous y invite. Ces travaux fascinants ouvrent des perspectives nouvelles pour mieux comprendre les troubles du comportement alimentaire…

Le pouvoir fantastique des fibres

Le manque de maturité de nos systèmes immunitaires ne pourra pas être rattrapé. Mais il est encore temps de veiller à préserver ou à reconstituer un microbiote qui soit le plus sain possible. Deux grandes solutions existent pour y parvenir. La première, nous l’avons déjà évoqué, consiste à augmenter progressivement la quantité de fibres alimentaires (qu’on appelle également prébiotiques), tout en diminuant les sources de protéines animales et de sucres raffinés. Ce faisant, nous favorisons le développement des bactéries saines et nous affamons celles qui sont pathogènes. Il est relativement facile de trouver des aliments qui sont riches en fibres puisqu’on les trouve dans pratiquement toutes les légumineuses, ainsi que dans la quasi-totalité des fruits et légumes frais. Néanmoins, pour celles et ceux qui auraient des difficultés à consommer plus de dix fruits et légumes par jour (en raison de contraintes de temps par exemple), il est possible de recourir à des prébiotiques d’origine naturelle comme les fructo-oligosaccharides, conçus à partir de simples betteraves et suffisamment concentrés pour alimenter des millions de bactéries bénéfiques.

Une telle stratégie permet de faciliter la recolonisation de l’intestin par des bactéries bénéfiques, et notamment celles qui libèrent des acides gras à chaines courtes (butyrate et propionate). Ces composés, relativement peu connus, ont une portée exceptionnelle sur la santé. Ils expliquent une grande partie des propriétés bénéfiques allouées au microbiote. Voici une liste de leurs effets sur la santé - vous allez mieux comprendre - :


  • Le butyrate agit sur la perméabilité de la muqueuse intestinale. Il renforce l’adhésion et la solidité des jonctions entre les cellules de la paroi en augmentant l’expression de plusieurs protéines de structure. Il diminue de fait le passage de bactéries et de certains composés (les lipopolysaccharides et les antigènes toxiques qu’on retrouve en masse dans l’alimentation industrielle) à travers la paroi, responsables de l’inflammation chronique.
  • Le propionate et le butyrate réduisent la fabrication de lipides par les hépatocytes du foie et empêchent les cellules de Kupffer de produire des cytokines proinflammatoires.
  • Les acides gras à chaînes courtes facilitent la satiété et augmentent l’insulino-sensibilité des cellules (ce qui peut améliorer l’évolution du diabète).
  • Le propionate et le butyrate interfèrent avec les cellules immunitaires pour diminuer l’intensité et l’incidence des maladies inflammatoires.

Au vu de ces propriétés remarquables, nous pourrions nous demander pourquoi ne pas consommer directement des acides gras à chaines courtes. En fait, on ne les trouve qu’en petites quantités dans des aliments qui ne sont pas forcément recommandables à long terme comme le beurre ou le fromage. Mieux vaut donc compter sur une flore intestinale stable, capable de produire ces composés en continu, à deux pas de leurs zones d’action.

A retenir : une consommation quotidienne de fibres, comprise entre 60 et 80 grammes, permet en seulement quelques mois d’accroître considérablement la diversité du microbiote et de l’enrichir en bactéries capables de libérer du propionate et de du butyrate.

Les probiotiques : une médecine de demain déjà disponible

La deuxième solution s’appuie sur des travaux novateurs ayant mis en lumière le pouvoir thérapeutique immense des probiotiques. Les probiotiques, ce sont des micro-organismes, souvent des bactéries, qui proviennent de certains aliments comme les yaourts laitiers ou le kefir et qui agissent favorablement sur le microbiote intestinal. Leurs effets sont transitoires : elles ne s’implantent pas réellement comme les bactéries commensales du microbiote humain mais elles favorisent le retour de celles-ci et chassent les intrus.

L’idée que les bactéries de certains aliments contribuent à notre santé n’est pourtant pas neuve ! En 1908, le savant Ilya Metchnikov affirmait déjà que l’étonnante longévité des Bulgares découlait de leur grande consommation de yaourts. Au début du siècle, ce type de produits était d’ailleurs vendu exclusivement en pharmacie… Depuis, la recherche a fait des progrès considérables grâce à des milliers d’études portant sur les probiotiques et le microbiote intestinal. Nous savons aujourd’hui que le cerveau communique en permanence avec le microbiote, et que ce dialogue est bilatéral : le cerveau envoie des messages aux micro-organismes symbiotiques, mais l’inverse est vrai également, et ces messages ont un impact sur des mécanismes physiologiques et psychologiques très variés (anxiété, dépression, troubles de l’humeur, réponses émotionnelles…). Comment des probiotiques peuvent-ils agir pour améliorer ces échanges surréalistes ? On compte 3 mécanismes distincts :


  • Chez l’enfants en bas âge, ils favorisent une saine maturation du système immunitaire de l’enfant, en défaveur des réactions allergiques.
  • Chez l’adulte, ils favorisent l’expansion de certaines bactéries bénéfiques qui synthétisent du butyrate, un acide gras connu aux propriétés exceptionnelles.
  • Ils réduisent également, par le biais de la concurrence aux ressources, les populations de certaines bactéries pathogènes, notamment celles qui sont suspectées d’être impliquées dans le développement de pathologies inflammatoires et intestinales (comme Bilophila wadsworthia).

Les dernières découvertes font mention d’implications du microbiote sur la santé tout à fait étonnantes.

1) La neuroinflammation

L’ingestion de certains probiotiques comme Lactobacillus farcimins, une bactérie lactique, permettrait de restreindre la perméabilité de la barrière intestinale, réduisant le passage dans la circulation sanguine de composés proinflammatoires. Or, ces derniers sont incriminés dans l’induction d’une neuroinflammation au niveau du cerveau, accentuant les effets négatifs du stress et augmentant considérablement le risque de maladies neurodégénératives. Cette neuroinflammation serait même directement associé au déclin cognitif !

Une étude très récente, parue en septembre 2018 dans la revue Frontiers in Immunology, a montré que la neuroinflammation liée au vieillissement et à l’alimentation provoquait la libération de substances chimiques connues pour enrayer la fonction cognitive. Or, il s’avère que le butyrate, l’un des acides gras à chaines courtes fabriqués par les « bonnes » bactéries, pouvait empêcher la libération de ces substances nocives. Et l’un des moyens les plus efficaces de jouir des effets du butyrate est de consommer plus de fibres !

« Ce que vous mangez est important. Nous savons que les séniors consomment 40 % de fibres en moins que ce qui est recommandé. Ne pas ingérer suffisamment de fibres peut avoir des conséquences négatives pour des choses que vous n’imaginez même pas, comme la santé du cerveau et l’inflammation en général. » Jeff Woods, professeur de Kinésiologie et co-auteur de l’étude.

2) les problèmes dermatologiques

Nous savons depuis plusieurs années que le passage de composés proinflammatoires dans la circulation sanguine est associé à l’inflammation au niveau de la peau, mais un tout autre phénomène a été avancé pour expliquer les conséquences désastreuses d’un mauvais microbiote sur le plan dermatologique. Les probiotiques et les bactéries bénéfiques modulent le système immunitaire en activant plusieurs types de cellules, comme les cellules dendritiques, les lymphocytes T et les cellules NK. Or, ces cellules, qui sont anormalement réduites chez les animaux dépourvus de flore intestinale, contribuent à une augmentation de la production d’interleukine 10 (IL10) (9-10), une cytokine à fort pouvoir anti-inflammatoire sécrétée par l’organisme en réaction à plusieurs conditions pathologiques comme l’eczéma ou la dermatite. Les chercheurs ont des doutes sur le lien entre microbiote et troubles de la peau depuis qu’ils ont remarqué que les troubles du transit et les pathologies intestinales comme la maladie de Crohn ou le syndrome de l’intestin irritable s’accompagnent très souvent de manifestations dermatologiques.

C’est sur la base de ces travaux très récents que de nouveaux probiotiques ont vu le jour au cours des derniers mois. Parmi ces derniers, il faut compter sur Derma Relief, une formule contenant 4 souches de probiotiques sélectionnées pour leur intérêt vis-à-vis de la peau (Lactobacillus casei, Lactobacillus rhamnosus, Lactobacillus plantarum et Bifidobacterium lactis). Ces souches, destinées à coloniser l’intestin, ont été étudiées par le docteur Meneghin dans le cadre d’une analyse de 37 essais cliniques portant sur l’intérêt des probiotiques oraux sur le plan dermatologique : elles se sont montrées efficaces en prévention comme en traitement !

La révolution intestinale est en marche

Avec le séquençage récent du génome humain et l’identification des gènes de prédisposition, nous avons déjà fait un grand pas vers la médecine de demain. Il ne reste plus qu’à comprendre dans son intégralité cet univers fascinant qu’est le microbiote et à produire des bactéries humaines sur-mesure pour prévenir et traiter toutes les pathologies citées dans cet article. Le défi sera ensuite d’industrialiser leur production et de les mettre en poudre, car ces bactéries sont très sensibles à l’oxydation. Une première étape a déjà été franchie par A-Mansia, une spin-off biotechnologique fondée par deux universités, avec le développement d’un complément alimentaire à base d’Akkermansia, l’une des nombreuses espèces de bactéries qui composent notre microbiote intestinal. En attendant le résultat des premiers essais cliniques, il faudra toujours compter sur les probiotiques d’origine alimentaire (une liste figure à la fin de cet article) dont les effets bénéfiques sont toujours plus nombreux. Ils représentent les prémisses d’une médecine qui prend enfin en compte le fait que l’homme et son microbiote sont une symbiose essentielle au maintien de la santé et du bien-être. Une véritable révolution est en train de naître…


Ceux qui devraient relire l’article une seconde fois :


  • les personnes qui ne consomment pas suffisamment de fruits et légumes ;
  • les personnes qui mangent beaucoup de viande (au moins une fois par jour en moyenne) ;
  • les personnes qui souffrent d’allergies ou de pathologies auto-immunes ;
  • les personnes victimes d’eczéma ou d’autres problèmes de peau ;
  • les personnes qui fument ou qui sont exposées à une fumée secondaire quotidienne ;
  • les personnes qui sont souvent sujettes au stress ;
  • les personnes qui ont des problèmes intestinaux fréquents ou chroniques ;
  • les personnes qui consomment régulièrement des produits ultratransformés ;
  • les personnes qui ont plus de 50 ans et qui redoutent le déclin cognitif.

Liste des probiotiques


Pour les troubles intestinaux : Lactobacillus gasseri

Pour les troubles inflammatoires et les allergies : Probio Forte™ (Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus casei , Lactobacillus plantarum, Lactobacillus lactis)

Pour les problèmes dermatologiques : Derma Relief (Lactobacillus casei, Lactobacillus rhamnosus, Lactobacillus plantarum, Bifidobacterium lactis)


Les points de l'article à retenir :


  • Les micro-organismes qui composent la flore intestinale ont des rôles bien plus importants sur la santé que ce que nous pensions.
  • La diversité de ces microbes est en chute libre du fait d'une dégradation spectaculaire de l'alimentation.
  • L'ajout de fibres alimentaires aux menus et le recours aux probiotiques sont deux stratégies payantes pour restaurer la diversité et l'efficacité du microbiote.


Références

Stephanie M. Matt, Jacob M. Allen, Marcus A. Lawson, Lucy J. Mailing, Jeffrey A. Woods, Rodney W. Johnson. Butyrate and Dietary Soluble Fiber Improve Neuroinflammation Associated With Aging in Mice. Frontiers in Immunology, 2018; 9 DOI: 10.3389/fimmu.2018.01832
Douglas J. Morrison & Tom Preston (2016) Formation of short chain fatty acids by the gut microbiota and their impact on human metabolism, Gut Microbes, 7:3, 189-200, DOI: 10.1080/19490976.2015.1134082
Flint HJ, Duncan SH, Scott KP, Louis P. Links between diet, gut microbiota composition and gut metabolism. Proc Nutr Soc 2015; 74:13-22; PMID:25268552; http:// dx.doi.org/10.1017/S0029665114001463
INRA Science & Impact, Microbiote, la révolution intestinale, 2017 [https://inra-dam-front-resources-cdn.brainsonic.com/ressources/afile/383885-34a7b-resource-dossier-de-presse-microbiote-la-revolution-intestinale.pdf]
Adrián D. Friedrich, Mariela L. Paz et al. Message in a Bottle: Dialog between Intestine and Skin Modulated by Probiotics, Int J Mol Sci. 2017 Jun; 18(6): 1067.
Agusti A. Garcia-Pardo MP et al. Interplay Between the Gut-Brain Axis, Obesity and Cognitive Function, Front Neurosci. 2018; 12: 155. doi: 10.3389/fnins.2018.00155
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Fructo-Oligosaccharides

Fibres bifidoactives
Améliore le confort intestinal et renforce les défenses naturelles de l'organisme

www.supersmart.com
Lactobacillus gasseri

Une souche probiotique particulièrement efficace dans la gestion du poids
En DR Caps™ gastrorésistants pour une efficacité optimale

www.supersmart.com
Probio Forte™

Puissant mix de probiotiques ; 8 milliards de micro-organismes par gélule.
En DR Caps™ gastrorésistants pour une efficacité optimale.

www.supersmart.com
A découvrir aussi
04-12-2017
Une bombe dans vos intestins
Un tube digestif mal entretenu, peuplé de bactéries et de champignons opportunistes et pathogènes (en particulier Candida albicans ) et pollué par des aliments mal...
Lire plus
19-09-2016
Les probiotiques, de nombreux effets préventifs et...
Les résultats cliniques publiés depuis une quinzaine d'années soulignent les multiples effets bénéfiques des probiotiques. Ils semblent avoir des effets préventifs et curatifs, notamment dans...
Lire plus
14-03-2017
Dermatite atopique : l’intérêt des prébiotiques et...
Entre 30% et 40% de la population mondiale serait touchée par une allergie. Aux origines multiples, celle-ci peut se manifester sous différentes formes telles qu’une...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer