Accueil  >  Phytonutriments  >  Les merveilles du Ginkgo...
03-09-2018

Les merveilles du Ginkgo Biloba – Bienfaits, Posologie et Légendes

Ginkgo

Si vous aviez une machine à remonter le temps et que vous choisissiez l’époque des dinosaures, il y a 150 millions d’années, vous seriez propulsés dans un monde très différent du nôtre. La quasi-totalité des espèces vivantes vous apparaîtraient totalement insolites et extravagantes, mais quelques-unes d’entre elles vous seraient très familières. C’est le cas du Ginkgo biloba, cet arbre très mystérieux qui illumine les rues de Tokyo ou de New York, et qui, semble-t-il, était au premier plan pour assister à l’extinction des dinosaures.

C’était il y a 65 millions d’années. A titre de comparaison, l’homme n’existe que depuis 300 000 ans. Comment diable ce doyen des arbres a-t-il pu traverser les âges et survivre à tous les phénomènes biologiques et géologiques de la planète au nez et à la barbe de tous ceux qu’il a côtoyé ? Le secret réside probablement dans le génie de sa composition cellulaire. Les chercheurs y ont trouvé un mélange de micronutriments sensationnels qui leur permet de résister aux maladies, aux parasites, aux polluants, à la chaleur, aux insectes et même au vieillissement puisque le ginkgo biloba peut vivre jusqu’à 3000 ans.

Ce doyen des arbres qui défie le temps

Lorsque les premiers botanistes occidentaux sont tombés nez à nez avec lui au XVIIème siècle, ils se sont montrés très perplexes. Était-ce un conifère ? Un feuillu ? Cet arbre excentrique n’entrait dans aucune des familles de plantes existantes. Il a donc fallu créer une famille rien que pour lui, en dépit du fait qu’il en était le seul membre. Très vite, en le comparant à des fossiles, les chercheurs se sont aperçus que Ginkgo biloba était en fait le dernier survivant d’un groupe d’arbres très populaires qui vivaient il y a environ 150 millions d’années. Ces arbres atypiques se sont éteints en Amérique du Nord il y a 7 millions d’années, puis en Europe il y a près de 3 millions d’années, probablement en raison de l’extinction des mammifères et des reptiles qui participaient à l’expansion de leurs « graines ». Mais contre toute attente, une espèce de ce groupe a survécu en Chine, dans l’ombre et à l’abri des regards (1). Ginkgo biloba est le seul représentant de la famille des ginkgophyta, probablement la plus ancienne des familles d’arbres au monde.


Le Ginkgo et son tapis d'or

Et s’il est encore parmi nous aujourd’hui, c’est un véritable miracle car les dinosaures et les très grands mammifères qui assuraient autrefois la dispersion de ses « graines » ont tous disparu. Le ginkgo biloba avait mis au point un moyen astucieux de les attirer en rendant ses « graines » très odorantes. Mais il faut croire que l’olfaction est une fonction sensorielle qui diffère énormément d’une espèce à l’autre, puisque pour nous, ces « graines » dégagent une odeur tout à fait désagréable, qui n’incite pas vraiment à la dégustation. Si la curiosité vous pique, sachez qu’il vous sera difficile de la satisfaire : le subterfuge n’étant exploité que par les individus femelles, les villes choisissent généralement des individus mâles comme sujets d’ornement… Cela permet aux plus initiés de cueillir sereinement les « graines » dont le goût rappelle un peu la pistache (2).

Quoi qu’il en soit, même s’il existe aujourd’hui des oiseaux et des petits mammifères susceptibles de disperser ses graines, Gingko biloba semble avoir survécu au cours des derniers millénaires grâce à l’action de l’homme et peut-être même celles de moines bouddhistes qui en plantaient autour des monastères. Aujourd’hui, sa recolonisation progressive du monde reste fragile mais elle témoigne, une fois de plus, de son incroyable ténacité à l’heure où la plupart des espèces prennent le chemin inverse…

Les particularités de l’arbre aux mille écus

Quiconque s’intéresse aux arbres et à la phytothérapie finit irrémédiablement par tomber sur le ginkgo biloba. C’est une curiosité de la nature qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour l’aspect très singulier de ses feuilles et la couleur jaune d’or qu’elles arborent en automne. Mais le spectacle le plus saisissant se produit au crépuscule de l’hiver lorsque les feuilles chartreuses tombent toutes en même temps, formant un tapis doré d’un éclat féérique. Des milliers de visiteurs viennent admirer ce phénomène chaque année au temple bouddhiste de Guanyin Gu.


Le Ginkgo et son tapis d'or

Son mode de reproduction est également unique au monde. En réalité, le ginkgo biloba ne produit pas des « graines », comme on le laissait entendre tout à l’heure, mais des ovules ! Les ginkgos font partie des pré-spermatophytes : ils précèdent dans l’évolution non seulement l’invention des graines, mais aussi celle des fruits. Cette particularité les rapproche des êtres humains, d’autant que la femelle n’est capable de produire des ovules qu’à « l’adolescence », c’est-à-dire aux alentours de 80 ans. Cette particularité a d’ailleurs amené les Japonais à le surnommer « l’arbre du grand père et du petit-fils » car celui qui plante un ginkgo ne peut espérer récolter lui-même les ovules fécondés.


Le Ginkgo et ses graines

Sa particularité la plus étonnante reste, malgré tout, la qualité de ses systèmes de défense, réputées infaillibles. C’est bien simple, on ne lui connait aucune maladie, ni aucun parasite. Il résiste de surcroît aux virus, aux bactéries, aux insectes, à la pollution, au froid, à la sécheresse et même aux feux les plus dévastateurs. Son secret ? En cas d’incendie, il fait affluer en surface une sève particulière qui le rend très difficile à brûler. Ainsi, en 1923, un temple japonais avait miraculeusement survécu au grand incendie de Tokyo grâce aux haies de ginkgos qui entouraient le bâtiment. Cet événement marquant avait alors incité les autorités à choisir la feuille de gingko comme emblème de la ville.

Mais c’est probablement le 6 août 1945, que le gingko biloba a livré sa plus grande démonstration de résistance. L’utilisation de l’arme nucléaire à Hiroshima par les américains a entrainé la mort de plus de 140 000 personnes humaines et l’anéantissement de très nombreuses formes végétales dans un rayon de trois kilomètres autour de l’impact. Mais au printemps 1946, soit à peine un an après le drame, des chercheurs ont eu la grande surprise de voir bourgeonner un ginkgo biloba à seulement un kilomètre de l’impact, au beau milieu d’un champ de ruines encore fumantes. Ce ginkgo, devenu symbole de renouveau, a depuis été intégré à la construction d’un temple consacré à la vie. En tout, ce sont quatre individus appartenant à l’espèce Ginkgo biloba qui ont survécu, démontrant une grande résistance aux agents mutagènes comme les radiations.

Mises bout à bout, ces propriétés font du ginkgo un arbre presque immortel : les plus vieux individus atteignent l’âge de 4000 ans et la hauteur de 40 mètres… On raconte d’ailleurs que le fondateur du Taoïsme, Lao Tseu, aurait planté un ginkgo en son temps et que celui-ci serait toujours en vie aujourd’hui. C’était il y a 2500 ans.

Les bienfaits avérés du ginkgo et ceux qui sont encore inexplorés

Lorsque les chercheurs ont compris qu’ils avaient affaire à une espèce extraordinaire, ils ont immédiatement pensé qu’elle pouvait être utile pour l’espèce humaine. Et ils ne se sont pas trompés. D’ailleurs, les populations asiatiques y avaient pensé bien avant eux, puisque les feuilles et surtout les « ovules » sont traditionnellement utilisés depuis des siècles pour traiter l’asthme et les troubles de la circulation.

En quelques années seulement, nos connaissances ont validé l’expérience des anciens. Plus de 200 études relatives aux effets biologiques du ginkgo ont permis d’identifier les terpènes (ginkgolides A, B et C, bilobalides) et les flavonoïdes (kaempférol, quercétol, lutéoline, etc.) comme étant les molécules responsables des effets du ginkgo (3). Mais il semble que son action soit surtout le résultat d’une synergie complexe entre tous ces composés. Qu’est-ce que la synergie ? C’est un phénomène qui se produit lorsque les effets bénéfiques de plusieurs composés pris en même temps sont supérieurs aux effets des mêmes composés pris de manière isolée. Autrement dit, dans ce cas précis, 1+1 n’est pas égal à 2, mais à 3 ou 4. On prend souvent l’exemple de la vitamine C et du fer pour illustrer ce principe car la vitamine C aide l’organisme à absorber mieux le fer en plus d’exercer ses effets habituels. Prendre de la vitamine C et du fer en même temps aura donc des effets plus importants que si vous prenez la vitamine C le matin et le fer dans l’après-midi.

Le Ginkgo et ses feuilles

Actuellement, les compléments et médicaments à base de ginkgo sont utilisés dans le traitement des troubles liés à une diminution des performances intellectuelles et en vue d’une amélioration de l’irrigation cérébrale et périphérique. En Chine, les indications thérapeutiques du ginkgo décrits dans la Pharmacopée de la République de Chine (parue en 2010) incluent également les AVC, l’angine de poitrine, les troubles cardio-vasculaires, la dysphasie et l’infarctus du myocarde.

L’arbre d’argent et les troubles de la circulation

La majorité des personnes qui prennent du ginkgo biloba le font pour améliorer leurs problèmes de circulation sanguine. Et ils sont nombreux :

  • Troubles vasculaires périphériques de la microcirculation
  • Insuffisances veinolymphatiques
  • Troubles visuels et olfactifs de cause vasculaire
  • Syndrome et maladie de Reynaud
  • Artériopathies des membres inferieurs
  • Sensations de crampe récurrentes (principalement au niveau des hanches, des cuisses, des fesses ou des mollets)
  • Sensations de jambes lourdes
  • Engourdissements ou fourmillements fréquents
  • Hypertension (tension artérielle élevée)
  • Vertiges

Les composés à l’origine de cet effet sont multiples, mais les plus importants sont sans doute les flavonoïdes. Ce sont des antioxydants réputés pour agir à tous les niveaux du système circulatoire (4-5). Ils relaxent la résistance capillaire, diminuent la perméabilité et augmentent l’irrigation cérébrale en actionnant plusieurs leviers :

  • Ils réduisent l’inflammation en s’opposant au Facteur d'Activation Plaquettaire (6-7). C’est une molécule qui est responsable de la viscosité sanguine et de l’état inflammatoire des vaisseaux (8-9).
  • Ils agissent comme des gilets pare-balles face aux radicaux libres (10-12). Les radicaux libres toxiques qui circulent dans le sang sont à l’origine de la dégradation des vaisseaux qu’on rencontre dans l’athérosclérose.
  • Ils améliorent le métabolisme des lipides et du glucose. L’hyperglycémie est un facteur incontournable de l’inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins et de leur dégradation (13) (des quantités importantes de glucose stimulent la sécrétion d’IL6, un facteur pro-inflammatoire). Les flavonoïdes contribuent à limiter ce phénomène en stimulant la sécrétion d’insuline et en augmentant sa sensibilité (14).
  • Ils provoquent la vasodilatation des vaisseaux et fluidifient la circulation sanguine (15-16).

Ginkgo biloba : des effets aussi sur le vieillissement ?

Les cellules de notre organisme contiennent presque toutes des mitochondries. Ce sont des sortes de petites usines qui finalisent la transformation de nos aliments en énergie utilisable par l’organisme. Toutes les cellules qui requièrent beaucoup d’énergie, comme les neurones ou les cellules musculaires, en contiennent donc beaucoup.

Ces usines sont le lieu de réactions chimiques complexes et il arrive que des éléments dangereux pour la cellule s’y échappent. C’est une situation parfaitement normale et l’organisme est équipé d’un système antioxydant pour s’en protéger. En tout cas, jusqu’à un certain point. Lorsque les défenses s’amenuisent (par exemple avec le vieillissement) ou bien lorsque les molécules oxydantes sont renforcées en nombre par des éléments venus de l’extérieur (pollution, fumée de cigarette, rayonnements UV, etc.), le combat est inégal et des dégâts surviennent irrémédiablement dans les cellules (17). Celles qui contiennent beaucoup de mitochondries sont donc particulièrement à risque, tout comme les mitochondries elles-mêmes, ce qui est très problématique car elles manipulent des composés très sensibles. Des attaques répétées risqueraient de dégrader significativement la structure et d’augmenter ainsi les fuites d’éléments dangereux qui, à leur tour, ébranleraient l’édifice. Si rien ne venait arrêter ce cercle infernal, les dégâts pourraient devenir gigantesques et nuire à l’organisme tout entier. Heureusement, pour éviter ce cas de figure, la cellule a la bonne idée de se suicider.

Voilà ce qui semble se produire au cours du déclin cognitif et de certaines pathologies comme la maladie d’Alzheimer (18). C’est l’altération du fonctionnement de la mitochondrie qui provoquerait des dégâts irréparables dans les cellules (et les protéines qu’elle synthétisent), voire même leur suicide. Le gros problème c’est que les neurones n’ont pas la capacité de se diviser et que toute cellule qui disparaît n’est pas remplacée (19) …

La recherche démontre que le ginkgo biloba est capable d’intervenir sur ce mécanisme pathologique grâce aux bilobalides en réduisant les fuites et en protégeant les barrières de la mitochondrie des éléments oxydants (20-23). A long terme, une telle action peut faire des différences colossales : augmenter la production d’énergie (moins de fuites) (24-25), freiner le nombre de neurones et de cellules musculaires qui se suicident, et conserver les circuits neuronaux qui garantissent la conservation de nos souvenirs et la préservation de nos facultés cognitives (26) …

Les bienfaits du ginkgo sur la mémoire

L’extrait de ginkgo biloba est certainement la substance la plus testée cliniquement sur le plan cognitif. En réalité, son action sur le fonctionnement de la mitochondrie n’est pas le seul facteur qui explique sa popularité sur le plan cognitif. On recense au moins 3 autres mécanismes décisifs :

  • Il augmenterait la sérotonine dans les synapses, ce qui renforcerait l’activité de l’hippocampe, une structure d’intégration de la mémoire.
  • Il influencerait l’expression des gènes chargés de contrôler la croissance des synapses dans les neurones (27).
  • Il diminuerait l’activation de NF-kB, une molécule pro-inflammatoire impliquée dans la mort neuronale.

Des dizaines d’essais cliniques ont été publiées au cours des dernières années. Ils mettent en lumière l’action du ginkgo au niveau cérébral. Deux méta-analyses récentes ont conclu à une supériorité considérable du gingko par rapport à un placebo (28-29). En 2009, déjà, l’IQWiG, un institut scientifique indépendant, avait conclu à un effet bénéfique du ginkgo, notamment pour améliorer le quotidien et les fonctions cognitives (30).

L’arbre aux milles écus pourrait donc être utile pour les personnes à risque de démence, mais aussi pour améliorer des problèmes variés en lien avec la cognition :

  • Difficultés de concentration
  • Altération de la mémoire
  • Confusions
  • Troubles de l’humeur
  • Etourdissements
  • Céphalées et maux de tête
  • Problèmes de motivation
  • Faible efficacité cognitive

Des effets secondaires à anticiper ?

On dit souvent que « si ça semble trop beau pour être vrai, c’est que ça cache quelque chose ». Mais là encore, le ginkgo biloba est une exception : les différentes méta-analyses ont montré que le ginkgo ne présentait que de rares effets secondaires et qu’ils étaient généralement très bien acceptés.

La plupart s’expliquent par l’effet vasodilatateur du ginkgo qui peut occasionner quelques légers maux de tête au début de la supplémentation. Pour éviter cela, il suffit de commencer par de plus petites doses et augmenter progressivement au besoin. Comme c’est une plante qui a tendance à fluidifier le sang, les hémophiles et les femmes enceintes devraient toutefois s’en abstenir.

Quelle posologie pour le ginkgo ?

Dans la plupart des essais cliniques, les périodes étudiées variaient de 22 à 26 semaines pour des doses allant de 120 à 240 mg d’extrait sec par jour (31). Ce sont aussi les recommandations de la Commission E, de l’OMS et de l’IQWiG. Étant donné que les effets du ginkgo peuvent mettre un certain temps à se manifester pleinement, il est préférable d’attendre au moins 2 à 3 mois avant d’en apprécier les effets.

Ces derniers seront également maximisés si vous choisissez des extraits qui garantissent la teneur des flavonoïdes à 20 % au moins et celle des terpènes à 6 %. On recense trop d’extraits de ginkgo biloba de qualité médiocre et dont les prix sont généralement anormalement bas. Cette fois, le dicton évoqué tout à l’heure s’applique pleinement : n’oubliez pas que le ginkgo biloba est un arbre rare et dont les précieux antioxydants sont particulièrement fragiles ! La qualité du produit final dépendra de tous les stades de sa production, de la culture des arbres jusqu’à la mise en gélule finale. Un supplément comme Ginkgo Biloba 60 mg réunit toutes les conditions précédemment citées, il a même été conçu spécialement à partir des éléments de la recherche.

Si le ginkgo biloba vous intéresse pour ses effets sur le plan cognitif, vous serez sans doute intéressé(e) également par la Smart Pills, une formule nootropique inédite qui associe au ginkgo biloba des produits naturels destinés à améliorer l’efficacité intellectuelle. L’occasion de goûter au « flow », cet état de grâce associé à la clarté mentale, tout en préservant ces capacités cognitives à long terme…

Celles et ceux qui devraient relire une deuxième fois cet article

Les personnes qui sont le plus à risque du déclin cognitif et des troubles de la circulation sanguine devraient s’intéresser d’encore plus près aux vertus du ginkgo. En voici la liste :

  • Les personnes diabétiques.
  • Les personnes en surpoids.
  • Les personnes qui fument.
  • Les personnes victimes d’hypertension.
  • Les personnes ayant des antécédents familiaux de maladie vasculaire périphérique.
  • Les personnes qui ne font pas beaucoup d’activité physique.
  • Les personnes qui ont un taux de cholestérol élevé.
  • Les personnes âgées de plus de 60 ans, surtout les femmes.
  • Les personnes qui ont un parent, un frère ou une sœur atteint de la maladie d’Alzheimer.
  • Les personnes d’origine hispanique et afro-américaine (elles ont jusqu’à 2 fois plus de risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer (32).


Quelques mots pour finir sur le mot « Ginkgo » : sachez qu’il se prononce en français « JIN-KO » avec le son « IN » du mot « VIN » et qu’il faut donc éviter la prononciation à l’anglaise qu’on entend trop souvent « DJINE-KO ». Ne dit-on pas qu’on doit le plus grand respect aux anciens ?


Références

  1. Gong W, Chen C, Dobes C, et al. Phylogeography of a living fossil: pleistocene glaciations forced Ginkgo biloba L. (Ginkgoaceae) into two refuge areas in China with limited subsequent postglacial expansion. Mol Phylogenet Evol. 2008;48(3):1094–105.
  2. Cohn R, May 1 2003, The Life Story of The Oldest Tree on Earth, Yale Environment 360, Published at the Yale School of Forestry & Environmental Studies
  3. Singh B, Kaur P, Gopichand, et al. Biology and chemistry of Ginkgo biloba. Fitoterapia. 2008;79(6):401–18.
  4. Hertog MG, Feskens EJ, Kromhout D. Antioxidant flavonols and coronary heart disease risk. Lancet. 1997;349(9053):699.
  5. Yochum L, Kushi LH, Meyer K, et al. Dietary flavonoid intake and risk of cardiovascular disease in postmenopausal women. Am J Epidemiol. 1999;149(10):943–9.
  6. Touvay C, Vilain B, Taylor JE, et al. Proof of the involvement of platelet activating factor (paf-acether) in pulmonary complex immune systems using a specific paf-acether receptor antagonist: BN 52021. Prog Lipid Res 1986; 25(1-4): 277-88
  7. Tzeng SH, Ko WC, Ko FN, et al. Inhibition of platelet aggregation by some flavonoids. Thromb Res 1991; 64(1): 91-100.
  8. Belayev L, Khoutorova L, Atkins K, et al. LAU-0901, a novel platelet-activating factor antagonist, is highly neuroprotective in cerebral ischemia. Exp Neurol. 2008;214(2):253–8.
  9. Smith PF, Maclennan K, Darlington CL. The neuroprotective properties of the Ginkgo biloba leaf: a review of the possible relationship to platelet-activating factor (PAF). J Ethnopharmacol. 1996;50(3):131–9.
  10. EGb 761: Ginkgo biloba extract, Ginkor. Drugs R D 2003; 4(3): 188-93.
  11. Ou HC, Lee WJ, Lee IT, et al. Ginkgo biloba extract attenuates oxLDL-induced oxidative functional damages in endothelial cells. J Appl Physiol 2009; 106(5): 1674-85.
  12. Pierre SV, Lesnik P, Moreau M, et al. The standardized Ginkgo biloba extract Egb-761 protects vascular endothelium exposed to oxidized low density lipoproteins. Cell Mol Biol 2008; 54(Suppl 1): 1032-42.
  13. Fiorentino TV, Prioletta A, Zuo P, et al. Hyperglycemia-induced oxidative stress and its role in diabetes mellitus related cardiovascular diseases. Curr Pharm Des 2013; 19(32): 5695-703.
  14. Chen JS, Chen YH, Huang PH, et al. Ginkgo biloba extract reduces high-glucose-induced endothelial adhesion by inhibiting the redoxdependent interleukin-6 pathways. Cardiovasc Diabetol 2012; 11: 49.
  15. Tsai TN, Lin WS, Wu CH, et al. Activation of Kruppel-like factor 2 with Ginkgo biloba extract induces eNOS expression and increases no production in cultured human umbilical endothelial cells. Acta Cardiol Sin 2014; 30(3): 215-22.
  16. Kubota Y, Tanaka N, Umegaki K, et al. Ginkgo biloba extractinduced relaxation of rat aorta is associated with increase in endothelial intracellular calcium level. Life Sci 2001; 69(20): 2327-36.
  17. Christen Y. Oxidative stress and Alzheimer disease. Am J Clin Nutr. 2000;71(2):621S–9S.
  18. Mancuso M, Coppede` F, Murri L, et al. Mitochondrial cascade hypothesis of Alzheimer’s disease: myth or reality? Antioxid Redox Signal. 2007;9(10):1631–46.
  19. Reddy PH. Mitochondrial dysfunction in aging and Alzheimer’s disease: strategies to protect neurons. Antioxid Redox Signal. 2007;9(10):1647–58
  20. Abdel-Kader R, Hauptmann S, Keil U, et al. Stabilization of mitochondrial function by Ginkgo biloba extract (EGb 761). Pharmacol Res. 2007;56(6):493–502.
  21. Leuner K, Hauptmann S, Abdel-Kader R, et al. Mitochondrial dysfunction: the first domino in brain aging and Alzheimer’s disease? Antioxid Redox Signal. 2007;9(10):1659–75.
  22. Eckert A, Keil U, Kressmann S, et al. Effects of EGb 761 Ginkgo biloba extract on mitochondrial function and oxidative stress. Pharmacopsychiatry. 2003;36(Suppl 1):S15–23.
  23. Eckert A, Keil U, Scherping I, et al. Stabilization of mitochondrial membrane potential and improvement of neuronal Pharmacokinetics of Ginkgo biloba Extracts energy metabolism by Ginkgo biloba extract EGb 761. Ann N Y Acad Sci. 2005;1056:474–85.
  24. Janssens D, Michiels C, Delaive E, et al. Protection of hypoxiainduced ATP decrease in endothelial cells by Ginkgo biloba extract and bilobalide. Biochem Pharmacol. 1995;50(7):991–9.
  25. Janssens D, Remacle J, Drieu K, et al. Protection of mitochondrial respiration activity by bilobalide. Biochem Pharmacol. 1999;58(1):109–19.
  26. Tchantchou F, Lacor PN, Cao Z, et al. Stimulation of neurogenesis and synaptogenesis by bilobalide and quercetin via common final pathway in hippocampal neurons. J Alzheimers Dis. 2009;18(4):787–98.
  27. Rimbach G, Wolffram S, Watanabe C, et al. Effect of Ginkgo biloba (EGb 761) on differential gene expression. Pharmacopsychiatry. 2003;36(Suppl 1):S95–9.
  28. Ahlemeyer B, Krieglstein J. Neuroprotective effects of Ginkgo biloba extract. Cell Mol Life Sci. 2003;60(9):1779–92.
  29. DeFeudis FV. Bilobalide and neuroprotection. Pharmacol Res. 2002;46(6):565–8
  30. IQWIG. Abschlussbericht: Ginkgohaltige Pra¨parate bei Alzheimer Demenz; 2008.
  31. DeFeudis FV, Drieu K. Ginkgo biloba extract (EGb 761) and CNS functions: basic studies and clinical applications. Curr Drug Targets. 2000;1(1):25–58.
  32. Alzheimer's Association Report. 2010 Alzheimer'snext term disease facts and figures. Alzheimer's and Dementia. Volume 6, Issue 2, March 2010, Pages 158-194.
Crédits Images : David Scarboro https://www.flickr.com/photos/vicjuan/15856231060/ https://www.flickr.com/photos/diegojack/15713761809/ https://www.flickr.com/photos/uniform-studio/4898917349/ Martha W McQuade Shigemi.J - Iwate , Japan https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/ Tapis d’or : https://www.flickr.com/photos/fui/306253983/ Feuille verte : https://www.flickr.com/photos/bwjones/42844285181/
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Ginkgo Biloba 60 mg

Extrait (50:1) standardisé 24% ginkgoflavonglycosides

www.supersmart.com
Smart Pills

Une formule de stimulation cérébrale exceptionnelle (nootropique)

www.supersmart.com
A découvrir aussi
16-08-2016
La berbérine - un activateur efficace et...
Une alternative non médicamenteuse et sûre pour prolonger l’espérance de vie et mettre le diabète type II sous silence La berbérine fait partie des substances...
Lire plus
28-06-2017
Nutrition : comment bien nourrir son cerveau...
Véritable centre de contrôle de notre système nerveux central, notre cerveau doit traiter quotidiennement des millions d’informations. Face à ce flux permanent de données, cet...
Lire plus
10-10-2016
Les incroyables vertus polyvalentes du curcuma (2/2)
En Inde, le curcuma est utilisé pour traiter toute une variété d'indispositions incluant des problèmes gastro-intestinaux, des troubles inflammatoires, des maux de tête, des infections...
Lire plus
Suivez-nous

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer