Accueil  >  Articulations  >  Les 5 contre-vérités qui...
10-10-2017

Les 5 contre-vérités qui circulent au sujet de l’arthrose

journée de l'arthrose Les statistiques sont effarantes : un individu qui vit dans un pays riche aurait 25 % de chance d’être concerné au cours de sa vie par l’arthrose de la hanche1 et 45 % par l’arthrose du genou2. Et malgré ces risques très élevés, de nombreuses fausses affirmations parasitent la prévention et le traitement de la maladie. La journée mondiale contre les rhumatismes, qui se tient chaque année le 12 octobre, est l’occasion pour Nutranews de se pencher sur 5 de ces idées reçues, chiffres et études scientifiques à l’appui.

L’arthrose est le fruit d’une usure normale liée au vieillissement

L’arthrose, une conséquence normale et inévitable du vieillissement ? Beaucoup de jeunes ont tendance à le penser, et ils ont bien tort. En réalité, c’est une maladie chronique associée à une dégénérescence anormale des cartilages. Comme dans la plupart des autres maladies dégénératives (diabète, sclérose latérale amyotrophique, maladie d’Alzheimer), on retrouve une association certaine avec le stress oxydatif, ce déséquilibre entre la présence de dérivés réactifs de l’oxygène (souvent appelés radicaux libres dans les médias) et la capacité de l’organisme à s’en protéger. Dans le cas de l’arthrose, la plupart de ces dérivés sont produits par les chondrocytes (les cellules qui composent le cartilage) et sont directement impliqués dans la dégradation du cartilage et du liquide synovial3,4. Or, ce mécanisme pathologique n’a rien à voir avec le vieillissement normal de l’organisme. Il est le résultat complexe d’un ensemble de facteurs dont certains sont évitables : les microtraumatismes répétés, les mouvements répétitifs, la surcharge liée à un excès de poids ou le manque d’activité physique5,6.

Une chose est sûre : croire que l’arthrose est la conséquence du vieillissement conduit à un certain fatalisme et n’incite pas à prendre les mesures préventives adéquates. Et ces mesures existent !

L’arthrose se transmet de génération en génération

S’il est vrai que l’arthrose présente une composante génétique certaine, la part des facteurs génétiques dans la probabilité d’apparition de la maladie (on parle d’héritabilité) reste assez modérée par rapport à d’autres pathologies « héréditaires ». On estime cette héritabilité de 40 à 65 % dans le cas de l’arthrose7, contre 60 à 80 % pour la maladie d’Alzheimer8. A titre de comparaison, l’héritabilité du cancer des poumons, largement imputable à la consommation de tabac, n’est que de 8 %9. Et parmi les formes d’arthrose, il y en a qui sont plus héritables que d’autres : l’arthrose du dos (70 %), l’arthrose des mains (65 %) et l’arthrose de la hanche (60 %) devancent l’arthrose du genou (40 %) qui est donc la forme la plus facile à éviter10.

Dans tous les cas, avoir un parent atteint par l’arthrose ne signifie pas que vous serez touché(e) à votre tour, mais cela fait de vous une personne à risque. Parce que vous portez des anomalies génétiques qui vont augmenter la probabilité d’apparition de la maladie (notamment des mutations en lien avec la bonne composition du collagène), vous devez être encore plus vigilant vis-à-vis des facteurs environnementaux (excès de poids, activité physique, alimentation, stress) et maximiser vos chances d’échapper à la maladie.

La radiographie permet un bon diagnostic de la maladie

Pour 90 % des personnes atteintes d’arthrose, les premiers signes de la maladie se sont d’abord manifestés par des douleurs inhabituelles et anodines, en se baissant, en montant les escaliers, en s’allongeant ou en manipulant des objets11. Mais ce n’est que 3 ans plus tard, en moyenne à l’âge de 50 ans, qu’on leur a appris qu’elles souffraient d’arthrose.
Ce retard s’explique en partie par l’incapacité des radiographies à détecter les stades précoces de la maladie : quand le médecin parvient à en tirer quelque chose, la maladie est déjà avancée. On y met en évidence des anomalies osseuses caractéristiques de l’arthrose (ostéophytes, déformations, pincements) mais on passe à côté des dommages infligés au cartilage, aux ligaments et à la membrane synoviale.
Des études12,13 ont montré que ce type d’examen n’était pas fiable pour diagnostiquer l’arthrose et qu’il pouvait de fait retarder les traitements à un stade encore précoce de la maladie. Malheureusement, ni l’IRM, ni les tests biochimiques ne sont encore suffisamment fiables pour en garantir le diagnostic : il faut donc se fier à la douleur, qui reste aujourd’hui le marqueur le plus précoce de l’arthrose, et ne pas attendre que celle-ci devienne chronique avant d’agir et de consulter.

Il faut préserver ses articulations des activités physiques

Qui prendrait le risque de fragiliser davantage des articulations douloureuses en pratiquant une activité physique ? Malheureusement, trop de personnes atteintes d’arthrose.
Contrairement à ce qu’on peut penser, l’activité physique peut être aussi efficace que des médicaments antalgiques14, les effets secondaires en moins. En réduisant l’inflammation, en améliorant la capacité fonctionnelle de l’articulation et en corrigeant les problèmes éventuels de surpoids, elle soulage les douleurs de manière efficace. En fait, la principale difficulté, c’est de s’y mettre : prétextant un âge trop avancé, trop de personnes manquent en réalité de confiance au moment de se décider. Pourtant, hormis les activités nécessitant des changements d’appui brutaux, presque tous les types d’exercice ont un impact positif sur l’arthrose : les exercices aquatiques15, le cyclisme16, les exercices aérobiques17, les exercices de force18, 19, ainsi que les exercices de haute ou de faible intensité20, 21.
Mais c’est surtout l’adhésion à l’activité qui est importante, car plus la personne aime l’activité qu’elle pratique, plus la douleur est diminuée22.

On ne peut rien faire pour soulager l’arthrose

L’arthrose traîne derrière elle l’image d’une fatalité contre laquelle on ne peut rien. Pourtant, même s’il n’existe toujours pas de traitement permettant de guérir complètement, on répertorie de nombreux moyens de la soulager. Et le simple fait de ne pas abandonner le combat, de continuer ses activités quotidiennes en dépit des douleurs, de ne pas céder au négativisme, sont déjà des formes de traitement efficaces23.
Parmi les autres formes, et outre l’activité physique dont on a déjà parlé, figurent de nombreux traitements alternatifs aux médicaments antalgiques, qu’on considère de plus en plus comme étant limités et potentiellement dangereux. On dénombre d’abord les traitements à base de plantes et les autres traitements naturels validés scientifiquement :
    Le gel d’Arnica, efficace en application pour soulager la douleur et améliorer la mobilité24.
    L’extrait de Cayenne (Capsicum frutescens) qui, en raison de sa teneur en capsaïcine fait partie des recommandations internationales pour soulager l’arthrose du genou25.
    L’extrait de Boswellia serrata, qui figure parmi les produits de santé naturels les plus employés à l’heure actuelle26 (proposé par Supersmart sous le nom de Super Boswellia).
    L’extrait de griffe du diable (Harpagophytum procumbens), qui démontre une capacité à réduire l’inflammation et à améliorer la mobilité des articulations25 (proposé par Supersmart sous le nom de Super Harpagophytum).
    La glucosamine, que l’organisme produit naturellement et qui soulage les douleurs tout en ralentissant l’évolution de l’arthrose27, 28 (proposé par Supersmart sous le nom de NAG 500 mg).
    La chondroïtine, constituant essentiel du cartilage, capable elle aussi de calmer les douleurs et de freiner l’évolution de la maladie (contrairement aux antidouleurs AINS qui ont tendance à accélérer la progression de l’arthrose) 29-31 Elle est proposée par Supersmart sous le nom de Chondroitin Sulfate 95% .
Sans oublier également les techniques de physiothérapie (la cryothérapie8, l’électrothérapie9, la balnéothérapie10, l’acupuncture11) ainsi que certaines pratiques (le tai chi12, le yoga13, les massages) dont l’intérêt progresse d’années en années.

En réalité, les thérapies efficaces contre les douleurs ne manquent pas : il reste la plupart du temps à sauter le pas et à accepter le fait que certaines vous conviennent mieux que d’autres… Lesquels avez-vous déjà testé ?



> Sources:
1. Murphy LB, Helmick CG, Schwartz TA, Renner JB, Tudor G, Koch GG, et al. One in four people may develop symptomatic hip osteoarthritis in his or her lifetime. Osteoarthritis
2. Cartilage 2010;18:1372-9.3 Murphy L, Schwartz TA, Helmick CG, Renner JB, Tudor G, Koch G, et al. Lifetime risk ofsymptomatic knee osteoarthritis. Arthritis Rheum 2008;59:1207-13
3. Rathakrishnan C., Tiku K. et al. Release of oxygen radicals by articular chondrocytes: A study of luminol-dependent chemoluminescence and hydrogen peroxide secretion. J. Bone Miner. Res. 1992;7:1139–48.
4. Henrotin Y. Deby-Dupont G., et al. Production of active oxygen species by isolated human chondrocytes. Br. J. Rheumatol. 1993;32:562–7.
5. Alcaraz MJ, Megias J et al. New molecular targets for the treatment of osteoarthritis.Biochem Pharmacol. 2010;80:13–21.
6. Henrotin Y, Kurz B, Aigner T. Oxygen and reactive oxygen species in cartilage degradation: friends or foes? Osteoarthritis Cartilage. 2005;13:643–54.
7. Cristina Rodriguez-Fontenla & al. Genetics of Osteoarthritis. Reumatol Clin.2015;11:33-40
8. Gatz M et al. Role of genes and environments for explaining Alzheimer disease. Archives of General Psychiatry. 2006; 63:168-74.
9. Braun MM et al, A cohort study of twins and cancer ? Cancer Epidemiol Biomarkers Prev July 1995 4; 469
10. T.D. Spector,A.J & MacGregor, Risk factors for osteoarthritis: genetics, Osteoarthritis Cartilage. 2004; 12:39-44
11. Hensor EM, Dube B, Kingsbury SR, Tennant A, Conaghan PG, Toward a Clinical Definition of Early Osteoarthritis: Onset of Patient-Reported Knee Pain Begins on Stairs. Data from the Osteoarthritis Initiative. Arthritis Care Res (Hoboken). 2015;67:40-47
12. Chan Kim & al. Association of hip pain with radiographic evidence of hip osteoarthritis: diagnostic test study. BMJ, 2015; h5983.
13. Kinds MB, Marijnissen AC, Vincken KL, Viergever MA, Drossaers-Bakker KW, Bijlsma JW, et al. Evaluation of separate quantitative radiographic features adds to the prediction of incident radiographic osteoarthritis in individuals with recent onset of knee pain: 5-year follow-up in the CHECK cohort. Osteoarthritis Cartilage 2012;20:548–56.
14. Lee YC, Nassikas NJ, Clauw DJ. The role of the central nervous system in the generation and maintenance of chronic pain in rheumatoid arthritis, osteoarthritis and fibromyalgia. Arthritis Res Ther. 2011;13:211.
15. Roper JA, Bressel E, Tillman MD. Acute aquatic treadmill exercise improves gait and pain in people with knee osteoarthritis. Arch Phys Med Rehabil. 2012;94(3):419–25. [PubMed]
16. Salacinski AJ, Krohn K, Lewis SF, Holland ML, Ireland K, Marchetti G. The effects of group cycling on gait and pain-related disability in individuals with mild-to-moderate knee osteoarthritis: a randomized controlled trial. J Orthop Sports Phys Ther. 2012;42:985–95. [PubMed]
17. Brosseau L, Wells GA, Kenny GP, Reid R, Maetzel A, Tugwell P. et al. The implementation of a community-based aerobic walking program for mild to moderate knee osteoarthritis: a knowledge translation randomized controlled trial: part II: clinical outcomes. BMC Public Health. 2012;12:1073. [BMC]
18. Wang SY, Olson-Kellogg B, Shamliyan TA, Choi JY, Ramakrishnan R, Kane RL. Physical therapy interventions for knee pain secondary to osteoarthritis: a systematic review. Ann Intern Med. 2012;157:632–44. [PubMed]
19. McKnight PE, Kasle S, Going S, Villanueva I, Cornett M, Farr J. et al. A comparison of strength training, self-management, and the combination for early osteoarthritis of the knee. Arthritis Care Res (Hoboken) 2010;62:45–53. [PubMed]
20. Sayers SP, Gibson K, Cook CR. Effect of high-speed power training on muscle performance, function, and pain in older adults with knee osteoarthritis: a pilot investigation. Arthritis Care Res (Hoboken) 2012;64:46–53. [PubMed]
21. Jan MH, Lin JJ, Liau JJ, Lin YF, Lin DH. Investigation of clinical effects of high- and low-resistance training for patients with knee osteoarthritis: a randomized controlled trial. Phys Ther. 2008;88:427–36. [PubMed]
22. Wang SY, Olson-Kellogg B, Shamliyan TA, Choi JY, Ramakrishnan R, Kane RL. Physical therapy interventions for knee pain secondary to osteoarthritis: a systematic review. Ann Intern Med. 2012;157:632–44
23. Creamer P, Hochberg MC. The relationship between psychosocial variables and pain reporting in osteoarthritis of the knee. Arthritis Care Res. 1998;11:60–5. review.
24. Knuesel O, Weber M et al. Arnica montana gel in osteoarthritis of the knee: an open, multicenter clinical trial. Adv Ther. 2002 Sep-Oct;19(5):209-18.
25. Cameron M, Chrubasik S. Topical herbal therapies for treating osteoarthritis. Cochrane Database Syst Rev. 2013 May 31;5:CD010538. Cameron M, Chrubasik S. Oral herbal therapies for treating osteoarthritis. Cochrane Database Syst Rev. 2014 May 22;5:CD002947.
26. Anthoni C, Laukoetter MG, et al. Mechanisms underlying the anti-inflammatory actions of boswellic acid derivatives in experimental colitis. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol. 2006 Jun;290(6):G1131-7.
27. Pavelka K, Gatterova J, et al. Glucosamine sulfate use and delay of progression of knee osteoarthritis: a 3-year, randomized, placebo-controlled, double-blind study.Arch Intern Med 2002 Oct 14;162(18):2113-23.
28. Glucosamine sulfate reduces osteoarthritis progression in postmenopausal women with knee osteoarthritis: evidence from two 3-year studies. Bruyere O, Pavelka K, et al. Menopause. 2004 Mar-Apr;11(2):138-43. Texte intégral : http://care.diabetesjournals.org
29. Reichenbach S, Sterchi R, et al. Meta-analysis: chondroitin for osteoarthritis of the knee or hip. Ann Intern Med. 2007 Apr 17;146(8):580-90.
30. Wandel S, Jüni P, et al. Effects of glucosamine, chondroitin, or placebo in patients with osteoarthritis of hip or knee: network meta-analysis. BMJ. 2010 Sep 16;341:c4675.
31. Glucosamine and chondroitin sulfate. Miller KL, Clegg DO. Rheum Dis Clin North Am. 2011 Feb;37(1):103-18. Review.
32. Hicks JE & Gerber LH (1992) Rehabilitation on the managementof patients with osteoarthritis. In: Moskowitz RW, Howell DS,Goldberg VM and Mankin HJ (eds) Osteoarthritis: Diagnosis and Medical/Surgical Management, pp 427-464.2nd edition.Philadelphia: WB Saunders.
33. Osiri M, Welch V, Brosseau L, Shea B, McGowan J, Tugwell P, et al. Transcutaneous electrical nerve stimulation for knee osteoarthritis. Cochrane Database Syst Rev 2000 ; (4):CD002823.
34. Ahern M, Nicholls E, Simionato E et al (1995) Clinical and psychological effects of hydrotherapy in rheumatic diseases 9: Clinic Rehabilitation 204-12.
35. Takeda W & Wessel J (1994) Acupuncture for the treatment of pain of osteoarthritic knees. Arthritis Care and Research 7: 119-22.
36. Garfinkel MS, Schumacher HR, Jr, Husain A, Levy M, Reshetar RA. Evaluation of a yoga based regimen for treatment of osteoarthritis of the hands. The Journal of Rheumatology.1994;21(12):2341–43.
37. Rouzi Shengelia & al. Complementary Therapies for Osteoarthritis: Are They Effective? Pain Manag Nurs. 2013 Dec; 14(4): 10.1016/j.pmn.2012.01.001.
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Super Harpagophytum 250 mg

Combat efficacement les douleurs lombaires et arthritiques intenses.

www.supersmart.com
Super Boswellia 100 mg

Standardisé à 20 % AKBA
L’incontournable antidouleur qui améliore la flexibilité et le confort articulaires

www.supersmart.com
NAG 500 mg

La meilleure forme de glucosamine, à prendre avec la chondroïtine.

www.supersmart.com
A découvrir aussi
28-02-2012
Soulager durablement les douleurs de l'arthrose
Améliorer la tolérance orale au collagène de type II pour limiter les réactions auto-immunes lors des poussées arthrosiques est une des pistes sérieusement envisagée pour...
Lire plus
22-03-2017
Une plante médicinale pour soulager les douleurs...
De plus en plus fréquentes avec l’âge, les douleurs articulaires affectent le quotidien de nombreuses personnes à travers le monde. Heureusement, plusieurs groupes de recherche...
Lire plus
31-08-2016
Douleurs liées à l’arthrose : méfiez-vous de...
Il y a quelques semaines, paraissait une nouvelle étude sur la gestion des douleurs liées à l’arthrose, l’une des trois maladies les plus invalidantes, et...
Lire plus
Suivez-nous