Accueil  >  Acides gras essentiels  >  Nutrition : l’équilibre parfait...
03-04-2017

Nutrition : l’équilibre parfait entre oméga 3 et oméga 6

Omega3/6 Si les graisses sont souvent décriées pour leurs effets néfastes pour la santé, tous les lipides ne se valent pas. En effet, certains acides gras se révèlent en réalité indispensables pour l’organisme. Il ne faut donc pas bannir tous les lipides de notre alimentation, comme le rappelle notamment l’agence française de sécurité sanitaire (Anses) qui préconise un apport lipidique entre 35% et 40% de l’apport énergétique total1. Cependant, il est important de pouvoir distinguer les « bonnes graisses » des « mauvaises graisses ». Si un excès de ces dernières peut favoriser certaines complications pour la santé telles que l’obésité et les troubles cardiovasculaires, un apport optimal en « bonnes graisses » contribue au bon fonctionnement de l’organisme. A ce titre, les acides gras oméga-3 et oméga-6 sont régulièrement mis en avant pour leurs bienfaits pour la santé. Très étudiés, ces deux acides gras polyinsaturés se sont en effet révélés essentiels pour l’organisme. Néanmoins, des études récentes rapportent qu’un déséquilibre entre l’apport en oméga 6 et en oméga 3 pourrait altérer certaines fonctions de l’organisme. Quel ratio entre oméga 6 et oméga 3 ? Quels sont leurs rôles dans l’organisme ? Où les trouver ? Faisons le point avec les dernières études parues sur le sujet.

Un apport essentiel en oméga 3 et oméga 6

Contrairement aux idées reçues, les graisses constituent une grande famille de molécules. Il n’existe pas un seul type de lipides mais bien plusieurs formes d’acides gras : les acides gras saturés, les acides gras monoinsaturés et les acides gras polyinsaturés. Parmi ces derniers, les acides gras saturés et monoinsaturés ne nécessitent pas un apport externe car le corps humain a la capacité de les synthétiser. Cela est différent pour les acides gras polyinsaturés tels que les oméga 3 et oméga 6, qui sont considérés comme essentiels car l’organisme n’est pas en mesure de les produire. Leur apport par l’alimentation est d’autant plus important que ces molécules sont impliquées dans plusieurs fonctions de l’organisme3. Ils ont notamment un rôle structurel en entrant dans la composition des membranes cellulaires, ce qui participe à la fluidité de ces dernières. Les acides gras polyinsaturés participent également au stockage d’énergie pour l’organisme, en étant stockés sous la forme de triglycérides dans les tissus adipeux. En plus de ces fonctions indispensables, certains acides gras oméga-3 ont révélé d’autres atouts pour la santé. Cela est notamment le cas de l’acide docosahexaénoïque (DHA), qui est un acide gras oméga-3 réputé pour participer au développement et à l’activité de la rétine, du cerveau et du système nerveux. L’acide eicosapentaénoïque (EPA) est un autre oméga-3, qui est quant à lui connu pour son rôle anti-inflammatoire. Cela explique pourquoi les oméga-3 et les oméga-6 sont considérées comme de « bonnes graisses » à privilégier dans notre alimentation !

Un déséquilibre alarmant entre oméga 6 / oméga 3

Si l’importance des oméga 3 et oméga 6 est indéniable, des chercheurs ont tenté d’évaluer l’apport optimal en ces deux types d’acides gras polyinsaturés. Les dernières études scientifiques parues sur le sujet ont confirmé l’importance d’un rapport idéal entre oméga-6 et oméga-3. Selon l’agence française de sécurité sanitaire (Anses), le ratio oméga 6/oméga 3 doit s’approcher de 53. En d’autres termes, cela signifie qu’il faudrait un apport de 5 molécules d’oméga 6 pour 1 molécule d’oméga 3. Malheureusement, il existe aujourd’hui un grand déséquilibre entre oméga 6 et oméga 3 dans notre alimentation. C’est d’ailleurs ce que confirment plusieurs études menées par Dr. Artemis P. Dimopoulos. Cette chercheuse a montré que le ratio est actuellement de 15 à 16,7 dans les populations occidentales4, ce qui signifie un apport excessif en oméga 6 par rapport aux oméga 3. Ce déséquilibre s’explique essentiellement par une alimentation trop riche en oméga-6 et pauvre, voire dépourvue en oméga-35. C’est pourquoi il peut être recommandé d’augmenter son apport en oméga-3, pour rééquilibrer ce ratio oméga 6/oméga 3.

L’intérêt d’une supplémentation en oméga 3

Face à ce constat alarmant, plusieurs chercheurs se sont intéressés aux conséquences d’un déséquilibre entre oméga 6 et oméga 3. Leurs résultats sont alarmants, comme en témoigne une étude publiée en 2008 dans la revue Experimental Biology and Medicine6. Evaluant l’impact du ratio oméga 6/oméga 3 sur les pathologies cardiovasculaires chroniques, cette étude a mis en évidence qu’un ratio oméga 6/oméga 3 élevé favorise la pathogenèse de nombreuses maladies. A l’inverse, un ratio plus faible limite la survenue de certaines maladies cardiovasculaires, inflammatoires, autoimmunes ou encore cancéreuses. Un ratio oméga 6/oméga 3 de 4 a notamment été associé à une baisse de 70% de la mortalité, dans la cadre de la prévention secondaire des maladies cardiovasculaires. De la même façon, l’étude indique qu’un ratio oméga 6/oméga 3 de 2,5 permettrait de diminuer la production de cellules cancéreuses chez des patients atteints d’un cancer colorectal. Des travaux plus récents viennent également soutenir ces résultats. Parue en 2016 dans la revue Medicina, une étude a notamment porté sur l’importance de l’équilibre entre oméga 6 et oméga 3 contre les troubles dépressifs7. Les chercheurs affirment qu’un déséquilibre entre les oméga 6 et les oméga 3 pourrait être impliqué dans la survenue de certains cas de dépression. Cela s’explique par l’importance des oméga 3 dans la structure des cellules cérébrales. Les auteurs de l’étude concluent qu’une supplémentation en oméga 3 pourrait s’avérer bénéfique pour le traitement de la dépression.

Toutes ces études confirment l’importance de l’équilibre oméga 6/oméga 3. Apportées par les viandes et les produits laitiers, les oméga 6 se retrouvent souvent en excès par rapport aux oméga 3. C’est pourquoi il convient de rééquilibrer le ratio oméga 6/oméga 3 en augmentant son apport en oméga 3. Pour cela, il est possible de privilégier certains aliments riches en oméga 3 tels les poissons gras ou les huiles végétales. De plus, des suppléments en oméga 3 ont également été développés, tels que Super Omega 3, Super EPA et Super DHA du catalogue Supersmart. Ces compléments alimentaires sont formulés à partir d’une huile de poisson de qualité, naturellement riche en DHA et EPA.



> Sources :

1. Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Les lipides, Mis à jour le 24/01/2017.
2. Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, Les acides gras oméga 3, Fonctions dans l'organisme, et besoins alimentaires, Mis à jour le 07/06/2016.
3. Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), Acides gras de la famille des oméga 3 et système cardiovasculaire : intérêt nutritionnel et allégations, Rapport signé le 01/07/2003.
4. Simopoulos AP, The importance of the ratio of omega-6/omega-3 essential fatty acids, Biomed Pharmacother, 2002 Oct, 56(8):365-79.
5. Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), L'abus d'oméga 6 et le déficit en oméga 3 favorisent l'obésité de génération en génération, Communiqué de presse, Paris, 16 juillet 2010.
6. Simopoulos AP, The importance of the omega-6/omega-3 fatty acid ratio in cardiovascular disease and other chronic diseases, Exp Biol Med (Maywood), 2008 Jun, 233(6):674-88.
7. Husted KS, Bouzinova EV, The importance of n-6/n-3 fatty acids ratio in the major depressive disorder, Medicina (Kaunas), 2016, 52(3):139-47.
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Super DHA 310 mg

310 mg de DHA et 43 mg d'EPA par softgel

www.supersmart.com
Super EPA 285 mg

285 mg d'EPA et 39,19 mg de DHA par softgel.

www.supersmart.com
Super Omega 3 - 500 mg

EPA et DHA : un des produits le plus naturel, le plus pur, le plus puissant et le plus stable du marché

www.supersmart.com
A découvrir aussi
01-09-2002
L'acétyl-L-carnitine et l'acide alpha-lipoïque redonnent une nouvelle...
Selon les résultats de trois études récemment publiées par le Dr Ames et une équipe de chercheurs de l'Université de Californie de Berkeley, une supplémentation...
Lire plus
Format PDF
01-06-2003
EPA/DHA, des précurseurs de médiateurs cellulaires qui...
De nombreuses études ont démontré l'importance de consommer du poisson et des acides gras polyinsaturés Oméga3. Ils ont des effets bénéfiques sur l'insulino-résistance, la santé...
Lire plus
Format PDF
11-09-2017
Choisir des oméga-3 de qualité
Les suppléments nutritionnels apportant des oméga-3, pour avoir tous les effets bénéfiques démontrés par la recherche, doivent être de qualité. Origine des matières premières, efficacité...
Lire plus
Suivez-nous